Afrique du Sud : la hausse des impôts est contreproductive

Il n'y a aucune base raisonnable pour taxer de manière persistante les citoyens sud-africains à leur détriment et à celui de l'ensemble de l'économie.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Afrique du Sud : la hausse des impôts est contreproductive

Publié le 31 décembre 2019
- A +

Par Martin Van Staden et Jacques Jonker[1. Martin Van Staden et Jacques Jonker sont analystes pour la Free Market Foundation.].
Un article de Libre Afrique

La fédération syndicale Cosatu (Congrès des syndicats sud-africains) a récemment appelé à des augmentations d’impôts, touchant en particulier les riches, afin d’arrêter la spirale économique négative dans laquelle est embourbée l’Afrique du Sud.

Toutefois, l’économiste Arthur Laffer, connu pour avoir popularisé la courbe de Laffer, nous montre qu’au-delà d’un certain seuil, les recettes fiscales diminueront à mesure que les taux d’imposition augmenteront. L’impôt devient alors contreproductif.

Pourquoi donc s’évertuer à l’augmenter ?

Augmenter l’impôt ne signifie pas augmenter les recettes fiscales

Il est curieux de voir que pendant que les recettes fiscales en Afrique du Sud diminuent, le gouvernement semble prêt à répondre à Cosatu qui appelle à augmenter les taux d’imposition et introduire de nouvelles taxes, entre autres, pour essayer de financer le régime national d’assurance maladie (NHI).

Une décision qui non seulement se retournera contre tous, mais qui est aussi clairement irraisonnable et incompatible avec l’État de droit.

La théorie économique derrière la courbe de Laffer est simple : si les revenus des ménages, par exemple, sont imposés à des taux marginaux de plus en plus élevés, alors, au-delà d’un certain seuil, il ne vaudra plus la peine de travailler pour un salaire net trop faible par rapport à l’effort requis pour effectuer le travail.

Dès lors, la courbe de Laffer implique que si le gouvernement veut augmenter les recettes fiscales, il devrait plutôt baisser les taux d’imposition, sous l’hypothèse que ceux-ci ont dépassé le seuil qui maximise déjà les recettes fiscales.

Un autre problème lié à la hausse des taux d’imposition est la montée de la méfiance du public à l’égard des capacités de l’État à générer des retours sur impôt satisfaisants pour les contribuables. Lorsque cela se produit, comme c’est le cas en Afrique du Sud actuellement, la courbe de Laffer montre une baisse qui traduit une incitation plus élevée à éviter et/ou à échapper aux impôts.

En Afrique du Sud, il y a une pression croissante pour augmenter les taux d’imposition. Les raisons sont doubles : l’augmentation de la dette et la hausse des dépenses.

Le gouvernement est tributaire des impôts comme moyen de financer non seulement ses dépenses mais aussi ses dettes. Financer le remboursement de la dette en contractant encore davantage de dette n’est pas une idée financièrement saine.

Deux exemples marquants de l’effet Laffer prennent racine dans l’économie sud-africaine. Les recettes fiscales totales provenant des impôts sur le revenu, les bénéfices et les gains en capital, ont diminué même si les taux d’imposition extrêmement élevés sur le revenu individuel, les bénéfices et les gains en capital n’ont pas été abaissés.

Les recettes de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ont également diminué. Le fait le plus notable est la forte baisse des recettes fiscales après la mise en service du nouveau taux de TVA de 15 % en avril 2018.

La hausse de la fiscalité est contraire aux principes de la Constitution

La courbe de Laffer ne devrait cependant pas intéresser uniquement les économistes.

Les partisans de l’État de droit et du constitutionnalisme en général devraient également s’intéresser à ce phénomène.

La Constitution précise à l’article 1c que l’Afrique du Sud est fondée, entre autres, sur « la suprématie de la Constitution et de l’État de droit ». La Free Market Foundation a publié dix principes de l’État de droit, dont le neuvième précise que

toute loi doit respecter le principe primordial du caractère raisonnable, qui comprend la rationalité, la proportionnalité et l’efficacité.

Dans un jugement minoritaire rendu dans l’affaire de la Cour constitutionnelle Van der Walt contre Metcash, le juge Madala a souligné de nombreux principes de l’État de droit, l’un étant l’absence de pouvoir arbitraire.

Madala a également cité le juge en chef Bhagwati de la Cour suprême de l’Inde, qui a déclaré que l’État de droit exclut également le caractère déraisonnable.

L’arbitraire est l’opposé du caractère raisonnable et la primauté du droit, exprimée en tant que valeur fondatrice à l’article 1c de la Constitution, nécessite que la conduite du gouvernement soit raisonnable.

Les recettes fiscales n’augmenteront pas, car l’Afrique du Sud a probablement déjà largement dépassé le seuil maximisant les recettes fiscales.Il n’y a aucune base raisonnable pour taxer de manière persistante les citoyens sud-africains à leur détriment et à celui de l’ensemble de l’économie.

Les arguments éthiques et juridiques contre les taxes, qui ont un objectif utilitaire, dépassent le cadre de cet article. Cependant, il est évident que, même pour des raisons pragmatiques, l’augmentation des taux d’imposition ou l’introduction de nouvelles taxes est arbitraire et probablement inconstitutionnelle.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • L’exemple est sûrement venu de France.

  • La courbe de Laffer est souvent présentée comme une hypothèse, conditionnelle, vague et floue. C’est pourtant une forme de l’indiscutable théorème de Rolle, et ce devrait être l’objet des premières leçons de tout cours d’économie qui se respecte. Il serait alors bien plus difficile pour les dirigeants de prétendre l’ignorer et pouvoir s’en passer.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Philippe Lacoude et Pascal Salin.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici Neuvième partie de la série ici Dixième partie de la série ici Onzième partie de la série ici

Comme nous l’avons vu précédemment, l’impôt sur les sociétés porte bien mal son nom car il n’est pas payé par les sociétés mais par leurs client... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici

Lorsque nous avons examiné les effets empiriques de l’impôt sur les revenus du travail, nous avons passé sous silence le cas de la France. Il est temps d’y revenir.

Record du monde

En France, l’imposition du travail est considérable. Elle prend la forme des charges sociales (employé et employeur), des contributions sociales (CSG et CRDS), de l’impôt sur le revenu et, pour partie, de la TVA.... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Comme nous l’avons mentionné précédemment, une des conséquences essentielles de l’impôt sur le revenu tient au fait qu’il diminue les incitations à travailler.

Analyse marginale

Dans les années 1870, les travaux de W. Stanley Jevons, Carl Menger et Alfred Marshall révolutionnent les sciences économiques : l’idée (fausse) que la valeur économique n’est pas inhérente aux biens ni fondée sur la quantité de travail qu’ils incorporent – comme le pensaient Adam Smith, David Ricardo et Karl Marx – ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles