États-Unis : vers une hausse du taux de chômage de 3,5 à 30 % ?

En deux semaines à peine, le coronavirus a contaminé près de 150000 américains, et mis au chômage plus de 3 millions de personnes.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

États-Unis : vers une hausse du taux de chômage de 3,5 à 30 % ?

Publié le 31 mars 2020
- A +

Par Karl Eychenne.

En deux semaines à peine, le coronavirus a contaminé près de 150 000 Américains, et mis au chômage plus de trois millions de personnes. Un tel chiffre anticiperait une remontée possible du taux de chômage de 3,5 % à près de 30 % ! Possible ?

Elle ont fait l’effet d’une bombe : les inscriptions au chômage hebdomadaires de la semaine du 21 mars ont fait exploser tous les standards historiques : plus de trois millions alors que les semaines précédentes ces inscriptions s’établissaient à près de 280 000.

On n’avait jamais vu un tel chiffre depuis que la série existe, c’est-à-dire 1967 : il faut remonter à 1982 pour trouver le précédent plus haut à seulement 695 000. Même la crise des subprimes est loin du compte avec 650 000 début 2009.

Ce chiffre est doublement important puisque, d’une part il est le premier publié intégrant des effets tangibles du coronavirus, et d’autre part c’est le meilleur indicateur avancé du taux de chômage. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est très pessimiste puisqu’il pointe déjà vers un niveau de taux de chômage d’au moins 30 %, comme d’ailleurs le craignait déjà cet officiel américain il y a à peine quelques jours.

Les conséquences économiques du coronavirus

Certes, les conséquences économiques du coronavirus sont secondaires, mais elles ne peuvent pas être ignorées. En effet, il y a aura un « après coronavirus », et de l’ampleur du choc dépendra la capacité du pays à relever rapidement la tête et à offrir à ses citoyens des emplois durables et des perspectives encourageantes.

Or, si le taux de chômage devait monter à près de 30 %, il pourrait avoir des conséquences dramatiques sur l’économie et les marchés.

Le PIB pourrait connaitre une chute spectaculaire, bien au-delà des – 5 % (annualisés) qui sont pour l’instant anticipés par le consensus des économistes, et qui semblent aussi cohérents avec les niveaux atteints par les marchés. À titre de comparaison, la crise des subprimes avait fait chuté le PIB de – 8 %.

L’inflation pourrait-elle s’effondrer ?

Pas certain, d’une part la courbe de Phillips ne fonctionne plus depuis 30 ans ; d’autre part la baisse de l’offre (arrêt partiel de la production) conjuguée au soutien de la demande (plan massif des autorités) serait inflationniste. Mais comment imaginer une inflation qui accélère alors que le pétrole a perdu – 50 % en quelques jours ?

Les marchés d’actions et les taux d’intérêt replongeraient dans des zones plus profondes encore, les niveaux actuels anticipant un impact fort du coronavirus, mais largement inférieur à celui qui pourrait survenir.

La chute des bénéfices des entreprises entraînerait avec elle les marchés d’actions. Les marchés obligataires franchiraient le Rubicon des taux négatifs.

Croissance économique et taux de chômage : la relation

Le PIB dépend de deux moteurs : l’emploi et la productivité du travail. Pour comprendre cette décomposition on peut imaginer une production de masques : le nombre de masques produits dépendra du nombre de personnes qui les produisent (emploi), et du nombre de masques produit par chaque personne (la productivité). Depuis 10 ans, le PIB américain a crû en moyenne de 2,3 %, ce qui s’explique aux deux tiers par l’emploi et un tiers par la productivité.

Cette relation simple nous montre à quel point la santé d’une économie dépend de celle de l’emploi, et inversement selon votre école de pensée.

D’ailleurs, il existe une relation empirique qui illustre et quantifie cela : loi d’Okun. Lorsque le PIB dépasse son niveau potentiel (l’économie va trop bien), alors le taux de chômage devient inférieur à son niveau naturel (l’emploi est trop fort).

Durant la crise des subprimes, le PIB a décru jusqu’à – 8 %, passant à près de – 6 % en dessous de son niveau potentiel : on dit alors que l’Output Gap est négatif. Quant au taux de chômage, il est remonté à 10 %, soit 5 % au-delà de son niveau naturel de l’époque à 5 %.

En fait depuis les années 1990, la relation est presque de 1 pour -1 : à chaque fois que le PIB baisse « trop » de 1 %, alors le chômage monte « trop » de 1 % (et inversement). Avant les années 1990, le chômage réagissait deux fois plus que le PIB.

Que s’est-il passé ? L’explication la plus convaincante est la baisse progressive du taux de participation durant les 20 dernières années, ce qui a atténué la relation entre l’emploi et le PIB américain.

Par exemple, il se peut que le taux de chômage monte, mais que l’emploi reste inchangé, juste parce que le taux de participation baisse en même temps.

Un taux de chômage à 30 % est-il réaliste ?

Venons-en maintenant à l’impact du coronavirus sur le marché de l’emploi américain. Selon le consensus des économistes, le PIB américain pourrait décroître de près de – 5 % en rythme annualisé au cours du deuxième trimestre. Ce chiffre est d’ailleurs cohérent avec ce que semblent anticiper les marchés financiers. Ce chiffre est donné en rythme annualisé, mais pour les besoins du calcul il nous faut considérer le chiffre non annualisé, c’est-à-dire juste la variation du PIB, on obtient alors – 1,3 %.

Une baisse du PIB proche de -1,3 % le ferait passer sous son niveau potentiel, mais de seulement – 1 %, ce qui semble bien léger par rapport aux – 6 % de la crise des subprimes.

Pour un PIB inférieur de – 1 % à son niveau potentiel, on s’attendrait alors à avoir un taux de chômage supérieur de 1 % à son niveau neutre.

Le niveau neutre du taux de chômage étant de 4 %, il faudrait donc que le taux de chômage soit de 5 %, alors qu’il s’établit à 3,5 % en février.

On est bien loin des 30 % qu’anticipent les inscriptions hebdomadaires au chômage publiées la semaine passée… Pour arriver à un tel taux ce chômage, il faudrait alors que le PIB s’effondre de près de – 25 % ; ne parlons même pas du rythme annualisé.

Une inflation en chute libre ?

Intuitivement, une telle hausse du taux de chômage se traduirait par une forte baisse de la croissance des salaires, et donc de la consommation des ménages. C’est sur un tel postulat que repose la fameuse courbe de Phillips qui fonctionna si bien durant les Trente glorieuses : cette courbe dit qu’il existe une relation entre le chômage et l’inflation ; en général lorsque le chômage monte, il est observé que l’inflation baisse (les prix montent moins vite).

Et puis il y eut la stagflation liée aux chocs pétroliers, avec beaucoup d’inflation mais aussi du chômage, c’est-à-dire tout le contraire de ce que prévoyait la courbe. Depuis ? À partir des années 1990, la courbe de Phillips s’est aplatie : le taux de chômage a beau monter ou baisser, l’inflation baisse tendanciellement.

Alors pourquoi cela changerait-il ?

D’une part, parce que cette fois nous parlons d’une remontée dramatique du taux de chômage, et non plus de mouvements de 1 à 2 %. Comment imaginer que la courbe de Phillips reste plate si le taux de chômage passe de 3,5 à 30 % ?

D’autre part, il se produit aujourd’hui quelque chose de rare dans l’histoire économique. En effet, non seulement l’offre va se réduire considérablement du fait du confinement qui n’autorise que la production de certains biens et services ; mais d’un autre côté la demande devrait en théorie restée soutenue grâce aux politiques de soutien sans précédent des autorités : si vous baissez l’offre et dopez la demande, a priori cela fait monter les prix…

Oui mais quand même, on a du mal à imaginer une inflation qui accélère alors que le prix du pétrole s’est effondré de près de 50 % en moins d’un mois. À court terme, le pétrole reste le principal déterminant de l’évolution des prix.

Des marchés trop optimistes ?

La crise du coronavirus a provoqué à un mouvement généralisé d’aversion pour le risque incitant les investisseurs à délaisser les actifs réputés risqués (actions, crédit…) pour se réfugier sur les actifs refuges (emprunts d’État).

Résultat : une baisse violente et intense des actions et des taux d’intérêt, historiquement cohérente avec une contraction du PIB de l’ordre de – 5 % (rythme annualisé), et donc de – 1,3 % en variation. Nous sommes bien loin des – 25 % suggérés par un taux de chômage à 30 %.

Concernant les marchés d’actions : une telle chute de la croissance entraînerait une contraction dramatique des bénéfices des entreprises. La relation entre la croissance du PIB en valeur et les bénéfices des entreprises est de l’ordre de un pour cinq. Inutile d’aller plus loin dans les calculs, on imagine l’impact.

Concernant les marchés obligataires, il est vrai que les taux américains disposent encore d’une marge conséquente par rapport aux taux allemands : ils sont encore positifs à 0,8 % ! Toutefois, on sait aussi que des niveaux négatifs n’empêchent pas les taux de baisser davantage (voir les taux allemands). Ce serait une première pour les taux américains.

Rendez-vous donc vendredi pour la publication du taux de chômage américain.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Les economistes savent très bien prédire ……le passé et encore….donc le futur.?

    • claude henry de chasne
      31 mars 2020 at 12 h 05 min

      exact!
      peut etre que la consommation pour la consommation n’est plus souhaitable.. a terme.; ce systeme s’auto cannibalise ..
      la tendance n’est plus a la consommation folle.. bien au contraire ..
      il fallait acheter de l’or

  • La petite bête
    31 mars 2020 at 12 h 26 min

    Il est bien possible que l’un des objectifs, non de l’épidémie, mais de son traitement médiatique et politique (je rappelle qu’à ce jour, il y a 38000 morts dans le monde, 500000 pour une banale grippe), soit de dégager Trump…
    https://www.voltairenet.org/article209570.html
    Le chômage va y aider.
    Il faut être conscient que derrière le traitement sanitaire, il y a des enjeux politiques. Et pas seulement aux Etats-Unis.

    • Bien sur, les pays du monde se sont ligués pour tuer le commerce international et leur propre économie uniquement pour dégager Trump… Vous y croyez vraiment ou vous êtes juste un troll ?

      L’article de Voltaire ne parle pas de ça d’ailleurs. Il interprète des évènements par ailleurs parfaitement logiques en temps de crise.

      Quant à la comptabilité morbide on verra quand l’épidémie sera finie et si les pays cessent de falsifier leurs chiffres (Chine, Iran, Japon, France, peut etre Allemagne, UK?, USA?).
      En France, la grippe c’est environ 10 000 morts pour 3 à 4 millions de personnes infectées sur une durée de 4 à 5 mois.

    • Il est évident que les démocrates US seraient ravis de bénéficier de ce coup de pouce pour essayer de dégager Trump.
      Le problème est que les états les plus atteints sont très majoritairement des états démocrates (et qui le sont depuis longtemps). Ils ne pourront pas attribuer les problèmes de gestion de crise à Trump. Surtout s’il s’avère que la crise sanitaire est mieux gérée chez les états républicains même à niveau d’atteinte équivalente.

      De plus, la FDA a renvoyé Trump dans les cordes après son annonce sur le chloroquine. Si jamais, il s’avère que la FDA a tort, même que partiellement, cette administration ne pourra pas s’opposer à une réforme de son fonctionnement.
      D’autant que Trump s’est attaqué à certaines mesures prises par Obama concernant le fonctionnement de la FDA vis-à-vis des tests viraux en augmentant les capacités de contrôle et surtout de restriction de la FDA. La défense de la FDA et des démocrates sur ce sujet est bien molle… Trump a peut-être exagéré mais s’il s’avère que c’est partiellement exacte même qu’à 25%, cela ne fera qu’enfoncer un peu plus la tête des démocrates sous l’eau.

    • D’ailleurs, s’il y a bien eu les habituels articles de Trump-bashing en début de crise sanitaire US, je suis surpris de leur raréfaction.
      Je reconnais que je n’ai peut-être pas une bonne vision des relevés de presse. Les médias français étant d’habitude une bonne caisse de résonance de la presse démocrate quand il s’agit de critiquer Trump, j’ai l’impression que le Trump-bashing est en baisse. Si c’est le cas, cela pourrait signifier que les démocrates ne sont vraiment pas à la noce…

  • L’excitation autour des chiffres du chômage américain me fait doucement sourire. Entre 50 et 70% des travailleurs français sont actuellement au chômage de fait. Ce n’est pas parce qu’ils touchent encore un salaire ou autre que ça change quelque chose. Le risque économique, c’est pas ce que touchent ou pas les gens à la fin du mois, c’est ce qu’ils produisent ou pas à la fin du mois. On peut se gargariser que via une législation du travail très protectrice chacun touche un salaire ou des indemnités chômage ou autre, ça ne change rien au fait que la richesse, c’est pas la richesse distribuée en salaire, c’est la richesse PRODUITE. Si on produit pas, l’économie s’effondre. C’est vrai aux USA autant qu’en France. Savoir si on mutualise ou pas ces pertes est franchement une question secondaire. La vrai question, c’est combien de temps allons nous rester sans produire (des biens comme des services), et également, lorsque le confinement sera levé, en combien de temps on va se remettre en capacité de produire ces richesses. Là on verra ce que valent les économies flexibles et ce que valent les économies « protectrices » et « socialisées ». Lesquelles pourront recréer de l’activité et réembaucher rapidement.

  • Marrant, les US ont déjà pas loin de 100 millions de NEET. Donc les 3,5% sont déjà une foutaise. Alors après le covid, ce n’est pas 30% qu’il faut viser mais 50% ou plus. Comme chez nous entre les découragés, les radiés, les temps partiels et autres contrats (très) courts, le chômage va être sanglant.

  • Une partie de la baisse du PIB que nous allons connaître en Occident est liée à une non-consommation due au confinement et à la privation de liberté associée.
    La vraie perte de richesse est donc principalement située dans la perte de liberté. Ce qui sera à observer, c’est comment les économies repartirons, et là, la différence entre la France et les États-Unis risque d’être cinglante pour nous…

    • Le PIB ne baisse pas parce qu’on ne consomme pas. Il baisse parce qu’on ne produit pas. C’est l’activité qui crée la richesse, pas la consommation. Un paysan crée de la richesse quand il ensemence et quand il récolte, pas quand il mange ce qu’il a produit. Le confinement empêche de produire et d’échanger.

      • Vous commettez un sophisme courant en économie, celui de vouloir dissocier la production de la demande, ce qui ne se peut. Dans le cas présent, c’est bien la demande qui s’effondre, allez voir les artisans ou bien les entreprises qui assistent aux annulations de commandes.
        Dans un autre registre, n’importe quelle entreprise censée sait qu’elle ne produit pas pour le stock.
        Troisième illustration, celle des masques ou des respirateurs artificiels : c’est bien parce qu’il y a une demande immédiate adressée aux entreprises que certaines sont en train de s’organiser pour en produire.
        En citant ces exemples, je sais que je n’épuiserai jamais la question, car on en trouvera aussi partant de l’offre : en fait, les deux sont indissociables comme l’œuf et la poule, et toute controverse sur ce fait est parfaitement vaine…

  • Et en France, quel taux éventuel en sachant que le taux de chômage aujourd’hui est plus de deux fois supérieur à celui des US?

  • Jean-François Molderez
    2 avril 2020 at 7 h 45 min

    « Certes, les conséquences économiques du coronavirus sont secondaires, » Vraiment ? Elles sont sans doute plus difficilement quantifiables et comme elles sont à plus long terme, ce que les médias détestent, elles font certainement moins de buzz. Quant à dire qu’elles sont secondaires, … wait and see !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Fredrik Segerfeldt.

Chers Français,

L’écrivain suédois Vilhelm Moberg a écrit une tétralogie sur l’émigration suédoise vers l’Amérique. Environ un quart de la population a abandonné le petit pays arriéré du nord entre 1870 et 1920. Vous ne feriez jamais une épopée nationale d’une série de romans sur le départ de la France. Votre attachement à sa grandeur est trop importante. Mais nous sommes comme ça. Comme on le verra dans cette lettre, notre arrogance se situe à un autre niveau.

Le quatrième livre de la série de Mob... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Une surproduction de pénuries

par h16

Alors que jusqu'à présent, écran plat, iPhone dernier cri ou silencieuse Tesla semblaient devoir être les accessoires à la mode de l'individu moderne, en mars 2020 cet élément indispensable devient le papier hygiénique, de préférence en grosses quantités : les supermarchés assaillis se retrouvent même en rupture de stock de précieux rouleaux qui s'écoulent dans des quantités jamais observées jusqu'alors.

Bien sûr, les choses se calment par la suite : rapidement, les rayons se remplissent et les consommations reprennent l... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

par h16

Chaque jour qui passe, un pays se détache nettement des autres et montre qu'une autre stratégie était possible, autre que celle employée par des douzaines d'autres, ballotés de mesure liberticide en mesure liberticide plus ou moins fortes : la Suède, faisant confiance à son propre peuple, a conservé ses libertés et son bon sens et n'a jamais supporté les centaines de milliers de morts qu'on lui garantissait pourtant.

Non seulement, elle était possible mais au contraire de tout le bric-à-brac de politiques délétères qui a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles