La Convention Climat a étendu sa mission et perdu le Nord

La Convention Citoyenne pour le Climat propose, dans son rapport, des mesures n’ayant plus aucun lien avec sa mission climatique.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Convention Climat a étendu sa mission et perdu le Nord

Publié le 31 juillet 2020
- A +

Par Pierre Allemand.

La Convention Citoyenne pour le Climat (CCC) a remis son rapport au Président ce mois-ci (juillet 2020). La presse a longuement parlé de ses propositions, ce qui a probablement fait croire à ses membres que leur nouvelle expertise (supposée) serait maintenant largement utilisée. Malheureusement, n’étant pas élus puisqu’ils ont été tirés au sort, leur mission s’arrête avec la publication de leur rapport.

En première lecture de ce dernier, il semble que certaines des mesures proposées sortent de la mission qui a été assignée à la CCC. Par ailleurs, ces mesures apparaissent comme nettement colorées en rose et en vert. Le mode de sélection des membres de la CCC en est-il la cause ?

Un parfum de totalitarisme

Voici la mission de la CCC d’après Wikipédia :

« Définir les mesures structurantes pour parvenir, dans un esprit de justice sociale, à réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici 2030 par rapport à 1990. Aux termes de ces travaux, elle adressera publiquement au Gouvernement et au Président de la République un rapport faisant état de ses discussions ainsi que l’ensemble des mesures législatives et réglementaires qu’elle aura jugées nécessaires pour atteindre l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Elle pourra désigner, parmi les mesures législatives, celles dont elle jugerait qu’elles soient soumises à un référendum.. »

Examinons maintenant un certain nombre des propositions de cette CCC. (Le texte des propositions de la CCC est précédé de son numéro d’identification).

SN-5.2.2 INTERDIRE la publicité pour les  produits prescrits par le PNNS (aliments trop gras, trop salés ou trop sucrés) et apposer des avertissements sur leurs emballages. (PNNS : Plan National Nutrition Santé, NdlA)

SN-6.1.3 INTERDIRE progressivement l’usage des auxiliaires de production et des additifs alimentaires sous 5 ans.

SN-6.1.4 TAXER les produits ultratransformés, à forte empreinte carbone et faible apport nutritionnel. 

PT-1.2 Faire respecter la loi sur l’INTERDICTION de l’obsolescence programmée.

PT-1.4 Rendre OBLIGATOIRE la possibilité de réparer des produits : démontage possible, pièces détachées disponibles, ateliers dédiés.

PT-1.4 : Rendre OBLIGATOIRE le recyclage de tous les objets en plastique dès 2023, SUPPRIMER tous les plastiques à usage unique dès 2023, et développer le recyclage des autres matières.

PT-1.5 DURCIR et appliquer la règlementation sur les déchets d’activités économiques, les déchets ménagers non dangereux (DND) et les déchets non dangereux inertes.

SD-A2.2 INTERDIRE les centres-villes pour les véhicules les plus émetteurs de gaz à effet de serre.

SD-B1.6 OBLIGER les chargeurs à intégrer des clauses environnementales.

SD-E3 INTERDIRE la construction de nouveaux aéroports et l’extension des aéroports existants.

SD-E4 TAXER davantage le carburant pour l’aviation de loisir.

SL2.1  CONTRAINDRE par des mesures fortes les espaces publics et les bâtiments tertiaires à réduire leur consommation d’énergie.

SL3.2 INTERDIRE toute artificialisation des terres tant que des réhabilitations ou friches commerciales, artisanales ou industrielles sont possibles dans l’enveloppe urbaine existante. STOPPER les aménagements de zones commerciales périurbaines.

SL3.3 Prendre immédiatement des MESURES COERCITIVES pour stopper les aménagements de zones commerciales périurbaines très consommatrices d’espace.

Bref, tous les poncifs verts à la mode y passent !

J’ai mis en capitales certains mots qui apparaissent dans les propositions de la CCC, afin de les faire ressortir. Plus de doute sur les intentions de ses rédacteurs : ceux-ci proposent un nouveau monde fait de contraintes, d’obligations, d’interdictions et de taxes.

C’est la montée d’un véritable totalitarisme d’autant plus inquiétant qu’il se camoufle sous des termes rassurants comme : « il s’agit ainsi de faire évoluer les comportements sans les contraindre » (page 25 du rapport de la CCC).

La tendance totalitaire dans les propositions ne fait aucun doute et elle est inquiétante. En mettant en place cette convention, le président Macron n’a peut-être pas bien réfléchi aux conséquences de l’ouverture d’une boite de Pandore d’où sortent toutes sortes d’interdictions et d’obligations, l’ensemble étant, bien entendu, sous le contrôle d’un Big Brother bien réel, l’État, considéré par la CCC comme omniscient, et qui doit donc être omniprésent.

Seule une révolte du genre Bonnets rouges ou Gilets jaunes pourrait rectifier ce dangereux virage antidémocratique. Malheureusement, comme on l’a vu avec les Gilets jaunes, la mainmise de l’extrême gauche sur les revendications de ces mouvements est plus que probable, qui a déjà transformé un mouvement anti impôts et taxes en un galimatias d’exigences contradictoires dont le seul point commun a été la violence.

Incohérences et erreurs émaillent le texte de la Convention Climat

Pour pouvoir « réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’au moins 40 % d’ici 2030 » (page 63) l’ingénieur que je reste se dit qu’il faut d’abord avoir une idée précise, et autant que possible par domaine, de la quantité de GES émise. Il faudrait également que pour chacune des propositions ou au moins pour chaque groupe cohérent de propositions, un chiffre de réduction de GES soit proposé, puisque l’objectif global de 40 % est clairement indiqué dans la lettre de mission.

Or, je n’ai pas trouvé ces chiffres dans le rapport. J’y ai relevé, par ailleurs, un certain nombre d’erreurs  ou d’incohérences. En voici quelques exemples.

« En France, les déchets ménagers représentent plus de 5 millions de tonnes par an, l’impact étant alors majeur sur les émissions de gaz à effet de serre » (page 38).

Ce chiffre est complètement erroné. Selon l’ADEME, le tonnage de déchets provenant des ménages a été de 39 millions de tonnes en 2019[1. Source (page 6).].

« L’industrie de l’emballage représente en France environ 90 milliards d’euros ». (page 40)

Le chiffre tournerait plutôt autour des 30 milliards[2. Source : L’emballage en France (page 42).]. Par ailleurs, la CCC succombe complètement à la mode du « biosourcé » et à la politique de l’argent facile en s’imaginant de façon assez puérile qu’il suffit de mettre de l’argent public dans la sébile de chercheurs idoines pour par exemple disposer rapidement d’un matériau d’emballage « biosourcé » et « compostable »,les chercheurs idoines étant particulièrement habiles pour déclencher des subventions.

 » L’eau est une ressource naturelle limitée plus encore que toutes les autres ». (page 123)

Les membres de la CCC auraient dû lire l’ouvrage de Jean de Kervasdoué et Henri Voron Pour en finir avec les histoires d’eau avant d’affirmer ce poncif sans aucune preuve. En réalité, l’eau est en France abondante, disponible, et déjà largement recyclée. De plus, elle n’est pas réellement consommée, et peut resservir autant de fois qu’on le veut après nettoyage.

Proposition SD-C1.3 : interdire dès 2025 la commercialisation de véhicules neufs très émetteurs (de CO2), les véhicules anciens pouvant continuer de circuler ». (page 218).

Cette mesure est contre-productive, car elle conduira tout simplement les utilisateurs de ces véhicules à acheter ceux-ci à l’étranger, privant ainsi tous les réseaux de vente français d’une importante source de revenu, et donc créant du chômage supplémentaire, sans diminuer pour autant les émissions de GES.

« Les émissions de gaz à effet de serre issues de l’agriculture représentent 36 % des émissions nationales ». (pages 337, 349, 352 et 357).

« L’agriculture représente 19 % des émissions de gaz à effet de serre en France ». (pages 338 et 353).

Quel est le bon chiffre : 36 % ou 19 % ?

« Les océans et leur écosystème ont permis d’absorber 90 % de la chaleur excédentaire du système climatique ». (page 364).

On est très heureux de l’apprendre, mais comme on n’a encore pas trouvé le moyen de nationaliser les océans, cela ne nous apporte strictement rien concernant la réduction des GES par les Français.

« Nous proposons de permettre le développement des pratiques agroécologiques, et notamment par : →L’atteinte d’un objectif de 50 % des terres en agro-écologie en 2040 : →Le développement de l’agriculture biologique ». (page 337).

Si on augmente les surfaces agricoles pour les passer en bio, on augmentera les émissions de gaz à effet de serre, et on obtiendra donc un effet contraire à l’objectif[3. Référence : étude britannique parue dans Nature (octobre 2019) :

« Direct GHG emissions are reduced with organic farming, but when increased overseas land use to compensate for shortfalls in domestic supply are factored in, net emissions are greater« .

(Les émissions directes de gaz à effet de serre sont réduites avec l’agriculture biologique, mais quand on tient compte de l’augmentation de l’utilisation des sols à l’étranger pour compenser les pénuries de la production domestique, les émissions nettes se trouvent augmentées).].

Le pompon est à trouver en fin de rapport. Probablement fortement influencée par les émissions de gaz à effet de serre au point d’en être assez perturbée, la CCC voit ainsi le préambule de la Constitution de la Cinquième République actuel :

« Les émissions de gaz à effet de serre issues du secteur résidentiel et le peuple français proclame solennellement son attachement aux droits de l’Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789… etc. »  (référence : Propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat) page 414 de la version corrigée du 20 juillet 2020.

J’ai téléchargé cette version sur mon site, car sans doute, la version « officielle » sera corrigée. Vous pouvez la consulter à l’adresse suivante pour vérifier mon propos (méfiez-vous d’Internet : il est éternel).

Des propositions farfelues qui oublient la démocratie

La démocratie a mis des siècles pour s’élaborer et se mettre en pratique. La CCC propose plusieurs mesures qui vont mettre à mal le système démocratique représentatif actuel.

En effet, oubliant pratiquement le climat et leur mission pourtant très bien définie, la CCC s’immisce dans la politique en voulant tout simplement court-circuiter ses représentants, c’est-à-dire les parlementaires sous le prétexte d’un manque de confiance des citoyens envers les institutions politiques (page 420).

Confiante dans le système du tirage au sort, puisque celui-ci a permis de sélectionner des citoyens particulièrement clairvoyants comme eux-mêmes, les membres de la CCC proposent d’utiliser le même système pour recruter des « conseillers » du Conseil Économique, Social et Environnemental.

Ces conseillers (page 420) auraient une durée de mandat telle qu’elle leur permettrait d’acquérir une expertise sur un sujet (je m’interroge sur la durée qu’il faudrait donner à ce mandat pour permettre à certaines personnes de ma connaissance de devenir expertes en écologie par exemple).

Cette durée devrait aussi « permettre de conserver une lecture citoyenne des enjeux et solutions et éviter que les membres tirés au sort ne soient sous l’influence des représentants d’intérêts ». Le sens de cette affirmation m’échappe : est-ce que cela voudrait dire qu’au bout d’un certain temps, les gens ne sont plus capables d’avoir une « lecture citoyenne des enjeux et solutions ? »

Enfin, d’autres conventions consultatives seraient régulièrement créées pour « définir les enjeux et proposer des solutions pour les grands projets nationaux sur le modèle de la Convention Citoyenne pour le Climat ».

Pour que ces conseillers tirés au sort aient le pouvoir bien en main, il faudrait, selon la CCC :

  • renforcer les prérogatives du CESE
  • rendre plus contraignante la prise en compte de l’avis du CESE

Et pour rassurer ceux comme moi qui s’inquiéteraient d’un glissement progressif dangereux vers le totalitarisme, la CCC nous assure de ses bonnes intentions en déclarant que « l’ambition de la Convention n’est pas de faire du CESE une assemblée décisionnaire membre du Parlement ». (page 420). Nous voilà rassurés…

Autrement dit, les conseillers prennent le pouvoir, et les parlementaires, devenus inutiles, n’auront plus qu’à rester chez eux.

Enfin, la CCC demande à ajouter un paragraphe dans le préambule de la Constitution de la Cinquième République (qui sont déjà ces gens dont Michel Audiard disait qu’ils osaient tout et que c’était à ça qu’on les reconnaissait ?). Voici ce paragraphe :

« La République garantit la préservation de la biodiversité, de l’environnement et lutte contre le dérèglement climatique ».

Nos nouveaux conventionnels ont-ils bien réfléchi au fait que si on considère son virus, éradiquer la variole a été une atteinte à la biodiversité ? D’un point de vue plus sérieux, la Constitution est un texte qui règle le fonctionnement des institutions. Elle n’a absolument rien à voir avec la préservation de la biodiversité, l’environnement ou la lutte contre le dérèglement climatique.

Un financement qui ressemble à un concours Lépine des taxes

C’est l’éternel retour des taxes les plus classiques et les plus souvent demandées par l’aile gauche des parlementaires : taxe sur les transactions financières, taxe sur les GAFA, taxe d’enlèvement des ordures ménagères (?), taxe vidéo, taxe sur la publicité, taxe sur le cannabis légalisé (tiens ? une nouveauté), taxe carbone, nouvelle tranche de l’impôt sur le revenu, rétablissement de l’ISF etc. etc.

Nos conventionnels se prennent pour des fonctionnaires de Bercy à la recherche permanente de la taxe la plus indolore possible afin de « plumer l’oie pour obtenir le plus possible de plumes avant d’obtenir le moins possible de cris » selon le précepte bien connu de Colbert.

Probablement sans s’en rendre compte, ils en reviennent aux vieilles lunes mille fois proposées, mais sans faire jamais preuve d’originalité (sauf, reconnaissons-le, pour la taxe sur le cannabis), ce qui est assez désolant. En fait, étant carrément sortis de la mission qui leur était assignée, ils ne font que de la gesticulation fiscale qui sera très probablement sans suite. En réalité, dans un pays qui est déjà le champion du monde du prélèvement obligatoire, il n’est pas vraiment sérieux de vouloir augmenter encore l’impôt ou les taxes. Les parlementaires le savent, le gouvernement aussi. Tout comme le Président, mais qui aurait pu charger les « experts » qui ont instruit les membres de la CCC de le leur expliquer, ce qui, de toute évidence, n’a pas été fait.

L’influence de l’encadrement et un biais possible dans la sélection

On peut se poser la question suivante : comment une assemblée de personnes a priori raisonnables et réputées représentatives de la population française peut-elle arriver à de telles extrémités dans ses propositions qui ne sont probablement pas partagées par la majorité de nos concitoyens ?

D’aucuns vont prétendre que ces propositions sont effectivement acceptées et encouragées par la majorité des Français. La preuve, un sondage qui a abouti à un chiffre de 70 % d’avis favorables. Je doute pour ma part très fortement que ce soit là l’opinion réelle des Français.

Je ne sais pas si toutes les propositions ont été effectivement soumises aux sondés. Mais je sais bien que la plupart (pour ne pas dire tous) d’entre eux n’ont, en fait, pas lu ces propositions. La valeur de ce sondage est donc contestable. Par ailleurs, une petite chose m’interroge : c’est apparemment Réseau Action Climat qui l’a commandé…

Dans la liste des personnes entourant les membres de la CCC :

  • Deux des coprésidents (Thierry Pech Directeur général de la Fondation Terra Nova, Laurence Tubiana présidente et directrice exécutive de la fondation européenne pour le climat) sur trois penchent nettement vers la gauche verte.
  • Un expert du climat sur trois (Jean Jouzel) penche lui aussi fortement à gauche.
  • Un des trois garants de la Convention n’est autre que Cyril Dion activiste écolo bien connu.
  • Il n’y a aucun représentant de la tendance « climato-sceptique ».

On peut donc penser que peut-être certaines personnalités ont eu sur les membres de la CCC une influence forte, ce qui n’aurait sans doute pas été le cas si la tendance de cet encadrement avait été mieux partagée.

Cette situation me rappelle une expérience qui a eu lieu aux USA dans les années 1960, et que certains lecteurs connaissent certainement, où des sujets avaient été mis en situation de punir une personne par des décharges électriques, si elle ne répondait pas correctement aux questions posées. L’expérience, plusieurs fois répétée avait montré que les sujets punisseurs n’hésitaient pas à envoyer des décharges de plus en plus fortes clairement notées comme dangereuses voire mortelles car ils se sentaient dans la bonne ligne de conduite, sous l’influence et la protection des instructeurs.

La situation, ici, n’est certes pas identique mais elle montre que l’influence de l’instructeur peut-être quelques fois déterminante.

Enfin, il est aussi possible qu’il y ait eu un biais dans le choix des membres de la CCC par le fait que ceux-ci étaient évidemment tous volontaires lorsqu’on leur a téléphoné pour participer à la Convention. Ce fait a éliminé d’emblée ceux qui n’auraient probablement pas non plus été d’accord sur certaines des mesures proposées, et a donné automatiquement à l’ensemble de la Convention une certaine coloration.

En conclusion

L’expérience nouvelle de la démocratie directe et de l’action dite citoyenne apparait plutôt comme un échec mis en évidence par le caractère excessif de certaines de ses propositions. Sans compter qu’elle fait probablement 150 aigris qui s’imaginaient désignés pour accomplir de grandes tâches et qui vont se retrouver sans rien alors qu’ils croyaient en leur chance : « Nous souhaitons continuer à être associés aux restitutions et surtout au suivi de la mise en œuvre de nos propositions » (page 437).

Elle est née dans l’imagination d’un Président qui pensait probablement réussir un coup en autorisant une expérience de démocratie directe qui faisait partie des revendications des Gilets jaunes et qui ressort périodiquement chaque fois qu’un conflit d’importance nationale voit le jour. L’expérience est sans doute destinée à redorer le blason d’un président passablement écorné (le blason, pas le président).

À moins que cette convention ne serve qu’à faire passer auprès de l’opinion publique des mesures plus ou moins écologiques qui ne pourraient pas passer directement (voir l’expérience des Gilets jaunes) mais qui seront peut-être acceptées si elles sont issues de la démocratie directe qui faisait précisément partie des revendications de ces manifestants du week-end. Ce serait un beau coup politique… Mais tout cela ne reste qu’une hypothèse car cela sous-entendrait un machiavélisme assez exceptionnel.

En attendant, les jours filent rapidement et la perspective de l’élection présidentielle se rapproche. Il faut à tout prix montrer quelque chose aux électeurs : que faut-il donc inventer pour se rendre intéressant ?

 

Voir les commentaires (64)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (64)
  • La pastèque de Pandore a été ouverte…

    • C’était prévu ! le vote par tirage au sort et la vieille lune qui permet aux politicards professionnels de tous bords de contrer le mépris croissant dont ils sont l’objet. Ainsi utilisé, ce type de vote (qui pourrait être efficace e l’améliorant, devient… un SOVIET ! Mais, comment faire mieux, et surtout soigner le climat qui a vraiment bobo ! Voyons, si encore une fois, les politicards professionnels vont profiter d’un état d’urgence pour s’incruster dans le paysage ?

    • Normal, ils ont le melon qui enfle 😉

  • la démocratie est une tyrannie, la tyrannie verte sera totale.

    puis alimentation..

    il y aura une réaction démocratique je présume, le problème est qu’en france je vois mal un parti se fonder autour de l’idée de laisser les gens vivre librement.

  • Le résultat était connu d’avance, comment un président sain d’esprit à t il pu organiser cela ?
    Tout ce qui se passe en france depuis l’arrivée de macron est hallucinant, un pays de fous !

    • la question est il saint d’esprit ou en burn out

      • C’est un pervers, il détruit en conscience

        • @Esprit critique : bien vu

          Mais en plus d’être un pervers, c’est un cynique à la petite semaine prêt à toutes les infamies pour détourner la colère des citoyens ou flatter les fractions de l’électorat dont il a besoin pour se faire élire ou réélire, comme le montre les quelques exemples suivants :
          – cette convention soi-disant citoyenne est une tentative de désamorcer la colère des gilets jaunes : peu importe si cela, comme le rappelle justement l’article, délégitimise la représentation élue, laquelle est la principale source de pouvoir en démocratie, peu importe que cela menace d’affaiblir nos institutions dont le Président de la République est un des garants ;
          – les propos immondes de cet individu début 2017 dans le cadre de la campagne électorale pour les présidentielles, tenus de surcroît en Algérie, sur  » la colonisation, crime contre l’humanité « , propos destinés à récupérer des voix parmi les tiers-mondistes gauchards autoflagellants et les frustrés en situation d’échec d’intégration : tant pis si c’est d’abord idiot car anachronique (c’est, comme l’écrivit notamment Lucien Febvre, une des pires erreurs de raisonnement en Histoire) et que cela conforte le délétère autodénigrement déjà trop présent et nocif chez les Français ;
          – la promesse de rebâtir Notre-Dame de Paris pour qu’elle soit plus belle qu’avant : trahissant une grotesque prétention (faire mieux que les architectes médiévaux auteurs d’un chef d’oeuvre de l’art gothique), ces propos étaient gros de monstrueuses erreurs architecturales : Dieu merci, Freluquet 1er s’est désintéressé du sujet et on peut espérer que seront respectées lois et conventions (ex : Charte d’Athènes) qui cadrent particulièrement bien en France ces délicates questions de restauration.

          En bref, il s’agit d’un individu visqueux et inconsistant, se présentant comme cultivé mais dont l’ignorance éclate dès que l’on creuse maintes questions (culturelles, historiques, etc.) sur lesquelles il pérore péremptoirement et prétend trancher en toute incompétence.

          Quand on pense que cet individu a, pour le moment, de réelles chances d’être réélu en 2022, il y a de quoi être inquiet : raison de plus pour voter et s’impliquer dans la vie politique en fonction de ses possibilités.

    • Notre Président est persuadé d’être plus intelligent que tout le monde, les médias l’ont vendu comme tel.
      J’ai eu des doutes quand il a proposé d’une loi anti fake news: pas besoin d’avoir fait de grandes études pour voir que cette idée était stupide dès son énoncé.
      la suite est à l’avenant.

    • Sain d’esprit ❓
      Mais il se prend pour le Saint Esprit !

  • Le danger absolu dont il faudrait protéger la France c’est macron et sa bande de guignols illumines.
    C’est urgent

    • Un allemand par exemple,…. Le vivier politique français est corrompu à 100% et dégénéré à force de copuler entre cousins cousines .

    • @machin : pas d’accord ; il se peut qu’un candidat moins néfaste apparaisse, même si je n’en vois pas pour le moment.

      Et puis, en sanctionnant Freluquet 1er, on envoie un message à tous les candidats actuels, futurs ou potentiels : une telle politique d’imposture cynique consistant uniquement à essayer de tromper les citoyens en disant, en prônant ou en faisant n’importe quoi ne doit pas payer. La crainte d’une sanction dans les urnes peut être le commencement de la  » sagesse  » pour certains.

      Je concède que ce n’est pas exaltant mais c’est quand même mieux que de capituler d’avance face à ce néfaste individu : qui frappe par le dégagisme sans rien apporter (ou trop peu, de surcroît mélangé à beaucoup d’erreurs) de mieux doit périr par le dégagisme.

      • Hélas, on en est loin ! La cote de Macron a encore gagné 6 points, à 50%. Même si on peut soupçonner la cote de rassembler tous ceux qui ne se sont pas opposés trop violemment (ou ont raccroché au nez des sondeurs), ça ne laisse qu’une minorité pour le dégagisme. C’est incompréhensible mais c’est comme ça.

        • Vous croyez encore aux sondages?

          • Sans « croire aux sondages », il est évident que certaines tendances ne progressent pas dans l’opinion quand les sondages indiquent le contraire. En gros, je crois encore moins au « wishful thinking » qu’aux sondages.

          • on peut croire aux sondages en se servant d’un décodeur : 1) qui a commandé le sondage et pour qui ??? 2) lire attentivement le libellé de chaque question ( souvent la réponse est suggérée dans la question ) !!!! 3) après dépouillement qui se sert des résultats ( autrement dit à qui profite le crime ) 4 ) bien sur qui est le sondeur et que valent ses travaux ,,, ??? Quand on a fait ce tour critique on peut traduire la réalité et se faire une opinion !!!

            • Tout sondage est réajusté ce qui permet bien des falsifications. Mais il faut tenir compte de la stupidité des français lesquels se sont retrouvés sans masques, ni gel, ni tests, mais estiment que le gouvernement a bien géré la pandémie! A ce niveau de connerie il n’y a rien à faire!

    • Comment pouvez-vous trancher avant que les candidats ne se soient déclarés ?
      Une certitude est que Macron EST socialo-marxiste : avez-vous vu les prélèvements obligatoires baisser depuis qu’il est là ? Les libertés individuelles augmenter ? La sécurité des citoyens s’améliorer ? Si oui, moi j’ai vu l’inverse. Attendez au moins de savoir qui se déclarera candidat avant de décider !

      • Il me semble qu’avant le covid c’etait le seul président qui avait oeuvré pour la classe moyenne.

        • Comment définissez-vous la classe moyenne ? Le terme même est le sujet d’une ambiguïté soigneusement entretenue, pas vraiment pauvre mais pas digne de payer des impôts non plus… La classe moyenne serait à entre 3 400 et 5 800€ pour un couple avec deux enfants, donc pour simplifier, la classe moyenne c’est quand on commence à payer l’impôt sur le revenu, et la classe aisée quand on commence à le sentir passer. La classe moyenne, en ce sens, a toujours été l’objet des oeuvres de nos dirigeants, autant que les mesures pour décourager ceux qui voudraient en sortir par le haut et celles pour prendre en charge ceux qui s’en laisseraient glisser par le bas.

          • Je précise que pour une personne seule, on est à 1265 à 2275 €, soit entre 0.8 et 1.5 SMIC.

            • je ne suis pas spécialiste, c’est ce que disait des économistes qui s’accordaient pour dire que les mesures qu’il avait prise, avaient, in fine, favorisait à cette classe moyenne. Ce qui le distinguait de ses predecesseurs.

        • @ Greg22 : heu… moi je crois que c’est tout l’inverse, voir par exemple :

          « Les classes moyennes, premières victimes de Macron » : https://www.contrepoints.org/2017/11/17/303336-classes-moyennes-premieres-victimes-de-macron

          « La classe moyenne française inquiète l’OCDE » : https://www.ideal-investisseur.fr/economie/La-classe-moyenne-francaise-inquiete-l-ocde-7418.html

        • @ Greg
          Pour l’écraser de taxes et de hausses des prix? C’est elle qui paye puisque vu le nombre d’assistés dans ce pays et les riches peu nombreux, il n’y a qu’elle qui peut fournir le pognon de dingue que ce guignol gaspille avec allégresse.

      • Oui enfin vous écrivez bien « prochaines élections » dans votre commentaire plus haut, donc ne vous étonnez pas que l’on réagisse.
        Cela dit, d’accord avec vous sur le fait qu’avec Mélenchon et quelques autres, la France se précipiterait encore plus vite vers l’abîme.

    • Et agréer à tous ses futures délires au prétexte qu’il a été élu?

    • Il vaut mieux un nul honnéte qu’un nul pervers

    • @ Machin
      Je ne suis pas d’accord avec vous, Macron est le plus dangereux de tous, car c’est un idéologue. Chirac ou Hollande étaient des sots corrompus, mais ils ne se prenaient pas pour le Messie!

  • Mettre ainsi en avant des propositions radicales vertes toutes azimuts n’ a pas d’ autre effet que de faire passer les écolos et la gauche en général pour des clowns, et ceci à des fins de second tour assuré gagnant face à Le Pen.
    Le véritable scandale de ces manoeuvres, c’ est de rendre l’ écologie impopulaire ‘ sauf chez les gogos urbains manifestement ) et de ne pas porter des choix alternatifs de bon sens à ceux des écolos de gauche.

  • Ce qui est démentiel, c’est que beaucoup (dont moi) se disait qu’après Sarkosy l’homme de droite-gauche et le benêt Hollande, on ne pourrait pas avoir pire… Dans le cynisme, le complexe de supériorité, la haine du pays et de ses gaulois, la brutalité, nous n’avons jamais rien eu de comparable. Les autres étaient cons par nature, lui l’est par principe, par système.

    • @AlfredSG : tout à fait d’accord ; mais à la c…ie, il faut ajouter le côté  » petit vicieux de cour d’école « 

      • Absolument et qui va se réfugier dans les jupes de sa maîtresse dès que les copains veulent le punir, même que la maîtresse en a redemander.

  • « Seule une révolte du genre Bonnets rouges ou Gilets jaunes pourrait rectifier ce dangereux virage antidémocratique » est-il dit dans l’article.
    Je n’ai jamais cautionné ce genre de manifestations mais je pense qu’avec cette CCC on a touché le fond et j’en viens à souhaiter une révolte contre cette CCC.
    Je pense que beaucoup de personnes non contestataires y participeraient.

    • les bonnets rouges? mais c’était bien la première fois depuis longtemps que la population dans son ensemble , élus compris, sauf les écolos, vous savez pourquoi désormais, refusait une taxe qui allait détruire l’économie.

      • La’population, pas vraiment, les européens transitant par la France n’en voulait pas , voilà la réalité de cette affaire de filous.

        • En Bretagne, si.
          Seuls les écolos étaient pour.
          C’était une co…rie sans nom de vouloir taxer le frêt routier dans une région excentrée (la Bretagne est une presqu’ile où personne n’est en transit).

  • Le meilleur moyen de chauffer un appartement ou une maison individuelle n’est pas le même. Chauffer une maison dans les Vosges, ou a Biarritz, en Savoie ou a Montpellier n’utilise pas a priori les mêmes techniques. Le système de chauffage n’est plus Unique, un système de base et un système d’appoint voir deux, est plus économique, et rationnel.
    Des incompétents parfaits vivant encore chez Papa- Maman ou dans des logements de fonction qui décident d’interdire les chaudières au Fioul sont des irresponsables, Quand les habitants du nord-est auront une semaine de froid a moins dix durant une semaine après fermeture de quelques centrales, ils comprendront, mais trop tard ou se situe le QI d’un écolos.

    • et une pompe à chaleur quand il fait -10 ….

    • Ma grand-mère chauffait sa maison en haute-Savoie avec … 2 petits poêles à charbon …

      La maison ayant des murs en maçonnerie de plus de 50 cm d’épaisseur doit avoir une capacité thermique énorme. La fournaise du poêle à charbon se transmet à toute la maison et maintient l’ensemble à une température vivable.

      Et bien sur, en été pas besoin de clim.

      Je me demande si les solutions « modernes » de sandwitch de béton et d’isolants ont bien été étudiées …

  • Moi, dans mon travail je me plante tout le temps. Je suis toujours obligé de corriger mes erreurs, souvent de recommencer à zéro et parfois (voire souvent) de laisser tomber et de reconnaître que mon idée de départ était mauvaise.

    Dans mes hobbys c’est encore pire car j’ai toujours trop d’ambition dans ce que je veux réaliser et tendance à m’écarter du but initial.

    Je me demande toujours pourquoi mes employeurs ne m’ont jamais viré pour embaucher un écolo à ma place – qui part définition ne se trompe jamais.

    • Chez moi on dit : ‘seul celui qui travaille peut faire des erreurs’

      Vous pouvez en déduire pourquoi les écolos ne se trompent jamais…

  • C’est très simple : dès lors qu’on postule (faussement) que l’ennemi est le CO2, et que toute activité humaine produit du CO2, toute activité humaine peut être du domaine de la CCC…

    • C’est toute la vie qui produit du CO2. La vie est l’ennemie désignée, le bouc-émissaire des escrologistes. Ce sont des barbares.

      • La vie sur Terre est à base de carbone. Il y a 3,5 milliards d’années les cyanobactéries ont produit l’Oxygène, qui n’existait pas sur Terre auparavant à partir du CO2, lequel nourrit les plantes et le phytoplancton permettant le renouvellement de l’Oxygène, qui se maintient ainsi au taux constant de 21% de l’atmosphère. Nous permettant de respirer.
        Lorsque on sait cela, et tout le monde DEVRAIT le savoir, on constate à quel point les écolos sont débiles! Le CO2 est indispensable car il permet la vie sur Terre.

  • CCC c’était aussi les Cellules Communistes Combattantes. Ca tombe finalement bien car les idées sont les mêmes…

  • Si maintenant les résolutions du Politburo section climat du Lrem deviennent la norme, nous ne sommes plus en dictature mais en démocratie illibérale, mouvement politique bien pire, car il cache son jeux hypocrite, sournois, machiavélique et diabolique.

  • Concernant l’eau, il pleut sur la France 486 milliards de m3 d’eau en moyenne chaque année. 311 milliards sont évaporés. Il reste 175 milliards de m3 disponibles (36%). 38 milliards sont réellement utilisés (7,8%), dont 70% sont immédiatement restitués au milieu (canaux, barrages, refroidissement des centrales…)

    Le reste, 11 milliards de mètres cubes environ, est réellement consommé, notamment pour la fourniture d’eau potable ou pour l’irrigation. La consommation implique que les prélèvements seront restitués au milieu après un délai d’utilisation plus ou moins long. Rien n’est jamais perdu. Après consommation, la quantité d’eau disponible est strictement identique la quantité précédant la consommation.

    Les mètres cubes réellement consommés par les Français représentent moins de 2,5% des pluies annuelles. Il n’y a absolument aucun problème d’eau en France.

    Au pire, on peut faire état d’une mauvaise gestion de l’eau par les pouvoirs publics, avec des problèmes ponctuels de répartitions spatiales et temporelles. C’est donc un pur mensonge de prétendre que les Français consommeraient trop d’eau. Les restrictions d’usage imposées par les préfets sont un véritable scandale public. La réalité est complètement différente. L’Etat ne fournit pas suffisamment d’eau pour satisfaire les besoins. Alors qu’il dépense jusqu’à 57% du PIB, l’Etat dispose pourtant de tous les moyens nécessaires pour assurer ce service de base, et même beaucoup plus.

    Pour l’eau comme pour le reste, l’Etat obèse se révèle aussi incompétent qu’il se prétend omnipotent.

    • Cher Cavaignac, vous êtes trop optimiste en affirmant :
      « Il n’y a absolument aucun problème d’eau en France. »
      Les buts de notre CCC est de lutter contre les gaz à effet de serre ; alors 311 milliards de m3 évaporé…
      Heureusement qu’ils n’ont pas vu l’éléphant dans le couloir !

    • Attention quand même avec le chiffre de 2,5%, qui ne veut pas dire grand-chose dans la mesure où ce que vous appelez évaporation est en réalité l’évapo-transpiration : ceci correspond à la consommation d’eau par les plantes, dont une bonne partie sont à usage agricole, donc alimentaire. Cette quantité est, peu ou prou, incompressible. Le bon ratio serait plutôt 11/175 soit 6,3% – ce qui effectivement laisse de la marge.

      cf par exemple https://www.coordinationrurale.fr/lirrigation-en-france-les-disponibilites-en-eau-et-la-gestion-par-lorganisme-unique-ou/

      • Le sujet est que la population subit des restrictions comme punition d’une déficience manifeste de l’Etat obèse.

        Ce sont plutôt les préfets qui devraient être sévèrement sanctionnés pour ne pas avoir fourni l’eau en quantité suffisante. Chaque fois qu’une mesure de restriction d’eau est prononcée, le préfet et l’ensemble des fonctionnaires qui travaillent pour lui devraient voir leurs salaires divisés par deux ou trois, agrémenté d’un séjour au gnouf en cas de récidive l’année suivante.

  • Le CCC est-il à la France ce que le PCC est à la Chine ?

  • L’expérience nouvelle de la démocratie directe et de l’action dite citoyenne apparait plutôt comme un échec…
    Mais non, c’est un succès: faire croire à la démocratie sans même avoir l’aval de la majorité. Imposer les décisions prévues par l’oligarchie, mais avec un assentiment de façade.
    Une dictature est en train de d’instaurer… avec le consentement des veaux…

  • Le pire dans tout cela est que les prémices des écolos-pastèques sont presque toutes fausses, à commencer par le CO2, qui n’a pratiquement rien à voir avec le climat de cette planète. Le RCA est, en effet, la plus grosse arnaque de tous les temps.

  • Cette démarche totalitaire par convention interposée est dans le droit fil des propositions de Ségolène en 2007 reprises par Hamon en 2017 ; la gauche verte ou rouge ne souhaite pas une reconnaissance des élus et l’histoire nous montre que lorsqu’ils ont le pouvoir leur premier souci est de se débarrasser physiquement des élus non conformes à leur idéologie en s’appuyant sur des groupuscules type convention auto désignés représentants du peuple !!! La dictature verte se met en marche et qui va l’arrêter ????

  • Les 150 citoyens TRIES au sort, en vu de la Convention Citoyenne sur le Climat permettent au Gouvernement de se dédouaner en cas de problêmes.
    Nos citoyens, formatés par des  » experts  » dans un but manifestement orienté, font des propositions qui  » tiennent la route  » vis à vis de la neutralité carbone tant recherchée. Ce sera grâce aux 150 citoyens que nos Gouvernants auront eu la merveilleuse idée de réunir !
    Si leurs propositions — et c’est plus que probable — restent dans le domaine du n’importe quoi ou sont plus simplement inapplicables, car hors sujet, ce sera à cause des 150  » pigeons  » qui n’auront pas su trouver les bons plans ! Ca n’est donc pas la faute au Gouvernement !
    D’ailleurs, pourquoi demander à des citoyens, qui n’y connaissent rien, de proposer des solutions qui devraient paraître évidentes, puisqu’on connaît le problême, on sait ce qu’il faut faire, et donc la réponse devrait couler de source, sans avoir à organiser cette Convention-bidon !
    Pîle, je gagne ; Face, tu perds !
    Climatiquement vôtre. JEAN

  • C’est un rapport religieux établi par des croyants sous la direction de curés de l’apocalypse. Rien à en attendre, très facile à démonter mais ça ne convaincra que peu d’adeptes.
    La main dans le porte-monnaie par contre convainc très rapidement même les esprits les plus simples. Tout le génie du totalitarisme soft par rapport à ses ancêtres tient à la subtilité du pillage et ça commence souvent avec les discours et l’éducation.
    .
    J’ai discuté aujourd’hui avec un croyant à l’imprimante d’argent gratuit, un de plus. Quand des adultes croient encore au père Noël, ils peuvent bien croire à n’importe quoi mais quelque chose de grave est arrivé à la logique, au rationalisme et à l’éducation.

  • Pays de merde…

  • Il est normal que cela déborde puisque les écolos sont avant tout des gauchistes. Donc nous retrouvons les mesures idiotes de la gauche: 28 heures, taxes, etc….

  • La plupart des mesures proposées sont inspirées par la théorie du réchauffement climatique du à l’Homme, à cause de ses émissions de CO2 d’origine fossile. Cette théorie est fausse. Par ailleurs, il y a une catastrophe écologique qui se prépare et qui aura une influence directe sur le climat des zones intertropicales et sur les échanges entre zones tropicales et circumpolaires : c’est la déforestation de l’Amazonie, suivie par la dégradation des sols, la réduction du régime des pluies, donc des effets de la forêt. C’est bien un problème anthropique. Il faudrait payer le Brésil pour qu’il arrête ce massacre. Voilà une dépense utile, au lieu de détruire l’économie française et européenne par des impôts et taxes qui resteront sans effet sur le CO2 et sur le climat. Je déplore le manque de clairvoyance des soit-disant climatologues et des politiques sur ces sujets.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Chasseray.

Les Verts sont-ils vraiment sérieux ? Je me souviendrai longtemps de ce matin du 24 septembre et de la proposition de Sandrine Rousseau d’augmenter entre 30 et 50 centimes la TICPE (Taxe intérieure sur la consommation des produits énergétiques) sur les carburants, c’est-à-dire de 36 à 60 centimes le prix du litre de carburant après application de la TVA…

Est-il nécessaire de revenir davantage sur la stupidité de cette proposition alors que la France fait déjà partie des champions du monde de la fiscalité su... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay.

Une écologie politique dogmatique abuse les Français en voulant leur faire croire qu’ils pourront vivre de vent et de soleil. Mais sa volonté impérieuse d’imposer rapidement des règles contraignantes et de formater la pensée pour atteindre le nirvana écologique se heurte aux réalités physiques, économiques et humaines.

Un nouvel obscurantisme vert

Une nouvelle forme pernicieuse d'obscurantisme vert s’insinue dans les esprits au nom d'une valeur supérieure qui serait la Nature ou Gaïa.

Dans ce monde idéalis... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

Bruno Le Maire prévoit pour 2022 un budget adossé à 4 % de « croissance durable ». Voici un nouveau concept du ministre qui prétend sans vergogne « réinventer le capitalisme ». En examinant cette loi de finance, n’importe qui peut toutefois comprendre que seuls la dette et le déficit seront durables et que la croissance sera quant à elle entamée par un dirigisme et un interventionnisme qui gaspillent des ressources précieuses.

La « croissance durable » est une vieille lune pour Bruno Le Maire. Dès janvier 202... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles