Coronavirus : des injonctions paradoxales permanentes

Comme la peur du grand méchant coronavirus est encore assez vive, notre gouvernement multiplie les injonctions paradoxales.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tight by Qwedgeonline(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coronavirus : des injonctions paradoxales permanentes

Publié le 29 août 2020
- A +

Par Marc André.

La rentrée s’annonçant particulièrement chaude pour les clowns qui nous gouvernent, avec les feuilles mortes arrivent donc les diversions. Un peu à court d’idées depuis la récup du Black Lives Matter par le clan Traoré, nos spin doctors reviennent aux fondamentaux.

Comme la peur du grand méchant coronavirus est encore assez vive, notre gouvernement multiplie les injonctions paradoxales, les messages alarmistes et le jem’enfoutisme le plus débridé, tout cela « en même temps » et dans la plus totale décontraction.

Comme l’a particulièrement bien analysé l’excellent H16 dans ces mêmes colonnes, toute cette gesticulation est destinée à sauver les miches des incapables qui ont décidé de bloquer le pays et son économie parce que la résistance du système hospitalier, les réserves stratégiques de masques et les capacités de détection du virus étaient toutes proches du néant.

J’ajouterai à ce constat limpide qu’il est une autre chose que la technostructure s’emploie avec la dernière énergie à préserver intacte : sa capacité de prédation fiscale sans équivalent mondial, et ce en dépit de la faillite totale du système qu’elle est supposée financer.

Premier paradoxe, pour la première fois dans l’histoire de ce pays, et compte tenu de la très large féminisation des professions de santé, le chef de ce qui reste de notre État a fait monter des mères de famille au front, à poil ou presque, pour combattre un virus qui, dixit sa ministre de la Santé en janvier dernier, ne pourrait jamais franchir nos frontières que nous savons tous parfaitement imperméables depuis Tchernobyl.

Elles ont eu droit à des applaudissements, une jolie médaille, des primes géo-localisées et pis c’est tout ! On ne va quand même pas se mettre à payer une infirmière française au tarif allemand, non mais !

Non contents de cet exploit sans précédent, nos guignols en remettent une couche avec ces masques qui ne servaient à rien jusqu’en avril dernier, second paradoxe.

Hé oui braves gens le virus circule, il est là, prêt à frapper de nouveau. La seconde vague se lève et nos gouvernants, n’écoutant que leur peu de courage sont bien décidés à lui barrer aussi efficacement la route que lors de la première, à coups de privation de libertés, d’amendes bien senties et de tout un tas de jolies petites mesurettes aussi vexatoires et infantilisantes les unes que les autres… bis repetita.

Assistons-nous à un nouvel engorgement des urgences et des services de réanimation ? Non ! La courbe des décès a-t-elle repris son ascension aussi fulgurante qu’anxiogène de mars dernier ? Non !

La seule qui progresse est celle des cas avérés. Rien d’étonnant à cela, maintenant que nous testons enfin à grande échelle ! Eussions-nous eu les moyens de le faire en février dernier grâce à la capacité d’anticipation de cet État qui nous coûte la peau du dos, que nous aurions peut-être une idée de ce qui nous arrive aujourd’hui.

Las, par faute de point de référence, il faut nous fier à l’expertise de ceux qui nous ont mis dans un si joli pétrin et qui, tel des chiens se roulant dans la charogne sont fiers de nous montrer combien ils nous sont indispensables en remuant la queue.

Donc les masques seront obligatoires en entreprise, à l’école et toujours dans les transports. Les bars et restaurants vont devoir fermer à 23 heures, parce que manifestement le virus doit être plus actif la nuit, etc, etc.

Rassurons-nous, un masque en tissu sera fourni aux nécessiteux, notre Premier ministre nous l’a affirmé la main sur le cœur. Sur prescription médicale, les malades pourront s’en voir délivrer gratuitement dans les pharmacies. Dans leur cas, le fait qu’ils soient contaminants durant leur incubation importe manifestement moins que pour ceux qui, revenant d’un pays à risque ont l’obligation d’observer une quarantaine incubatrice, précisément…

En parlant de risques, la troisième des injonctions paradoxales, il n’y en a désormais plus aucun à profiter des joies de la culture subventionnée. C’est Roseline qui le dit. Du coup, la distanciation sociale dans les théâtres et les cinémas est abolie, sauf dans les zones rouges.

Mais bon, le port du masque reste obligatoire pour tout le monde. Pas de danger… mais, dans le cas où ne disposions pas de tous les éléments et que des contaminés viennent se plaindre à la Haute Cour de Justice après avoir vu le dernier Nolan… on n’est jamais assez prudent quand on est ministre et que votre première obligation est de dire de préférence n’importe quoi pour prouver que vous ne servez à rien, car heureusement, l’administration veille.

Soyons heureux d’être en France, ce pays où il fait si bon vivre à l’ombre d’un État infaillible comme les Papes. Nous allons atteindre l’autosuffisance en masques en décembre 2020… avec un an de retard. À ce train là, ne doutons pas que la pénurie de gants chirurgicaux que nous commençons à déplorer sera résorbée en juillet prochain.

Vous aurez donc l’obligation de porter masques et gants pour la prochaine canicule, car il s’agira d’aider à écouler une surproduction… nationale. Mais il y va de la santé de nos aînés nom de nom !

Tout cela fleure bon l’URSS où les T-shirts abondaient en décembre et les bottes fourrées en août… les années bissextiles. Et à ceux qui douteraient du caractère éminemment soviétique de notre administration tentaculaire, la seule réponse qu’elle apporte à son incompétence avérée est : la résurrection du Commissariat Général au Plan. Voilà une idée lumineuse qui va certainement propulser notre pays vers des sommets encore jamais égalés…

Comme en France un malheur n’arrive jamais seul, il a été décidé de mettre à la tête du Neo GOSPLAN un extrême centriste désœuvré du Béarn. Qu’il ait fallu donner un os à ronger à l’ami Bayrou qui s’est fait gauler comme un mal propre vulgaire Le Pen et mis en examen pour complicité de détournement de fonds publics européens, dans l’affaire des attachés parlementaires fictifs est une chose. La stratégie n’échappe à personne.

S’il n’était pas fissa pourvu d’un joli fromage, le bon François était capable de se présenter une quatrième fois à la présidentielle et de planter Manu. Pour éviter que le maire de Pau ne devienne son Chevènement, de garde des Sceaux, voilà donc Bayrou promu au Haut-commissaire au Plan.

Car ne nous y trompons pas, ce sont ces mêmes génies qui ont liquidé l’hôpital et les stocks stratégiques de masques qui vont être à la manœuvre sous la houlette d’un agrégé de grammaire. Ce dernier fera ce que font tous les nains politiques de sa génération : il se retranchera derrière les « zexperts », tous estampillés École Nationale de l’Administration… forcément, tout cela va très bien se passer !

(Visited 9 times, 1 visits today)
Voir les commentaires (52)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (52)
  • quand je pense que les Français sont si prompte à descendre dans la rue pour demander du pognon à l’état …..là , on leur pique leur liberté et ils ne mouftent pas ….finalement , ils ont le gouvernement qu’ils méritent ; un chefaillon qui mènent à la baguette un troupeau de mouton ;

    • Laurent Lenormand
      29 août 2020 at 8 h 44 min

      Ça va commencer à bouger dès aujourd’hui normalement. Il fallait bien laisser passer les vacances…:-)

    • Liberté, Égalité, Fraternité.
      Avez vous oublié le denier mot ?
      Faire attention aux autres n’est pas liberticide. La prophylaxie est fraternelle.
      Merci pour les personnes fragiles dont vous ne semblez pas vous soucier.

      • C’est sûr qu’un malade que l’on confine chez lui entouré de sa famille, c’est fraternel! L’égalité exigeant aussi que ce malade ne reste pas isolé mais transmette le virus à ses proches aussi largement que possible!!!!

      • « Faire attention aux autres n’est pas liberticide. »
        Non mais quand la façon de « faire attention aux autres » est décidée par une autorité incompétente ( un politique n’est pas médecin et n’a pas à prescrire un remède à la place du médecin), pour des raisons obscures, non étayées scientifiquement, et que le non respect de l’obligation devient un délit, ne pensez-vous pas que l’on sort du cadre des dispositions de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen?

      • Les personnes fragiles n’ont qu’à se protéger.. ce qu’elles font.

      • La prophylaxie oui, mais pas n’importe comment ou à n’importe quel prix.

        Le port du masque partout à l’air libre accrédite le fait que le virus se transmet par aérosol. Mais dans ce cas le masque est inefficace, il faut fuir les lieux clos (travail) et on ne coupe pas d’un nouveau confinement dans un mois et de bouffer du rutabaga toute l’année prochaine.

      • L’épidémie est TERMINÉE depuis fin avril, cf les courbes de mortalité de l’INSEE. Depuis cette date, la mortalité est revenue à la normale voire inférieure à cette normale.
        D’où ma question : de quoi parlez-vous ? réduire de façon drastique et autoritaire nos libertés à un niveau jamais vu pour une épidémie TERMINÉE ?
        Si on doit faire la même chose pour tous les risques de la vie – car le risque de mourir fait partie de la vie, ne vous déplaise – y compris pour les risques d’agression par des délinquants, on enferme tout le monde tout de suite, et on ne fait plus rien. Résultat : on meurt tous de faim, de froid, de solitude en quelques semaines.
        Votre raisonnement est aussi irrationnel que criminel et anticonstitutionnel car opposé aux libertés élémentaires.

        • C’est vrai la courbe des morts est plate.
          En fait vVDB révèle le désir de puissance. Comme les médecins médiatiques qui préconisaient d’enfermer tous les vieux pendant 1-2 Ans.
          Comme les médecins eugénistes qui décidaient de stériliser tous les déviants ce qui s’est fait dans les pays scandinaves, en toute bonne conscience, pour leur bien, ce qui est l’alpha et l’omega des social démocratie.
          La fraternité.

    • l’Etat aime que les citoyens viennent lui quémander du pognon : cela renforce sa légitimité à piquer le pognon aux autres et à administrer toute notre vie !

      En revanche, que les citoyens viennent lui réclamer la liberté, ah non : on leur envoie la violence policière à ces citoyens trop bêtes pour demander poliment.

      Car la racaille prend ses libertés sans les demander et n’est donc pas inquiétée !

  • et comme dirait Machiavel :  » celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leur âme « ;

    • Si je vous dis qu’en février/mars on ne testait que les gens à l’hôpital donc bien malade. C’est factuel. Que l’on estimait à 10%, les personnes infectées nécessitant une hospitalisation. Que les gens arrivaient à l’hôpital en ayant 10 à 15 jours de maladie. C’est ce qui était admis.
      Maintenant que nous testons massivement, nous observons une accélération des cas. Qu’en 4 semaines le nombre cas se multiplie par 10. Vers le 25 septembre, c’est donc 60 000 cas nouveaux par jour qui devrait être le chiffre quotidien. Avec 10% nécessitant une hospitalisation, cela fera 6 000 admissions 10/15 jours après. Le système de soin sera probablement débordé.
      Est-ce jouer avec votre peur de faire des mathématiques et vous dire que dans si la situation actuelle n’évolue pas ce sera le chaos ?
      Fermez les yeux…

      • Un virus mathématicien sans doute?

      • En tous cas en ce moment l’unité Covid de Mulhouse est fermée pour refaire le sol (entre autres), les quelques lits de réanimation étant suffisants pour les cas présents…

        source: le technicien en charge des travaux

      • beaucoup de « cas » (qui existaient déjà) et peu de malades, et très peu de décès … vous pouvez ouvrir les yeux !

      • Le chaos que nous avait prédit un certain Neil Ferguson ? le modéliste fou ?!?

      • En mars, on n’avait encore aucune mesure prophylactique. La détection des cas dans les hôpitaux pouvaient se faire avec une simple radio des poumons et le taux de transmission aisément déduit de l’expérience chinoise ou italienne.

        Je ne suis pas certain que les chiffres d’aujourd’hui soient solides : possible mutation du virus, mesures prophylactiques laxistes pour sauver le tourisme et les organisateurs d’événements festifs, brassage de population des vacances, chiffres faibles donc grande incertitude. Et tout change en septembre : plus de brassage, mais métro-boulot-dodo, moins de festif, météo différente, test des anxieux (randomisation douteuse), virus peut-être différent, possible immunisation des bulots …

        En mars, un calcul « mathématique » simple était fiable. Aujourd’hui non. Reste les modélisations qui on échoué en mars. Faites vous toujours confiance à ceux qui se sont pris pour des oracles ou n’ont pas dit qu’ils ne savaient pas.

        • Le seul moment où un politicien admet qu’il ne sait pas, c’est quand on lui demande d’où vient l’argent public détourné sur son compte en banque… 🙂

          • On ne peut pas être spécialiste de tout.

            Faire une déclaration de patrimoine quand on est élu du peuple, c’est très compliqué. De même que payer ses impôts quand on est serviteur de l’état et donc atteint de phobie administrative.

        • en mars les modélisation disaient que « ça peut faire beaucoup de morts. ». comment peut on dire que c’est s un échec de dire des trucs comme ça..

          en réalité je suis certain que si vous demandiez à un modélisateur combien l’épidémie ferait de victimes… il vous aurait dit ca peut faire beaucoup..mais ça peut faire beaucoup moins…

          le problème reste notre approche stupidement précautionneuse de toute chose, au point qu’appeler ça précaution est ridicule ..

          notez que personne n’a pensé « au pire possible » quand on a dit « confinement. »..

          • Non, au mois de mars, on pouvait faire un calcul de tête du nombre de lit de réa occupé dans les 15 jours ou avec un tableur de la courbe incluant l’effet retard.

            Une modélisation, c’est bien plus compliqué, surtout quand on doit faire intervenir les paramètres médicaux et sociaux que l’on ne connait pas.

            Et en mars, les modélisateurs ou au moins les communicants niaient encore le calcul du tableur et même le calcul mental contre toute évidence avec leur courbes en cloche d’immunité collective correspondant à 300000 morts. Comment leur faire encore confiance ?

            • En mars le nbre de malades et de morts doublait tous les 4-7 jours.
              En fait le nombre de porteur étaient inconnu faute de PCR. on ne voyait que le sommet de iceberg.
              Là c’est l’inverse, on voit la grosse masse des porteurs sains et les admissions en rea qui bouge lentement.
              Ce qui est rassurant c’est la dynamique qui est bcp moins explosive, les gens portent des masques, se lavent les mains.
              Ce qui n’est pas rassurant, ce sont les gesticulations des politiques qui sont totalement imprévisibles.

              • et au début d’une croissance que l’on suppose intrinsèquement exponentielle au départ se gourer de 100% ou être complètement à coté est facile..

              • La question que je me pose depuis des mois cependant est : du virus mort (ou mourrant), ça doit bien vacciner ?

                Comme on en retrouve partout et qu’il circule 1000…xxx… fois plus que le virus vivant, on finirait par être vacciné bien avant qu’on valide un vaccin officiel.

                Y a-t’il un biologiste dans la salle du café du commerce ?

                • jacques lemiere
                  30 août 2020 at 7 h 51 min

                  il ya des tas que je me pose concernant les épidémie en général, pourquoi la saisonnalité, la notion de dose..

            • dans les quinze jours si vous voulez , encore que…mais vous n’aviez aucune idée de là où ça allait monter…

            • le message était ça peut faire 300 000 morts pas ça va faire 300 000 morts..

              • Blanquer avait annoncé ça comme une décision tout à fait raisonnable du gouvernement. Au même moment, Le Monde titrait (sans le dire mais en substence) « A l’assassin ». Le gouvernement a pris peur et fait n’importe quoi.

                L’expérience UK montre que c’était effectivement n’importe quoi en l’absence de mesures prophylactiques (masques), l’expérience suédoise que c’était jouable quand on ne marche pas à côté de ses pompes. C’est en tout cas mon analyse.

                • « jouable quand on ne marche pas à côté de ses pompes. »

                  Et aujourd’hui (en ces temps de Tour de France surréaliste), les « pompes » ont pris tellement d’avance que même avec la meilleure bonne volonté politique (-icienne) du monde, ils ne sont pas près de les rattraper.

              • Le gros problème (en particulier pour les media qui découvrent aujourd’hui les exponentielles comme Mr Jourdain la prose) qu’une exponentielle où on multiplie par 1,3 n’a rien a voir avec une exponentielle où on multiplie par 3).

                La grooosse question est quel sont le R0 la létalité actuelles.

      • non ce n’est pas fermez les yeux , ce que vous essayez de prouver est que ne pas avoir peur est déraisonnable.. une remarque préliminaire, je n’ai pas beaucoup vu que les épidémies historiques aient pu être quantitativement prévues. et il existe plusieurs raisons valables..d’abord au départ l’incertitude est telle sur les grandeurs necessaires à une approche modelistiques..approche modélistique que je n’ai pas vue non plus validée mais il s’agit peut etre d’ignorance de ma part.. mais aussi ce qu’on met sous le terme saisonnalité..

        une chose me semble certaine la grande incertitude… en effet on peut toujours faire peur…

        que pensez vous du cas suédois par exemple?

        https://www.worldometers.info/coronavirus/country/sweden/ c’ets la saisonalité? qui arrete l’épidémie à ce niveau? ou quoi?

        et pour l’espagne avec ce qu’on peut appeler une seconde vague?
        https://www.worldometers.info/coronavirus/country/spain/

        nous verrons en septembre ??quand au juste et combien?? moi aussi je peux jouer au pire possible..
        sinon quoi??

      • Le nombre de PCR + a été multiplié par 4 et le nombre de test augmenté de 50% en un mois, donc bien loin de 10 fois.
        Le nombre de cas double en 15 j 3 semaine, en mars c’était tous les 3-4 jours.
        La situation est préoccupante, on verra à la rentrée, mais le pays est équipée, les médecins prêts.. tous les médecins, les libéraux aussi, qui ont été mis de côté d’une manière incompréhensible.

      • Jusqu’à présent TOUTES les prévisions mathématiques en ce qui concerne cette (et toutes en fait) épidémie se sont révélées totalement fallacieuses. Mais ce qui est sûr et vérifié à travers toute l’histoire, c’est que les régimes totalitaires commencent toujours par la distillation de la peur (de l’autre, d’une nation, d’un groupe qui est parmi vous mais invisble et qui vous veut du mal et ici de la terreur d’un petit virus grippal) et la privation progressive des libertés les plus fondamentales.

      • vVDB a écrit: « 10/15 jours après. Le système de soin sera probablement débordé.

        Un mois plus tard, les gens commenceront à muter, des nez vont leur pousser un peu partout et il n’y aura plus assez de masques.
        Ding Ding Ding ! La fin du monde….
        Quand on redescend sur Terre on s’aperçoit que le taux d’hospitalisation pour les nouveaux cas est de 1,5% en Suisse et la mortalité de 0%.
        .
        vVDB a écrit: « ce sera le chaos ? »

        Économique et social certainement, la France était dans un état totalement désastreux AVANT même le Covid.

  • Je vous vois très mal informé.
    Prenez l’historique des recommandations de l’OMS pour le masques. Et regardez la recommandation actuelle.
    L’état français en fait plus, car il est populiste, le peuple réclame des masques alors il en aura…
    On fait n’importe quoi mais ce ne sont pas des clowns, et je pense que vous en êtes un, la provocation sert quand ce que l’on avance est vrai.
    La seule recommandations que la France n’a pas suivie, c’est l’éducation des populations aux savoirs faire et savoirs être nécessaire à la prophylaxie dont le bon usage des masques.
    Aucun spot pour bien encrer les mésusages et les bonnes pratiques, c’est probablement infantilisant mais 99% des français ne l’utilisent aujourd’hui pas correctement (comme les chinois d’ailleurs)
    Honte pour cela à ce gouvernement car ce n’est pas faute de ressources financières comme un pays en voie de développement impécunieux.

  • Laurent Lenormand
    29 août 2020 at 8 h 50 min

    Toute cette histoire sombre dans le burlesque – à condition d’aimer le comique de l’absurde. Cela devient une sorte de happening dadaïste, une « proposition » artistique d’une ampleur inédite.
    On aura au moins la consolation d’avoir vu quelque chose d’unique dans l’histoire de l’humanité.

    • « On aura au moins la consolation d’avoir vu quelque chose d’unique dans l’histoire de l’humanité. »
      + 100… Ça nous fera une belle jambe ! (Expression populaire)

  • Didier Raoult a (une fois de plus) certainement raison de penser que ce scandale sera encore visible dans un siècle, tellement il est énorme. Le scandale ubuesque mondial, et ses conséquences.

  • Jerémy Lapurée
    29 août 2020 at 10 h 54 min

    Dernière nouvelle « rigolote » ! Masque obligatoire, à Paris, pour les motards, mais pas pour les cyclistes.
    Bienvenue chez les fous !

    • depuis mars, peut-être la nostalgie du carnaval? C’est festif le carnaval, et surtout ça permet de faire n’importe quoi de façon anonyme ( enfin c’était comme ça autrefois à Venise).

  • voila sauver leur miche..
    on a le sentiment que ça joue beaucoup dans les décisions et surtout leurs formulations..

  • Nos ancêtres les gaulois étaient déjà pas mal timbrés, avec de tels aïeux, nos politiques actuels ne pouvaient pas être sain d’esprit et de corps.

  • Ca décape, bon style, merci. Dommage que les masses tétant le sein couperosé des allocs diverses et s’étonnant de maigrir encore ne lisent pas.

  • au final, un jour aou l’autre, il y aura la grande question combien a-t-on évité de victimes…
    on pourra alors faire le procès de la compétence ..
    ce qu’on remarque est que ce sont ceux qui doivent être jugés qui se posent en juges…et prématurément..
    le procès de l’honnêteté intellectuelle est pour moi déjà fait..

    si au moins ils étaient humbles..

  • Antilibéral par principe...mais ouvert
    30 août 2020 at 2 h 07 min

    Ou alors ça s’appelle avancer par tatonnement avec ce que découvre progressivement les scientifiques…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La perspective des fêtes n'est pas des plus réjouissantes en cette fin d'année 2021.

Toute l'Europe est actuellement en train de serrer à nouveau la vis de l'autoritarisme à l'approche des fêtes : entre confinements partiels, couvre-feux, événements supprimés, les libertés publiques s'usent et ne semblent plus être que de vagues souvenirs de l'année passée, ou de l'année d'avant...

Cependant, et pour tenter d'entretenir une santé mentale la plus saine possible en cette période de folie, il est important de souligner le positif q... Poursuivre la lecture

Par Brad Polumbo. Un article de la Foundation for Economic Education

En 2020, les gouvernements du monde entier ont pris des mesures draconiennes dans l'espoir de ralentir la propagation du Covid-19. Dans de nombreux cas, ils ont bloqué les économies et confiné les gens chez eux pendant des mois. Le fait que les  restrictions ont effectivement contribué à contenir la pandémie de Covid-19 est très douteux. Mais le nombre de décès provoqués involontairement par les mesures de confinement ne cesse d'augmenter.

Le paludisme et les co... Poursuivre la lecture

Par Doriane de Lestrange.

Les mesures de plus en plus dures imposées par les État occidentaux dans le cadre de la lutte contre la pandémie ont deux conséquences principales : modifier la vie quotidienne de toute une population, en lui édictant des comportements à adopter, et créer une importante fracture en son sein. Il y a désormais ceux qui adhèrent et ceux qui résistent.

Cette situation amène à s’interroger sur les diverses méthodes auxquelles le gouvernant peut avoir recours pour amener tout un peuple à prendre telle ou tell... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles