Rentrée post-COVID : une urgence éducative mondiale

La rupture de l'apprentissage scolaire pendant la crise sanitaire est un vrai sujet d'inquiétude. Regard d'un enseignant.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rentrée post-COVID : une urgence éducative mondiale

Publié le 31 août 2020
- A +

Par Stanislas Kowalski.

C’est en ces termes que Henrietta Fore, directrice du Fonds de l’ONU pour l’Enfance, a évalué la situation causée par le Covid-19. Avec 463 millions d’enfants privés de tout enseignement et 1,5 milliard d’élèves affectés par les fermetures de classe, il est clair que l’instruction en a pris un coup.

S’agit-il pour autant d’une urgence ? Dans cette épidémie, l’école a pu être perçue comme une variable d’ajustement un peu facile pour freiner la propagation de la maladie sans trop de dommages. Après tout, fermer une école supprime un lieu de contact, sans pour autant avoir le coût d’une fermeture d’usine.

Tant que l’on pouvait espérer un arrêt de quelques semaines, un tel calcul pouvait paraître plus que raisonnable. Les enfants profitaient de vacances prolongées et les options restaient ouvertes.

Allait-on réduire les grandes vacances pour compenser ? Allait-on reporter certaines leçons à l’année suivante ? Ces choix n’ont que peu d’importance au fond. Après tout, une scolarité se vit sur le temps long. Elle est de six ans au minimum dans les pays les plus pauvres, de 15 ans et plus dans les pays riches. Un délai de quelques mois n’est pas en soi une catastrophe insurmontable.

Mais cela pourrait bien le devenir. Si l’on considère les contraintes pédagogiques, si l’on regarde cette rupture avec les yeux de l’enseignant qui se demande comment il va procéder désormais, nous avons de vrais sujets d’inquiétude.

Je vois plusieurs problèmes critiques auxquels il faut s’attendre au moment de la reprise.

Le premier est celui des abandons. Ce n’est peut-être pas une difficulté majeure dans nos pays d’enfants gâtés, où les jeunes générations n’ont pas vraiment d’alternatives à l’école.

En revanche, dans les pays pauvres, comme le Cambodge, où je travaille en ce moment, ce sera un indicateur à surveiller de très près. Combien d’élèves de lycée auront pris un job entretemps, brisant complètement l’élan de leurs études ?

Pour l’instant, c’est une inconnue, et ça le restera un moment, puisque les écoles vont rouvrir cette semaine à effectifs réduits. On ne le saura pas tout de suite.

Le second problème, c’est la casse des bonnes habitudes. Pour être efficace, un enseignement doit s’appuyer sur des routines bien huilées. Cela commence avec des rituels qui permettent une discipline un peu plus fluide et qui assurent une ambiance paisible dans une classe de 30 élèves ou plus.

Plus difficiles à mettre en place sont les habitudes de travail. La régularité est essentielle dans l’apprentissage des leçons ou les devoirs à la maison. Les redémarrages en pointillés rendent la mise en place de ces routines beaucoup plus difficile.

Là encore, il faudra faire des enquêtes pour évaluer le phénomène, mais on peut exprimer des craintes plus que raisonnables, en particulier pour les plus petits. S’asseoir sur les bancs de l’école n’a rien de naturel.

Et c’est la même chose pour la politesse ou l’attention aux autres. Si le pli n’est pas pris à un jeune âge, ou pire, si de mauvaises habitudes sont prises à la place, ce sera extrêmement difficile à rectifier.

On sait par exemple que les enfants mal socialisés à 4 ans ont de très forts risques d’être violents sur le long terme. Alors, bien sûr, c’est un cas extrême, et je ne dis pas que les enfants du Covid seront violents.

Mais des problèmes similaires se posent avec l’attention en classe, le sens de l’effort ou la confiance en soi. 4 ans, c’est aussi un moment critique pour préparer des adolescents angoissés. Je pense qu’on prend d’assez bonnes mesures pour former une génération de pétochards.

Le troisième problème a trait à l’égalité. C’est un problème complexe. Beaucoup ont déjà fait remarquer l’injustice de la situation actuelle. Certains enfants, les meilleurs et ceux issus de familles favorisées ont pu continuer à apprendre de façon décente en ligne.

Il ne s’agit bien évidemment pas de blâmer ceux qui ont fait l’effort de trouver des solutions ou les familles qui ont maintenu de hautes exigences. Mais que dire des enfants pauvres ou qui ont la malchance de vivre à la campagne ?

Le Cambodge a fait de remarquables efforts sur l’éducation numérique dans certaines écoles privées ou dans les New Generation Schools. Mais les zones rurales n’ont eu accès à rien du tout. Les écarts sont encore pires qu’en France.

Au sein d’une même classe, les écarts sont considérables. Certains élèves motivés ont pu tout apprendre, et ont peut-être même appris plus qu’ils ne l’auraient fait autrement. Il y a des intellectuels que le défi stimule.

Mais les autres, les enfants ordinaires qui ont besoin d’être un peu poussés, eux ont subi une perte sévère. Même avec de très bonnes ressources, même sans improviser comme on l’a fait depuis six mois, la gestion de classe ne peut pas être aussi bonne dans une visioconférence que dans une vraie classe.

Passée l’excitation des premières semaines, tout le monde se fatigue et se relâche. Je l’ai bien senti avec des étudiants adultes, alors des enfants !

Cela nous amène à un problème que tous les professeurs connaissent bien, toujours un problème d’égalité, mais beaucoup plus concret. C’est celui de l’hétérogénéité des classes.

C’est une vieille rengaine dans les débats pédagogiques à la télévision, où l’analyse est de très basse résolution. Certains se plaignent d’un rien. D’autres tentent de minimiser le problème en faisant remarquer que toutes les classes sont inévitablement hétérogènes. Ce qui est vrai. Mais là n’est pas la question.

C’est une affaire de degré. Et ça ne s’évalue pas au doigt mouillé en regardant la France depuis la rue de Grenelle. L’hétérogénéité doit s’évaluer finement au sein de chaque classe, et pour chaque matière.

Il y a des seuils critiques au-delà desquels il devient impossible de faire classe à trente élèves en même temps, même avec des stratégies de pédagogie différenciée.

Si des adolescents ont manqué les leçons sur la Révolution, cela ne les empêchera pas de suivre celles sur la Grande Guerre. S’ils n’ont rien lu de Molière, cela ne les empêchera pas de lire Camus.

Mais il y a des matières où les prérequis sont incontournables. Si la moitié de la classe a manqué les leçons sur les fractions, il va être difficile de travailler les équations. Si des élèves arrivent au collège sans savoir lire, il n’y a rien que l’on puisse faire pour eux.

La validation de ces prérequis n’était déjà pas très fiable. Après le Covid, ce sera abyssal, surtout si l’on rouvre les écoles par petites touches.

La seule manière de s’en sortir, c’est d’effectuer des évaluations très sérieuses pour identifier les lacunes et de ne pas être trop frileux sur les mesures de remédiations, y compris le redoublement.

Mais comme on va encore acheter la paix sociale, je crois pouvoir dire sans trop me tromper, oui on s’achemine vers une catastrophe éducative et il y a urgence.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Bien entendu, cette période n’a pas été mise à profit pour réfléchir à l’école 2.0. Les profs se sont soit épuisés à maintenir le navire à flots soit se sont mis au vert tranquillement. La rentrée est aujourd’hui et rien n’aura changé, je vous en fiche mon billet. Je vous raconterai.

    • Reportage hier soir : l’EdNat aurait égaré 40 000 enseignants durant l’épidémie. Rien que ça…

  • Dans un certain nombre de pays on va obliger les enfants ou adolescents à porter un masque pendant les cours, les récréations et le transport , soit plus de 8h par jour. Comment pourront ils apprendre correctement dans ces conditions ?
    Et que dire des fermetures d’écoles suite a la découverte de »cas » même non malades ?
    L’éducation est un droit fondamental des enfants, on le baffoue! Un véritable scandale !

    • Désolée typo : bafoue

    • On va surtout les obliger à porter le masque indépendamment de la logique, là où il peut avoir son utilité comme là où il est clair et reconnu qu’il n’en a aucune. L’instruction, les connaissances que les enfants n’auront pas avalées, ça peut toujours se rattraper plus tard. La logique, le raisonnement, certainement pas.

  •  » fermer une école supprime un lieu de contact, sans pour autant avoir le coût d’une fermeture d’usine. »
    Fermer une école, ca veut dire des parents qui ne peuvent plus travailler normalement ! donc oui c’est grave !

  • Un enseignant doit être un instructeur avant d’être un spécialiste de son domaine ou un fonctionnaire.

    Il lui faut une liberté accrue pour s’adapter à la situation, prendre des libertés avec le programme, revenir sur des bases (fussent-elles détachées du domaine qui lui est assigné). Bref dire m… à l’EN et exercer sa vocation et non son poste, sa tâche sa mission ou son domaine.

  • On a sacrifié le futur des enfants pour permettre a des gens de 75 ans et plus de vivre au mieux 10 ans de plus.
    Quel interet a part sur le plan electoral et lacrimal (si on aurait sacrifié les vieux la TV nous aurait fait plein d images des epahd et notre president aurait ete vu comme un monstre insensible (rappelez vous l episode de la canicule de 2003)) ?

    • Ce sont surtout les personnels égarés de l’EN qui ont sacrifié le futur des enfants pour s’offrir des vacances aux frais du contribuable. Je n’ai vu nulle part la mise en balance de la prolongation d’une vie d’ancien avec la qualité d’une vie de jeune, vous avez des exemples concrets ?

  • On reouvre les écoles pour que les parents bossent. C’est, important pour les revenus de l’état et pour sa propagande éducative.. La. Santé, on sait tous que ce n’est qu’un prétexte comme un autre pour imposer l’autorité de l’état…. en voie de radicalisation tellement celui ci est devenu néfaste à la population. .

  • le virus est inoffensif chez les enfants et meme leurs parents ne risquent pas grand chose. on devrait remettre les ecoles en marche et ne confiner que les sujets a risque (autrement dit les 70 ans et plus)

    • On ne peut pas confiner de façon arbitraire et obligatoire une partie de la population sous un critère d’age, de s.exe de r.ace … (Quand bien même on sait que les risques sont différents).

      On ne peut pas assimiler les personnes dépendantes en établissement spécialisé et les personnes indépendantes.

      On ne peut pas assimiler les malades et les bien-portants.

      On ne peut pas non-plus fermer les yeux sur les zones à risque, comportements à risque, rassemblements à risque organisés par des copains … et dire « c’est pas grave, c’est l’état qui paye ».

      Quand on aura établi une liste à peu près exhaustive de ce qu’on ne peut pas faire, il restera ce qu’on doit faire.

    • Oui mais les profs sont des gens très fragiles qui se soignent uniquement à l’homéopathie et aux grèves. Il va surment y avoir une hecatombe dans quelques jours.
      L’état n’a pas protégé les enfants mais les profs en arrêtant l’école.

    • Difficile de dire moins clairement « les vieux peuvent bien crever et les jeunes ont tous les droits ». Il me semble que le libéralisme, c’est considérer chaque individu pour ce qu’il est et qu’il vaut, indépendamment de son appartenance à telle ou telle catégorie.

      • En fait par principe libéral on n’a même pas à considérer. Heureusement et aussi par principe les bien-pensants qui « considèrent » ne peuvent classer les gens sans se contredire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lisa Kamen-Hirsig.

Ce qui frappe en arrivant au Cours du Pont de Pierre, ce sont les dizaines d’emplois du temps affichés. « Chaque élève a le sien » explique son directeur, Grégoire van Steenbrugghe. Il a fondé cette école étonnante il y a neuf ans pour accueillir des enfants à besoins spécifiques, souvent déscolarisés et parfois désocialisés. Elle est étonnante, car elle repose sur une idée ancienne et disruptive à la fois : le préceptorat.

De sa propre scolarité Grégoire ne dit pas grand-chose, mais on sent qu’elle a été ... Poursuivre la lecture

Par Guillaume Thomas.

La période de rentrée scolaire est propice à toutes les annonces et polémiques sur les sujets les plus mineurs concernant l’éducation. C’est à croire que ces bruits médiatiques stériles constituent une diversion face à l’absence totale de perspectives et de débats sur les grands sujets de fond concernant l'élaboration des programmes (imposés d'en haut), les pratiques pédagogiques ou encore les carrières des enseignants. La grande absente des discussions de cette rentrée est la question de l’enseignement numérique ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

En cette rentrée, où un certain nombre d’enfants manifestent peut-être des réticences à l’idée de revenir sur les bancs de l’école, voici un documentaire passionnant qui rappellera que l’école peut en un sens être considérée comme un luxe, en tous les cas comme un précieux instrument d’accès potentiel à la liberté.

L’école est une sorte de luxe dont on mésestime trop souvent la valeur, surtout lorsqu’on est un enfant vivant dans un pays aisé, pour qui s’y rendre va de soi, celle-ci étant jusqu’à un certain â... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles