Masques obligatoires en entreprise : premier rétropédalage d’Élisabeth Borne

Masques obligatoires en entreprise : si l’Etat bureaucratique s’en sort aussi mal avec les masques, comment fait-il d’habitude ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Masques obligatoires en entreprise : premier rétropédalage d’Élisabeth Borne

Publié le 31 août 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Les aventures du port du masque obligatoire continuent. Ce dimanche, le ministre du Travail Élisabeth Borne a admis que certaines activités en entreprise étaient difficilement compatibles avec le port du masque.

Elle envisage maintenant d’en assouplir les règles dans certains cas, en particulier dans les espaces suffisamment ventilés et pour certaines activités qui nécessitent un effort physique certain. Tout cela sera discuté avec les « partenaires sociaux » avant l’entrée en vigueur de la règle dès demain, ce qui, il faut l’admettre, donne peu de temps au gouvernement pour y réfléchir intensément.

Des masques obligatoires à Paris

Ce rétropédalage à quelques jours de la nouvelle réglementation rappelle un peu ce qui s’est passé à Paris vendredi dernier, en moins caricatural peut-être. À 8 heures, le port du masque était obligatoire pour tous. Quelques dizaines de minutes plus tard, la préfecture admettait certaines exceptions à la règle, que ce soit pour pique-niquer ou pour circuler à deux roues.

Mais attention ! Les contrevenants risquent gros. La police contrôle les bars et les cafés pour vérifier que tout le monde respecte les règles. C’est l’occasion pour elle de montrer au contribuable qui pourrait en douter qu’elle est bien employée en cette période de radicalisation des violences urbaines.

Dans les deux cas, à Paris comme au niveau national, on distingue une façon de procéder qui nous donne une bonne idée du fonctionnement du modèle social que tout le monde nous envie.

Premièrement, les pouvoirs publics agissent dans la précipitation, par effet d’annonce de manière autoritaire et jacobine. L’exécutif impose une règle générale et autoritaire partout.

Ensuite, le préfet ou son ministre de tutelle ouvre le journal et s’aperçoit que le monde entier n’est pas une administration parisienne, et que ses règles sont impossibles à suivre correctement en l’état. C’est un problème d’information classique en économie, mais cette leçon semble un peu difficile à comprendre pour les planistes. On accepte alors une multitude de cas particuliers et d’exceptions laissés à l’appréciation de l’administration elle-même.

Plus d’exceptions, plus de fonctionnaires mobilisés

Le masque doit être porté au comptoir du bistrot, mais pas à table. On peut fumer, manger une glace et courir sans masque, ou même peut-être travailler dans un open space, mais pas dans les parcs publics, sur la plage parfois ou dans les rues de Paris.

La multitude d’exceptions mobilise une multitude de fonctionnaires pour faire respecter le nouvel empilement bureaucratique, achevant de rendre la consigne générale illisible et son application largement arbitraire, c’est-à-dire, au sens premier, à l’appréciation du Politique. La notion de sécurité juridique à ce stade devient une plaisanterie un peu utopique.

Mais si l’État bureaucratique s’en sort aussi mal avec les masques, comment fait-il d’habitude ? La réforme des retraites, le droit du travail, la guerre contre le terrorisme ? Si on osait la décentralisation des décisions ?

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • L’Etat jacobin n’a pas le monopole de ces règles absurdes.
    En Espagne, même refrain alors que le pays est décentralisé.
    Ce n’est pas rassurant.

  • Deux pas en avant, un en arrière, mais toujours en marche ?

    • Correction : Un pas en avant, deux pas en arrière. La France avance toujours à reculons depuis l’arrivée du scootériste !!!

  • Croire que ce phénomène n’est que parisien est une erreur partout les élus prennent des décisions absurdes et en général pour amadouer leur cour des miracles. Comme dirait Trump, faut faire un test de drogues, nos élus ne sont pas dans une état normal.

  • « Les aventures du port du masque obligatoire continuent. »

    Ne manquez pas le nouveau film d’Indiana Macron » : les aventuriers du masque perdu en mars et retrouvé en septembre.

  • La décentralisation n’est pas une solution : c’est donner à des petits barons locaux la possibilité de profiter de la situation pour asseoir leur autorité en prenant des décisions là aussi totalement arbitraires : interdiction de danser dans les bars de l’Hérault, interdiction de porter le maillot du PSG à Marseille, port obligatoire du masque aux abords des falaises venteuses d’Etretat, etc., on ne compte plus les décisions absurdes sur tout le territoire…

    Ce n’est pas de décentralisation dont nous avons besoin, mais de libération.

    • Je ne suis pas d’accord. Au printemps les maires n’étaient pas d’accord sur l’ouverture des plages (mois de mai, 28° sur le sable)
      Un premier opposant farouche, le second pour les plages dynamiques qu’il a été obliger de fermer la police faisant du zèle. Et le troisième qui n’a rien fait, pas de pancarte, pas de police.. et les plages libres pour les baigneurs.
      Tout cela pour dire que la décentralisation permet la concurrence. Un maire est psychorigide? on va dans la commune voisine.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

par h16

Chaque jour qui passe, un pays se détache nettement des autres et montre qu'une autre stratégie était possible, autre que celle employée par des douzaines d'autres, ballotés de mesure liberticide en mesure liberticide plus ou moins fortes : la Suède, faisant confiance à son propre peuple, a conservé ses libertés et son bon sens et n'a jamais supporté les centaines de milliers de morts qu'on lui garantissait pourtant.

Non seulement, elle était possible mais au contraire de tout le bric-à-brac de politiques délétères qui a... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

L’affaire mijotait depuis un bon moment et le terrible suspense est enfin levé : Anne Hidalgo sera bien la candidate du PS dans la course à l’Élysée de 2022 en dépit des déclarations rigoureusement inverses qu’elle répandait dans la presse en 2020 quand elle briguait sa propre succession à la mairie de Paris. 

À l’époque des municipales, elle se disait comblée par Paris, elle racontait à ses administrés que les finances de la capitale étaient parfaitement saines et elle leur promettait même de geler les im... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Nasier Ockham et h16.

Pour Ariane Chemin, grande reporter au journal Le Monde, c’est évident : ce qui se passe à Marseille en matière de gestion sanitaire est la représentation fidèle des errances du Pr. Raoult. Paf, c’est dit.

Pourtant un intéressant billet de blog paru en avril 2020 établissait avec quelques chiffres des statistiques sur ce qui se passait justement du côté marseillais, et ce avant même que les polémiques aient pris des proportions démesurées, et manifestement, ça cadrait mal avec les saillies enfla... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles