Rebondissements américains

Les allégations de fraudes électorales aux Etats-Unis prennent de plus en plus de substance. La victoire de Biden semble fragile.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rebondissements américains

Publié le 30 novembre 2020
- A +

par h16

Je l’avais noté le 9 novembre dernier : l’élection présidentielle américaine s’acheminait alors vers une bataille juridique. Et ces derniers jours, les rebondissements se sont succédé à ce sujet…

Et alors que le mois de novembre touche à sa fin, le résultat de l’élection n’est toujours pas clair. Bien sûr, les médias outrageusement favorables à Joe Biden des deux côtés de l’Atlantique l’ont largement déclaré vainqueur, laissant même l’équipe de campagne du candidat démocrate créer de toutes pièces un « bureau du président-élu » dont l’apparence d’officialité et de sérieux est, on ne peut en douter, un gage de la solidité tant des médias que de sa victoire certaine après les décomptes de voix, puis les recours en justice, puis le vote des grands électeurs du 14 décembre prochain qui, rappelons-le, est la seule étape permettant vraiment de lui conférer le titre qu’il brigue actuellement.

Cependant, les allégations de fraudes de l’équipe Trump ne se sont pas envolées et plusieurs phénomènes se développent actuellement autour de ces recours judiciaires qui ne manqueront pas d’inquiéter l’observateur extérieur.

Ces allégations de fraudes, jusqu’à présent essentiellement médiatiques, ont pris une autre tournure à mesure que les dépôts de plaintes circonstanciées et les témoignages en direct se sont accumulés.

C’est ainsi que l’avocat de Trump, Rudy Giuliani, a présenté le 25 novembre dernier ses témoins lors d’une audition devant des parlementaires de Pennsylvanie. On pourra en découvrir la vidéo intégrale ci-dessous.

De façon intéressante, les médias habituels ont peu évoqué l’affaire, citant l’opération dans de rares articles relativement peu détaillés (à tel point qu’en France, les intéressés pourront se brosser pour avoir une recension de ce qui s’est dit à Gettysburg cet après-midi là).

Pourtant, des éléments et des témoignages déterminants ont été apportés qui modifient de façon substantielle les arguments présentés par les médias jusqu’à présent : d’une part et contrairement à ce qui était dit jusqu’à présent, les éléments de fraude présentés seraient suffisants à faire basculer l’élection. D’autre part, il y aurait bel et bien plusieurs opportunités pour frauder dans différents cas. Enfin, l’organisation d’une telle fraude entraînerait une masse de témoignages tant il serait difficile de tout camoufler, ce qui est le cas au vu du nombre de dépôts sous serments que les équipes de Trump semblent avoir rassemblés.

S’il est évidemment trop tôt pour évaluer la pertinence de ces témoignages et des éléments fournis, et si rien ne présage de ce qu’en pensera la justice, le discours « il n’y a aucun élément » ne tient plus et il semble donc assez probable que cette élection, comme celle de 2000 du reste, se jouera plus dans un tribunal que dans des bureaux de vote…

Parallèlement, l’avocate Sidney Powell, représentant le peuple américain et non la campagne de Trump, a poursuivi un autre angle d’attaque puisqu’elle tient à démontrer que les matériels informatiques employés pour compter les votes ont été piratés ou manipulés à dessein.

Elle a pour cela déjà déposé deux plaintes, une contre l’État de Georgie et une autre contre l’État du Michigan. Ces deux documents ont, pour le moment, surtout déclenché l’intérêt des médias pour leurs fautes de frappe et non pour leur contenu et pour les pièces attachées qui devraient pourtant, dans un monde normal, déclencher comme pour l’audition de Giuliani un minimum d’intérêt.

Ainsi, le détail de l’analyse de la topologie du réseau de Dominion Voting System, en charge des machines de vote et de comptage des bulletins, réalisée par un cyber-spécialiste, ne semble déclencher qu’un petit bâillement gêné des médias. Malgré tout et comme pour l’ordinateur portable de Hunter Biden largement ignoré par cette même presse, les allégations qui en suintent mériteraient plus qu’un haussement d’épaule : manipulation potentielle (et facile) des votes, serveurs en dehors des États-Unis (ce qui violerait les lois fédérales américaines actuellement en vigueur), liens plus ou moins clairs avec des puissances étrangères, tout est là normalement pour exciter l’appétit des petits Albert Londres médiatiques.

Eh bien non. Pas plus que les taux de participation farfelus (de plus de 100 % jusqu’à plus de 700 %) dans certains comtés du Michigan dont il est fait mention dans une autre déposition sous serment.

Ces allégations sont peut-être fausses ou farfelues mais l’enjeu mériterait, a priori, un peu plus d’intérêt, ne serait-ce que pour les démonter.

Il n’en est rien et, comme je le notais plus haut, c’est le même traitement médiatique minimaliste voire biaisé que pour les aventures de Hunter Biden et son ordinateur portable pendant les dernières semaines de la campagne électorale. On retrouve même une partie des tropismes d’alors sur les réseaux sociaux concernant ces plaintes, ces vidéos et ces allégations : Twitter s’empresse ainsi d’ajouter des messages d’alerte pour prévenir que tel ou tel lien, tel ou tel tweet pourraient contenir des informations dangereuses ou sujettes à débat, et Facebook encadre systématiquement ces éléments d’alertes lorsqu’ils sont partagés.

Autrement dit, l’utilisateur neutre qui cherche à obtenir une information aussi large que possible, de préférence présentant les points de vue argumentés des deux côtés (ici, démocrates et républicains) devra déployer sensiblement plus de travail que pour d’autres sujets.

De ce point de vue, on n’est pas loin des mêmes marées informationnelles à sens quasi-unique que celles qui prévalent lorsque l’on évoque le réchauffement climatique et sa nature anthropique : pour ce sujet, les uns et les autres se sont finalement habitués aux lourds biais des médias et tout indique qu’il en sera de même pour l’actuelle élection américaine.

C’est problématique puisqu’on en arrive à la douloureuse conclusion que les processus décisionnels des internautes et des spectateurs moyens sont maintenant totalement à la merci de la présentation et des objectifs des médias et des grandes compagnies de l’internet : si toutes les informations qui vous sont accessibles sont biaisées, comment allez-vous pouvoir faire un choix éclairé ?

La question n’est pas rhétorique puisqu’en 2019, Robert Epstein, un chercheur diplômé d’Harvard et enseignant à UCSD rapportait que Google pouvait influencer plus ou moins massivement les électeurs, en fonction des résultats de recherches qu’il rapportait à ses utilisateurs après les avoir politiquement caractérisés.

Depuis 2018, on sait en outre que l’actuel dirigeant de Google, Sundar Pichai, n’était pas exactement un grand fan de Donald Trump dans une vidéo dont il fut question après l’élection surprise du républicain en 2016.

Manifestement, pour Robert Epstein, la situation n’a pas changé et elle a même empiré puisque, selon lui, les actuels géants de l’information, dont Google, seraient responsables d’un déplacement d’au moins six millions de votes en faveur de Biden. On pourra regarder à profit l’entretien que ce chercheur a accordé à Tucker Carlson sur la Fox et qui explique bien les enjeux d’un tel phénomène.

Outre la question importante de savoir s’il y a eu fraudes ou pas lors de l’élection américaine, la question de l’influence des médias et des réseaux sociaux (incluant Google) se pose donc actuellement avec acuité pour tous ceux qui sont soucieux à la fois d’une vraie liberté d’expression et d’une représentation sinon fidèle au moins complète de l’information disponible.

Et quoi qu’il en soit et contrairement aux proclamations un peu hâtives des médias, seules les prochaines semaines permettront de déterminer qui sera vraiment le prochain président américain. À la suite de quoi et comme je le pressentais début novembre, une nouvelle période difficile commencera.

En effet, si Joe Biden est finalement élu, tout indique que les démocrates auront un blanc-seing pour favoriser les méthodes de vote les plus sujettes à caution (par courrier et par l’utilisation d’équipements informatiques notamment) et, de ce fait, rendre particulièrement difficile l’accession de républicains déplorables à des postes importants. Certains Américains y voient un vrai danger pour leur République, et on ne peut pas vraiment les rassurer.

En outre, la politique de Biden qui se dessine actuellement avec les premières nominations aux postes clés laisse présager du pire depuis le retour d’une volonté de « démocratiser » certaines parties du monde à coups de bombes et d’ingérence (l’Amérique guidant le monde est de retour, Obama style) jusqu’aux impôts mâtinés de redistribution massive, qui va forcément bien se passer.

Il n’est pas très difficile d’imaginer que les recettes socialistes qui ne fonctionnent pas en Europe ne fonctionneront pas plus aux États-Unis et provoqueront les mêmes résultats. Crise économique, sociale, politique, krach boursier, tensions diplomatiques, l’Amérique de Biden semble bien partie pour des moments difficiles.

A contrario, si Donald Trump est finalement élu (quel que soit le moyen), on peut raisonnablement parier sur des émeutes dans les rues de certains États comme les mois passés en ont fait la démonstration. Et si les fraudes sont avérées, elles devraient conduire à des arrestations ce qui pourrait, là encore, générer un beau remue-ménage aux États-Unis.

À ce moment, Trump pourrait choisir la périlleuse pente glissante de la loi martiale pour faire revenir le calme dans le pays, ce qui placera immédiatement le dirigeant américain dans les petits papiers de toute la communauté internationale qui, cornaquée par des médias farouchement opposés, ne verra plus en lui qu’un vulgaire dictateur. Choisir de laisser le pays aux mains des milices de citoyens responsables (et laisser les États gérés par des démocrates pourrir sous leur laxisme) est un pari délicat mais peut-être le seul qui évitera l’escalade des tensions et l’effondrement potentiel de la République américaine.

Dans tous les cas, Biden ou Trump à la barre, on comprend que les États-Unis vont salement dérouiller. Pour le moment, ce sont donc de tristes perspectives qui marquent ce début décembre et l’arrivée d’une année 2021 agitée.

Le plus dur est devant nous ; la tournure des événements américains et européens est bien sombre, tant elle s’approche chaque jour d’une dystopie sanitaire où l’on enferme les gens pour des motifs de plus en plus fallacieux

Mais au moins pourra-t-on aller skier sur des pistes ouvertes aux remonte-pentes fermés.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (112)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (112)
  • Merci à Contrepoints pour avoir diversifier ses sources et ses infos sur ce sujet particulièrement sensible et important.
    Comme toujours, l’article de H16 est percutant dans le ton et dans le contenu. Roboratif et factuel.
    Wait and see.

  • Une nouvelle lubie ! Ce matin, un coup de téléphone pour nous annoncer le passage d’un ingénieur pour mesurer la qualité de l’air de notre domicile ! On nage de plus en plus en plein délire.

    • Annoncer le passage… Il suffit de ne pas ouvrir la porte. Entre l’isolation les toitures les termites l’amiante etc seuls les gogos se font piéger… Premier principe de survie, ne jamais ouvrir la porte à des inconnus ni répondre aimablement au téléphone.

  • Un des articles les plus pertinents, parce qu’écrit avec le plus de recul, que j’aie lus sur le sujet sur Contrepoints.
    Je crois aussi que les temps à venir s’annoncent difficiles pour l’Amérique, donc par ricochet pour le monde.

  • Mouais ! Fraude ou pas, Biden sera le prochain président.

    C’est bien beau de dire qu’il y a fraude, qu’il y a des centaines de déclarations sous serment, qu’on va libérer le kraken, etc …. Mais encore faut-il le faire !

    En 2016, DT promettait d’envoyer Clinton au trou. On voit ce qu’il en est. A la découverte du PC de Biden Jr, on s’est dit ça y est, le père est foutu. Et ? Rien, nada. Et il en sera de même pour la fraude. Rien ne sera démontré, rien ne changera.

    Jusqu’à maintenant, c’était CPEF. Aujourd’hui, c’est LMEF.

    • le temps judiciaire n’est pas le temps politique…

    • Généraliser la suspicion, avilir la démocratie, affaiblir la résistance à l’oppression sont les objectifs de la fraude électorale.

    • Le juge décidera le 2 décembre sur la base des éléments que la défense a jusque là pour présenter. C’est ce que dit la décision du jour du juge, qui n’a pas (encore ?) accordé l’examen des machines de vote. La différence est certaine sans être massive.

      J’espère en tout cas que l’examen en question se fera pour permettre d’y voir clair et au plus grand bénéfice de la démocratie, quelque soit le résultat du (encore potentiel) examen

      • quel que soit le résultat, pleeaase!
        « Quelque » n’a rien à faire ici, ça signifie un peu, environ :

        C’est à quelque vingt lieues d’ici, mais quelle que soit la distance, quel que soit le temps nécessaire, il faut y aller.

        Mon père m’avait laissé quelque argent à sa mort, mais quel que soit le montant, quelle que soit la somme, ça arrangeait bien mes affaires.

  • Donc cette élection est une voie sans issues, quelque soit le gagnant, on est mal… Enfin surtout eux, pour nous c’est déjà fichu.

  • cerceilannister669
    30 novembre 2020 at 11 h 59 min

    « Autrement dit, l’utilisateur neutre qui cherche à obtenir une information aussi large que possible de préférence présentant les points de vue argumentés des deux côtés (ici, démocrates et républicains) devra déployer sensiblement plus de travail que pour d’autres sujets. »

    Avis d’un utilisateur (à peu près neutre) pensée baysienne

    La source la plus fiable à toutes les autres est la suite donnée au recours en justice et leur dénouement.

    • Quel que soit le pays, la gauche falsifie les élections!

    • > La source la plus fiable à toutes les autres est la
      > suite donnée au recours en justice et leur dénouement.

      Malheureusement ce n’est pas si simple. La justice en matière électorale ne se prononcer que sur des éléments précis, ici ou là, en l’occurrence, soulevé dans tel ou tel plainte. Ce serait différent si une enquête était menée par un procureur qui chercherait à démontrer s’il y a eu fraude ou pas, et qu’il ferait des auditions sous serment, des perquisitions, etc… Ce n’est pas ce qui est en train de se passer. Du coup, la phase judiciaire, est une phase très technique de droit pure pour l’instant, et ne suffira pas à tirer au clair toute cette affaire.

      La complexité tient au fait qu’en matière électorale, la preuve d’une fraude est très compliquée à apporter. C’est pour cela que dans la plupart des pays, comme en France, on fait en sorte avant tout que l’élection soit ultra transparente, avec un système de vote qui soit très difficile à truquer, et des modalités de vote qui permettent à chacun de constater que les élections sont fiables et transparentes : vote en présentiel quasi obligatoire, émargement, vote avec bulletin papier dans une urne transparente, vote sur une seule et unique journée, et dépouillement dans la foulée par des volontaires des différents candidats et de toute personne souhaitant se joindre au dépouillement. Difficile de faire plus simple, plus clair, et plus transparent. Rien de tout cela n’existe aux Etats-Unis, pour différentes raisons historiques que cet article passe en détail : https://blog.voyager-aux-etats-unis.com/post/2020/11/21/comprendre-lelection-presidentielle-americaine/

      Aujourd’hui, ce qui interpelle le plus l’observateur objectif de la dernière élection présidentielle, ce ne sont pas des éléments de preuve matériels de fraude ici ou là. C’est l’incohérence statistique des résultats, l’improbabilité des résultats.

      Pour faire simple, les démocrates ont tout perdu dans cette élection. Ils se sont fait laminer partout, sur tous les scrutins, localement, nationalement, sauf sur une seule chose : ils ont gagné la présidentielle. Ils ont perdu des sièges à la chambre des représentant de manière importante, ils ont perdu des sièges au sénat qu’ils étaient sensé reprendre. Trump a gagné 11 millions de vote entre 2016 et 2020. Il a progressé dans toutes les subdivisions de l’électorat, il a progressé chez les latinos ce qui l’a fait progresser au Texas et en Floride où les Démocrates pensaient l’emporter, il a doublé sont électorat noir de 2016, obtenant le meilleur score d’un républicain auprès des noirs depuis les années 60 (quand les démocrates étaient encore pour partie ségrégationistes). Il a obtenu 95% des votes des Républicains. A l’inverse, Biden n’a progressé nul part. Il a gagné l’élection présidentielle en ne gagnant que 17% pour des comtés au niveau national (83% allant à Trump). Il a battu Trump en ne gagnant que dans 524 comtés là où Obama avait remporté 873 comtés en 2008, et pourtant il devant Obama de plusieurs millions de votes. Mais malgré tout ça, Biden obtient des scores mirifiques dans une petite poignée de comtés bien précis, à Milwaukee, Detroit, Philadelphie, dans lequels il gagne de manière écrasante, et suffisante pour renverser tout le reste des résultats en deça des attentes ailleurs. Biden réalise l’exploit de gagner la présidentielle sans aucune victoire dans les lieux considérés comme acquis à son adversaire (à part peut être la Georgie). C’est inédit. A chaque présidentielle, le gagnant gagne car il arrive à faire vaciller son adversaire dans un secteur où il aurait du gagné. Trump gagne en 2016 par exemple car il gagne dans des circonscriptions ouvrières traditionnellement démocrate. Etc… Biden ne gagne que parce qu’il fait un score mirifique dans une poignée de circonscription qui font basculer l’élection, alors qu’il fait de mauvais résultats partout ailleurs et n’arrive à entamer l’avantage de Trump nulle part. C’est ça qui est étrange dans cette élection.

      Quelques articles américains notant ces incroyables résultats qui défient la logique et l’histoire :
      https://thefederalist.com/2020/11/23/5-more-ways-joe-biden-magically-outperformed-election-norms/
      ou
      https://www.zerohedge.com/political/if-only-cranks-find-election-tabulations-strange-put-me-down-crank

      Et les résultats des actions judiciaires en cours ne permettront pas forcément de répondre à ces incongruités inédites dans les résultats.

      Notez bien que les mêmes sondages qui donnaient soit disant Biden gagnant avant les élections le donnait gagnant avec une forte avance et une vague de victoires démocrates sur tous les fronts. Et ces mêmes sondages indiquaient tous étrangement que les américains pensaient très majoritairement que Trump allait gagné l’élection. Les personnes interrogées par ces sondages indiquaient majoritairement vouloir voter Biden, mais pensaient majoritairement que Trump allait gagner. C’était la perception des électeurs qui suivaient sur place cette élection. L’enthousiasme pour Trump était palpable. L’enthousiasme pour Biden était nul. Et ces sondés semblent avoir eu raison sur leur sentiment par rapport à l’élection : le vote Trump a été massif comme jamais, il a fait reculer les démocrates partout, localement, à la chambre, au sénat … mais par un miracle étrange, c’est Biden qui arrive devant à la présidentielle.

      En résumé : pour gagner, Biden avait besoin d’une vague démocrate d’envergure, et de renverser les Républicains dans certains de leurs bastions. Il n’a eu ni l’un ni l’autre, et pourtant, il remporte l’élection.

      • Il est très fort Joe

      • Les candidats Démocrates avaient toujours un train de retard sur Biden dans les sondages, Biden bénéficiant du vote anti Trump et pas les candidats démocrates. Cela avait été assez largement couvert avant l’élection. Les sondages par exemple donnaient une probabilité limitée à une victoire au Sénat. Démocrates comme Biden ont ensuite sous-performé par rapport aux sondages, ce qui a impacté toutes les courses. Ajoutez-y les effets du gerrymandering et on y est en fait, sans avoir besoin d’expliquer les choses par du complot 😉

        Exemple du Wisconsin : https://www.mprnews.org/story/2020/11/05/2020-demonstrates-power-limits-of-dfl-urban-dominance

        P.S : sur votre source qui clame que Biden n’a gagné des voix que dans les swings, c’est à peu près l’exact inverse, avec des gains « inutiles » dans le Texas par exemple. Voir ce qu’en dit la National Review https://www.nationalreview.com/corner/no-joe-biden-did-not-only-improve-in-four-major-swing-state-cities/

        • Tout à fait d’accord

        • On peut toujours rationnaliser chaque scrutin local. Mais quand on met tout bout à bout, on reste quand même perplexe.

          Contre tout ce qui avait été annoncé par les médias (mais bizarrement pas ressenti par les électeurs), Trump sort un strike quasi parfait partout, mais son adversaire fait 5 ou 6 percées pile poil aux endroits où ça lui permet de renverser l’élection. N’importe quel grain de sable aurait pu ou du briser le score de Biden, mais il progresse juste assez, uniquement dans la poignée d’endroit qui lui assure la victoire.

          Ca n’est évidemment pas une preuve. Mais rationnaliser pour indiquer que c’est techniquement possible et explicable dans chaque contexte local, semble insuffisant pour dissiper le doute.

      • cerceilannister669
        30 novembre 2020 at 15 h 36 min

        L’équipe de Trump ont-ils fait appel et si non pourquoi ?

  • Merci h16 pour votre article et les liens. C’est réconfortant de vous lire et d’avoir des informations que les media jugent bon de ne pas publier par pur partisanisme ou haine. Le bilan est inquiétant mais j’aime votre conclusion.

  • Comme le sénat va rester républicain et qu’à la Chambre ils ont perdu 10 sièges, ils ne pourront pas faire grand chose. Et dans 2 ans aux mid-terms elle sera aussi républicaine car le parti du président perd toujours ces élections!

  • Il est effectivement très difficile d’obtenir des informations fiables sur ce qui se passe aux US en ce moment, sauf à vraiment passer beaucoup de temps sur le sujet. Merci pour cet article !
    Cela montre en tout cas à quel point la vérité médiatique peut diverger selon les sources, et doit nous inciter à la plus grande méfiance – surtout quand tous les médias sont d’accord, ce qui est le cas ici.

  • H16 ou A Vintray…là encore il est question d’une certaine dichotomie et les arguments des deux peuvent s’entendre…Compliqué…discutable…et donc problématique ..ce qui ne devrait pas pour une élection démocratique

  • Que l’on soit d’accord ou pas, la forme de l’article est irréprochable. Et on entendra les autres dans un langage approximatif maugréer que les idées « nauséabondes » sont portées par des incultes, les pauvres, qu’il convient d’éduquer. Sur le fond, bien sûr, il s’agit de présenter le résultat comme tellement évident que toute contestation est le fait d’un mauvaise foi flagrante reléguée au rang de fake new et donc à expurger des médias et réseaux sociaux. Merci à h16 pour ce bol d’air pur.

  • en fait, ce sont des paris qu’il faudrait ouvrir … 🙂

  • cerceilannister669
    30 novembre 2020 at 15 h 49 min

    Google Shifted a ‘Minimum’ of 6 Million Votes in 2020 Election: Dr. Robert Epstein

    https://www.ntd.com/google-shifted-a-minimum-of-6-million-votes-in-2020-election-dr-robert-epstein_532644.html

    Qq’un peut m’aider à trouver les allégations de la manipulation de Google ? Je ne trouve rien au minimum je m’attendrai à des copies d’écran avec des stats de résultats suivant un panel de mots clés ? ou pages avec des pubs pour les démocrates ?

    Je vous remercie pour votre aide.

  • « Joe Biden, taulard : 6456387 personnes aiment ça. »

    Hihihi, sacré h16.

    • Hihihi…Trop vieux le Joe pour les géoles alors que le républicain lui aura de gros soucis avec le deep state démocrate..hihihi..

  • cerceilannister669
    30 novembre 2020 at 19 h 55 min

    Le détail de l’analyse de la topologie du réseau de Dominion Voting System, en charge des machines de vote et de comptage des bulletins, réalisée par un cyber-spécialiste, ne semble déclencher qu’un petit bâillement gêné des médias.

    https://www.courtlistener.com/recap/gov.uscourts.mied.350905/gov.uscourts.mied.350905.1.15.pdf

    Ou veut il en venir ? Prouver l’implication de L’iran et La Chine ?

  • J’avoue ne pas bien comprendre votre soutien aveugle à trump. Pour toutes les élections américaines avant, le president elect a choisi son cabinet avant la certification des résultats car les perdants ont toujours reconnu leur défaite. Trump est juste un mauvais perdant qui agit comme un gamin de 5 ans, comme il l’a toujours fait en passant

    Pour l’instant, TOUTES les requêtes faites par l’équipe de trump face aux juges ont été retoquées par les juges y compris les juges conservateurs mis en place par Reagan, Bush et trump lui même. C’est bien beau de dire qu’il y a fraude mais si après 3 semaines l’équipe de trump n’est pas fichue de les donner à la justice, c’est qu’elles n’existent pas.

    Comme quoi les meilleurs d’entre nous peuvent aussi succombés à la folie des complots dès lors que les résultats ne vont pas dans notre sens.

    • Entre nous ce n’est pas tant Trump que défendent certains ici mais les républicains ce que je comprends tout à fait..Toutefois pour avoir en 2024 un président bleu ,jeune et dynamique il fallait en passer par Biden , le seul à pouvoir battre Donald…C’est fait ….

    • il y a quelques dizaines de millions de citoyens américains qui ont voté à cette élection. Ils ont le droit de savoir si leur vote a bien été pris en compte malgré les anomalies/bizarreries constatées.
      C’est l’occasion de vérifier la fiabilité des procédures de vote…

    • comme un gamin de 5 ans, comme il l’a toujours fait en passant

      Vous vous êtes discrédité pour un moment avec cette phrase pleine de parti-pris, un parti pris puéril qui plus est, digne d’un enfant de 5 ans.

      Un homme qui bâtit un empire industriel, qui se fait élire président en déjouant tous les pronostics et en battant tous les pros de la politique, qui fait baisser le chômage comme jamais (en dérégulant), qui met son pays en premier (oh que c’est vilain quand on est élu par des gens de travailler pour ces gens d’abord), qui endigue les régimes les plus dangereux de la planète, qui supervise la signature d’accords de paix historiques (entre Israël et les EAU, au point qu’il a été nominé pour le Nobel de la paix), et j’en passe, un gamin de 5 ans ?

      C’est vous le gamin, ici, dont on aimerait bien savoir ce que vous avez fait de votre vie pour oser parler ainsi.

      • son empire est d’abord paternel..il en a hérité ….il l’a fait fructifier..mais peu en définitive puisqu’il ne paie que 750 dollars d’impôts annuels..Il met son pays en premier certes avec le gaz de schiste et l’autonomie pétrolière…Ce qui crée entre autre beaucoup d’emplois et tant mieux sauf qu’il gère mal le virus qui lui fait perdre l’élection…et fait perdre aux americains beaucoup d’emplois qui étaient donc fragiles..La Corée du nord continue à tirer des missiles..Alors oui il a mis la Chine devant ses problèmes mais les asiatiques s’en soucient certes mais ils avancent…Quant aux accords entre Israel et les EAU ils étaient dans la boite depuis belle lurette et il y a comme toujours dessous des histoires de pétrole..( CF schiste)..Donc il n’a pas révolutionné son pays non…il s’est simplement mis à dos les google et autres avec ses twitts impétueux et grossiers qui eux vous en conviendrez n’étaient pas digne d’un président…

        • Quand vous faites fructifier une somme que vous avez reçue – ou même empruntée – alors vous avez de vraies qualités de manager, ce ne sont pas les fils et filles à papa qui ont dilapidé la fortune familiale qui diront le contraire ; dès lors, traiter une telle personne de gamin de 5 ans montre juste une chose : que celui qui tient ces propos se conduit lui-même de façon puérile.
          Sur la gestion du Covid, si vous ne savez pas que ce sont essentiellement les gouverneurs des États qui ont la main dans ce domaine, alors vous connaissez très mal le sujet.
          Le reste de votre intervention est à l’avenant.
          Quant à ses interventions sur les réseaux sociaux et ailleurs, il faudrait peut-être légèrement tenir compte du fait qu’il a été attaqué comme jamais, dès avant son élection en 2016, par la quasi-totalité des médias, et de plus en plus par les GAFAM. Et quand on est insulté à longueur de temps (les calomnies sont des insultes, peut-être les pires), à un moment on renvoie l’ascenseur, et ceux qui hypocritement pleurnichent feraient mieux de se regarder dans la glace. L’un des plus grands scandales de ces années est le parti-pris invraisemblable des médias contre lui – vous me direz, en France les médias ne valent guère mieux ; mais quand les gens refusent de voir des réalités élémentaires comme celle-ci, que dire sinon que certains sont mûrs pour la dictature, voire en font la promotion ? L’indépendance de la presse, ça vous parle ?

          • Je suis désolé de le dire mais il n’y a plus de presse indépendante de nos jours où que ce soit…ce n’est plus possible…

      • Discrédité? On voit surtout votre fanatisme pour cet homme. Il se comporte sans arrêt comme un gamin à se moquer en public de personnes handicapées, des femmes ayant leurs règles, à pousser d’autres chefs d’état pour être devant…Vous avez raison, un enfant de 5 ans se comporte peut être même mieux que lui.

        Trump aurait plus d’argent aujourd’hui s’il avait investi en index funds montrant qu’il a mal géré l’argent dont il a hérité
        https://fortune.com/2015/08/20/donald-trump-index-funds/

    • @Fred31
      Bonjour,
      Comme l’a rappelé la porte parole de la Maison Blanche Kayleigh McEnany, D. Trump n’a pas eu les égards de passation de la part d’Obama. Il n’a jamais eu accès aux données que le camp de Biden lui réclamait à grands cris, ni aux millions de dollars qui vont avec. De plus, 70 députés démocrates n’avaient pas assisté à la cérémonie d’investiture qui faisait de Trump le nouveau POTUS.
      Pour le moment, Trump n’a pas perdu : le vote des grands-électeurs (Electoral College) décisif et le seul qui compte, n’a pas encore eu lieu.

  • Il est possible que Biden soit élu…par des fraudes massives. Cela sera dévastateur pour la démocratie américaine et les électeurs ne l’oublieront pas. Le mec est sénile et aux mains des milliardaires et des big techs. Leur arrogance est telle qu’ils pousseront le bouchon très loin, trop loin; et ça leur explosera à la gueule avec une belle guerre civile à la clé. La prochaine élection présidentielle risque de se faire à coup de canon.

    • Pas sûr. La fraude électorale est une tradition aux Etats-Unis, voir l’histoire de ce pays, Kennedy par exemple, élu grâce à la fraude organisée en Illinois par le maire démocrate corrompu Richard Daley, appuyé par la mafia.
      Biden sera élu de la même façon, et on oubliera très vite. D’autant plus que les juges n’oseront rien faire, leur famille et leurs enfants étant menacés s’ils ne « jugent » pas bien, lors des recours…
      L’Amérique est une démocratie par la séparation des pouvoirs, très efficace, plus que chez nous, mais pas par l’élection, qui est complètement bidon et trompeuse. De la poudre aux yeux pour la foule. C’est un régime imparfait, comme toutes les démocraties, qui assure en gros les libertés individuelles et la liberté économique, mais grotesque sur le plan du système électoral, pas loin à cet égard du Zimbabwe, de la Russie ou de la Guinée équatoriale.

    • pour l’instant, l’équipe de trump n’a pu apporté AUCUNE preuve aux juges ce qui montre que ce n’était que du bluff. Comme à leur habitude, les républicains montrent qu’ils ne respectent pas la démocratie. Pas très surpris en fait

  • Excellent.

  • « C’est ainsi que l’avocat de Trump, Rudy Giuliani, a présenté le 25 novembre dernier ses témoins lors d’une audition devant des parlementaires de Pennsylvanie. » La plainte devant le tribunal, par Giuliani, le 15 novembre, s’est faite sans présentation de preuves, ce qui a entrainé son rejet le 21. L’appel a été rejeté le 25  » « Calling an election unfair does not make it so. Charges require specific allegations and then proof. We have neither here, »selon la cour d’appel. Le même jour, mais pas au tribunal, il y a tous les témoins nécessaires….

    • Très bizarre en effet de jouer sur la « recevabilité » de la plainte, ce qui ne permet pas de vérifier et d’enquêter sur le sujet de fond de la plainte. Il est sympa aussi le système judiciaire des us 😉

      •  » Il n’y a ni affirmations ni preuve » : en France aussi, la plainte aurait été rejetée, pour les mêmes motifs. La différence est qu’aux USA, le 1° amendement ne s’applique pas au tribunal, et donc que ni les avocats, ni d’ailleurs les accusés, n’ont le droit de mentir.
        Par contre, devant des sénateurs…

  • Le 16 /12 tout sera règlé par le vote des Grands Electeurs et « ‘Sleepy Jo sera Président des USA.

  • « Dans tous les cas, Biden ou Trump à la barre, on comprend que les États-Unis vont salement dérouiller. »

    Si Trump est élu, je ne vois pas pourquoi les Etats-Unis dérouilleraient. Il défend notre civilisation et la démocratie. Il sait ce qu’il veut; il a du caractère; où est le problème?

    • Si Trump était finalement élu, en supposant, les Démocrates ne pourraient pas le supporter ni l’admettre une seconde fois. Et cette fois, les campagnes de dénigrement et les attaques dans la presse (New-York Times, Washington Post, CNN…) ne suffiront pas. On l’a vu dans certains Etats, les élus Démocrates ont ni plus ni moins considérés les policiers fédéraux comme des forces d’occupation. La prochaine étape sera plus proche de l’insurrection que de manifestations un peu houleuse histoire de déstabiliser le pays, en espérant, comme ça a été dit plus haut, que l’état d’urgence soit déclaré pour crier au loup de la dictature.
      Tout cela pour arriver à provoquer la démission du président, bien poussé aussi dans le dos par à peu près tous les autres chefs d’Etat .
      La suite ?
      – Soit le vice-président assure le mandat pendant 4 ans, comme Gerald Ford l’a fait suite à la démission de Nixon, et on peut penser que le travail de sape continuera
      – Soit de nouvelles élections pour faire élire un(e) président(e) démocrate cela va de soi, pour le faire apparaître en sauveur et en héro qui « aura su mettre fin au bazar et réconcilier les américains ».
      Problème qu’ils auront largement contribué à créer et développer, pour mieux le résoudre et apparaître comme garants de la paix sociale.
      Les prochains jours vont être intéressants à suivre…

      • juste une question ….comment se fait-il que D Trump ait à dos tous les autres chefs d’état ou à peu près dites vous..???

        • Vu ce que sont lesdits chefs d’état, dans leur majorité, vous êtes conscient que c’est une éloge votre « reproche » ?

      • vous pensez sincèrement que les 70 millions de gens qui ont voté Trump laisseront faire ?

        • Si les EU sont une démocratie oui…sinon…non et effectivement cela peut mal tourner..H Clinton a perdu sans mettre le pays à feu et à sang…Gore en son temps itou…Pourquoi cela serait-il différent sous Trump..???

        • Ils peuvent crier au scandale si les fraudes ou autres manipulations aujourd’hui supposées commencent à sortir au grand jour. Il peut y avoir quelques procès aussi. De là a imaginer ces électeurs aller jusqu’à prendre les armes pour se révolter, je ne m’y risquerait pas. Il peut y avoir quelques groupuscules plus énervés les uns que les autres, mais la répression sera si forte que leurs velléités seront vite stoppées. On peut à la rigueur envisager l’action d’1 « déséquilibré » (il y en a eu plusieurs par le passé), mas pas plus.
          En revanche la colère sera énorme, la frustration et le sentiment de vol ineffaçables. La confiance je n’en parle même pas. Ca peut déboucher sur des tensions telles que le moindre incident peut mal finir.
          Je souhaite bon courage au futur président élu, surtout quand on voit dans certains Etats que seules les grandes villes sont bleues et tout le reste rouge. C’est un pays fortement divisé où il va être difficile de recoller les morceaux.

        • et vous pensez que les 77 millions qui ont voté pour Biden laisseraient faire?

      • « Si Trump était finalement élu, en supposant, les Démocrates ne pourraient pas le supporter ni l’admettre une seconde fois. »

        Ils ne supportent pas la pluralité depuis toujours, j’étais à gauche du temps de Reagan et c’était Satan incarné. Rien de nouveau de ce coté.
        Par contre depuis cette époque les démocrates ont largement dérivés vers le rouge vif avec une frange assez importante prête à mettre le feu pour avoir le grand soir dont ils rêvent et ce n’était pas le cas du temps de Reagan.
        On l’a vu avec l’affaire Floyd, les morts, les émeutes pour avancer leur agenda politique ne les dérange plus.

        • Le plus coquasse dans ses émeutes ou manifestations où les dégradations ont été fort nombreuses, c’est que cela s’est fait dans des villes démocrates, celles-là même où le taux de criminalité est le plus élevé (Atlanta, Détroit, Dallas, Chicago, New-York…).
          Tant que ça reste cantonné aux villes bleues, je pense que ça convient à pas mal de Républicains, même les plus à droite, qui se disent, « tant qu’ils détruisent leurs propres villes, c’est leur problème ».
          En attendant, officiellement, on ne connait pas le nom du futur président. Il y a ce que la presse dit, ce que les gouverneurs disent, mais attentons les dire des parlements de chacun des Etats. Ce sont eux qui auront le dernier mot afin que le 16/12 au plus tard les Grands Electeurs votent pour désigner le futur président.

        • les républicains ont fortement dérivé vers l’extrême droite. Ils sont devenus aussi adeptes de la dette massive, commencé sous Reagan d’ailleurs, alors qu’ils nous parlent de fiscally conservative.

    • Le problème est que le pays sera à feu et à sang, avec des protests (mostly peaceful, ha ha…) partout, du genre Antifa et BLM. Les démocrates sont minoritaires, face à l’Amérique profonde, mais ils tiennent les médias, les universités, la bureaucratie de Washington, le FBI, Hollywood et le show business. Ils ont les woke, la Cancel Culture, les gauchistes, les progressistes avec eux.
      Trump est un intrus là-dedans, les démocrates ont été pris par surprise en 2016, mais pas deux fois, pas en 2020, là ils étaient bien préparés.

      • minoritaires alors que les républicains n’ont remporté qu’un seul vote populaire sur les 8 dernières élections? Les républicains existent grâce au système électoral (electoral college et gerrymandering).

  • La chienlit s’installe doucement mais surement aux USA sous la pression des démocrates devenu l’équivalent chez nous LFI , NPA Ecolo etc…. ça pue la décomposition.
    La plus puissante armée du monde a toujours eu sa propre politique indépendamment des présidents exemple : agrandir sans cesse L’OTAN qui n’avait plus vraiment de raison d’être après la fin de L’URSS et la chute du mur. autre exemple entretenir des guerre perpétuelles dans le monde Arabe pour essayer de sauver la main mise sur le pétrole , Mais qui génère une folie islamiste planétaire incontrôlable.
    Ces ahuris d’amerloques n’ont pas vraiment compris et assimilé la leçon du 11 septembre !

  • Effectivement, ces informations sont peu relayées dans les médias. Cependant trouvées par hasard sur le site Europe Israël.

  • « Attorney General William Barr declared Tuesday ( 1° décembre) the U.S. Justice Department has uncovered no evidence of widespread voter fraud that could change the outcome of the 2020 election » – je commence à croire que le Kraken n’est qu’un encornet

    • Fake news démentie par le DOJ cette nuit.

      • Vous pouvez préciser ? La presse ne semble pas au courant 😉 https://edition.cnn.com/2020/12/02/politics/william-barr-donald-trump-election/index.html

        • une référence est en effet bienvenue vue l’objectivité de la presse…

        • Je me réponds à moi même mais le DOJ ne remets absolument pas en cause ce qu’à dit AP ou Barr. Il alerte sur l’interprétation faite par certains de ces citations, parfois tronquées. Barr a bien dit to date et a été cité ainsi par AP, aucune preuve de fraude à ce jour.

          Et le DOJ réaffirme qu’ils investigueront toute accusation crédible de fraude s’il doit y en avoir d’autres.

          Un discours somme toute très normal et qui ne remet nullement en cause les propos tenus par Barr. L’absence de quelque chose ne se prouve pas donc l’affirmation de Barr ne peut de toute façon pas être autre que à date.

          Par contre Lucx aurait du préciser le to date.

          Citation exacte du DOJ : “Some media outlets have incorrectly reported that the Department has concluded its investigation of election fraud and announced an affirmative finding of no fraud in the election, » the spokesperson said. « That is not what the Associated Press reported nor what the Attorney General stated. The Department will continue to receive and vigorously pursue all specific and credible allegations of fraud as expeditiously as possible.”

          • faut dire aussi que c’est plus facile de ne pas chercher à voir…
            « la vérité est rarement amusante, sinon tout le monde la dirait ».

      • Frederic GEORGES-TUDO
        2 décembre 2020 at 10 h 57 min

        Super discret le démenti du Dept of Justice à propos de la fake news. Tellement discret qu’il oublie d’en parler sur son site et son compte Twitter ?
        https://twitter.com/DOJPH

  • Frederic GEORGES-TUDO
    2 décembre 2020 at 10 h 49 min

    Oups… Mais quel culot ce ministre américain de la justice ! Le gars se permet d’annoncer que personne n’a trouvé de preuves alors que H16 lui affirme le contraire. J’en reviens pas…

    https://www.letemps.ch/monde/election-presidentielle-ministre-justice-na-constate-fraude

  • cerceilannister669
    2 décembre 2020 at 15 h 30 min

    Monsieur H16 a-t-il fait à minima un travail de vérification d’analyse de la vraisemblance et de la qualité des sources qu’il cite ?

    Par exemple celle-ci « Le détail de l’analyse de la topologie du réseau de Dominion Voting System, » a-t-il essayé de recueillir l’avis d’un informaticien admin ou ingénieur réseau sur cette analyse ?

    Une autre : « Robert Epstein, un chercheur diplômé d’Harvard et enseignant à UCSD rapportait que Google pouvait influencer plus ou moins massivement les électeurs, en fonction des résultats de recherches qu’il rapportait à ses utilisateurs après les avoir politiquement caractérisés. »

    Je suis tout disposé à croire Mr Epstein mais je n’ai pas réussi à trouver les preuves la démonstration qu’il avance et qu’il détient . Je réitère mon appel si qq.’un à plus d’éléments sur les affirmations D’Eptein.

    • Frederic GEORGES-TUDO
      2 décembre 2020 at 16 h 18 min

      « H16 a-t-il fait à minima un travail de vérification d’analyse de la vraisemblance? » Ce serait une première… H16 est une sorte de pamphlétaire donnant son opinion sur des tas de sujets. On l’aime ou on l’aime pas, mais il est clair qu’il ne développe jamais la moindre approche d’enquête ou de vérification

      • C’est faux. Tout est sourcé et logiquement argumenté. Peut-être rentre-t-il moins dans les détails qu’avant, à l’époque où il publiait un article par jour, et expliquait point par point son point de vue. De plus quand on conteste ses arguments sur son blog, il vous répond, et vous cite ses sources, qui sont toujours fiables et détaillées.
        Je vous mets au défi de le coincer là-dessus.

    • Avez-vous trouvé des travaux qui remettent en cause ou infirme complètement ce qu’avance Robert Epstein? Des contestations étayées? Et d’ailleurs, avez-vous seulement regardé dans le détail l’étude d’Epstein?

      Sinon, question à 100 balles: avez-vous la preuve que la pub ne marche pas?

      • cerceilannister669
        2 décembre 2020 at 21 h 57 min

        Dr Slump

        Justement je veux la voir l’étude de Mr Epstein où est-elle ?

        Pour le détail de l’analyse de la topologie du réseau de Dominion Voting System, j’ai montré ça à mon collègue qui est admin réseau . Ce citoyen American ne semble pas être un hacker, il n’y’a proprement parlez aucune rétro-ingénierie très poussée du réseau. Il s’est contenté de scanner le réseau public avec Spyderfoot , c’est à la portée de n’importe quel quidam. C’est t-il introduit sur le réseau interne de l’entreprise apparemment non rien là-dessus il est vrai que c’est illégal .A-t-il sniffé capturé un trafic réseau entre Dominion et L’Iran ou Chine ? A-t-il analysé les codes sources en libre accès sous Github pour en déceler de potentielles failles ? Je ne crois pas.

        https://homputersecurity.com/2017/03/22/spiderfoot-loutil-dautomatisation-de-tests-osint/

        • Hé ho à vous de chercher les sources, ne comptez pas sur les autres pour googler ça pour vous, ok?
          D’autant que le rapport sur le trafic réseau est mis en lien sur l’article, il suffit de le lire pour constater qu’il confirme l’accès à Dominion par des serveurs situés en Chine et en Iran. Je ne suis pas spécialiste pour discuter de la fiabilité technique de ce rapport, mais le gars l’a fait sous serment, ce qui aux USA vous engage pénalement.
          Si vous trouver ce rapport douteux, à vous d’apporter des éléments contradictoires solides pour le réfuter. Pour le moment, vous ne faites que contester le propos et réclamer « des preuuuuuuves ». On connaît la musique maintenant.

          • cerceilannister669
            4 décembre 2020 at 21 h 37 min

            L’étude de Mr Eptstein est introuvable vous n’imaginez pas que je me suis limité que sur le moteur de recherche Google.

            « suffit de le lire pour constater qu’il confirme l’accès à Dominion par des serveurs situés en Chine et en Iran »

            Se ne sont pas des serveurs connectés avec L’iran et la Chine , ce sont des enregistrement réservation de nom de domaine.

            Vous pouvez le vérifier en utilisant le même logiciel, moi j’ai utilisé la version web HX . Lancez un Scan et consulter le rapport Data Summary > Data Type: Similar Domain – Whois

            Il ne décrit aucun traffics échanges d’informations entre les serveurs de Dominion et ces 2 pays (qui ne sont pas des serveurs mais noms de domaine) il n’a pas les outils pour le faire.

            Vous ne verrez jamais les serveurs de production calculs base de donnée serveur mail d’une entreprise sur le réseau publique internet. Ce matériel. est visible sur le réseau intranet de l’entreprise vous y vous connectez par exemple depuis chez vous pour télétravailler par une connexion VPN.

            Pour détecter un piratage vol de donnée corruption par une puissance étrangère il faut être capable de capter les données réseau qui transitent entre les serveurs. Seul l’organisme fédéral de cybercriminalité en a les capacités (CISA).

  • J’aime cette idée que les choses étaient tellement mieux sous trump qu’elles ne l’étaient sous Obama.
    chômage: passé de 10 à 4.7 % sous Obama et 4.7 à 3.% sous trump. Il ne semble pas que les démocrates soient si terribles que ça pur le chômage
    déficit: passé de 10% à 2.4% sous Obama et de 2.4% à 4.6% (2019) sous trump, clairement les démocrates font un meilleur travail en matière de déficit.
    croissance annualisée: 2.3% 4 dernière année d’Obama et 2.5% sous trump (pre-covid), pas de différence malgré une explosion des déficits
    salaires: compensés pour l’inflation, https://fm-static.cnbc.com/awsmedia/chart/2019/1/13/schoen%20wages.1550084365488.png?, pas de grosse différence si on compare aux 4 dernières années d’obama

    Je ne sais pas d’où vient cette idée que trump a réalisé un travail si formidable par rapport à Obama.

    • Déficit passé de 10 % à 2,4 % . De quoi? de choux-fleurs, patates, carottes?
      Croissance annualisé « pré-covid », *sans commentaire*
      Sinon, je ne crois pas qu’on ait prétendu que le bilan de Trump soit tellement supérieur à celui d’Obama, mais plutôt qu’il n’est pas aussi mauvais qu’on le dit par comparaison, et surtout qu’il n’est pas la catastrophe destructrice dont tout le monde l’a accusé dès son entrée à la Maison Blanche.

      • cerceilannister669
        5 décembre 2020 at 11 h 43 min

        Dr Slump

        Scannez avec Spiderfoot HX « www.contrepoints.org »

        Une fois le scan terminé allez dans :

        Browse By datatype : Similar Domain

        et vous y trouverez

        contrepoints.eu
        contrepoints.fr
        contrepoints.ايران.ir

        Vous pouvez scanner n’importe quel site vous allez retrouvez « X.ايران.ir » ça doit être une particularité au logiciel Spiderfoot HX je ne trouve pas d’autres explications ? Contrepoint n’a évidement pas de serveur branché avec L’Iran tous comme Dominion et Edison research.

        Faite le je n’invente rien ! j’ai ouvert un compte et utilisé la version gratuite ça prend 5 minutes top Chrono.

      • on donne toujours un déficit par rapport au PIB, je pensais que c’était évident, je me trompais.
        Si vous voulez on peut compter le covid dans les chiffres de trump et effectivement il serait une énorme catastrophe.
        Il y a des articles sans arrêt sur Contrepoint pour clamer que trump a réussi là où Obama a échoué, pour nous expliquer la supériorité du capitalisme défendu par les républicains sur les méchants démocrates socialistes

    • il y a un paquet de pauvres gens dans le monde qui sont contents de s’être pris moins de bombes que sous Obama…

  • Frederic GEORGES-TUDO
    5 décembre 2020 at 15 h 08 min

    Dites-moi H16, c’est à quelle heure précisément les « rebondissements américains » que vous appelez visiblement de vos vœux ?
    Parce que le temps passe et pour l’instant tous vos espoirs sont déçus les uns après les autres ?
    Alors bien sûr, vous allez me dire que The Guardian est une immonde officine krypto stalinniste. Mais ce sont les faits qui importent dans cet article, pas les commentaires.
    https://www.theguardian.com/us-news/2020/dec/04/trump-election-lawsuits-losses-michigan-nevada-georgia-arizona

    • sauf que l’on n’a aucune assurance de la véracité des faits rapportés par « The Guardian » ou un autre média…

      • cerceilannister669
        6 décembre 2020 at 11 h 59 min

        En effet mais vous devez cherchez à vérifier la vraisemblance des sources .
        Exemple:
        Accusation du camp Trump L’iran et Chine ont manipulé les résultats de l’élection.

        Monsieur H16 rapporte cette accusation:

        le détail de l’analyse de la topologie du réseau de Dominion Voting System, en charge des machines de vote et de comptage des bulletins, réalisée par un cyber-spécialiste, ne semble déclencher qu’un petit bâillement gêné des médias.

        Cette analyse est bidon comment le démontrer ? j’ai refait la mêmes analyse avec le même logiciel pour le site de Contrepoint.

        J’obtiens
        contrepoints.台湾 et contrepoints.ايران.ir.

      • Frederic GEORGES-TUDO
        6 décembre 2020 at 13 h 21 min

        @Breizh « sauf que l’on n’a aucune assurance de la véracité des faits rapportés par « The Guardian » » : bah si quand même… Quand ce media vous dit que Trump a déjà perdu X recours judiciaires sur un total Y de recours déposés, il ne fait que décrire la réalité. Le remettre en doute revient à refuser de croire le bulletin météo qui vous dit qu’il a plu hier

    • cerceilannister669
      5 décembre 2020 at 19 h 41 min

      @Frederic

      Jetez un oeil sur le livre de « Jonathan Haidt the righteous mind » et aussi le courant de la psychologie évolutionniste. Il est plus intéressant de faire un travail d’analyse critique des sources du camp Trump, Démocrate, media mainstream vs média alternatif. Essayez de reproduire l’analyse détaillée https://www.courtlistener.com/recap/gov.uscourts.mied.350905/gov.uscourts.mied.350905.1.15.pdf avec le même logiciel Spiderfoot HX scanner l’url de Contrepoint et dans l’onglet « Browse By datatype : Similar Domain vous trouverez contrepoints.台湾 et contrepoints.ايران.ir. Scan que j’ai réalisé à la date du 5 décembre. Plus nous serons nombreux plus il va être difficile d’affirmer l’implication de L’Iran et la Chine.

    • voilà le « témoin » clé. Je sais pas ce qui est plus pathétique, l’équipe de trump ou ceux qui croient encore à cette histoire de fraude.
      https://www.youtube.com/watch?v=ofZOWzd4YjE

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Pierre-Guy Veer.

Ce n’est un secret pour personne : Donald Trump adore être le centre d’attention. Ses nombreuses tirades sur Twitter depuis près de cinq ans ont nourri les médias qu’il aime détester – c’est à se demander si cette relation est devenue une symbiose.

Par contre, son attitude face aux élections est très inquiétante. Déjà en 2016, il prédisait que l’élection serait truquée et qu’il perdrait. Il répète à nouveau son manège cette année et affirme qu’il ne cèdera jamais.

Les défaites judiciaires se succèdent Poursuivre la lecture

Par Alexis Vintray.

Hier se déroulaient en Géorgie les seconds tours des deux élections sénatoriales qui vont décider le contrôle du Sénat durant les deux premières années de la présidence de Joe Biden. Une double victoire démocrate lui garantirait un contrôle (serré) du Sénat mais une seule victoire des républicains (GOP) suffit à lui conserver le contrôle du Sénat à Washington DC.

Après le dépouillement de 98 % des voix, le révérend démocrate Raphael Warnock est donné gagnant dans l'une des deux élections, et l'autre donne un ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Alexis Vintray.

Les grands électeurs américains devraient confirmer aujourd'hui 14 décembre la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine. C'est en effet aujourd'hui que les 538 grands électeurs se réunissent dans chaque État pour voter. L'ancien vice-président de Barack Obama doit recevoir ce jour 306 voix contre 232 au président sortant Donald Trump. Voir ici pour les heures des votes sur le site de l'Ohio State University.

Mais cette étape de la présidentielle américaine ne permettra pas pour autant à Joe Biden ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles