Au village des décideurs politiques, qui dit mieux ?

OPINION : il faudrait peut-être s’interroger sur l’efficacité de ces mesures liberticides mises en place par les décideurs politiques.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au village des décideurs politiques, qui dit mieux ?

Cet article en est un d’opinion. Il ne représente que le point de vue de son auteur
Publié le 31 décembre 2020
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Lorsque Boris Johnson, Bolsonaro et Trump ont été contaminés par le Covid-19, les moqueries et les sarcasmes ont inondé les réseaux sociaux et même les médias les plus sérieux. Le virus ne s’en prenait-il pas à ceux qui osaient contester sa dangerosité ou s’opposaient au confinement généralisé ?

Or, voici que le même virus a contaminé aussi le président Macron, celui qui n’a eu de cesse de vanter l’importance de l’isolement, de la fermeture du pays et du confinement pour tous. Comment cela est-il possible ? Il nous a pourtant fait la leçon depuis des mois sur le port du masque, les contacts à éviter, même entre les membres d’une famille et l’obligation de respecter la distanciation sociale.

Concernant Trump, on pourrait aussi rappeler au passage les railleries dont il a été la cible quand il avait dit qu’un vaccin anti-Covid serait prêt avant la fin de l’année…

Macron : faites-ce que je dis, pas ce que je fais !

Il n’existe probablement pas un décideur politique qui soit plus paternaliste que M. Macron. On voit même qu’il est parfaitement convaincu de sa mission de nous prendre en charge à chaque fois qu’il intervient (pardon, qu’il s’invite) à la télévision. Il sait très bien ce qui est bon pour nous, ensuite il demande à son aide de camp, le Premier ministre, de mettre en pratique ses directives.

Visiblement, M. Macron n’a pas vraiment respecté ce qu’il ne cesse de nous recommander. Il aurait même enfreint beaucoup de règles et contaminé plusieurs personnes lors d’un dîner à l’Élysée avec… plus de six convives à table, qui s’est terminé après le début du couvre-feu. Le président n’a-t-il pas téléchargé l’application StopCovid ? Faites-ce que je dis, pas ce que je fais !

L’avenir dans les mains des décideurs politiques

Le Premier ministre joue pleinement son rôle d’auxiliaire du pouvoir. On se demande encore comment ce personnage improbable a pu arriver à la tête du gouvernement. C’est le système qui veut cela, celui du double exécutif, bizarrerie exclusivement française parmi les pays riches et démocratiques. Il ne manque plus qu’un secrétaire général du Parti, et nous aurons la panoplie complète des décideurs politiques qu’affectionnent les pays socialistes. Ce serait presque drôle si la situation n’était pas dramatique.

Car ce sont ces Jean Castex qui décident de l’avenir de la France et du nôtre. Ils font le tri parmi nos libertés, et choisissent arbitrairement le chiffre 6 pour limiter le nombre de convives à nos domiciles  ? Oourquoi pas 7 ou 5 ?

Ils décident aussi de fermer les restaurants. Et peu importe que personne ne comprenne pourquoi il est plus dangereux de dîner dans un lieu où toutes les précautions sont prises que de se bousculer dans les supermarchés. Une grande enseigne peut survivre. Pour un restaurateur, ça n’est pas certain.

L’efficacité des mesures

Pendant ce temps, malgré toutes ces injonctions, le nombre de nouveaux cas, 17 565, reste en hausse, selon les chiffres de Santé publique France, ce samedi 19 décembre. Le nombre de morts a atteint le chiffre de 60 418, pratiquement autant qu’aux États-Unis, par rapport à la population. Tout en retenant des prescriptions raisonnables de prudence, il faudrait peut-être s’interroger sur l’efficacité de ces mesures liberticides que l’IREF a critiquées plusieurs fois.

Au village des décideurs politiques, il y en a un qui se détache superbement car il a trouvé la solution à tous ces problèmes. Pour Bruno Le Maire, notre ministre de l’Économie, « les adversaires des États », les vrais, ce sont les GAFA et il faut les « taxer et les réglementer ». Ainsi, il faudrait toutes affaires cessantes s’en prendre à des sociétés qui marchent et nous aident à poursuivre notre vie professionnelle et sociale. Qui dit mieux ?

Sur le web

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • je serai curieuse de connaitre le vrai nombre de morts du covid sur les 60 418 décès ….

    • La grippe espagnole aurait tué entre 50 et 100 millions de personnes en 1918 et 1919 (passeport santé), combien de mort covid 19 dans le monde : env. 1,8 millions

    • Comment, seriez vous complotiste pour ne pas croire les chiffres délivrés par santé publique France ?
      Ce que j’aimerai connaître est le nombre de personnes ayant survécu au virus…. C’est à dire n’ayant pas eu besoin d’aller aux urgences car entre les mains d’un bon toubib.

      • alors je crois les chiffres donnés par santé publique france…surtout si je n’en ai pas d’autres..
        est ce que je crois que le nombre de cas observé est celui du nombre de cas? non.
        est que ce que je crois que le nombre de morts comptabilisé est le nombre de morts prématurées causées pas le covid? non plus..

        est ce qu’ils cachent les  » vrais » chiffres ? NON on a jamais eu autant de données en accès libre si rapidement.
        mais ils ont clairement choisi de donner des chiffres angoissants..
        Ne jouez pas le jeu d’angoisse du gouvernement..
        si vous dites « vous cachez les chiffres » ou « vos chiffres sont faux » vous serez facilement et légitimement taxé de complotisme..

        Si vous demandez des explications sur les chiffres, vous pointez leur défauts.. vous les dérangerez bien plus.

        Il est clair que depuis le départ quiconque n' »a pas peur » est dénigré par le gouvernement et la majorité des médias…
        Il apparait que cette stratégie de honte governmental et médiatique ne fonctionne pas!!!
        Et on a un magnifique combat entrez deux factions » angoissites » contre « rassuristes » chaque camp prétendant à la rationalité…
        alors que la peur ne relève pas de la rationalité…

        faire un complot , au sens d’arriver à ses fins en utilisant la naiveté et l’ignorance des autres, ce n’est pas un crime… l’abus de pouvoir en est un..

        excusez moi donc, ma santé m’appartient, mes sentiments ( peur) aussi…

      • et que feriez vous du chiffres des gens qui ont survécu au virus?

        ce qui importe est de connaitre le risque pour un individu donné..et sa liberté de choix..

        sinon je vois le truc… et c’est exactement le reproche que je fais aux angoissistes.. tirer des chiffres globaux des raisons d’avoir peur ou non..

    • Vous devez analyser les données de surmortalité..

      On pourrait imaginer que les pays donnent leurs données de mortalité.

      Même chez les scientifiques, la tentation est forte d’utiliser des données merdiques …alors chez les politiques et les journalistes..

      Un comptage est une mesure comme une autre, donnée sans marge d’erreur, cela n’a pas de sens..

      C’est une caractéristique très curieuse d’une époque ultra technique et dite guidée par la science que d’oublier cela.

      Et n’oublions pas l’autre question…quelles sont les morts dues aux mesures prises pour lutter contre le covid…? ça va du suicide au cancer non détecté etc…

      • merci pour le moins un, alors je vais vous expliquer, vera affirme que elle voudrait bien avoir le « vrai » nombre morts causés par le covid..
        je lui répond que étant donné qu’il n’y pas de moyen clair de déterminer si une mort est prématuré par le covid le meilleur moyen est d’aller voir es données de mortalité et de se faire une opinion.. vous n’aurez d’ailleurs pas un chiffre mais un intervalle très plausible..

        si vous voyez une faille là dedans je vous en prie..

        maintenant vera veut elle VRAIMENT connaitre le nombre de morts covid? j’en doute.

        vera utilise un truc…il ne s’agit pas d’une question..
        mais de l’expression d’une conviction…le gouvernement ment sur les chiffres..

        tout est dans le « vrai »..

        ce n’est effectivement pas le vrai chiffre des morts covid..

        Mon opinion est que si l’intention de véra n’etait pas de suggérer que le gouvernement ment..vera aurait juste rappelé ce n’est pas le vrai chiffres des morts covid car x et y…

        Vera est hypocrite ou stupide…

        A mon opinion donc, moins un car je refuse de jouer ce jeu de dupe… « tu vois ce que je veux dire »..

        • Le chiffre de surmortalité est cohérents avec le nombre de mort Covid. On doit être à 55000-52000 morts (7 dec).
          Autant la première vague m’a surpris par sa petitesse, autant la seconde, qui n’est pas fini, est plus importante que la 1ere, alors que je m’attendais à un chiffre moitié moindre.
          Je rappelle que la dernière épidémie de grippe datant de 2016-2017 avait avec le même calcul 21000 morts en 2 mois. Sur deux vagues on est dans le même ordre de grandeur.

          • oui.. et d’une certaine façon la cohérence me surprend..

            Il n’y a pas de dissimulation me semble t il..

    • Le chiffre réel doit être assez proche du chiffre affiché, notamment pour la deuxième vague, où les tests sont systématiquement réalisés.
      On peut bien sûr ergoter sur les gens qui seraient morts avec le Covid et non pas à cause du Covid, ou des personnes âgées (et co-morbides) pour lesquels la maladie n’a fait que hâter le trépas.
      Pour un virus qui vient de faire son apparition, la létalité reste cependant faible (environ 1 % des malades). Bien plus faible que la grippe espagnole de 1918-1919. Et du même ordre de grandeur qu’une grippe saisonnière pour laquelle on ne vaccinerait personne. Chaque année plus de la moitié des Français se font vacciner, sans ça, on aurait plus que 10000 à 20000 morts de la grippe.
      La grippe de son côté ne sature pas les services hospitaliers comme le fait le Covid. C’est la principale différence.
      Sans cela, le Covid n’aurait pas engendré de telles mesures. Les autorités sanitaires auraient convié les Français à se montrer prudents et auraient fait de la crise une affaire individuelle. Cela n’est devenu un enjeu de santé publique que parce que nos hôpitaux sont sous-calibrés pour répondre à une telle crise.
      Nos gouvernants n’ont pas vraiment choisi de sauver les Français, ils ont choisi de sauver l’hôpital.

      • assez d’accord…sauver des gens malgré tout.. avec une impression de traiter les problèmes qui se voient..

  • Macron a été très contraignant sur le plan intérieur mais beaucoup trop laxiste sur les frontières alors que c’est justement par là que le virus est arrivé
    interdire aux Français d’aller au bistro du coin tout en laissant les aéroports CDG et Roissy ouverts à tout vent , il fallait le faire ! ! !
    Quelle logique ! ! !

    • Et il recommence avec la mutation venant l’angleterre ! (citoyens qui passent par d’autres pays européens pour rentrer en France) 😀

  • Tout à fait d’accord avec votre article.
    Les mesures prises depuis le début ne fonctionnent pas sur le plan sanitaire et condamnent définitivement de nombreux acteurs économiques.
    La panique, entretenue avec force par certains médecins, n’est pas justifiée si on regarde objectivement les chiffres.
    Ces médecins n’ont du pouvoir que parce que ce gouvernement est d’une médiocrité jamais vue.
    C’est pourquoi il est d’autant plus difficile de supporter ce ton que je ne qualifierais ni de paternaliste ni même d’infantilisant mais plutôt de garde-chiourme qui prend un plaisir sadique à humilier les prisonniers.

  • Appeler ces gens dès décideurs n’est pas approprié, plutôt des deconneurs politiques, leur dernières trouvailles, couvre feu à 18h, youpy ça va embouteiller aux caisses de supermarches, distribution de vaccins au compte goutte faudrait pas que les français s’imaginent retirer leur masque un jour prochain… Ils veillent crapuleusement sur notre santé.

  • « Une grande enseigne peut survivre. Pour un restaurateur, ça n’est pas certain. »
    La grande enseigne n’a même pas besoin de téléphoner au gouvernement pour les menacer de licenciements massifs, qui seront relayés par les gros titres des médias. Alors que 1000 restaurants qui ferment un peu partout en France ne font pas une ligne ou une minute aux infos.
    Tous les soirs, nous avons droit au décompte des morts Covid, mais nous n’avons pas celui des suicides, des nouveaux chômeurs, des faillites, etc.
    Merci pour cet article .

  • Ils tuent l’économie et des humains par manque de soins et suicides au nom de leur lutte contre le covid dont les victimes propres prêtent à caution.
    Ils sont nuls, égoïstes, prétentieux et nous prennent pour des imbéciles.
    Seuls eux savent parait-il.
    Non à la dictature des « commis de l’Etat »!

  • Pas liberticide pour les blackblocks ni pour les quartiers dits « émotifs » qui auront le droit de » s’exprimer » ce soir.

  • arrêter au sens de ???

    au sens judicaire? déposez une plainte..

    au sent concret prenez un gros baton et allez à l’elysée..

    c’est le courage de l’harangueur de foule..

    si tu veux qu’un truc soit fait fais le toi même.

  • 1. Au ratio du nombre de décès par million d’habitant, nous ne faisons pas mieux que les States ou le Brésil dont les dirigeants ont été pourtant xhez nous traînés dans la boue de la crise sanitaire…
    2. Castex est arrivé là par un concours de circonstances : après Philippe qui avait acquis à juste titre l’image d’un PM hors sol, jacobin, méprisant et craintif (cf son bilan, du 80 km/h à sa gestion paniquée du Covid), Castex devait figurer l’homme du renouveau girondin, le partisan du local et par son accent l’amoureux du terroir. Sa feuille de route était en outre de ne pas faire d’ombre ni d’offrir de résistance au Grand Chef à 5 Plumes ! Manque de bol, il était aussi énarque et cette « qualité » est ressortie si vite et si fort qu’elle a éliminé toutes les autres.
    3. L’efficacité des mesures n’est que symbolique. Fermer les restaurants, ou les librairies ou les cinémas ne sert à rien dans le monde réel de la lutte contre le Covid. Le seul effet est psychologique : montrer à ces gosses de Français combien l’heure est grave et combien Papa et Maman ont raison de faire de la punition préventive !
    4. L’acharnement contre les GAFAM tient tout à la fois à une sensibilité excessive des Français à un genre d’américanisme primaire, à leur schizophrénie économique (les mêmes qui vilipendent les Big Fives ont un compte Facebook qu’ils consultent sur leur IPhone), et à une obsession franco-francaise pour l’impôt. C’est pourquoi Le Maire surfe sur du velours : il a l’opinion publique avec lui ! Et cela évite à nos gouvernants de se poser la seule bonne question : pourquoi les GAFAM choisissent de s’implanter en Irlande ou en Belgique… Vu qu’ils n’ont aucune envie d’entendre la réponse !

    • D’accord avec Jérémie, nous ne faisons pas mieux que les pays dont on moque les dirigeants.
      La véritable honnêteté serait de nous dire :
      « Nous ne maîtrisons pas cette épidémie, voilà 10 mois qu’on confine, déconfine, reconfine, couvrons puis découvrons le feu… et le virus est toujours là.
      Nous levons toutes les restrictions, prenez-vous en main, protégez vos proches jusqu’à ce que virus disparaisse comme tant d’autres virus avant lui »
      Mais là, c’est de la pure fiction politique.
      Après avoir écouté notre président nous présenter ses voeux complètement surréalistes, nous devons bien admettre que si le pire n’est jamais certain, il est quand même hautement probable.

  • Effectivement,depuis quand en épidemiologie l indicateur est le nombre de « cas » et non de malades ou de morts?
    On pourrait aussi utiliser le nombre de « cas-cas »,cela serait tout aussi pertinent et relèverait de la meme rigueur scientifique
    Apres la cartomancie,nous avons la viromancie!Cest le retour de l obscurantisme.

    • Le moins mauvais des indicateurs est le nombre d’admissions à l’hôpital et en réanimation. Si le nombre de « cas » montre une corrélation qui en fait un indicateur avancé de la tendance sur les admissions, il ne faut pas le négliger, mais il faut le prendre pour ce qu’il est, un indicateur avancé et peu précis. Et si un peu plus de gens faisaient ainsi, et ajustaient leur comportement en conséquence, l’inanité du gouvernement apparaîtrait clairement. Et même peut-être aussi des candidats un peu plus crédibles à son remplacement. Parce que pour proposer des actions constructives à ceux qui ne savent que dénoncer et condamner, aussi justement que cela soit, il faut une mentalité de saint…

      • et c’est le moins mauvais à mesurer …le débordement des hôpitaux. mais reste que la visibilité est très faible c’est l’echec quasi complet du suivi épidémique.

      • Pour que le nombre de cas soit deja utilisable encore faudrait t il un test fiable!
        On amplifie tellement en france que l on a un taux de faux positif enorme.Meme le fabriquant du test reconnait son manque de fiabilité!Le test PCR n est pas le plus pertinent,vous recherchez des fragments d arn qui peuvent appartenir à d autres corna(du style le dernier rhume)ou qui sont issus de virus morts!Pour poser le diagnostic de covid,il faut autre chose qu’un test PCR positif!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Robert.

Dans Bagatelles pour un massacre, un de ses pamphlets maudits, Céline relate sa visite dans un hôpital complètement délabré de la banlieue de Leningrad, guidé par le camarade Touvabienovitch ne cessant de vociférer d’une voix de stentor : « Ici confrère, tout va très bien ! … Tous les malades vont très bien ! Nous sommes tous ici, très bien ! ».

Cette manie de la dissimulation illustrée par les simulacres de Potemkine voulant cacher à Catherine II l’état sinistré des villages de son empire n’est pas propre à l... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Finn Andreen.

Comment la cote de popularité de Macron peut-elle être aussi élevée malgré la gestion calamiteuse et autoritaire de la crise sanitaire ?

En effet, le quotidien Le Figaro annonce que « Le chef de l'État progresse dans toutes les catégories de la population » et que près de la moitié des Français (46 %) a maintenant une bonne opinion de lui, ce qui est bien plus que ses récents prédécesseurs à la même date précédant l’élection.

Cependant, cote de popularité ne signifie pas intention de vote, laquelle se tr... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Denis Dupuy.

Quand en février 2020 je proposais à mes patients un test PCR premier jet, ils ouvraient largement les mires… Une Pécé quoi, docteur ? Aujourd’hui, ils maitrisent et font, à l’occasion, quelques remarques plutôt futées : à mon tour d’écarquiller et d’apprendre.

Soyons clairs : avant cette épidémie covid, l’expérience, à mon sens, n’avait jamais été menée. Même à l’époque sinistre du SIDA, qui nous terrorisait alors qu’on voyait partir, désemparés, de jeunes patients faméliques, seule la population à risque était... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles