Emmanuel Macron en donneur de leçons sur la vaccination en Afrique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Emmanuel Macron en donneur de leçons sur la vaccination en Afrique

Publié le 20 février 2021
- A +

Par Francis Richard.

Alors que sa politique sanitaire s’est révélée particulièrement calamiteuse depuis un an, le président socialiste Emmanuel Macron donne sans vergogne des leçons à des homologues africains sur la vaccination.

Il ne faudra pas oublier que le président socialiste a considéré qu’il revenait à l’État de lutter contre l’épidémie. Or les hommes de l’État, qu’ils soient fonctionnaires ou politiciens, sont tout sauf des entrepreneurs.

L’État crée des pénuries

Aussi ne savent-ils faire qu’une chose en voulant tout diriger dans un domaine, c’est d’y créer des pénuries : celle des masques, des lits de réanimation, celle des tests. Et maintenant celle des vaccins.

Cette politique centralisée au niveau du pays, avec pour conséquence ces pénuries, n’a pas fait réfléchir le président socialiste. Il est de ceux qui ont chargé l’Union européenne d’être la centrale d’achats des vaccins et de négocier leurs prix.

Or chacun sait que lorsqu’on achète quoi que ce soit à prix sacrifié, on en a pour son argent, c’est-à-dire que, même si la qualité du produit reste la même, le service laisse alors à désirer. Car tout a un coût.

Les réalités du terrain

La notion de coût est quelque chose que le président du quoi qu’il en coûte (l’expression est révélatrice) a du mal à se représenter. À sa décharge, ce concept n’est pas au programme de l’ENA, où l’on est loin des réalités du terrain.

Celui-ci est abstrait pour lui. Aussi ne s’est-il pas montré plus perspicace que la plupart de ses homologues occidentaux en choisissant la destruction massive de l’économie, de la société et de la santé[1. La santé – c’est évident, mais pas pour les hommes de l’État – ne se résume pas aux mesures sanitaires…] en confinant peu ou prou.

Alors que dans d’autres pays, au moins un traitement précoce des patients était laissé à l’initiative des médecins, en France, l’État Macron supprimait la liberté de prescrire. En connaîtrons-nous jamais l’invisible coût humain ?

Hors des vaccins, point de salut

Depuis le début, le choix du président est de lâcher la proie des remèdes pour l’ombre des vaccins. Persévérant dans l’erreur, il croit que si tout le globe n’est pas vacciné, « le virus continuera de tourner et de faire des variants. »

Le 17 février 2021, il s’est entretenu avec ses homologues d’Égypte, du Sénégal, d’Afrique du Sud, de la République démocratique du Congo et des Comores. Il a jugé « inexplicable et intolérable » l’inégalité d’accès de leurs pays aux vaccins.

Mais l’accès aux vaccins, dont l’efficacité reste hélas sujette à caution, est une chose, arriver à vacciner en est une autre. Les grands pays de l’Union européenne, France incluse, ont réussi à ce jour à vacciner entre 3 et 4 % de leur population…

Si nous voulons à tout prix être vaccinés, il vaut mieux ne pas être ressortissant de l’Union européenne. En Suisse, 6,3 % ont été vaccinés et au Royaume-Uni, 23,37 %, du moins selon les chiffres de The Coronavirus App.

La mortalité plus faible en Afrique

Peu de données de vaccination sont disponibles pour l’Afrique. Sur le site de l’OMS, on remarque qu’à ce jour le nombre de morts pour 1000 habitants y est beaucoup plus faible que celui de la France qui est de 1,2529.

Prenons les pays représentés lors de la visioconférence du 17 février 2021 :

  • Égypte : 0,0976
  • Sénégal : 0,0480
  • République d’Afrique du Sud : 0,8217
  • République démocratique du Congo : 0,0066
  • Comores : 0,1596

Bon sang, mais c’est bien sûr ! L’un des pays les plus touchés au monde par le paludisme est la République démocratique du Congo[2. Autre pays très touché par le paludisme, le Nigeria, a un nombre de morts Covid pour mille habitants de 0,0084…]…

Et vous savez quoi ? En Afrique et depuis des décennies, l’hydroxychloroquine est un remède courant contre le paludisme endémique, justement… mais cela ne nous regarde pas !

Sur le web

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • c’est quoi, encore une « démonstration  » de l’efficacité de l’hydrochloproquine »?

    il n’existe AUCUNE cause qui font qu’on ne puisse comparer les létalités en afrique et en « occident »? vraiment? vous ne voyez rien, vous n’essayez même pa sa minima une correction démographique et via morbidité? juste pour voir? tiens etpour la grippe vous avez les chiffres de mortalité à nous donner? c’est aussi hcq…

    et si le hcq était efficace en afrique, en quoi ça devrait prévenir de VERIFIER correctement que c’est efficace ici?

    et puis qu’on m’explique ce que signifie avoir une politique sanitaire… j’appelle juste ça de l’interventionnsime politique..

    en france l’état se mêler de la santé pour deux raisons; l’une est sociale, être soigné à un niveau minimum est serait un DROIT…l’autre est foncièrement anticapitaliste, éviter que des agents économiques se « goinfrent » en exploitant les besoins de santé des gens.

  • C’est quand même dingue de vouloir vacciner le monde entier alors qu’on ne sait pas si ces vaccins sont réellement efficaces à long terme et empêcher le soin hors hopitaux et empêcher la France de produire son propre vaccin et faire en sorte de créer, en plus du reste, une pénurie de vaccin en confiant l’affaire à la « commission » de sacrés charlots et charlottes.

    • c’est surtout que vu la façon dont le gouvernement a géré la crise sanitaire il a pas vraiment de leçons à donner ..

    • Pour aller dans votre sens, je vous conseille d’aller sur le site Worldometer et de regarder de près les nombre de décès dans les deux pays suivants: Israël et surtout les UAE, deux pays qui ont massivement « vacciné » leur population avec le « vaccin » Pfizer. Vous constaterez qu’à partir du début de la « vaccination » le nombre de morts augmente beaucoup. Certes, on peut arguer que le virus a été plus vite que le vaccin, mais tout aussi bien que, pour la seule population à risque: les très vieux, les obèses, diabétiques ou cardiaques, le vaccin ne sert à rien (ou à pas grand chose) mais que pour celle qui ne risque rien (les jeunes et les moins de 65ans bien portants), le « vaccin » en tue une toute petite partie, mais suffisament pour que cela se voie dans les statistiques car ils sont beaucoup plus nombreux.
      En fait, nous sommes en plein dans la phase 4 de ces essais vaccinaux qui doivent normalement se dérouler sur 2-3 années.
      Perso, je m’abstiens avant d’en savoir plus.

  • L’Afrique ( hormis l’Afrique du Sud) a fort bien géré cette crise et il est stupéfiant de voir notre président vouloir donner des conseils à ceux qui réussissent beaucoup mieux que lui tant au niveau des traitements que de l’identification des variants !
    Il faut dire que très tôt on a commencé à expliquer qu’un vaccin est supérieur à un traitement :
    Je me souviens avoir lu en Avril un article sur un traitement possiblement efficace et le journaliste concluait, même si ce traitement est efficace à 100% la solution ne pourra venir que d’un vaccin ….
    Le vaccin est très prometteur pour les finances des grandes firmes pharmaceutiques puisque son marché est plus vaste, pour la santé de tous c’est beaucoup moins évident ( euphémisme ).

    • Oui, l’Afrique a très bien géré la crise… en ayant une espérance de vie de près de 15 ans de moins qu’en Europe. Aucune chance de mourir de covid en Afrique, vous serez mort d’autre chose bien avant !

      • En Europe aussi on a plus de chance de mourir d’autres choses que du covid, mauvais argument !

      • Ce n’est pas tellement une différence d’espérance de vie, mais surtout une démographie galopante, d’où une population très jeune.
        Peu de vieux, bcp de jeunes.
        Conséquence; Peu de morts par habitant, résultat qui n’a rien à voir avec la politique menée.

        • Ils ne vivent pas aussi vieux que nous!

        • Ils testent réellement aux frontières et grandes liaisons (PCR ou fièvre), c’est beaucoup plus que ce qu’on fait en France. Le virus a pas de passeport mais ses porteurs si.

      • En Afrique du Sud l’espérance de vie est inférieure en moyenne,le SIDA passant par là,cependant chez les blancs elle est proche de la nôtre.

    • Surtout qu’on nous prépare à une vaccination annuelle comme pour la grippe,un malade guérit n’est pas rentable.

    • A majobo
      « …il est stupéfiant de voir notre président vouloir donner des conseils à ceux qui réussissent beaucoup mieux que lui tant au niveau des traitements que de l’identification des variants ! »
      Vous êtes surpris de l’outrecuidance de macron ? Pas moi ! Infatué par son égo sur-dimensionné, et sa soit disant « intelligence complexe », il ne peut se remettre en question puisqu’il s’autoproclame le meilleur… et pensez à Michel Audiard :  » les cons ça ose tout, c’est même à cela qu’on les reconnaît ! »
      Quant à l’identification des variants, seul l’IHU-Méditerranée effectue ces recherches, et voyez comme il est fustigé pas l’équipe des pieds nickelés élyséens, conseil « scientifique » compris !

  • L’Afrique où l’on nous annonçait une catastrophe humanitaire s’en sort bien mieux que nous.Nos vieux pays frileux et hypermédicalisés ont été complètement surpris et ont des mauvais bilans en terme de mortalité et on se permet de leur faire la leçon.Curieusement le plus touché est celui qui est le plus « occidentalisé » l’Afrique du sud.

    • Vous dites cela parceque vous croyez les chiffres annoncés …. Pour vous convaincre, qu’un vaccin est obligatoire que le confinement a sauvé des vies que votre président est le meilleur du monde… On est au pays d’Alice tout est magique et faux à la fois.

  • En fait il faudrait renormaliser les données par rapport à la démographie pour pouvoir comparer

  • Impayable le petit Monsieur de l’Élysée.
    Du plus grand comique…..

  • au gouvernement de la France il y a une pénurie d’intelligence et de capacité à gérer…. il faut nous débarrasser de nos zéros masqués qui vivent confortablement toute leur vie sur nos impôts sans rien réussir d autre que de développer une bureaucratie écrasante et créer des taxes, impôts et lois non appliquées

  • Quand on dépend des autres, on est toujours vulnérable. Sans vaccin, la France est aussi vulnérable que tous les petits pays et Dieu merci, la puissance économique des 27 a permis des achats plus avantageux en prix mais surtout en délai. A vous lire, il aurait fallu laisser chaque médecin commander des doses…..on attendrait encore…..De plus on peut voir dans sa sollicitude envers l’Afrique un peu de générosité certes très politique….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Robert.

Dans Bagatelles pour un massacre, un de ses pamphlets maudits, Céline relate sa visite dans un hôpital complètement délabré de la banlieue de Leningrad, guidé par le camarade Touvabienovitch ne cessant de vociférer d’une voix de stentor : « Ici confrère, tout va très bien ! … Tous les malades vont très bien ! Nous sommes tous ici, très bien ! ».

Cette manie de la dissimulation illustrée par les simulacres de Potemkine voulant cacher à Catherine II l’état sinistré des villages de son empire n’est pas propre à l... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Finn Andreen.

Comment la cote de popularité de Macron peut-elle être aussi élevée malgré la gestion calamiteuse et autoritaire de la crise sanitaire ?

En effet, le quotidien Le Figaro annonce que « Le chef de l'État progresse dans toutes les catégories de la population » et que près de la moitié des Français (46 %) a maintenant une bonne opinion de lui, ce qui est bien plus que ses récents prédécesseurs à la même date précédant l’élection.

Cependant, cote de popularité ne signifie pas intention de vote, laquelle se tr... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Denis Dupuy.

Quand en février 2020 je proposais à mes patients un test PCR premier jet, ils ouvraient largement les mires… Une Pécé quoi, docteur ? Aujourd’hui, ils maitrisent et font, à l’occasion, quelques remarques plutôt futées : à mon tour d’écarquiller et d’apprendre.

Soyons clairs : avant cette épidémie covid, l’expérience, à mon sens, n’avait jamais été menée. Même à l’époque sinistre du SIDA, qui nous terrorisait alors qu’on voyait partir, désemparés, de jeunes patients faméliques, seule la population à risque était... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles