La France a peur… de la réalité

La peur de ce qui se produira une fois que tout ce cirque se finira a remplacé la peur d’une maladie dont presque tout le monde a pris la correcte mesure.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France a peur… de la réalité

Cet article en est un d’opinion. Il ne représente que le point de vue de son auteur
Publié le 28 février 2021
- A +

Par Olivier Maurice.

Qui eût cru que la France aurait pu rester paralysée de peur pendant une année ? Un an. Un an de vie entre parenthèses, suspendue à la bonne volonté du Prince et de sa cour. Un an à attendre sagement les annonces sanitaires et gouvernementales. Un an à avancer dans le brouillard en courbant l’échine, en baissant la tête, en attendant que ça passe.

Un an que la France est une vraie poudrière, mais que l’étincelle ne se produit pas. Un an que tout le monde a peur, non pas seulement du virus, mais aussi de l’énorme explosion sociale qui pourrait se produire n’importe quand. Un an à vivre dans la peur de se réveiller dans un chaos généralisé. Un an à attendre que le pays  s’embrase.

Cela fait belle lurette que la peur a changé, que la peur de ce qui se produira une fois que tout ce cirque se finira enfin a remplacé la peur d’une maladie dont tout le monde ou presque a maintenant pris la correcte mesure.

Et pourtant, ce ne sont pas les occasions de mettre le feu aux poudres qui ont manqué, entre les privations de libertés, les incohérences, les mesures humiliantes, les consignes vexatoires et les réelles difficultés ayant pour bon nombre de nos concitoyens dépassé depuis longtemps la cote d’alerte.

Il n’y a en fait qu’une seule raison pour laquelle ce pays n’explose pas. Il ne s’embrase pas parce que le noyau d’agitateurs indispensable à toute révolte, à tout mouvement, à toute révolution, ce noyau de Robespierre et de Louise Michel n’existe pas.

L’extrême gauche, comme l’extrême droite, ne sont que des vastes blagues, des salons d’intellectuels et de politiciens calculateurs peut-être forts en mots mais que le modèle d’État-nation centralisé et son cortège de privilèges et de petits pouvoirs arrangent bien en fin de compte.

Il est assez stupéfiant de comparer le nombre d’exhortations à la révolte et à la désobéissance civile qui pullulent sur tous les réseaux sociaux et la mollesse, si ce n’est la totale absence de concrétisation de ces appels qui semblent pourtant rencontrer une large et franche approbation.

Est-ce que les esprits ont besoin de s’échauffer plus que cela ? Est-ce qu’il manque un élément déclencheur fort et symbolique ? Est-ce que la peur a eu finalement raison des velléités révolutionnaires ?

Le mythe de la Révolution

La France vit depuis 230 ans dans le mythe de la Révolution et cela fait bien longtemps que cette institutionnalisation de la révolte populaire est devenue un élément fondateur du pouvoir en place.

Cette peur de l’absolutisme, caricaturé comme le pire destin qui pourrait arriver à notre pays, le fige dans la peur de la fin de la Révolution populaire, qui serait l’aveu public d’un échec politique total.

Le pays des Droits de l’Homme et du Citoyen ne peut pas devenir un pays comme les autres. C’est impensable, inadmissible, inenvisageable. La France sombrera plutôt que d’admettre qu’elle s’est trompée, que son utopie de pays de cocagne n’est plus qu’un vague souvenir, une illusion passée, un rêve.

La France qui a fait la Révolution, ne peut qu’avoir raison, qu’être le phare du monde, la meilleure partout et en tout. Et qu’importe la réalité, elle préfère mentir, mentir à outrance plutôt que d’admettre la vérité : ce pays est fichu. Ce pays n’est même plus l’ombre de la puissance mondiale qu’il a été. Ce pays n’est plus qu’une caricature d’arrogance et de prétention.

La cité de la peur

La vraie peur, celle qui paralyse ce pays et qui l’empêche de réagir au traitement surréaliste que l’équipe au pouvoir lui fait subir et qui n’est même pas digne du management d’un club de majorettes, c’est la peur de la réalité.

Pour éviter de nommer la vraie peur et d’admettre la réalité, on s’invente des fausses peurs, des peurs qu’il ne coûte pas cher d’avoir et qui permettent de recréer cette illusion de maîtrise d’un monde qui nous échappe. Surtout, on s’invente des peurs qu’il est valorisant de combattre.

Une bonne partie d’entre elles, fantasmées et bienséantes, se sont retrouvées dans l’écologisme. Peur de l’apocalypse climatique, de la malbouffe, des OGM, du nucléaire, de la viande, du cholestérol et des maladies cardio-vasculaires, peur du tabac et du cancer, de l’alcool, peur de l’artificiel et de l’industriel, peur des pesticides, peur de tout.

L’écologisme est sans aucune conteste le parti de la trouille pathologique, où la moindre petite chose est synonyme de fin du monde et de catastrophes planétaires.

Mais il n’est pas le seul. La gauche entretient depuis des années la peur panique du fascisme, tout comme la droite entretient depuis des années la peur panique de l’invasion étrangère.

Comment ensuite s’étonner de l’absence de personnel politique courageux, dans un pays où le moindre menu dans les cantines, le moindre vêtement, la moindre phrase sont jugés sur un seul critère, celui de la peur érigée en mètre étalon de la valeur de toute chose.

Le business de la honte

Cette peur est devenue tellement banale, tellement normale, qu’elle s’est structurée en un véritable business. Comment s’étonner du succès des émissions de télé-réalité, quand l’incohérence, la honte et la fuite des réalités sont devenues le quotidien de la vie publique de ce pays ?

Les Marseillais ont remplacé les Guignols. Mais c’est pour singer le même tableau : celui d’un spectacle pitoyable qu’il est bon d’exorciser par le rire et la moquerie. Cela nous évite de nous regarder en face, nous conforte dans le constat qu’il y a encore plus nul et plus pitoyable, plus honteux et plus peureux que le spectacle que nous observons dans notre quotidien.

Jean-Jacques Rousseau opposait deux réactions face au monde : l’amour propre et l’amour de soi. Critiquant le paraître pour sublimer la pureté et la beauté de l’amour véritable, il a dans son ode au beau entraîné le pays dans le déni de réalité et l’autodestruction qui sévissent depuis.

Le beau n’est pas un critère objectif ou une mesure universelle. Ce n’est pas parce qu’une assiette de cantine est décrétée belle, conforme aux canons de la beauté et de la morale (respectueuse de l’environnement, responsable, bio, sans OGM, sans huile de palme, sans viande, etc. etc.) qu’elle sera ce qu’il convient à l’écolier qui la consommera, pour les cuisiniers qui la prépareront et la serviront et pour tous les acteurs, économiques, éducatifs, familiaux, etc. qui participeront à ce qu’elle devienne réalité.

Ce cercle vicieux est devenu un véritable business, autant pour les marchands de savon que pour les politiciens.

Révolution ou sécession ?

Il n’y a pas à s’étonner que le monde politique entretienne la peur et la honte. Ces moyens sont beaucoup plus efficaces que la coercition et la violence. Utilisés en même temps, ils deviennent des armes de soumission redoutables.

Il n’y a pas plus à s’étonner que les gens ne sortent pas de la petite contemplation de leur chez-soi, qu’ils ne se rebellent pas et ne défilent pas dans les rues.

Mais tout est une question de dynamique. Petit à petit, le fossé se creuse de plus en plus entre le parti du beau et le parti du bon, entre le quinoa et l’entrecôte, entre l’éolienne et l’appartement bien chauffé, entre la sécurité d’un monde bâti sur la peur de tout, sur la généralisation du principe de précaution et la liberté, entre la ville et la campagne, entre Paris et les régions.

Cette fracture sociale explique à elle seule pourquoi le pays n’a pas encore explosé, pourquoi les Français préfèrent rire et se moquer des prestations télévisuelles pitoyables du pouvoir plutôt que d’aller dans la rue : le mouvement qui se profile n’est pas celui d’une révolution, mais celui d’une sécession.

Les sondages récents sur les intentions de vote pour les élections régionales le montrent d’ailleurs très clairement : les partis en tête pour les élections présidentielles sont bien à la peine pour les élections régionales.

Si l’embrasement se produit (et tant de choses portent à croire qu’il se produira), il n’aura lieu que dans une dynamique de fracture, d’opposition des territoires contre le pouvoir central. Mais pour l’instant, la ligne rouge n’a pas encore été franchie comme cela avait été le cas avec l’augmentation du prix du carburant et la suite que l’on connaît sur les ronds-points.

 

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Relire la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et La Grève d’Ayn Rand, vous aurez en main le début de ce qui aurait pu ( aurait du) être et la fin vers laquelle ce pays se dirige. Pas besoin de faire sauter la voie pour faire dérailler le train, il suffit qu’il arrive au bout de la voie de garage! CPEF

    • Pas besoin de faire sauter la voie, il suffit d’avoir fourni des piles pour que le réveil du syndicaliste cheminot ne soit pas affecté par la grève des gaziers-électriciens afin qu’il dépose en temps voulu son préavis de grève à lui.

  • Là où vous voyez de la peur, je vois une prise de conscience désabusée que la seule désobéissance ne résout rien. Le gilet jaune sert à être bien visible quand on se trouve sur le chemin, il ne transforme pas son porteur de fonctionnaire effacé en travailleur efficace et créateur de richesses.

  • ben c’est normal que la France ai peur ! elle est dirigée par des pleutres en puissance ! leur lâcheté ruisselle sur les autres ;

  • Il n’y aura pas de révolution…Pour cela, il faut avoir très très faim et rien, mais rien du tout à perdre !!!
    Il faut aussi, une préparatio, une manipulation des esprits par des vrais intellectuels, comme ceux qui existaient en France au 18 ème siècle.
    Pas comme les décérébrés d’aujourd’hui…
    La révolution a été voulu par les bourgeois, non le Peuple (qui lui voulait du pain) qui souhaitaient remplacer la noblesse…Ils ont d’ailleurs réussi !!!

  • Cela n’explose pas parce que nos dirigeants ont l’œil sur la soupape de sécurité. Exemple, Alpes du sud confiné le week-end mais vous pouviez librement quitter cette région pour vous rendre dans celle d’à côté. Ce sont les chefs cuisiniers de l’Elysée qui nous tambouillent tout cela, pourvu que ça tienne jusqu’à la fin du repas.

    • Un peu lourdingue comme cuisine, surtout que le mélange des ingrédients et les saveurs sont plutôt mal assortis. Et je ne vous parle pas des grumeaux!

  •  » Angst frìsst dìr a Loch ìn d’r Kopf wu d’r gànza Verstand verschwìndet… »

    La peur te bouffe un trou dans la tête par lequel s’enfuit toute ta raison…

    Sagesse alsacienne

  • Eh oui ! Les Français ont peur de tout… Sauf de ce qui devrait vraiment leur faire peur !
    « Le mouton a peur du loup, mais c’est le berger qui le mène à l’abattoir » (proverbe italien)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Robert.

Dans Bagatelles pour un massacre, un de ses pamphlets maudits, Céline relate sa visite dans un hôpital complètement délabré de la banlieue de Leningrad, guidé par le camarade Touvabienovitch ne cessant de vociférer d’une voix de stentor : « Ici confrère, tout va très bien ! … Tous les malades vont très bien ! Nous sommes tous ici, très bien ! ».

Cette manie de la dissimulation illustrée par les simulacres de Potemkine voulant cacher à Catherine II l’état sinistré des villages de son empire n’est pas propre à l... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Finn Andreen.

Comment la cote de popularité de Macron peut-elle être aussi élevée malgré la gestion calamiteuse et autoritaire de la crise sanitaire ?

En effet, le quotidien Le Figaro annonce que « Le chef de l'État progresse dans toutes les catégories de la population » et que près de la moitié des Français (46 %) a maintenant une bonne opinion de lui, ce qui est bien plus que ses récents prédécesseurs à la même date précédant l’élection.

Cependant, cote de popularité ne signifie pas intention de vote, laquelle se tr... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Denis Dupuy.

Quand en février 2020 je proposais à mes patients un test PCR premier jet, ils ouvraient largement les mires… Une Pécé quoi, docteur ? Aujourd’hui, ils maitrisent et font, à l’occasion, quelques remarques plutôt futées : à mon tour d’écarquiller et d’apprendre.

Soyons clairs : avant cette épidémie covid, l’expérience, à mon sens, n’avait jamais été menée. Même à l’époque sinistre du SIDA, qui nous terrorisait alors qu’on voyait partir, désemparés, de jeunes patients faméliques, seule la population à risque était... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles