Les bourses multiplient les records

Semaine après semaine, les bourses multiplient les records. À première vue, s’en inquiéter semble excessif, du moins pour l’instant.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Wall Street Sign BY South Bend Voice (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les bourses multiplient les records

Publié le 25 avril 2021
- A +

Par Jean-Jacques Handali.

Les arbres peuvent-ils grimper jusqu’au ciel ? Semaine après semaine, les bourses multiplient les records. À première vue, s’en inquiéter semble excessif, du moins pour l’instant. Atteindre des sommets n’a jamais empêché le marché de dépasser ses limites.

En règle générale, les actions ont même presque toujours enregistré des performances supérieures à la moyenne, une fois une barrière historique franchie.

Le Standard & Poors 500 (S&P), indice phare de Wall Street, a dépassé les 4000 points pour la première fois le 1er avril dernier, et sans qu’il s’agisse d’une mauvaise plaisanterie ! Depuis, il semble s’être figé à ces niveaux stratosphériques.

Il faut dire que l’accélération de l’indice qui était particulièrement spectaculaire depuis les années 1980, est devenue fulgurante depuis douze mois. Le S&P a ainsi doublé ses marques à partir de son plus bas de mars 2020 !

Rappelons que depuis son lancement en 1928, il lui aura fallu moins de dix ans, en moyenne, pour doubler. Au XXIe siècle, 6,6 années lui auront suffi pour passer de 2000 à 4000 points.

Les motifs de la hausse des bourses

Les bourses sont d’abord stimulées par les niveaux de croissance économiques attendus aux USA, en Chine et même en Europe en 2021, mais pas seulement. Les premières distributions de chèques signés par Joe Biden alimentent une euphorie déjà dopée sous le mandat Trump.

Les rendements des taux fixes continuent de croupir à des niveaux plancher et n’offrent aucune alternative attrayante. Les injections de vaccins contre la Covid se font à tour de bras, et font miroiter une reprise du marché de l’emploi et un regain de consommation record.

Même l’Arabie Saoudite et la Russie se sont accordées sur un accroissement de la production de pétrole en vue d’une reprise de l’activité mondiale.

Cours boursier et valeur intrinsèque

Pourtant la déconnection entre le cours boursier et la valeur intrinsèque d’une société a rarement été aussi significative. La croissance économique ne va pas aussi vite que le déversement de liquidités sur le marché.

Il en résulte une appréciation pour le moins optimiste des capacités présentes et futures des entreprises. C’est en allant chercher les plus bas de l’année 2002 (bulle dot.com) et 2008 (crise du crédit hypothécaire) que les ratios de valorisation étaient cohérents avec la tendance économique.

Une bonne tenue des bourses par rapport au passé

La comparaison avec les données historiques suggère une situation plus engageante qu’il n’y paraît car les fondamentaux d’aujourd’hui ne sont pas ceux observés lors des crises précitées.

D’abord, les nouvelles locomotives que sont les GAFAM sont à la source d’une véritable révolution numérique qui, comme la précédente qui se définissait industrielle, apportent non seulement de réels progrès mais aussi des économies d’échelles notables à la plupart des acteurs économiques, individus et entreprises.

Si l’on se penche sur le PER (le rapport entre la capitalisation boursière et le bénéfice net), il est en moyenne de moitié ce qu’il était en 2000 et en 2007, à la veille des décrochages boursiers.

Le bilan des banques semble mieux nanti qu’à l’époque. Les entreprises affichent certes un niveau d’endettement important, mais disposent d’une trésorerie qui leur permet un redéploiement de stratégie et d’actifs.

Enfin, les crises financières récentes sont survenues en fin de cycle, alors que les éléments actuels qui nous dépeignent une reprise après confinement, annoncent plutôt un début de cycle, ou en tout cas sa continuation.

Vous avez dit inflation ?

Certes, avec l’abondance de liquidités et la soif de consommation latente, l’inflation est susceptible de pointer le bout de son nez avec son corolaire, la remontée des taux d’intérêts. Cela fait deux décennies que l’on évoque cette occurrence sans qu’elle ne se soit concrétisée pour autant.

Est-ce la révolution numérique qui annihile certains coûts ? Est-ce la Chine qui produit à bas prix et absorbe les éruptions ? Sont-ce les marchés financiers qui épongent les surplus de liquidités ?

Combien même celle-ci reprendrait du service, à quelle vitesse cette flambée des prix croîtra-t-elle et quelle sera la réaction des banques centrales ? Ces dernières seraient-elles prêtes à serrer la vis des taux pour contenir l’inflation ou préféreraient-elles laisser filer la monnaie pour minimiser une partie de leurs dettes ?

Statistiquement, depuis 1930, lorsque les grands indices américains sont montés de plus de 50 % en l’espace de 12 mois, ils ont confirmé leur tendance les 12 mois suivants dans 65 % des cas. En revanche, lorsqu’ils ont accouché d’un rendement négatif, la baisse fut limitée à moins de 5 %. Alors même en intégrant un accident à la manière de celui survenu en mars 2020, les bourses ont toutes les raisons de reprendre leur ascension. Du moins pour l’instant !

(Visited 3 times, 1 visits today)
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Ce n’est pas la valeur des actions qui montent, c’est la monnaie qui perd de sa valeur. Trop de liquidités ont été injectées sur le marché pour permettre aux états de se refinancer à bas cout, cet argent se retrouve sur les marchés financiers et dans l’immobilier.
    Les taux d’intérêts ne remonteront pas, même s’il y a de l’inflation: pour l’état, c’est bien plus facile de tricher sur le calcul de l’inflation que de réduire les dépenses…
    Et le calcul de l’inflation est une vaste blague: une baguette coute 0.7€, un PC de bureautique 50€ (car un d’il y a 10 ans suffit!) et on dépense 9% de son revenu pour le logement.
    Le résultat final sera le lessivage des classes populaires endettées 30 ans pour un clapier (vous payez 2 fois plus, mais à taux bas ma petite dame!). La finance capitaliste ultra libérale sera accusée de ces maux, des aides seront mises en place, financées par injections monétaires bien sûr…

    • A mon sens, c’est plus complexe que cela. Certes, il y une inflation des actifs (actions et immobilier notamment), mais pas du reste. Nombre d’objets usuels n’augmentent pas, voire baissent. Les loyers ne suivent pas le prix d’achat de l’immobilier. Comme toujours, il faut regarder le détail et là, l’image devient beaucoup moins nette.

      • « Les loyers ne suivent pas le prix d’achat de l’immobilier. »
        Certes mais comme vous le dites, c’est complexe.
        Les loyers ne sont pas automatiquement liés au prix de l’immobilier. Ils sont liés au marché du locatif. Pour pouvoir augmenter, il faut qu’il reste également des clients prêts à payer. S’il n’y a plus personne pour payer un certain niveau de loyer ceux-ci n’augmentent pas ou très peu.

  • Le simple bon sens populaire dit qu’il n’est pas normal que les actions montent sans limite quand les gens se paupérisent, ont des emplois précaires et que l’économie Covid va créer encore plus de chômage….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jacques Garello Un article de l'aleps

[caption id="attachment_172044" align="aligncenter" width="640"] Bourse (Crédits jam_90s, licence Creative Commons)[/caption]

 

À part les bourses chinoises, en baisse de plus de 13 £ il y a deux semaines, c’est l’euphorie chez les boursiers. Bien que 5.000 points n’aient rien de commun à Paris et à New York, le CAC 40 français et le Nasdaq américain ont dépassé ce seuil. Pour Paris c’est un retour aux bonnes affaires après quelques flottements dus à la Grèce (du moins le dit... Poursuivre la lecture

Par Nils Sinkiewicz

La bourse au mérite n’est plus. Annoncée l’année dernière, puis repoussée suite aux contestations étudiantes, sa suppression contrarie les nouveaux bacheliers qui, par ailleurs bénéficiaires de bourses sur critères sociaux, comptaient sur cette aide supplémentaire de 1 800 euros par an pour financer leurs études. Naturellement, l’opposition dénonce une « mesure profondément idéologique », tandis que les chantres de l’élitisme républicain déplorent le sacrifice du mérite à la médiocrité.

Comme toujours quand l... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Ce qui est amusant avec internet, c'est de retrouver les fois où tous nos politiques auraient dû fermer leur grande g... Ainsi quand la Gauche se moquait de la première dégradation de la note française, passée à AA+ sous Sarko. En particulier Hollande, candidat, qui semonçait pompeusement : "c'est la sanction d'une politique". Ben, Pépère, tu y es ?

Je parie que les copains socialos vont  pomper les textes de leurs copains UMP pour préparer réponses et commentaires. Et le déplacement d'air suite à la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles