Gestion de la crise Covid : un triple échec suivi d’un rebond

La France a -t-elle de quoi être satisfaite de sa gestion de la crise sanitaire, comme le laisse entendre Emmanuel Macron ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gestion de la crise Covid : un triple échec suivi d’un rebond

Publié le 30 avril 2021
- A +

Par Paul Zeppenfeld.

La France serait dans le peloton de tête en matière de vaccination des adultes. C’est en tout cas ce qu’il fallait retenir des déclarations d’Emmanuel Macron lors de la réunion hebdomadaire consacrée aux vaccins à l’Élysée, le 20 avril dernier. Après un triple échec retentissant, qu’en est-il vraiment ?

Confronté à la crise du Covid, l’histoire retiendra de nos dirigeants politiques leur échec dans la gestion de la première vague de l’épidémie : dans l’acheminement des masques, le testing et l’isolement des populations.

Ils n’ont guère été plus imaginatifs et efficaces lors de la deuxième vague, en novembre 2020, avec pour seule politique sanitaire un déploiement sans limite des tests PCR au détriment d’une réorganisation des services de réanimation et d’une vraie politique d’isolement des positifs à l’intérieur du territoire et au débarquement des avions.

Un classique français : l’impotence de l’administration dans la gestion de la crise

La déroute a été favorisée par l’impéritie bureaucratique à tous les étages : les conflits de compétences État-régions, préfet-maire, hôpital public-cliniques privées, les confinements et couvre-feux qui s’apparentent à des solutions de la dernière chance recommandées par un Conseil scientifique sans légitimité, une pléthore de mesures liberticides ridicules et dérisoires, une absence de territorialisation préjudiciable aux régions pas ou peu affectées par le Covid, des délais dans la prise de décision incompatibles avec l’urgence sanitaire…

Un échec total et indiscutable, dans sa genèse et dans sa cristallisation, révélateur d’une absence de politique de santé publique.

Interdictions et réprimandes en guise de politique de soins

Ni politique de santé publique, ni stratégie sérieuse de prévention et de traitement face à l’épidémie. Toutefois, la seule constante des autorités de santé, qui s’est confirmée au fil des mois, a été de freiner ou interdire tout traitement qui n’ait passé le barrage de la preuve scientifique absolue des essais randomisés.

Sur cette exigence de suspension et d’interdiction de toute molécule tombée dans le domaine public, il y a eu convergence absolue des mesures de la part du gouvernement et des autorités médicales, soutenus par une presse servile qui s’est sagement confinée dans un rôle de transmission de l’information officielle : le classement en substance vénéneuse d’une molécule pourtant délivrée sans ordonnance pendant des décennies, le choix de fonder la décision d’interdiction d’un protocole sur une seule étude et de ne pas annuler cette interdiction lorsque l’étude fut rétractée une semaine plus tard, l’exclusion des médecins libéraux du parcours de soins, la poursuite par les conseils de l’ordre des médecins de ville qui s’aventuraient à prescrire des traitements dont ils avaient pourtant pu observer l’efficacité sur leurs patients, une mise à l’index systématique de tous les médecins qui s’écartaient de la doxa.

Et pourtant l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) a délivré une autorisation temporaire d’utilisation à un traitement qui n’était pourtant pas davantage validé par des essais thérapeutiques et déconseillé par l’OMS, le Remdesivir, produit par un géant de la pharmacie.

Le monde d’avant

Les autorités ont aussi manifesté une conviction unanime à l’égard d’une solution vaccinale dès le séquençage du génome du Sars-Cov-2. Une croyance dans la vaccination contre le Covid-19, alors qu’aucun vaccin contre un coronavirus humain n’avait jamais été fabriqué.

Mais un enthousiasme tempéré, compte tenu des délais habituels de fabrication des vaccins. Et c’est justement ce « réalisme » – cette stratégie perdante ? – qui a précipité la France dans la troisième vague épidémique.

Dans la course au vaccin, les laboratoires Pasteur et Sanofi concourraient à l’élaboration d’un vaccin traditionnel, dont le processus d’élaboration est compris entre un et deux ans. Alors que les laboratoires concurrents s’étaient alliés à des startups pour élaborer un vaccin d’un genre nouveau, à ARN messager.

Les laboratoires français étaient-ils lestés d’un principe de précaution déresponsabilisant ? Les startup françaises n’avaient tout simplement reçu aucun financement ni commande de la part de l’État !

Plus fonceurs, les Anglais comme les Américains avaient tout misé dès juin 2020 sur des licornes de la biotechnologie et Pfizer a fait l’annonce de la mise sur le marché de son vaccin pas plus tard que le lendemain de la défaite de Trump, le 5 novembre 2020, laissant nos élites dans l’incrédulité la plus totale.

Jamais deux sans trois

Alors que Boris Johnson et Donald Trump avaient investi massivement dans la recherche vaccinale, Emmanuel Macron, président d’une start-up nation fantasmée, réagissait avec une pointe de mépris aux déclarations de son homologue américain sur la sortie imminente de son vaccin pendant qu’il confiait les clés de la politique vaccinale de la France à l’Union européenne, alors que la santé publique relève de la compétence interne des États membres.

Là où les Anglais, Américains et Israéliens avaient mis en œuvre une politique volontariste de financement et de commande de vaccins, ainsi qu’un plan de vaccination à partir de décembre, l’Union européenne ne faisait qu’engager des tractations avec les laboratoires, pleine de certitudes vite démenties sur ses capacités de négociation à 28.

Certains États avaient su limiter les dégâts lors des deux vagues de 2020, d’autres ont su initier dans les meilleurs délais une politique vaccinale qui leur a permis d’éviter un nouveau rebond épidémique.

La France a choisi d’abandonner cet attribut de souveraineté à Bruxelles, comme elle avait déjà rejeté la fermeture des frontières avec ses voisins et la mise en quarantaine des nouveaux entrants. Un européisme béat, un attentisme, une absence de stratégie dans une routine de gestion de crise enfermée dans une posture idéologique.

Gestion de la crise et médecins aux vocations très politiques

À la décharge des décisionnaires politiques, il faut reconnaître qu’ils ont été comme tous les Français ballottés entre les avis contradictoires des experts qui s’empoignaient sur l’utilité des masques ou encore sur l’existence des variants. Les modélisations de décrue de l’épidémie et les courbes de décès prédictives ont lassé de convaincre et la stratégie du confinement strict que les médecins abonnés aux plateaux TV analysaient comme le remède ultime à l’enrayement de l’épidémie est retombée comme un soufflé.

Par leurs excès et leur vision autocentrée, les « enfermistes » de l’APHP ont permis à la politique de reprendre ses droits, à Emmanuel Macron de s’émanciper d’une tutelle scientifique qui cumulait les sophismes et les erreurs d’appréciation, et qui confondait allègrement ses revendications budgétaires avec la politique de gestion de crise.

Sans jamais voir le bout du tunnel

Les prédictions flottantes des scientifiques ont semble-t-il ôté toute envie au président de la République de faire des promesses d’allègement des mesures fondées sur des indicateurs sanitaires.

Contrairement au deuxième confinement, où des planchers de nouveaux cas par jour et de personnes en réanimation avaient été fixés, à l’occasion du troisième confinement la réouverture des établissements scolaires n’est même plus corrélée à un objectif chiffré. Il faut dire qu’en décembre, l’objectif du nombre de cas quotidien n’avait pas été atteint et les restrictions avaient dû être levées pour Noël.

Depuis cet échec, il n’y a plus d’objectifs chiffrés entraînant une mesure automatique. Et pourtant il est difficile d’attester de l’efficacité d’une mesure si on ne lui assigne pas un objectif clair.

Cette absence d’objectifs chiffrés est emblématique de l’absence de stratégie gouvernementale. Sans objectif, on ne voit pas le bout du tunnel et les mesures et brimades perdent leur justification et donc leur acceptation.

L’intendance a-t-elle fini par suivre ?

Avec si peu de motifs de satisfaction il est vrai qu’on aurait tort de reprocher au président de la République de se féliciter d’un plan de vaccination enfin lancé et opérationnel, et de se targuer sur Twitter que

Les choses s’accélèrent. […] 17 millions de doses administrées depuis le début, ce qui nous place parmi les pays qui ont vacciné le plus de leur population adulte au sein de l’Union.

Suite à une stratégie de vaccination aux innombrables ratés et retards, qui sont autant de nouveaux témoignages de la faillite d’une administration labyrinthique, était-ce enfin une statistique qui positionne la France en tête d’un classement du Covid ?

À y regarder de plus près, ce chiffre qui pourtant ne tient compte que des adultes ne traduit pas la moindre position de leadership de la France. Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) indique qu’avec plus de 22 % de la population majeure ayant reçu au moins une dose, la France est en dixième position sur 27.

Et sur la population majeure ayant reçu deux doses de vaccin, la France recule même à la 15ème place. « De tous ceux qui n’ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent », disait Coluche.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Bien sûr qu’on peut faire une campagne vaccinale pitoyable dans la lignée d’une gestion d’épidémie affligeante… et pourtant finir par miracle en tête, c’est logique !

    Bien sûr qu’on peut dilapider des milliards en subventions inutiles, détruire des milliers d’emplois, pousser des entreprises à la faillite, n’avoir aucun projet économique sur le long terme, ne pas augmenter les impôts… et pourtant rembourser la dette par miracle, c’est logique !

    Bien sûr qu’on peut laisser la violence urbaine se développer, fermer les yeux sur toutes ces agressions sauvages, ne pas agir contre la délinquance de quartier, transformer les forces de l’ordre en percepteurs d’impôt indirect… et pourtant espérer qu’en 2025 il y aura « de moins en moins de Unes peuplées de faits divers tragiques », c’est logique !

    C’est la Macronie ! C’est comme le monde des bisounours mais saupoudré avec un peu de poudre de perlimpinpin et de la magie façon Harry Potter, un lieu merveilleux où les miracles seront nombreux si le roi est maintenu sur le trône.
    Allez, maintenant, préparez votre pass sanitaire, guettez la réouverture des terrasses, souriez et obéissez. Tout va bien se passer, puisqu’ils le disent. Et surtout ne réfléchissez pas, il y a des gens payés (avec vos impôts) pour le faire à votre place.

    • « n’avoir aucun projet économique sur le long terme »
      si, il y en a : tous les efforts sont portés vers la neutralité carbone et la transition énergétique, et par conséquent, la disparition de l’industrie, de l’agriculture. Ce n’est pas un beau projet ça?

      • voire la disparition des êtres humains, mais pour cela les écologistes ne montrent pas l’exemple (ils ne disparaissent pas).

  • vu l’utilité du vaccin par rapport à la dangerosité du virus,
    vu l’existence de médicaments pas chers du tout pour soigner avec d’excellents résultats,
    vu les risques de la technique ARNm, sur lesquels on a aucun recul,
    vu les résultats des vaccins dans les pays qui ont beaucoup vacciné,

    cette affaire de vaccin est un quatrième échec !!!

  • Macron est quasi-ineffectif.

    (Commentaire perfide mais o combien mérité)

  • Petite précision. Le vaccin Pfizer n’a été créé par Pfizer mais par l’entreprise allemande bioNtech. Pfizer en est juste le producteur.

  • Le soucis est qu’on nous a vendu cet homme (Macron) comme un génie en avance sur son temps, omniscient et omni-compétent. Et il se révèle archi-nul dans tout ce qu’il fait, tout en passant son temps à expliquer que oui il est génial et rien n’est de sa faute en cas d’échecs..
    Et là ça commence à se voir : on a jamais vu un président faire autant de nullités en si peu de temps, des Gilets jaunes au désastre de la crise covid en passant par le massacre de notre démocratie (conventions citoyennes, mouarf..)..
    Forcément ça va bien se finir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Robert.

Dans Bagatelles pour un massacre, un de ses pamphlets maudits, Céline relate sa visite dans un hôpital complètement délabré de la banlieue de Leningrad, guidé par le camarade Touvabienovitch ne cessant de vociférer d’une voix de stentor : « Ici confrère, tout va très bien ! … Tous les malades vont très bien ! Nous sommes tous ici, très bien ! ».

Cette manie de la dissimulation illustrée par les simulacres de Potemkine voulant cacher à Catherine II l’état sinistré des villages de son empire n’est pas propre à l... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Finn Andreen.

Comment la cote de popularité de Macron peut-elle être aussi élevée malgré la gestion calamiteuse et autoritaire de la crise sanitaire ?

En effet, le quotidien Le Figaro annonce que « Le chef de l'État progresse dans toutes les catégories de la population » et que près de la moitié des Français (46 %) a maintenant une bonne opinion de lui, ce qui est bien plus que ses récents prédécesseurs à la même date précédant l’élection.

Cependant, cote de popularité ne signifie pas intention de vote, laquelle se tr... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Denis Dupuy.

Quand en février 2020 je proposais à mes patients un test PCR premier jet, ils ouvraient largement les mires… Une Pécé quoi, docteur ? Aujourd’hui, ils maitrisent et font, à l’occasion, quelques remarques plutôt futées : à mon tour d’écarquiller et d’apprendre.

Soyons clairs : avant cette épidémie covid, l’expérience, à mon sens, n’avait jamais été menée. Même à l’époque sinistre du SIDA, qui nous terrorisait alors qu’on voyait partir, désemparés, de jeunes patients faméliques, seule la population à risque était... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles