Pass sanitaire : le jour où l’Assemblée nationale a failli être utile

On a fait revoter les parlementaires jusqu’à ce que le vote corresponde à l’agenda politique des organisateurs du vote, qui voulaient le pass sanitaire.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pass sanitaire : le jour où l’Assemblée nationale a failli être utile

Publié le 12 mai 2021
- A +

Par Frédéric Mas.

Après avoir rejeté une première fois l’article premier du projet de loi de sortie de la crise sanitaire portant sur le pass sanitaire, les députés ont finalement revoté pendant la nuit pour l’adopter.

103 voix pour, 108 contre. C’est la stupéfaction ce mardi 11 mai. Les alliés Modem de la majorité présidentielle ont décidé de voter en masse contre le premier article du projet de loi porté par l’exécutif. Celui-ci aurait dû cristalliser l’attention du débat public tant les problèmes que pose le pass sanitaire en termes de libertés publiques, de sécurité des données de santé et de protection de la vie privée sont importants.

Il n’en a rien été.

Des mois de confinements, de reconfinements, de flicage permanent, d’atteintes aux libertés fondamentales, d’interdiction d’exercer son métier, de folie bureaucratique, le tout entretenu par une propagande sanitaire anxiogène ont eu raison de la volonté des Français. Peu importent les moyens, qu’on revienne à la situation d’avant, même si c’est au prix d’un bracelet électronique sanitaire. La lassitude l’a emporté sur la vigilance civique, le solutionnisme technologique paresseux a séduit les élites sociales.

Mais un grain de sable s’est introduit dans l’inexorable machine à réduire les libertés. Les alliés de la macronie se sont lassés momentanément de jouer les presse-boutons. Le député Philippe Latombe, au nom du groupe Modem, s’est plaint en effet du manque de « dialogue et d’écoute » de l’allié macroniste. Les réserves sur le texte n’ont pas été entendues. Des parlementaires ont contesté l’expertise autoproclamée de l’exécutif. Pas le pass sanitaire, mais c’est déjà ça.

Seulement, ce n’est pas ce que l’exécutif attend de la majorité à l’Assemblée, alliés compris : celle-ci n’est qu’une courroie de transmission de Jupiter tout-puissant. Donc l’Assemblée revotera jusqu’à ce que son vote s’aligne sur celui des experts-courtisans de l’Élysée.

Mardi soir, Jean Castex annonce donc en urgence une nouvelle délibération sur France 2 : « ce problème nous allons le régler, il y aura une nouvelle délibération dès ce soir, et il y aura un pass sanitaire ». Comme n’importe quelle assemblée générale gauchiste en fac, on fait revoter les participants jusqu’à ce que le vote corresponde à l’agenda politique des organisateurs du vote.

Les vieilles méthodes d’assemblée générale pour donner à des mesures autoritaires l’apparence de démocratie fonctionnent même au plus haut niveau de l’État. À ce stade, ce n’est plus un accident politique mais une marque de fabrique, celle du mépris bureaucratique pour les formes les plus élémentaires du fonctionnement de la démocratie libérale.

Quelle aubaine pour les démagogues populistes à l’extrême droite et à l’extrême gauche qui n’ont pas trop à se forcer pour se moquer des manœuvres du parti présidentiel pour faire passer en force son texte.

Ce n’est pas la première fois que l’exécutif rappelle à l’ordre le législateur quand il esquisse la volonté de jouer son rôle de contre-pouvoir. On se souvient de la colère presque juvénile d’Olivier Véran le 3 novembre dernier. Face à des députés peu empressés à prolonger l’état d’urgence sanitaire, le ministre de la Santé s’était emporté.

Mais LREM a battu le rappel, et ses troupes ont revoté pendant la nuit.

Cette fois-ci, plus de couac possible, le texte est passé avec 205 voix contre 85. Soulagement à l’Élysée, le lent déconfinement bureaucratique, partiel et toujours aussi attentatoire aux libertés publiques va pouvoir se mettre en place. Et le train-train de l’Absurdistan reprendre son cours comme si de rien n’était. Fin de la parenthèse parlementaire.

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • Est-ce exactement le même texte qui a été revoté? Ou a-t-il été amendé puis resoumis au vote?

  • Voilà qui est bien dit : « Le solutionnisme technologique paresseux a séduit les élites sociales. »

  • Un seul député devrait être suffisant pour l’avenir, un type qui n’a qu’un choix de vote, oui, cela fera des economies qu’on pourrait redistribuer aux partis en chèques vacances et bons pour hôtels 5 etoiles. Ces députés vivent un enfer, il faut les aider !

  • Et même si ils votent mal l’état a encore l’article. Machin qui permet de passer outre.

  • Le Modem a perdu tout sens de l’honneur en ralliant Macron pour négocier je ne sais quoi.
    Il porte une responsabilité énorme dans cette dérive anti démocratique, sans lui LREM ne serait rien.

    • Cela fait longtemps que Bayrou n’a plus aucun sens de l’honneur

      • Parce qu’il en a eu un un jour ? Ce type est l’archétype de la p*** visqueuse pour reprendre l’expression de H16. Il est loin d’être le seul.

    • Bayrou a du negocié une place dans le prochain gouv « democratique ». Les voies du milieu sont impenetrables..

  • tant que 211 ( premier vote ) ou 290 ( second vote ) députés pourront faire la loi sur 577 élus nous subirons ces votes soviétiques orchestrés par nos apprentis dictateurs qui savent toujours mieux que nous ce qui est est bon pour nous !!! La façon de consommer , boire , conduire , dormir, se distraire ou se soigner est désormais codifiée par nos technocrates avec contingentement du sel ou du sucre et bien sur de l’alcool mais curieusement pas du cannabis qui devient une excuse alibi en cas de crime et dont la vente pourrait même être légalisée rendant l’état dealer officiel sans concurrence !!!!

    • C’est clairement une honte pour notre démocratie en effet… Moins de 50% lors du premier vote et tout juste 50% pour le second…

  • Jerémy Lapurée
    12 mai 2021 at 14 h 42 min

    Soulagement à l’Elysée…
    Il sera de courte durée. Les politiques d’apartheid ne sont jamais profitables à ceux qui les mènent.

  • C’est une parodie de démocratie, on n’est même plus dans une république bananière, mais une administration soviétique où plus rien n’a de sens.

  • Doit-on en conclure que lors des prochaines élections, si le résultat ne convient pas à nos chers bureaucrates, ils nous feront revoter ?

    • Bonne question! Surtout dans le contexte actuel. Et vu les chances du RN de l’emporter cette fois-ci, on peut s’attendre à de grands moments de démocrassie, tous unis contre la bête immâonde.

    • Ils annuleront le résultat comme en Algérie. Garanti sur facture.

  • Au final rien de bien neuf, la chose s’était vue notamment quand, coup de tonnerre, l’Assemblée Nationale avait rejeté la création de l’Hadopi (qui, depuis, nous pompe du fric pour un résultat aussi nul qu’attendu initialement par ses opposants), et je suis sûr que le procédé a eu l’occasion d’être rodé sur un certain nombre de textes.

    En pratique, dans ce pays, quand quelqu’un n’est pas élu au poste suprême, c’est parce-qu’il a été incompris, il va donc réessayer à l’élection suivante. Puis encore, et encore, jusqu’à ce que finalement, ça marche (voir la série d’articles qui est ressortie sur Mitterrand, mais aussi Chirac).
    Et quand les députés votent d’une manière non conforme, on bat le rappel des troupes et on revote. Il ne faudrait quand-même pas se laisser emmerder par cette histoire de « contrôle de l’exécutif par le peuple via ses députés », si…?

  • LFI, LR et le RN absents du 2e vote : collabos, démissionnaires. Et le Modem? Il a dû être acheté pour s’absenter ou voter pour. Au prochaines élections, j’espère un vote sanction massif.

    • C’est en effet un problème quand l’opposition ne fait pas son taff… J’ai jamais compris pourquoi l’opposition s’abstenait et ne voter pas contre une loi qu’elle rejette… C’est un peu comme ceux qui ne vont pas voter aux élections et qui râlent après…

  • « Toute association politique a pour but la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. » DDCH 1789.
    C’est assez limpide qu’ils sont TOUS hors-jeu pour le moins, non ?

    On nous sort encore le laïus « démocratie » quand des guignols qui n’ont même pas atteint 51% des voix des inscrits de leurs circonscriptions nous votent des lois en atteignant 36% de votes pour sur l’ensemble des 577 députés qui composent l’A.N et sensés représentés le Peuple de France. Et il paraît que le droit de vote est le plus important des tous les droits… C’te blague !

    J’aime beaucoup le « Majorité absolue 146 » du premier encart Twitter. La majorité absolue à l’A.N c’est à 295 et pas moins. 296 présents, ça fait quand même 51,29% d’absents. Ca craint pour des guignols dont le job principal consiste à … voter.

  • et pourquoi paie-t-on ces députés ???

  • jacques lemiere
    13 mai 2021 at 7 h 39 min

    pour interdire les voitures:  » c’est la réalité , si vous ne voulez pas l’entendre on va visiter un centre pour handicapés »..

    pour interdire l’alcool..le tabac, le vélo, le parapente, le viande rouge….

    c’est subjectif veran.. tout est dangereux…la réalité des victimes n’aide pas beaucoup..

  • Le référendum sur le traité de Maastricht ayant été négatif, on a changé 3 mots pour le faire approuver au Parlement, aujourd’hui on vote jusqu’à approbation… Une assemblée de godillots élue par un peuple de godillots ?
    Si au moins ce gouvernement autocrate nous apportait la sécurité, même pas, nous perdons sur tous les tableaux !

  • « ce problème nous allons le régler, il y aura une nouvelle délibération dès ce soir, et il y aura un pass sanitaire ». Que M. Castex ose affirmer ça est tout simplement hallucinant et démontre son mépris des citoyens-électeurs. C’est insupportable !

    • @Mariah
      Bonsoir,
      Apparement, le Premier ministre ordonne les séances de votes à l’A.N. Ainsi, c’est acté : la séparation des pouvoirs est inexistante en République, Démocratique, Laïque, Sociale, Ecolo de France.

  • C’est plus simple d’avoir que des testés négatifs pour montrer un résultat qui donnera satisfaction aux décisions prises par le gouvernement 🙂
    Par contre, s’ils avaient fait un concert test avec des gens « sans sympôme » (donc qu’on ne sait pas s’ils sont positifs ou négatifs ou alors en amont) et en bonne santé, ça aurait montré toute la supercherie vécue depuis 1 an !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yoann Nabat.

Cet été, le journaliste Taha Bouhafs révéla qu’un site d’extrême droite avait établi un fichier listant des personnalités désignées comme étant islamogauchistes. Dans le même temps, certaines critiques s’élevant contre le passe sanitaire pointaient du doigt le risque d’un fichage des déplacements.

Fichiers de police ou fichiers clandestins, le fichage des opinions politiques semble de plus en plus mis en lumière. Pourtant, est-il véritablement autorisé en France, et sous quelles conditions ?

Par principe,... Poursuivre la lecture

Par François Jolain.

Bien que les dernières recherches montrent la perte d’efficacité du vaccin sur le variant delta, la vaccination quasi obligatoire risque de se maintenir dans le plus pur style lyssenkisme où la science doit se conformer à l’idéologie gouvernementale. Ainsi le QRCode européen se généralise.

Il est temps de l’analyser plus en détails.

D'où vient le QR code ?

L’histoire a sa part d’ironie. L’invention du QRCode date de 1994. Il servait à Toyota pour traquer ses pièces dans son usine. Avec l’aide du smart... Poursuivre la lecture

Par Julien Plouchart.

En France, l’idéologie sanitaire a pris le dessus sur la conception libérale et du régime politique et du corps social : le primat de la santé sur la liberté a été mis en œuvre par le pouvoir avec constance depuis mars 2020.

Le fait de sauver des vies a été jugé supérieur au respect des libertés, d’où la propension à user et abuser des innovations de gestion politique de l’épidémie telles que confinements, couvre-feux, pass sanitaire au point de vider en grande partie de leur sens les libertés de circulatio... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles