Pass sanitaire : le chantage à la liberté

Contraindre la population à accepter un pass sanitaire se fait avec un chantage qui ne dit pas son nom puisque son usage conditionne l'accès à certains événements.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pass sanitaire : le chantage à la liberté

Publié le 16 mai 2021
- A +

Par Yannick Chatelain.

La marche forcée vers le pass sanitaire se poursuit, à l’instar de l’application TousAntiCovid. La méthodologie pour contraindre une population exsangue à la vaccination et à l’acceptation d’un pass sanitaire se fait sur fond de campagne de communication avec à l’appui un chantage qui ne dit pas son nom : un chantage à la liberté et une entrave aux libertés publiques puisque son usage conditionne l’accès à certains événements.

Les contraintes infligées des attestations de sorties-papier ne sont pas étrangères au succès quantitatif de l’application TousAntiCovid dont s’est vanté l’exécutif. Oubliées alors les failles, les données sensibles collectées à l’envi, quand dans les faits, deux questions relatives à cette application miracle sont demeurées et demeurent toujours sans réponse :

  • Combien de vies sauvées par le bon usage de cette application ?
  • Combien de téléchargements réalisés pour contourner les contraintes absurdes et disposer de nouvelles fonctionnalités permettant de produire une attestation de sortie ?

Pass sanitaire : vous êtes libres de choisir de ne pas vivre normalement

Le pass sanitaire qui se met en place en intégrant de nouvelles fonctionnalités va  continuer de favoriser le téléchargement de TousAntiCovid et la digitalisation de nos vies à marche forcée.

Malgré son caractère non obligatoire avancé, il ne peut occulter les contraintes auxquelles seront soumis ceux qui s’y opposeront ; et pour la vaccination un précédent est en passe d’être créé : vous êtes libre de ne pas pouvoir vivre dans la normalité…

L’acceptation sociale de ce pass sanitaire, la présentation récurrente de la vaccination comme une porte de sortie ont été élaborées sur une longue durée. La population française à bout de souffle semble être passée de la résilience à la résignation, de renoncement en renoncement à des libertés fondamentales, imposés par des élus sous couvert de crise sanitaire.

Si les défenseurs de ce projet évoquent des régressions temporaires, ces déclarations n’engagent que ceux qui les déclament. Dans les faits, l’urgence occulte le débat, la peur et l’épuisement visent à annihiler l’esprit critique.

Quant à exercer ce dernier, libre à vous, mais force est de constater que cela devient extrêmement difficile : ne pas adhérer à pléthore de lois votées dans l’urgence – qu’elles soient sécuritaires ou sanitaires – et vous voilà rangé dans le camp infréquentable des factieux, des inconséquents, des irresponsables.

Pour autant, n’est-il pas utile de rappeler des décisions étonnantes, pour ne pas dire surréalistes, comme la nomination d’un collectif de 35 citoyens français supposés conseiller le pouvoir sur la vaccination… et sa disparition. Un collectif passé à pertes et profits au fur et à mesure de l’acceptation sociale de la vaccination.

Souvenez-vous de Milgram

Le fait est que les citoyens français sont une nouvelle fois mis devant le fait accompli. La prochaine mise à jour de l’application TousAntiCovid apportera une nouvelle fonctionnalité : l’intégration des résultats de tests PCR et antigéniques ainsi que l’attestation de vaccination contre le Covid-19.

L’objectif affiché est de faciliter les déplacements de la métropole vers la Corse et l’Outre-mer puis dans un second temps vers l’étranger. Si la CNIL ne cesse de réaffirmer que l’utilisation de l’application ne pourrait reposer que sur le volontariat, s’agissant notamment de sa fonctionnalité « carnet de tests » ce ne sont là que des mots.

Par ailleurs l’acceptation, fut-ce au minimum, d’un traitement discriminant de la population, est déjà une acceptation de trop, qui n’est pas sans rappeler les expériences de Milgram.

Si l’exécutif promet des garanties, si le secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques présente le pass sanitaire comme  un sésame vers la liberté, affirmant avoir écarté le quotidien « car cela ne correspond ni à la culture française ni à la temporalité de l’épidémie », ce ne sont là que des mots. La liberté est écornée, à moins d’admettre qu’aller à un concert ne fasse pas partie du quotidien – ne serait-ce que celui de la jeunesse – une jeunesse qui aura été durant cette période pour le moins malmenée.

Quel crédit accorder à ces assertions, tant les contraintes qui s’appliqueront aux récalcitrants à cette soumission à l’autorité seront nombreuses, tant l’exécutif a habitué les citoyens à des modifications récurrentes de ses discours ?

J’en veux pour preuve la réouverture des terrasses de restaurant pour laquelle ont été soudain inventées… les jauges en terrasse

J’en veux pour preuve la Loi de sécurité globale qui a été acceptée dans son intégralité sur un fond de violence tournant en boucle sur nos écrans de télévision, en intégrant la pérennisation d’outil comme les boîtes noires qui altèrent gravement nos libertés fondamentales et s’imposent à tous sans jamais avoir prouvé leur efficacité comme l’exécutif s’y était pourtant engagé.

Pass sanitaire : la boîte de Pandore  refermée puis aussitôt rouverte

Le mardi 11 mai les députés votaient contre l’article clé du projet de loi de sortie progressive de l’état d’urgence sanitaire qui comprend le controversé pass sanitaire et cela grâce au Non du MoDem.

Un rejet qui aura été de courte durée, car dès le 12 mai le pass sanitaire qui accompagnera la réouverture des activités dans le cadre du déconfinement en France était adopté et il entrera en vigueur à compter du 9 juin.

Ce document pourra être disponible sous forme papier ou numérique mais également via l’application TousAntiCovid. Il prendra la forme d’un datamatrix (une forme de QR code) qui sera fourni par l’Assurance maladie. Pour les tests, la personne dépistée… il aura fallu que l’Assemblée s’y prenne à deux fois pour franchir la ligne rouge, celle qui acte un traitement discriminant de la population française.

Jean Castex juge utile de préciser :

On ne l’exigera pas dans les lieux de travail, d’enseignement, dans les services publics, les musées, les bibliothèques, les grands magasins, les marchés, les lieux de vacances ou encore les lieux de cultes.

Outre le On qui résonne étrangement, pour ce qui est de la temporalité promise, il est à noter que la possibilité de recourir au régime d’état d’urgence sanitaire a été prolongée jusqu’au 31 décembre 2021.

Cela permet à l’exécutif de revenir sur sa parole à n’importe quel moment pour des raisons sanitaires et d’aller encore plus avant dans ce chantage à la liberté et dans le traitement discriminant des citoyens qui a été engagé ! Cette temporalité promise suivra-t-elle le même chemin de temporalité promise pour les boîtes noires ?

Au regard du précédent fâcheux que j’évoque, la temporalité de son champ d’action n’engage désormais que ceux qui la promettent et ceux qui le croient.

Je rappelle à toutes fins utiles que l’idée d’un QR code à scanner dans TousAntiCovid à l’entrée des restaurants et des théâtres avait été évoquée. Mi-janvier 2021, le cabinet de Cédric O, secrétaire d’État au numérique, révélait que le gouvernement avait imaginé cette fonctionnalité « pour accompagner la réouverture de certains lieux où le risque de transmission du SARS-CoV-2 est élevé, en particulier les bars, les restaurants et les salles de sport ».

Sauver de la mort en tuant la vie : l’émergence d’une société hygiéno-transhumaniste

« Mourir est une probabilité certaine » disait Cioran.

Pourtant, pas à pas, nous assistons à l’émergence d’une société hygiéniste mâtinée de transhumanisme, une société du contrôle de nos vies et de nos corps de plus en plus oppressante au mépris paradoxal de la vie.

L’Histoire triera le bon grain de l’ivraie, identifiera les conflits d’intérêts qui auront conditionné certaines décisions incompréhensibles, analysera les intentions qui auront motivé chaque recul des libertés fondamentales que la période aura connu, fera le point sur les libertés perdues et éventuellement recouvrées.

L’Histoire dira si en écrivant ce texte au lendemain du franchissement de ce que je considère comme une ligne rouge, mes craintes étaient fondées quant à la fiabilité de la parole donnée…

Pour conclure momentanément

Outre l’ouverture de la boîte de Pandore que j’évoque et les dérives auxquelles elle nous expose désormais collectivement, il ne faut pas être grand clerc pour prédire que l’explosion du nombre de QR codes – contenant des données extrêmement sensibles – va s’accompagner de nombreux piratages. Les codes barre et les QR codes peuvent être clonés et piratés. L’attaging a de beaux jours devant lui en perspective.

En envoyant un SMS pour télécharger TousAntiCovid l’exécutif avait déjà ouvert la porte aux escrocs. Pour les QR codes, aux mêmes causes, les mêmes effets sont à prévoir.

Nous admettons que les gouvernements des nations ont le droit de décider d’une politique et, même lorsque celle-ci, par sa nocivité, conduit à la destruction absurde de milliers d’êtres humains, nous ne prenons pas les exécutants des ordres d’un tel régime pour des cas pathologiques, mais simplement pour des gens qui accomplissent leur devoir.

Ce qui différencie nos réactions, c’est moins la nature des actes commis que la légitimité reconnue de ceux qui les ordonnent.

Stanley Milgram

 

Voir les commentaires (41)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (41)
  • puisque le vaccin n’est pas obligatoire , du moins à ce jour , j’ai fais le choix de ne pas vivre normalement ; d’ailleurs je vivais ainsi avant le covid , alors….

    • Vous faites bien. On en apprend tous les jours sur ces soit-disants « vaccins » dont on ne commence à voir que les premiers effets délétères, effets qui vont jusqu’à la mort. Rappelons que pour un individu normal en bonne santé, le fait de se faire « vacciner » n’améliore ses chances de survie que de 1%. Et oui, un petit pourcent. Comment cela? Si votre probabilité d’attraper un Covid sévère est de 1,2% et que le « vaccin » a une « efficacité » de 95%, ce dernier n’améliore votre chance de ne pas mourir (ou du moins être très malade) de 1,2 x 95%=1%, grosso modo.

      • Vous pouvez détailler votre calcul ?
        Supposons que votre « chance » d’attraper un covid sévère soit de 1.2%. Sur 8000 personnes vous en aurez donc environ 95 atteintes.
        Si l’efficacité du vaccin est de 95%, cela signifie que pour 100 personnes atteintes dans une cohorte ayant pour moitié reçu le vaccin et pour moitié le placebo, 95 avaient reçu le placebo et 5 le vaccin. Donc pour avoir 95 personnes vaccinées atteintes, il faut être parti de 19 fois plus, plus de 150000 personnes. Leur « chance » d’attraper un covid sévère n’a pas été multipliée par 0.95, mais par (100-95)/95, elle est passée de 1.2% à 0.063%…

      • C’est surtout que l’efficacité « pratique » du vaccin en population semble plutôt être dans les 50% pour les Pfizer ou Moderna et dans les 30 à 40% pour AZ… On commence à avoir des paquets de « COVID graves » qui étaient pleinement vaccinés. Faciles à « cacher sous le tapis ». C’est moins simple pour les célébrités, sportifs ou politiques qui après avoir frimé avec leur vaccin annoncent être positifs. Peut-être que le vaccin réduit la gravité de la maladie, pour certains, mais il est très loin d’être une panacée. Seulement il a été décidé que c’était LA voie. Et qu’importe les données, aujourd’hui seule compte « la science » (en gros la parole des gens que les journalistes présentent comme « scientifiques ») même et surtout si cette « science » n’est pas falsifiable et ne repose pas sur les observations…

        • Les statistiques UK ou US, un tapis où cacher une multiplication de clusters ?
          Là encore, vous avez des chiffres sur le nombre de ces contaminations postérieures à la véritable immunisation vaccinale, 15 jours après la seconde dose ?

          • Pourquoi parler de « clusters » (un de ces gros mots qui font peur et ne recouvrent pas grand chose de concret. Dans cette pandémie, malgré le battage médiatique, une analyse par paquets des contaminations n’apporte pas grand chose de plus que l’analyse continue). Et (étrangement) les statistiques publiques des pays très vaccinés sur les contaminations des gens « totalement vaccinés » ne sont pas accessibles facilement. Par contre, on voit très peu de changement dans les fluctuations du nombre de contaminés en fonction de la couverture vaccinale. De la météo, si…
            Maintenant si vous êtes convaincu que le vaccin est très bon, très efficace, une fois vacciné (c’est possible), vous pouvez lacher la grappe au reste de l’humanité et laisser « les jeunes », « les parisiens », « les…  » faire comme ils l’entendent puisque vous et les autres vaccinés êtes totalement protégés ? Si vous parlez encore de masques, de confinement, de contrôle social c’est que vous n’êtes pas convaincu du vaccin. C’est ce que le CDC a réalisé à la fin de la semaine dernière : on ne peut pas faire la pub du vaccin et soutenir les INP, ça montre que soit on s’en fout de protéger les gens et qu’on veut juste contrôler la populace soit que le vaccin ne marche pas bien. A vous de choisir, eux ont fait comme si le vaccin marchait très bien. Moi j’ai mes doutes (et je ne suis pas le seul).

            • Je lâcherai sans doute en effet la grappe le jour où chaque personne de ma connaissance, même maladroite avec internet et inapte à l’attente téléphonique pendant des heures, aura pu se faire vacciner. Vous vivez où pour ne pas voir combien il est difficile d’obtenir un créneau ? Dans les mêmes cercles que nos gouvernants ?

  • Il est vrai que le pass sanitaire réduit la liberté. Mais la maladie réduit la liberté tout autant et plus. En outre, il est efficace (voir la Corée) ce qui n’est pas le cas des masques, et des fermetures de bistrots ! Alors, puisqu’il faut réduire….

    • la Corée ne pratique pas le pass sanitaire et la vaccination forcée des gens sains et sans risques. Elle « force » les malades à rester confinés et suit ce qu’ils font… Effectivement, ça et contrôler les frontières avec une quarantaine stricte des arrivants, ça marche, c’est d’ailleurs les seules interventions non pharmaceutiques à marcher. Mais c’est la seule chose que nos chers politiciens s’interdisent.

  • René-Pierre Alié
    16 mai 2021 at 8 h 26 min

    Pour l’instant, nous vivons sous la loi de l’occupant intérieur. Mais viendra, j’espère, le jour de la Libération. Alors, on comptera le Résistants.

    • Vous y croyez encore ? Pas moi.

      La France a connu une vexation liberticide inimaginable avec un niveau d’interdits encore jamais atteint dans une « démocratie »: emprisonnés, interdits d’acheter des culottes, self-attestation, amendes en tout genre, ausweiB numérique, etc.

      Avez-vous constaté la moindre des résistances au pays de la révolte permanente, alors qu’il en faudrait beaucoup moins pour nous précipiter dans les émeutes en vue d’une libération.

      Regardez chez nos voisins, Belges, Danois et Hollandais pour y voir véritablement ce que toute personne un peu amoureuse de sa Liberté réagit face à cet emprisonnement.

      La France n’est qu’une cage dorée peuplée de petits serins qui passent leur temps à chanter mais qui dans les faits y sont bien content d’y être.

      • Attention au coup de grizou, les serins n’y survivent pas… La France est mourante, elle agonise, sa fin est proche et elle ne partira pas seule.

      • René-Pierre Alié
        16 mai 2021 at 12 h 43 min

        @Waren
        Par principe, je ne crois en rien. Je me contente d’espérer.
        La masse, bien sûr, ne bouge jamais sans qu’une poussée la fasse se remuer. Mais il suffit d’une minorité agissante pour que la minorité devienne une majorité. Gilets jaunes, tribunes des militaires… il me semble que ça remue dans Landerneau…

  • Dès l’instant ou il est devenu clair que le gouvernement avait choisi de refuser de soigner mais plutôt de de compter les morts ent attendant le vaccin salvateur, le reste de ce mécanisme allait de soi.

    • si toi pas vaciné, toi pas bouger: elle est pas belle la ripoublique ?

      • Ce qui gêne, c’est qu’ils continuent de prétendre que ce n’est pas obligatoire, mais qu’ils mettent en route tout un processus qui oblige à se faire vacciner. Il y a 3-4 semaines, le premier ministre belge déclarait qu’il était contre le passeport. Aujourd’hui, la Belgique fait partie du peloton de tête de ceux qui expérimentent les effets de ce passeport. Vous vous voyez déjà en train de commencer un repas au resto et la police débarque. Sympa, non ?

  • Le vote de ce pass sanitaire à l’assemblée est instructif: Si mes souvenirs sont bons, nous avons 577 députés censés nous représenter. Or premier vote ( pass rejeté): 108 contre et 103 pour (total 211 votants)! On refait le match! : second vote: 208 pour et 85 contre! pass adopté par 293 votants soit 82 de plus que lors du premier vote! Comme tripatouillage largement assumé sans aucun complexe par nos représentants élus, qui dit mieux? Et tout le monde semble trouver ça normal? CPEF

    • L’anormal est qu’il n’y a pas 577 votants pourtant ils sont tous payés très bien pour cela.

      • Un fond d’honnêteté les empêchaient de trouver un motif valable pour violer le couvre-feu !

      • Oui. On devrait avoir des systèmes d’excuses (publiques et consultables) et si un vote a lieu et que des non-excusés n’ont pas votés, ils sont immédiatement démis de leur mandat, le supléant prend la place. S’il fait la même chose, nouvelle élection. Et contrairement au député battu qui garde salaire etc. pendant la durée du mandat suivant, il devraient ne rien avoir (même pas le chômage, il faut que ça soit vraiment incitatif). Après, il pourront nous faire la morale sur l’abstention et le manque d’engagement politique du peuple, mais pas avant !

  • Je conseille vivement le papier de H16 sur le sujet du vote de ce pass sanitaro-fascisto-merdeux par des députés corrompus ou serrant les fesses pour un siège, un fauteuil comfortable en cas d’échec (probable) à la prochaine élection.
    Les élus Modem? Tous des castrés!

  • L’auteur emplois à juste titre le terme de résignation. Autour de moi, je constate que certains « résistants » de la première heure finissent par accepter ces nouvelles contraintes sans broncher.
    A l’usure, les politiques auront notre peau.
    Et bien sûr, CPEF !

  • Nevermindthebullock
    16 mai 2021 at 10 h 35 min

    Je n’ai ni la science, ni le savoir. Mais j’ai l’instinct et la raison ; je suis libre.

    • Voudriez-vous dire que science et savoir sont des obstacles à la liberté ?

      • quand ils font l’objet de manipulation : ce sont des obstacles à la liberté.

      • la science non. Mais la « science » qu’on sert dans les médias, celle du « croyez la science », du « science is settled », celle là est un obstacle à la liberté, et à la pensée.

        • C’est d’abord l’absence de pensée scientifique et le désir de croire plutôt que d’apprendre qui posent problème. Les médias servent d’abord ce qui les fait vendre, et les paresseux s’en contentent plutôt que de rechercher la liberté.

  • Le vaccin contre la grippe n’a jamais empêché une épidémie de grippe, sont ils vraiment sincères en croyant qu’un passeport peut constituer une barrière infranchissable par un virus ?
    Un homme politique, sa première qualité n’est pas la sincérité mais le mensonge pour exercer son métier, alors, que nous cachent ils avec ce passeport totalement inutile, le virus va finir par disparaître de lui même, ainsi va la vie surtout pour un virus fabriqué par l’homme, plus personne n’en doute, l’homme ne fabrique rien de durable, surtout les chinois ?.
    Alors, patientons, les impatients se vaccinerons, les autres, plus sages, attendrons.

    • Je vous conseille les petits livres de Michel de Lorgeril qui vous diront tout sur les vaccins et la façon peu scientifique avec laquelle ils sont conseillés par la HAS et autres bandes de bureaucrates de la santé.

  • Son comportement n’a rien de naturel pour un corona virus

  • Mr le senateur

    Vous allez voter le 18 mai le pass sanitaire qui instaure une ségrégation entre les bons Francais vaccinés et les mauvais qui ne le sont pas, remettant au goût du jour une pratique analogue mise en place en 1940 contre les Juifs.

    Ma famille à combattu le nazisme, non pour le voir revenir par les fenêtres du parlement.
    Des élections approchent, je saurai me souvenir que vous avez voté pour un acte répugnant basé sur des critères biologiques.

    Je ne vous salue pas.

  • Eh bien, faites un don, non pas pour suborner la modération, mais pour qu’elle ait les moyens de travailler sereinement même les jours où le reste du monde prend ses vacances 🙂

  • Les Français comme dans nombre d’autres pays Occidentaux ont placé au dessus d’eux tout un tas de parasites. Avec l’argent de ceux qui fabriquent de la richesse les parasites sont de plus en plus en train de jouer à fond leur rôle de parasite. Le temps d’une révolution libérale est venu. Il faut sortir du communisme et redevenir des hommes libres et responsables. En résumé ? Il faut tout remettre en question, détruire tout ce qui a été fait depuis des centaines d’années…

  • en même temps, on se fait faire un vaccin, ça prend pas de temps, ça protège, ça minimise la propagation et les chances de mutation et on reprend une vie normale. Des fois, j’ai l’impression que certains sont plus dans la posture qu’autre chose

    • Si le vaccin est bon (pas prouvé), ça protège oui. ca minimise les contagions et la propagation (oui, SI ça protège totalement… là on dit juste qu’il limite les chances de formes graves, donc non ça ne limite pas la propagation)… Pour les chances de mutation c’est juste le contraire. Plus on vaccine plus et on traite plus on augmente les chances de mutations (Darwin)… mais c’est pas forcément un mal, ces mutations sont généralement dans le sens d’une nocivité plus faible et d’une transmissibilité plus forte (le contraire fait « perdre » la mutation en question face aux autres pour les « parts de marché »).

      • « persistent low vaccine coverage in many countries would make it more likely for vaccine resistant mutations to appear »

        https://reliefweb.int/report/world/two-thirds-epidemiologists-warn-mutations-could-render-current-covid-vaccines

        • Leur truc n’est pas logique, ni conforme à ce qu’on sait en général sur les virus. Il faut donc de la preuve empirique et solide avec ça. Et ils n’en n’ont pas. Donc… torche-cul.
          Et un peu comme les climatologues on trouve des « épidémiologistes » en retournant les pierres, ces temps ci. Seul petit problème, vu leurs discours bien peu de ces gens ne valideraient un cours de stats de L2, ce qui est choquant vu qu’ils sont sensé avoir soutenu une thèse dans des domaines connexes.

          • Et donc votre preuve empirique et solide, elle est où? Vous dites que plus on vaccine, plus ça mute. Ce n’est pas du tout le principe de la mutation d’un virus.

            Les virus ne peuvent pas se reproduire seuls, comme les bactéries. Ils doivent entrer dans une cellule pour pouvoir produire de nombreux autres virus, pour «se copier». Pour le faire, ils utilisent une protéine, que l’on appelle polymérase. Mais cette protéine se trompe assez souvent lorsqu’elle copie les informations du virus. Voilà comment un virus mute

            Donc plus un virus se transmet, plus il a de chance de muter. Donc plus on empêche sa transmission à travers la vaccination plus on limite sa mutation.

            • Je ne dis pas que plus on vaccine plus ça mute, je dis que la probabilité pour que les mutations (qui arrivent naturellement à un rythme qui doit plus à la génétique du virus qu’à quoi que ce soit d’autre) deviennent importantes augmente avec la couverture vaccinale et les traitements bloquant la réplication. C’est une application simple de la pression sélective en biologie. Si une espèce est « tranquille » et se multiplie bien, elle n’a pas besoin de muter pour s’adapter à l’environnement : les mutants peuvent survenir mais ont peu de chance de se développer. Si au contraire la transmission est difficile pour la souche de base, les mutations ont plus de chance de se répandre. Logique de base. Peut-être fausse mais dans ce cas comme la fausseté est contraire à des théories bien publiées et étayées, il faudra plus d’évidence contre que pour.
              Rien de révolutionnaire… Avant le COVID puisque le SARS-CoV-2 semble avoir des propriété étonnantes, jamais vues et justifiant des réponses « jamais vues non plus ».

              • Le virus ne mute pas pour s’adapter à un environnement, même s’il n’y a aucun souci, il mute. Les virus sont des organismes qui se multiplient des millions de fois chaque minute en rentrant dans les cellules, lors de la copie des erreurs se produisent, ce sont les mutations. Quand il y a suffisamment de mutations et que le code génétique ne ressemble plus au code initial, on a alors un variant.

                Donc à chaque contamination, il y a le risque de mutation et à termes de variant. La vaccination en diminuant la contamination minimise les risques de mutation car elle diminue le nombre de réplications du virus.

  • C’est juste incroyable que si le vote de l’A.N. n’est pas dans le sens de ce que voulait l’exécutif, cela pose un « problème » selon Castex et Véran et il faut donc annuler ce vote et recommencer jusqu’à ce qu’ils obtiennent ce qu’ils veulent. Décidément l’A.N. c’est que quand ça les arrange… hâte de voir la propagande pour LREM (qui en fait à déjà commencé) pour 2022 dans les medias.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Raphael Roger.

Parmi tout ce qui a été dit auparavant – principe de légalité et hiérarchie des normes –, l’État de droit n’a été vu que sous l’angle formel et matériel. Mais plus que ça, et c’est ce qui distingue des démocraties libérales des démocraties illibérales ou des régimes illibéraux en général, c’est la consécration, au plus haut sommet de la hiérarchie des normes, de droits et libertés fondamentaux garantis aux citoyens et qu’ils peuvent opposer à l’État. Ce sont notamment les droits subjectifs.

La Constitution de la ... Poursuivre la lecture

Par Yoann Nabat.

Cet été, le journaliste Taha Bouhafs révéla qu’un site d’extrême droite avait établi un fichier listant des personnalités désignées comme étant islamogauchistes. Dans le même temps, certaines critiques s’élevant contre le passe sanitaire pointaient du doigt le risque d’un fichage des déplacements.

Fichiers de police ou fichiers clandestins, le fichage des opinions politiques semble de plus en plus mis en lumière. Pourtant, est-il véritablement autorisé en France, et sous quelles conditions ?

Par principe,... Poursuivre la lecture

Par François Jolain.

Bien que les dernières recherches montrent la perte d’efficacité du vaccin sur le variant delta, la vaccination quasi obligatoire risque de se maintenir dans le plus pur style lyssenkisme où la science doit se conformer à l’idéologie gouvernementale. Ainsi le QRCode européen se généralise.

Il est temps de l’analyser plus en détails.

D'où vient le QR code ?

L’histoire a sa part d’ironie. L’invention du QRCode date de 1994. Il servait à Toyota pour traquer ses pièces dans son usine. Avec l’aide du smart... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles