Doctolib : vers un destin de mal-aimé à succès comme Amazon ?

Doctolib est concurrencé par deux autres entreprises, à partir de là, que le meilleur gagne, pour le plus grand profit des utilisateurs.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Doctolib : vers un destin de mal-aimé à succès comme Amazon ?

Publié le 22 mai 2021
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

On ne sait jamais. Au train où vont les choses, la plateforme française de prise de rendez-vous médicaux sur internet Doctolib pourrait bien devenir un jour un acteur majeur de l’économie numérique européenne.

Il est donc urgent de bien faire comprendre à notre opinion publique nationale qu’une entreprise qui combine initiative privée, service client, données de santé et cloud d’Amazon dans un succès insolent ne peut en aucune façon s’inscrire harmonieusement dans notre fabuleux modèle de développement économique et social.

C’est précisément ce à quoi le quotidien Le Monde s’est employé hier en publiant coup sur coup deux articles intitulés respectivement « Sécurité des données, position hégémonique… Faut-il avoir peur de Doctolib ? » et « Les ambitions dévorantes de Doctolib ». Toute ressemblance avec le traitement hystérico-dédaigneux servi par la gauche au géant de la vente en ligne Amazon n’est absolument pas fortuite.

Curieusement, il y a six mois, le même média déplorait le sous-développement de la France en matière de numérique et pointait combien elle avait été incapable de saisir la vague de la transformation digitale imposée par les restrictions d’activité et de déplacement face à la pandémie de Covid-19.

Mais dans l’esprit des éditorialistes du Monde, peut-être faudrait-il que la révolution numérique passât exclusivement par des fonds souverains, des clouds souverains, des startups souveraines et des licornes souveraines. Le vocabulaire est certes nouveau, il fait moderne et branché comme la « startup nation » à la Macron se rêve de l’être, mais dès lors qu’on y ajoute « souverain », il n’évoque rien d’autre que l’implication intense de l’État dit stratège dans l’activité économique. Et de ce côté-là, il suffit de dire Minitel souverain ou, plus récemment, TousAntiCovid souverain pour comprendre immédiatement que l’échec est au bout du chemin.

Le fait est que Doctolib n’est pas complètement indépendant du pouvoir étatique dans la mesure où BPI France, la banque publique d’investissement de l’État, participe à son capital à hauteur de 10 % ou presque. Mais difficile d’imaginer que les investisseurs allemands et le fonds d’investissement américain General Atlantic qui ont rejoint la plateforme en 2019 lors d’une levée de fonds de 150 millions d’euros ne l’aient fait que pour plaire au gouvernement français, sans critères de risque et de rentabilité bien à eux.

Quoi qu’il en soit, nous voilà prévenus :

Malgré une valorisation qui dépasse maintenant le milliard d’euros et fait de l’entreprise la sixième licorne française, malgré les 50 millions de patients utilisateurs (dont 5 millions en Allemagne) acquis depuis sa création en 2013, malgré ses 140 000 professionnels de santé partenaires et ses 1700 salariés, sans compter quelques 200 offres d’emplois en ligne actuellement, Doctolib, c’est purement et simplement l’horreur d’Amazon appliquée à votre santé.

C’est purement et simplement du capitalisme sans foi ni loi ni concurrence ni préférence nationale. Tout pour le profit (qui n’a pas encore montré le bout de son nez), rien pour le bien commun. Vous verrez ce qu’il adviendra de vos données de santé ; vendues au plus offrant ! Comme twittait Jean-Luc Mélenchon au début de la campagne de vaccination anti-Covid :

#Macron décide d’un partenariat officiel avec #Doctolib pour gérer les centres de vaccination. Une entreprise privée pourra donc ficher toute personne passée par ses mains. Encore une fois, mépris des services publics, choix contraint du privé et des données de santé privatisées.

En attendant, les utilisateurs et les médecins plébiscitent les deux grands services offerts, c’est-à-dire la prise de rendez-vous à raison d’un forfait de 129 euros par mois payé par le professionnel de santé et la téléconsultation à raison d’un forfait mensuel supplémentaire de 79 euros. Lancé début 2019, ce dernier service a été proposé gratuitement au plus fort de la pandémie et il est certain qu’il a nettement contribué à attirer l’attention des médecins et des patients sur la plateforme.

D’où une certaine hégémonie dans les nouvelles habitudes des Français : Doctolib est pratiquement devenu un terme générique dans le domaine de la prise de rendez-vous médical, situation qui s’est incontestablement renforcée avec la campagne de vaccination.

Doctolib est-il un monopole ?

Mais parler de situation de monopole serait grossièrement exagéré. D’une façon générale, rien n’empêche l’arrivée d’un concurrent motivé et imaginatif sur le marché, mais plus concrètement, Doctolib est concurrencé en France par deux autres entreprises similaires, Maiia et Keldoc, les trois ayant été retenues par le gouvernement dans le cadre des rendez-vous pour la vaccination anti-Covid. À partir de là, que le meilleur gagne, pour le plus grand profit des utilisateurs.

Il est vrai que Doctolib est réputé extrêmement persévérant sur le plan commercial et qu’il a pris quelques longueurs d’avance sur ses concurrents, notamment en décrochant tout le système de prise de rendez-vous des hôpitaux publics de Paris et de l’Île-de-France (AP-HP) en 2017. Mais au regard des services apportés, il n’est guère avisé de se plaindre de la persévérance d’un entrepreneur, sauf à vouloir jouer l’égalitarisme dans le nivellement du service par le bas.

La question de la protection des données personnelles (nom, adresse, mail, etc.) et des données de santé (médecin consulté et spécialité) est nettement plus sérieuse et mérite que les sites en question ainsi que leurs utilisateurs lui consacrent toute leur attention. De fait, Doctolib a subi l’an dernier un piratage qui a entraîné la fuite des données administratives de 6000 rendez-vous. Après enquête, il ressort qu’il ne s’agissait pas de RDV pris directement sur doctolib.fr mais sur des sites spécialisés qui se connectent à Doctolib.

Il n’en demeure pas moins que cet événement ajouté au fait que Doctolib est hébergé sur le cloud de l’américain Amazon (AWS ou Amazon Web Services) est typiquement de nature à lui attirer la défiance des inconditionnels de l’étatisme souverain. Et peu importe qu’AWS soit devenu le fournisseur attitré d’un nombre grandissant d’entreprises françaises comme Axa, Engie ou encore Bonduelle. On pourrait très bien imaginer que les données stockées chez Amazon finissent par atterrir chez les autorités américaines en vertu des lois d’extraterritorialité des États-Unis.

Mais il se trouve que Doctolib et AWS ont signé un avenant spécifique permettant justement de protéger ces données de la mainmise des autorités américaines, disposition qui a paru suffisante au Conseil d’État pour valider la présence de Doctolib dans la campagne de vaccination. De son côté, le dirigeant et fondateur de l’entreprise Stanislas Niox-Chateau assure que toutes les données personnelles sont chiffrées de bout en bout, qu’aucune n’est revendue à quiconque et que le modèle économique de Doctolib repose exclusivement sur les forfaits rendez-vous et téléconsultation payés par les médecins.

Je pense hélas que Doctolib pourra apporter toutes les preuves possibles de sa bonne gestion, faire état de protocoles particulièrement soigneux quant aux données déposées sur son site et attirer de plus en plus d’utilisateurs et de clients satisfaits, ainsi va la France : les initiatives commerciales privées sont éminemment suspectes, elles procèdent forcément d’un goût maladif pour l’argent et le profit, surtout si elles ont du succès, et elles ne peuvent en aucun cas se prévaloir du désintéressement efficace que nombre de Français continuent à attribuer au secteur public malgré son talent inégalé pour transformer le « dynamisme » de l’impôt en fiascos carabinés.

Dans l’esprit des utilisateurs, Doctolib a l’air bien parti mais dans l’esprit des faiseurs d’opinion, on dirait plutôt que c’est le destin d’éternel mal-aimé à succès qui l’attend. Exactement comme Amazon. Ça promet.

Sur le web

Voir les commentaires (44)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (44)
  • On voit bien pourquoi il est très difficile d’avoir en France un Google, Amazon ou autre GAFAM.
    Toutes les mafias officielles du pays lui tombe dessus en cas de succès.

  • « un goût maladif pour l’argent et le profit, surtout si elles ont du succès » : plus exactement, surtout parce qu’elles sont efficaces, la comparaison avec l’état devenant alors insupportable

  • J’aurai plus confiance en Doctolib quand ils voudront bien enfin répondre à ma question de savoir pourquoi il faut accepter les cookies-tiers pour utiliser leur site de réservation.
    Quant à l’accord de confidentialité avec AWS, vis à vis du DOJ américain, ça me fait doucement rigoler.
    A part cela, oui il fonctionne bien.

    • jacques lemiere
      22 mai 2021 at 9 h 17 min

      le facteur a la clef de votre boite aux lettres…les gens qui travaillent chez vous voient votre vie privée… le paiement en ligne demande que quelque part une personne  » ait accès à votre argent..cette question de l’usage fait de ces données est réelle, maie est ce quel e vrai sujet ne serait pas le rôle de l’etat dans les atteintes à la vie privée des personnes?

      quand une personne divulgue publiquement des propos tenus en privé par une autre en vue de ruiner son image.. le lanceur d’alerte devient un « héro »…alors qu’il n’a découvert aucun crime odieux mais juste la duplicité d’une personne.. il y a une hypocrisie terrible avec le respect de la vie privée me semble t il…

      le fait est que les gens peuvent connaitre votre vie privée…ils peuvent connaitre votre sexualité, ce que vous mangez, ce que vous dites..tout ce qui résulte d’interaction avec autrui…

      non , si on veut se faciliter la vie, on doit laisser des gens connaitre des trucs privés..ce qui importe est leur éthique ..comment la juge t on…

      avec internet c’ets l’absence de personne à qui aller casser la gueule quand elle fait des choses pas jolies jolies..

      il est de beaucoup plus inquiétant pour moi de voir un pays qui s’est affranchi des limites par exemple sur la liberté d’expression.. d’un pays qui légifère sur ce que vous avez le droit de dire..

      mais bon…

      • C’est ça, l’indiscrétion est banale donc aidons les indiscrets, interdisons les rideaux, mettons nous tous à poil …

        • jacques lemiere
          22 mai 2021 at 11 h 30 min

          je dis ça? je ne crois pas ..je dis que la question est de savoir en quoi une personne qui peut vous voir à poil chez vous peut vous nuire…et questions adjacentes..

          et d’ailleurs on a le droit de vous FORCER à mettre des rideaux…

          il y a une indéniable hypocrisie, beaucop de gens sont avides de la vie privée des autres. quand ça ne les obsède pas..

          la majeure partie donc ne la respecte pas DU TOUT..

          la vie c’ est le bal des hypocrites…

          je ne sais pas comment dire…on humilie les gens qui pètent…qui ne mettent les doigts dans le nez..

        • Vis à vis du fisc, vous êtes déjà à poil… complètement nu, sans le moindre poil…

          • Justement, on a déjà un gros malfaiteur à supporter, cela ne justifie en rien d’en rajouter d’autres.

  • Venant de l’Immonde, un truc dans lequel il y a « lib » ne peut qu’être vilipendé. Donner de la liberté aux patients et aux médecins? Quelle horreur! les rendez-vous devraient être planifiés par une armée de petites mains de la sécu qui savent forcément beaucoup mieux que nous comment organiser tout ça.

    • Vous êtes mauvaise langue. Il fut un temps où l’immonde défendait la liberté des pédophiles.

  • Connais pas, suis je normal docteur ?

    • C’ est pratique. Et grâce à la plateforme j’ ai trouvé un excellent ophtalmo avec délai de rdv ( encore ) raisonnable.

      • Ouais, enfin, ça ne regroupe que les professionnels aimant bcp plus l’argent que les relations sociales. La mode est au regroupement de professionnels en maison de santé, avec secrétariat commun.

        • jacques lemiere
          22 mai 2021 at 10 h 19 min

          je conserve un professionnel qui connait sont métier je préfèrerais qu’il se contente de nos interactions sociales pour paiement, après tout il en tire un bénéfice, mais curieusement c’est rare..

          commencer par professionnel et ensuite parler d’argent comme critère secondaire est assez curieux..

          • Sans malinité de ma part, je ne pense pas que les gens faisant médecine pense argent d’abord.. les spécialistes… J’ai un doute souvent aussi cher que médiocre.

            • jacques lemiere
              22 mai 2021 at 11 h 20 min

              mais qu’est ce que vous en avez à foutre qu’il pense argent d’abord ? en second ou en troisième???
              parce que vous vous souciez aussi si votre boucher se soucie d’abord d’argent?
              le SEUL problème pour vous est évaluer le service qu’il vous rend…

              pour un beef steak c’est plus facile..

              mais sinon je suis désolé.. les médecins sont des professionnels.. ils vendent un service.. vous ne pouvez que jouer sur le fait que…ce service est distinct de votre satisfaction immédiate..

              la médecine moderne doit composer avec ce paradoxe.. d’un coté prétendre à l’objectivite , évaluation alors possible, mais d’un autre coté satisfaire le client..

              amis ne jouez pas au jeu de condamner les médecins « cupides »… c’est idiot.

              • jacques lemiere
                22 mai 2021 at 18 h 09 min

                Et le médecin le plus cupide de la terre persuadé par ailleurs que la bonne santé du patient est ce qui r lui rapporter cherchera quasi obsessionnellement à bien faire surtout mieux que les autres..le médecin cupide misant sur la satisfaction immédiate saura répondre aux besoins psychologique de ses clients, celui là veut être écouté, celui là rassurer, celui là veut de a technique…

                pareil qu’un boucher…parce que ça reste un marche de service; la cupidité ne pose pas problème à la qualité… bien sur si vous tordez le marché par exemple en fixant les tarifs..

            • Effectivement, beaucoup semblent plus chercher un certain statut qu’un honnête boulot d’artisan du soulagement et de la guérison. L’argent, mais aussi la position sociale et la supériorité affichée envers leurs patients.

              • jacques lemiere
                22 mai 2021 at 13 h 36 min

                ce que cherche votre boucher ne regarde que le boucher…et reste du domaine du procès d’intention…

                le sujet c’est le steak, et toutes les choses que le boucher prétend vous vendre avec..

                vous tournez toujours autour d’idée que la santé est un truc purement objectif… qu’il ya une façon de faire « correcte ».. or non…simplement non..

                la médecine scientifique n’est pas « la meilleure »…elle n’est meilleure qu’en adoptant certaine grille d’évaluation..d’ailleurs pas si claire…surtout pour un individu…

                un médecin n’est d’ailleurspas capable de dire à un patient si ce qu’il lui fait va être bénéfique..dans le meilleur des cas il lui donne une « probabilité » écrasante.. qui n’est pas une probabilité puisqu’il ignore les causalité dans la plus grande généralité…

                il faut admettre l’idée que l’on court le « risque » d’un patient moyen…

                Mais collectivement…elle est difficile à « battre ».

                ça c’est indéniable…pour autant sa supériorité collective ne justifie en rien qu’lle se pose comme la seule acceptable pour les individus..
                je digresse…

                • Un boucher peut vous vendre de bons morceaux comme des mauvais, souvent, c’est à la tête du client.. Comme les médecins et il y a les bons bouchers avec une conscience professionnelle… Mon expérience me dit que le bon est très rare.

                  • jacques lemiere
                    23 mai 2021 at 7 h 13 min

                    qu’est ce qu’un bon morceau de viande?????

                    moi je veux du gras, mon voisin veut du maigre…

                    et un boucher cupide pourra vous vendre un bon morceau..tandis qu’un boucher puriste pensera savoir ce qu’est un bon morceau…

                    c’est un marché et dans mes marché la cupidité ne nuit pas.. c’ets même le fondement d’un marché deux personnes « cupides » qui permettent d’accord pour maximaliser leurs gains.

                    ton boucher t’a vendu une viande que tu n’aimes pas ( pas bonne pour TOI) tu lui expliques.. le puriste te diras vous n’y connaissez rien en viande,, le cupide te diras, oh monsieur je suis désolé quelle viande préférez vous? parce satisfaire le client PAIE..

                    la médecine est aussi la satisfaction du client…en dépit que il semble évident à certains que pour un patient donné un seul « bon soin est possible »…or non…

                    • Vous êtes boucher ?
                      En fait , y a pénurie et de médecins et de bouchers. Et pour revenir sur doctorlib, j’espère que dans la version 2 il introduira le bakchich, être aimable avec une secrétaire médicale doit bien correspondre à un PayPal discret sur doctorlib.

              • « beaucoup semblent plus chercher un certain statut qu’un honnête boulot d’artisan du soulagement et de la guérison. »
                Et alors??
                C’est le cas dans bcp de profession mais cela devrait être interdit aux médecins?
                Ce qu’on demande aux médecins c’est d’être efficace.

            • Si des médecins médiocres peuvent se permettre de demander cher, c’est par la grâce de l’Etat qui en a limité le nombre. En situation de pénurie, les prix augmentent, même dans une société socialisante comme la France.
              En situation d’abondance de médecins, les seuls les bons pourraient demander cher, les médiocres seraient moins cher et les mauvais se recaseraient dans les petits hôpitaux et dans la médecine administrative ou travailleraient ailleurs.

            • Chez moi, opthamo, avec scanner de fond d’oeil, 102 EUR.
              C’est pas cher payé. Quatre mois d’attente, mais en urgence, le docteur est disponible de suite.

              Un scanner en France, vous n’y pensez pas? Pour 70 Euros, vous avez droit à un doctoresse de l’étranger hyper ronchon. Cerise sur le gâteau pourri, vous devez être accompagné… donc surcoût 🙁 🙁 🙁

  • Au-delà de l’analyse que je partage, qui n’a pas galéré pendant des heures au standard téléphonique d’un cabinet médical saturé, pour écouter un message du type « Ne quittez pas nous allons prendre votre appel dans quelques instants » …attendre 10 mn avec coupure automatique…et recommencer. Un jour je l’ai refait 12 fois …sans succès auprès d’un cabinet d’ophtalmologie. Seule solution : prendre sa voiture ( en l’occurrence 24 km AR) faire la queue pour finalement prendre le RV. Aujourd’hui, avec Doctolib 2 mn pour prendre ce même RV. Mais les rédacteurs du Monde ne connaissent pas les difficultés de la France dite « profonde » ou pour le moins nous méprisent. En France cracher sur ce qui fonctionne bien est « tendance ». Et vous le savez bien : ça fait vendre du papier à ces journaux subventionnés avec nos impôts.

    • Doctolib a eu une bonne idée… Il suffit de voir le nombre de secrétaires médicales/assistantes dans les cabinets de ville… ce nombre est très inférieur en france de ce qui se voit chez nos voisins, en partie en raison du cout du travail chez nous. Baucoup de toubibs ne peuvent pas s’offrir un tel personnel (2000 eur/mois charges comprises, présence 35h et pas le week end). Offrir un service a 129 eur/mois, H24 et 7/7 pour un secrétariat externalisé… c’était imbattable. Bravo à eux.

    • Monsieur, 24 km AR, c’est une paille. Moi en fRance, j’ai une poutre, je dois faire 70 km AR en fRance. Ailleurs, dans mon second domicile, pas en fRance, c’est 1 km à pied, sans être accompagné.

      Un pied que vous n’imaginez pas…

  • Si on parle de succès économique doctolib en est un
    Si on parle d indépendance doctolib est un piège
    Si on parle d ethique alors la rien ne va plus ou plutôt tout va bien car l un des buts de cette crise sanitaire est de torpiller les données de santé de chacun via doctolib l application anti covid ou encore le qr code. 30 ans de construction de démocratie sanitaire qui partent en fumée à cause de la peur. Je ne comprends ni les médecins ni les patients

    • Vous proposez quoi comme alternative ? Que l’état reprenne à son compte cette activité avec le résultat que l’on connait déjà à l’avance: le gouffre financier, l’échec et le patient pas content.

      • jacques lemiere
        22 mai 2021 at 14 h 11 min

        on peut même dire que on paye des millions de secrétaires médicales au chomage que les médecins « pourraient employer ».. ah si le prix de la consultation était libre..

        la santé est un marché….. biaisé… pour ne pas que LES patients payer plus cher LES médecins…on paye ailleurs..

        marché biaisé.. sur le fond… c’est difficile d’exprimer un argument..

        imaginez un app en union soviétique pour trouver la file d’attente la moins longue pour acheter du pain..ce serait aussi un « progrès »…

        maintenant mes bons amis égalitaristes n’est ce pas INJUSTE que seuls qui peuvent se payer internet puiss bénéficier mieux que les autres de notre système de santé ( optimisé, planifié) qui nous appartient à tous???vite interdisons doctolib ou rendons le obligatoire..

    • À titre personnel je préfère que mes données personnelles, incluant mes données de santé, soient à disposition d’une entreprise privée qui devra répondre de l’usage qu’elle en fait, plutôt que d’un État dont les fonctionnaires peuvent en faire ce qu’ils veulent sans jamais devoir rendre de compte à quiconque…
      Il y a un mythe tenace en France, qui explique en partie sa situation : celui de la « bienveillance intrinsèque » de l’État, qui ne saurait agir à court terme et qui aurait à cœur d’assurer le bien-être de la majorité. Sauf que quand la prochaine échéance électorale est l’année prochaine, le long terme passe très vite à la trappe, et quand on peut assurer ton bien être à coup de mandales dans la figure de ceux qui estiment que non, la mission n’est pas remplie, il y a un problème.

      • même sans échéance électorale, le fonctionnaire travaille d’abord pour lui-même : au mieux il ne se sacrifie pas (sauf quelques uns).

    • jacques lemiere
      22 mai 2021 at 11 h 11 min

      indépendance de quoi?

      être indépendant c’est comme vivre en autarcie…ce n’est optimum que si c’est placé arbitrairement en haut de la hiérarchie des valeurs.. un ermite regarde les gens qui vivent en société comme fous..et de son point de vue il a raison…

      si c’est une crise sanitaire elle n’a pas de but… un météore géant qui s’ecrase sur terre a des conséquences, pas un projet..

      les mesures politiques prises pour répondre socialement à la crise peuvent être par contre suspectées d’arrière pensées mais aussi refléter les arrière pensées des gens.. en premier lieu un étatiste voit l’etat comme la solution de tout.

      le fait est par contre que certaines idéologies présentent pour certaines personnes un interet personnel..et ça les aveugle…pas besoin de projet « criminel »… c’est un biais..qui fait le succès des ideologies victimaire..

      en science par exemple , on se contente de constater que quelque chose est vrai ou faux… on laisse le procès d’intention de coté car il est en général vain. séralini est il honnête ou pas? je m’en fous..
      les scientifiques payés par l’argent publiques refusent néanmoins toujours de se mêler de politique..
      les journalistes publics parlent de politiques publiques, les profs publiques parlent du role de l’état…
      avant d’etre malhonnêtes sur le fond, tous ces gens font des manquement graves à la rationalité…
      ils savent que le bais est là… mais ils donnent un avis biaisé sans rappeler le biais…

  • Je propose la simplicité qui existe dans beaucoup de cabinets
    Une secrétaire qui répond avec humanisme aux patients
    Des dossiers patients sur Sauvegarde et sur papier au cabinet
    Personnellement en ayant 3 mois de rdv plein je ne vois pas à quoi sert doctolib surtout que 95 % des profs de santé ont les moyens de se payer une secrétaire et qu ils sont plus que pleins. Et quand on est professionnel libéral indépendant avec une éthique on assure jusqu’au bout. Je ne vois pas pourquoi l etat remplacera doctolib. Je me débrouille avec mon équipe et tout va bien

    • jacques lemiere
      22 mai 2021 at 11 h 44 min

      avec humanisme… pourquoi donc ajoutez vous un mot qui vous permette après coup l’arbitraire…

      personne ne vous force à utiliser doctolib? fin de la discussion… je ne connais pas Doctolib!!!!

      et soyons clair, ce sont vos plaintes sur des questions de jugement foncièrement subjectifs . qui vont permettre que l’état s’en mêle..

      c’est incroyable…de rendre un truc simple compliqué..

      si POUR VOUS les désavantages ne valent pas les avantages, abstenez vous..vous avez un cerveau. vous etes responsable.

    • La secrétaire qui répond avec humanisme au patient, c’est en effet merveilleux… quand on arrive à la joindre. On aimerait que le professionnel essaie de temps à autre de se mettre à la place du patient et d’expérimenter par lui-même ce par quoi ce dernier doit passer.
      L’avantage de Doctolib, c’est que vous pouvez prendre un RV pour un proche qui ne maîtrise ni l’internet ni l’attente éternelle d’une réponse téléphonique.

  • Faudrait rappeler à la Meluche que ce sont des entreprises privées qui collectent l’impôt qui finance son train de vie de millionnaire national socialiste honteux.

    J’utilise Doctolib et en suis tres satisfait.

  • Oui à la libre concurrence entre plateformes numériques pour les prises de rendez-vous médicaux, mais à quoi ça sert ? Autrefois, quand on était malade, on allait dans la salle d’attente. Si c’était plus grave ou le week-end, on pouvait téléphoner à son docteur et il venait avec sa 2CV ou sa 4L. Maintenant, il fait ses 35 heures, pépère…

  • Hé, Mélanchon, je ne me souviens pas qu’on m’ait jamais OBLIGÉ à me servir de Doctolib !

  • Jerémy Lapurée
    22 mai 2021 at 14 h 00 min

    Microsoft, Google, Amazon, maintenant Doctolib… La liste est longue de toutes ces sociétés honnies du bon peuple de gauche… Lequel se passionne dans le même temps pour les produits Apple !

    • cerceilannister669
      22 mai 2021 at 19 h 35 min

      Ha oui et le bon peuple d’extrême droite honnie les GAFAM quand ça ne colle pas avec leur idéologie.

  • J’ajouterais que Doctolib est arrivé sur le marché nettement après Mon Docteur, et a réussi à les dépasser en partant de plus loin.

    Mon Docteur a depuis disparu, racheté par… Doctolib. Rien ne dit que demain Doctolib ne se fera pas doubler par un nouvel acteur.

    C’est le jeu de la concurrence, qui permet de faire émerger le succès de quelques acteurs, réjouissons-nous en, et préservons les conditions qui permettent à de nouveaux acteurs d’émerger pour challenger les poids lourds du moment.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

par h16

Chaque jour qui passe, un pays se détache nettement des autres et montre qu'une autre stratégie était possible, autre que celle employée par des douzaines d'autres, ballotés de mesure liberticide en mesure liberticide plus ou moins fortes : la Suède, faisant confiance à son propre peuple, a conservé ses libertés et son bon sens et n'a jamais supporté les centaines de milliers de morts qu'on lui garantissait pourtant.

Non seulement, elle était possible mais au contraire de tout le bric-à-brac de politiques délétères qui a... Poursuivre la lecture

Par Alexander Hammond. Un article de HumanProgress

Voici le dix-neuvième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique présente une courte description des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Notre héros du jour est Louis Pasteur, scientifique français du XIXe siècle que l’on a surnommé « le père de la microbiologie ». Il est célèbre pour avoir développé la théorie de l’origine microbienne des maladies, créé le procédé de pasteurisation (qui évite l... Poursuivre la lecture

Par Alexis Vintray.

Jamais aucun lancement de médicament n'aura été aussi suivi que celui des vaccins anti-Covid-19. Malgré une immunité semblant plus courte qu'espérée, ils ont permis d'éviter des millions de décès qui auraient été causés par le covid.

La relative nouveauté de la technologie à ARN messager utilisée (étudiée en fait depuis les années 1980) a créé pour certains une méfiance initiale ; le sujet le plus polémique, nourrissant inquiétudes et fantasmes, reste celui des effets indésirables des vaccins covid, mineurs o... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles