Non, M. Attal, le pass sanitaire, ce n’est pas la liberté !

Ce qui relève des activités de loisirs et des salons professionnels est assujetti au pass sanitaire. Ce qui est politique y échappe.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, M. Attal, le pass sanitaire, ce n’est pas la liberté !

Publié le 12 juin 2021
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

On le redoutait depuis un moment : la fin des confinements anti-Covid et le retour à la vie d’avant, le retour à une vie « normale » où chacun pourrait vaquer à ses occupations en toute responsabilité personnelle, sans obstruction de ses libertés fondamentales (de réunion, de déplacement, économiques) bien mises à mal depuis dix-huit mois s’accompagneraient de la mise en place… d’une nouvelle obstruction sous la forme d’un pass sanitaire.

Autrement dit, après avoir totalement désorganisé nos libertés via la grosse artillerie de confinements et de protocoles, jauges, horaires de couvre-feu, listes de produits non-essentiels et autres décisions hyper-millimétrées dont chacun a pu mesurer à un moment ou à un autre les aspects absurdes (grande roue de Lille), bureaucratique (attestions de déplacement dérogatoires), idéologiques (tous contre Amazon) ou arbitraires (traque par hélicoptère des randonneurs sans masque), Emmanuel Macron envisageait très sereinement de les « organiser » au nom du retour aux libertés :

Or c’est maintenant chose faite depuis avant-hier : les voyages à l’étranger ainsi que l’accès à certains rassemblements de plus de 1000 personnes sont sujets à la présentation d’un certificat de vaccination ou à un test de dépistage négatif de moins de 48 heures ou à un certificat de rétablissement si on a eu le Covid-19.

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal était ravi de nous en faire l’annonce puisque pour lui :

Le pass sanitaire, c’est la liberté.

Réalise-t-il qu’il parle là comme dans la dystopie 1984 de George Orwell où les citoyens sont travaillés sans relâche par la propagande du Parti avec des slogans inversés du style « la guerre, c’est la paix », « la liberté, c’est l’esclavage », « l’ignorance, c’est la force », jusqu’à se penser libres dans la situation d’oppression qui est la leur ?

Mais, Mme MP, m’objecte-t-on, vous en faites trop : quelle oppression ? Il ne s’agit que des rassemblements de plus de 1000 personnes, ce qui est loin de constituer une entrave insurmontable à la vie quotidienne ; ensuite, tous les rassemblements ne sont pas concernés ; et en plus, tout cela est prévu pour s’arrêter le 30 septembre. Encore un petit effort et la vie d’avant est à nous !

Mes contradicteurs ont raison sur un point : les seuls rassemblements assujettis au pass sanitaire sont ceux qui relèvent des activités de loisirs, des foires et des salons professionnels. Tout ce qui est politique, syndical ou cultuel y échappe. Et tout ce qui y est théoriquement assujetti sans la possibilité pratique de déployer la mise en œuvre du pass y échappe également.

Comme l’écrit le gouvernement lui-même dans ses documentations :

Il semble difficile par exemple de l’exiger pour les personnes qui seraient stationnées au bord des routes pour regarder le feu d’artifice du 14 juillet.

Mais contrairement à mes contradicteurs, je prends ces concessions pratico-pratiques pour les unes et apparemment soucieuses de ne pas trop irriter la fibre politique ou religieuse des Français pour les autres, pour un argument de plus en faveur de l’abandon pur et simple de la mesure. Quelle logique y a-t-il à interdire à une personne non vaccinée l’accès à un « festival en plein air » de plus de 1000 personnes quand on l’autorise à participer à un rassemblement politique de même dimension ?

Sans compter que les citoyens sont une fois de plus soumis à une liste administrative à la Prévert de lieux accessibles et non-accessibles, avec tout ce que cela comporte de cadrages-débordements bureaucratiques comme on ne sait que trop bien les pratiquer en France.

La question des données personnelles est également des plus préoccupantes. Même si la présentation d’une attestation de vaccination papier reste acceptée, le gouvernement encourage vivement l’utilisation de son application TousAntiCovid qui serait selon ses dires parfaitement sécurisée du point de vue des données sanitaires. Or plusieurs informaticiens spécialisés en cyber-sécurité ont mis en garde récemment contre le fait que le pass serait en réalité une véritable « passoire » ou un « panier percé » en matière de protection des données.

Pour tout arranger, des sénateurs zélés ont déjà rendu un rapport appelant à la collecte et au partage des données personnelles de différentes applications (TousAntiCovid, Waze, OuiSncf, etc.) afin de pouvoir « mieux gérer » une prochaine crise sanitaire via des sms d’information, des rappels à l’ordre et jusqu’à des sanctions de blocage des comptes bancaires ou de désactivation d’un titre de transport pour ceux qui violeraient les mesures de restriction. Ah oui vraiment, quel brave new world en perspective ! Le risque de la pente glissante dans la surveillance rapprochée de masse s’avère de moins en moins hypothétique.

Il est important de savoir en outre que la loi du 31 mai 2021 relative à la gestion de la sortie de crise sanitaire qui rend le pass sanitaire possible ne stipule nullement le seuil de 1000 personnes. Il est donc tout à fait possible au gouvernement de décréter 800 ou 500 à sa guise. Je ne dis pas qu’il le fera, mais la loi est ainsi faite qu’elle donne un pouvoir discrétionnaire excessif à l’exécutif. 

Ajoutons que l’expérience que nous avons des lois antiterroristes successives – des lois élaborées pour nous protéger, elles aussi – tend à indiquer que tout ce qui est instauré à titre temporaire est généralement là pour durer. On l’a bien vu en 2017 avec l’intégration dans le droit commun des principales dispositions de l’état d’urgence décrété par François Hollande en 2015.

Pass sanitaire : cessez d’organiser nos libertés

Si tout cela est déjà très grave, le plus fondamental à mon sens reste que les libertés individuelles n’ont pas à être « organisées » comme le suggérait Emmanuel Macron. Elles sont, point. Toute autre configuration nous fait entrer dans un système illibéral où les notions de bien et de mal sont entièrement soumises à l’appréciation arbitraire et discrétionnaire des dirigeants.

En aucun cas le pass sanitaire ne peut être considéré comme un instrument de liberté. Outre qu’il rétablit une forme de discrimination sanitaire qu’on pensait révolue, il constitue un instrument délibéré de coercition qui tend à obliger les personnes pas trop tentées par la vaccination (parce qu’elles sont jeunes et pas du tout à risque, par exemple) à se faire vacciner.

Or la liberté, c’est l’absence de coercition, ce qui inclut logiquement le respect des individus par reconnaissance de leur parfaite aptitude à prendre leurs responsabilités à partir du moment où ils sont bien informés dans le cadre d’un débat ouvert et intelligent sur tout sujet important pour eux-mêmes en particulier et pour la société dans son ensemble – environnement, climat, questions sociales, sociétales, etc., et aujourd’hui pandémie.

En conséquence, dans l’état actuel des connaissances sur ce coronavirus qui nous immobilise d’une peur excessive depuis plus d’un an, je rejoins tout à fait ce que tweetait récemment le Dr Gérald Kierzek, médecin urgentiste de l’AP-HP et directeur médical de Doctissimo :

pass sanitaire

Non pas que je sois le moins du monde opposée à la vaccination. Je pense au contraire qu’elle joue un rôle indispensable dans la limitation de la circulation du virus et dans la diminution du nombre de cas graves. Au regard de cette fonction, il serait dommage de confondre produit médical utile et instrumentalisation politique coercitive de ce produit médical. J’ajouterai même que si des personnes jeunes et sans comorbidités préfèrent se faire vacciner plutôt que d’en passer par un Covid-19 parfois long et pénible, eh bien pourquoi pas ?

Mais quoi qu’il en soit, les obligations et les interdictions administratives infantilisent, tandis que l’appel à la responsabilité de chacun pour se protéger et protéger les autres en fonction des risques encourus serait le signe d’une société solide et mature.

Aussi, plutôt que de prendre les gens pour des enfants à placer sous surveillance perpétuelle et à pousser aux « bons comportements » par des récompenses dignes du contrôle social chinois – Tu veux aller au concert ? Vaccine-toi d’abord ! – essayons de bâtir un environnement politique, une vie de la cité où les adultes qui nous dirigent parlent aux adultes qui les ont placés où ils sont. À cette condition seulement aurons-nous effectivement liberté et sécurité.

Première étape, demandons instamment la suppression de ce pass sanitaire conjoncturellement inutile, informatiquement mal sécurisé, politiquement reproductible ad vitam et urbi et orbi et surtout fondamentalement liberticide, contrairement à ce que prétend le porte-parole du gouvernement dans un effroyable accès de novlangue orwellienne.

Sur le web

Voir les commentaires (114)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (114)
  • « L’appel à la responsabilité de chacun pour se protéger et protéger les autres en fonction des risques encourus serait le signe d’une société solide et mature. »

    Ce court énoncé aurait dû être la base de réflexion de nos dirigeants, pour une bonne gestion de la crise débouchant sur l’établissement de règles simples, universelles, et adaptables par chacun à sa situation particulière du moment.

    • cachou42 , si ce court énoncé était respecté par certains élus ….exemple : si macron avait respecté les gestes barrières et les règles de distanciations qu’il nous impose depuis 15 mois , il ne se serait pas pris une baffe en pleine poire ….

      • Oui ! ?

      • J’adore !!
        Faites ce que je vous dis mais surtout pas ce que je fais, telle est la devise da la macronie!

      • Ah, si seulement le baffeur s’était écrié « Lâchez-moi ! Vous me rendez malade ! »…

        • Par exemple.
          Et si simplement, le baffeur avait crié: « Respect de la distanciation!!! »
          le discours qui a suivit sur son appartenance à l’extrême-droite et tutti quanti aurait été plus difficile…
          Il aurait été également plus difficile à Macron de passer pour une victime.

    • Vous touchez là le point essentiel que l’on peut résumer tout simplement à la confiance. Malheureusement pour nous, l’état n’a aucune confiance en sa population qui est toujours considérée comme un criminel en puissance, ou bien pire un fraudeur fiscal.
      Ce n’est que lorsque l’état sera réellement bienveillant envers nous et qu’il cessera son régime de suspicion permanente que les choses iront en s’améliorant.

    • Une société prospère est une société basée sur la confiance, la nôtre est décadente et effrayante avec des journalistes qui mouchardent les jeunes qui font la fête après 23H, avec une opposition qui n’est nullement choquée par toutes ces atteintes à nos libertés, ce qui veut dire qu’elle aurait fait la même chose.

      • Parce qu’il y aurait une opposition en France, celle qui mange dans la même gamelle que LREM, qui est plus préoccupée par ses rentes que par ses idées ?

      • @Franz,

        Ah le mythe du « Quand c’est flou c’est qu’il y a un loup »a décidément la vie dure…….
        S’il n’y avait « QUE » le COVID qui était plus létal au dessus de 55 ans nous ne pourrions qu’être bougrement rassurés !

        Il est fort possible que les moyens considérables et exceptionnels employés au niveau planétaire pour éradiquer cette « classique petite grippette » puissent tenir compte en partie de la létalité par tranches d’âges…….mais pas seulement…….convenons-en…….sauf a avoir vécu une véritable dystopie,mais c’est un autre sujet…….

    • Rien ne prouve…
      Rien ne prouve que ceux qui utilisent le terme « Big Pharma » soient plus avisés que d’autres, et là aussi il y a même une forte suspicion contraire.

      • @MichelO
        Le propre du scientifique c’est le doute. Par définition, on ne connaît pas les effets à moyen et long terme de ces pseudo vaccins, reposant sur des technologies nouvelles. On en reparlera à la fin de l’hiver prochain. C’est l’une des raisons pour lesquelles, d’un point de vue scientifique, il serait catastrophique d’obliger tout le monde à se faire vacciner car on ne pourrait alors plus faire aucune comparaison entre ceux qui ont été vaccinés et ceux qui ne l’ont pas été.
        Aujourd’hui, l’existence de quelques états réfractaires à l’enfermement des populations prouve que cet enfermement n’a aucune influence, si non négative, sur la santé générale de la population. D’une manière générale la recherche de la vérité ne peut aboutir sans pluralisme.

        • Le propre du scientifique, c’est le « chiffrage » des doutes et des risques. Plutôt que chiffrage, c’est d’ailleurs un encadrement par majorant/minorant. Les technologies « nouvelles » ont une part d’incertitude, et une part de reprise de propriétés connues. Que certains ne veuillent pas utiliser les propriétés connues et ne voient que l’incertitude partout est leur liberté et leur affaire, ça n’est cependant certainement pas de la science.
          Donc bien sûr, ceux qui ne veulent pas être vaccinés doivent rester libres de ne pas l’être. Mais ceux qui cherchent à convaincre d’autres qu’eux-mêmes de refuser la vaccination doivent avoir de bons arguments, meilleurs que les questions que j’ai pu voir développées ici et qui sont loin d’être rattachables à des méthodes scientifiques.
          Et les états pro-confinement et les populations anti-confinement peuvent, à ce que j’en ai vu, être renvoyés dos à dos. Mon argument principal est que notre pays a frôlé la catastrophe de la saturation hospitalière, que cela aurait relativement facilement pu être évité par un comportement approprié de la population, et que c’est faute de ce comportement approprié de sa part et d’avoir prévu un système médical qui tienne la route en ce qui concerne l’Etat que nous en sommes arrivés là.

          • Ha ha ha. On a frôlé la catastrophe sanitaire. Vous reprenez les éléments de langage d’OV et de EM. Tout cela avec 5000 places de rea dans les cliniques que l’ARH a tjs refusé d’utiliser, avec les médecins traitants mis hors jeu. Et de nbreux services hospitaliers fermés, le fameux plan blanc.
            400000 morts d’apres EM.
            J’aurai tout vu dans ma vie, des zinzins, et maintenant la fin du monde.
            Répentez vous, la fin du monde arrive.

            • Votre expérience, elle est de médecin ou de malade ? Il y a 15 jours, j’ai passé la 2e plus mauvaise nuit de ma vie dans une chambre double de clinique privée avec un compagnon qui ronflait et tenait la lumière allumée et un personnel soignant épuisé. J’avais demandé une chambre seul avec des prestations hôtelières à la hauteur de ce que je peux payer. Alors ok, il aurait fallu faire plus appel au privé, mais il ne faudrait pas non plus s’illusionner sur le merveilleux de la réponse, tant que la France est encore ce qu’elle est.

              • Vous avez raison. A défaut d’arguments, il faut faire pleurer dans les chaumières.
                Votre expérience est non vérifiable. Faites un test en double aveugle; SDF dans un APHP et people à l’Hôpital américain. Je vous donne un cent que le people s’en sort mieux.

                • Je ne fais pas moi-même de test international (du moins plus maintenant et pas dans le domaine médical), je vous fais part de mon expérience personnelle pour ramener aux réalités et éviter de partir dans des spéculations peut-être attirantes mais invérifiables sur ce qui se serait passé « si »… Donc, tant mieux si ça vous fait rigoler, c’est mieux que de vous faire pleurer, mais je me répète.
                  – On n’a pas été loin de la catastrophe sanitaire.
                  – On aurait facilement pu ne pas en arriver là avec un comportement individuel plus responsable, ça aurait été bien plus efficace que les manoeuvres politiques et les confinements.
                  – On aurait aussi gagné énormément à améliorer notre système médical.
                  Vous contestez quoi exactement dans ces affirmations ? Yavéka faire plus appel au privé et s’attendre à ce qu’il soit prêt, ça reste une affirmation gratuite, sans pour autant innocenter nos gouvernants.

                  • « Vous contestez quoi exactement dans ces affirmations ?  »
                    La fameuse « catastrophe sanitaire » qui, selon vous, nous pendait au nez. 🙂

                    Le covid 19, c’est 0.3 à 0.5% de mortalité comme une grippe saisonnière quelque soit les modalités de prise en charge. Ce n’est pas ce qu’on appelle une « catastrophe sanitaire ».
                    Ce serait plutôt une catastrophe patente de l’interventionnisme étatique.

                    Mais il est vrai que croire avoir échappé à une « catastrophe sanitaire » grâce à l’action de l’Etat rend plus concilient pour accepter ses oukases contre les libertés individuelles.

                  • Oui, le débordement de la capacité de prise en charge n’était pas loin, et dans ce cas la mortalité spécifique covid peut paraître contrôlée, mais la mortalité chez ceux qui ne sont pas soignés à temps pour d’autres affections explose. Ne pas vouloir voir qu’elle n’était pas loin d’exploser, et se contenter de s’appuyer sur le fait qu’elle ne l’a pas fait, c’est exactement l’argument de ceux qui perpétuent notre système de santé.

                  • cyde,
                    « Le covid 19, c’est 0.3 à 0.5% de mortalité comme une grippe saisonnière quelque soit les modalités de prise en charge ».
                    -Analyser la pandémie au regard de la SEULE mortalité semble assez réducteur : cela a été archi ressassé en rappelant les cas nombreux et inquiétants de COVID « LONGS », (Sans compter la pression sur les personnels hospitaliers débordés, avec des conséquences potentielles sociétales loin d’être anodines !).
                    -La comparaison de la gravité du COVID-19 à celle d’une petite » grippette » saisonnière, a été jugé inappropriée par les meilleurs scientifiques confirmés de la planète.
                    Donc inutile de revenir sur des évènements factuels…….
                    -Par ailleurs faut-il à nouveau rappeler qu’il ne s’est pas agi d’UN SEUL interventionnisme étatique,mais d’un véritable concert d’interventionnismeS mondiauX,à l’unisson, ce qui est quelque peu différend quand aux résultats économiques conséquents ?
                    Espérons pour conclure que les meilleures leçons pourront être tirées des erreurs commises,les graves pandémies représentant une nouveauté dans le cadre d’une économie mondialisée et hyperconnectée.

                  • Ah, le mythe de la petite gripette saisonnière de rien du tout… Qui malgré des campagnes de vaccination chaque saison et le fait que nos corps y sont habitués plus ou moins parce qu’on a tous eu la gripe une ou deux fois, jeunes et ensuite… Malgré tout ça, elle tue grosso modo 500 000 personnes par an. Et quand on a la grippe (la vraie, pas juste un rhume) on fait pas le malin, fatigue, fièvres, douleurs, une à deux semaines au « fond du trou ». Comme le COVID, en fait… Sauf que le COVID est plus létal pour les plus de 55 ans et moins pour les moins de 55ans. Et que les plus de 55 ans sont au pouvoir, politique et médiatique.

                  • @Franz
                    Mais la grippe saisonnière n’est pas une maladie bénigne…pour les personnes très âgées et/ou avec comorbidité(s)!! C’est pour cela que la vaccination de ces personnes est encouragée… mais pas obligatoire! C’est vous ainsi que LEONIDES qui faite ce raccourci réducteur et surtout pratique à opposer ne permettant pas d’aller plus loin.
                    Cependant, on ne bloque pas une société entière pour une grippe saisonnière que je sache. 🙂 Et on n’empêche pas ceux qui ne veulent pas se faire vacciner d’aller aux spectacles ou ailleurs.

                    Quant à la mortalité en fonction de l’âge: moyenne des décédés du Covid 83-85 ans et 80% ont plus de 75 ans. Ce qui correspond aux chiffres de la grippe saisonnière (en 2018-19 par ex). Avec une différence non négligeable dans la grippe saisonnière: la survenue de décès d’enfants (8 de moins de 15 ans en 2018-19 dont 3 sans comorbidité) malgré leur hospitalisation en Réanimation alors que rarissime dans le covid.
                    Lien:https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/grippe/documents/article/surveillance-de-la-grippe-en-france-saison-2018-2019 (téléchargez le rapport)

                    @LEONIDES
                    Ce qui fait la gravité d’une maladie infectieuse, c’est 1/ la mortalité et 2/ les séquelles éventuelles.
                    La longueur de la prise en charge des cas nécessitant un passage en réanimation s’est vu en début d’épidémie du fait de la méconnaissance du sujet par les médecins. Cette prise en charge s’est grandement améliorée par la suite raccourcissant les délais.
                    Quant à la pression des hôpitaux débordés, il est plus du à la désorganisation et la faiblesse du système de santé français qu’à une gravité particulière de la maladie. D’autres pays s’en sont bcp mieux sortis que la France, ce n’est donc pas la maladie en soi qui est particulièrement grave mais l’indigence du système de santé français.

                    « a été jugé inappropriée par les meilleurs scientifiques confirmés de la planète. » Argument d’autorité. 🙂 Les mêmes types de scientifiques qui affirment le RCA? Trouvez autre chose.
                    « Donc inutile de revenir sur des évènements factuels ».
                    C’est exactement ce que souhaite l’Etat français car ce n’est pas du tout en sa faveur.

          • « Plutôt que chiffrage, c’est d’ailleurs un encadrement par majorant/minorant »
            D’accord, prenons donc l’encadrement de l’effet promis par les fabricants eux-mêmes de ces vaccins.
            Donc, quel est l’intervalle de confiance à 95% de la « réduction du risque d’avoir une forme grave du Covid », qui est le critère retenu finalement pour ces vaccins ?
            Par exemple Fizzer, c’est quelque chose comme [ 25%, 99% ] (de mémoire car je n’ai pas réussi à retrouver l’annexe du dossier donnant cet intervalle, que j’avais consulté il y a quelques mois !).
            Pourquoi clamer partout que c’est 94,5%, au lieu d’informer les potentiels vaccinés que cela peut être 25% comme 99%, dans le cadre de l’obtention du « consentement éclairé » obligatoire avant la vaccination ?
            Comme, en plus, le terme « forme grave » n’est pas non plus clairement défini dans les documents publiés, que ce critère a été modifié en cours de tests, on peut s’interroger sans être « complotiste » ou « anti-vax primaire » ?
            Malheureusement les données de ces tests n’ont pas été publiées de manière exhaustive, donc il est impossible d’avoir des avis variés de divers « scientifiques », qu’ils soient pour ou contre ces vaccins.
            Car il est absurde d’être pour ou contre TOUS LES vaccins en général, mais on a le droit d’être pour ou contre UN vaccin pour UNE personne.
            Chaque vaccin peut avoir des avantages et des inconvénients différents selon la maladie et le patient concerné.
            Donc, oui à une démarche scientifique, mais là, les fabricants de ces vaccins n’ont pas vraiment démontré que leur démarche était scientifiquement correcte.
            Ce qui ne prouve rien, ni dans un sens , ni dans l’autre.
            Mais donne le droit d’être a minima très septique puisque, normalement, en matière scientifique, la règle qui prévaut pour valider des études, c’est la transparence, absente dans ce cas.

            • @cyde

              « a été jugé inappropriée par les meilleurs scientifiques confirmés de la planète. » Argument d’autorité. ? Les mêmes types de scientifiques qui affirment le RCA? Trouvez autre chose.

              Souvent comparaison n’est pas raison !?

              Votre mise en parallèle des meilleurs professeurs de médecine de la planète avec des climatologues est surprenante !
              -Faut-il rappeler que dans bien des cas la médecine réalise de nos jours de véritables « miracles » en changeant des vies pour le meilleur,et en les sauvant ?
              -La climatologie est une science récente sujette à caution, tant les conditions de son exercice sont complexes, et il serait donc vain d’en attendre des miracles.
              Je vous accorde cependant que la référence à une autorité médicale, difficile à contester pour un profane,ne doit pas pour autant signifier l’abandon de tout esprit critique sachant que nous sommes personnellement concernés pour signer un consentement qui devrait être le mieux possible ÉCLAIRÉ.
              Tel n’est pas toujours le cas,car la médecine n’est pas infaillible face aux virus et cancers qui mettent en jeu notre système immunitaire recelant encore bien des mystères.
              Le scepticisme évoqué dans le commentaire intéressant de Fifi58 est donc compréhensible puisqu’il est difficile d’établir avec rigueur l’efficacité de cette vaccination de masse,faute de recul.
              Gardons à l’esprit le célèbre adage de Pasteur « La maladie n’est rien,le terrain est tout »largement démontré dans tous les cas par la diversité des réactions individuelles dont il est de notre devoir de tenir compte.

    • jacques lemiere
      13 juin 2021 at 8 h 39 min

      le problème est le lien causalité maligne suggérée entre « big pharma » non défini mais vilain..et vaccin. à mettre en perspective d’ailleurs avec ceux qui veulent rendre le fait de ne pas de vacciner criminel…excessif..

      les vaccins ont été évalués sur des échantillons de populations comment faire autrement????..leurs concepteurs?? je m’en fous..que le gouvernement pousse à la roue je m’en fous…plus exactement ça ne joue pas sur ce que j’en pense au point de vue de leur propriétés.

      sont ils sûrs? on en sait rien dans l’absolu… mais on ne doit pas les critiquer sous cet angle sauf à critiquer d’accepter de façon générale les mesures de précautions » standards « …

      moi je ne critique pas l’état entant que tel mais l’éata qui bafoue le slibertés..je ne critique pas « big pharma » sauf si la corruption est établie…

      « big pharma » nest pas une personne.. tout comme l’etat..

      si il y a des « coupables » ce sont des gens..

  • Le pass sanitaire vient de la liberté donnée de ne pas être vacciné.
    J’aurais aimé le contraire, l’obligation vaccinale. Ceux qui ne veulent pas du vaccin, en responsabilité, assume financièrement et intégralement les sommes pour ses propres soins et ceux de ses contaminations.
    La liberté en pleine responsabilité.

    • Ha ha! Voilà de la bonne novlang..
      La liberté donnée.
      C’est imparable, le chef vous donne la liberté de sortir de chez vous, il faut le remercier.
      Cette époque est formidable, et certains s’en réjouissent.

    • Et les gens vaccinés qui tombent tout de même malades, et qui contaminent d’autres personnes, vous les feriez assumer financièrement aussi, ou bien pour eux ce serait pris en charge par la sécurité sociale parce qu’ils ont « fait le bon choix » ?
      Les adolescents et les jeunes adultes sans problème de santé et ne risquant rien avec le Covid, qui se retrouveraient avec une myocardite après une vaccination totalement inutile dans leur cas, ils devraient payer les frais, ou bien là encore ils auront une dérogation puisqu’ils auront suivi les consignes que vous pensez être les bonnes ?

    • Encore faudrait-il avoir des médecins libres de soigner avec ce qu’ils veulent et estiment opportun. Je vous fais un dessin ?
      D’autant plus qu’il n’est pas exclu que les vaccinés soient les plus dangereux, retour de manivelle qui me ferait bien marrer…
      http s://odysee.com/@ExcaliburTraduction:4/Geert-Vanden-Bossche-1:0

      • La liberté pour certains de faire ce qu’ils veulent aux patients sous prétexte qu’eux savent et que les patients doivent les croire et penser que c’est pour leur bien. La liberté d’exercer en paix la dictature, quoi…

        • @MichelO
          La liberté, c’est celle des patients de choisir le traitement de leur choix en concertation avec le ou les médecins en qui ils ont confiance. Ce que vous critiquez, c’est l’inverse : le pseudo droit qu’auraient certains « médecins » agréés par le gouvernement, le gouvernement lui-même, de vous imposer où de vous interdire certains traitements, dont les vaccins.

          • Ce que je critique, c’est que le malade n’a dans la plupart des cas aucune possibilité de choisir un médecin dans lequel il aurait confiance et pour de bonnes raisons. Parcourez un peu la campagne française et regardez le nombre de banderoles « Trifouilly cherche 3 médecins et 2 dentistes, et leur ferait des facilités s’ils voulaient bien s’y installer ». Croyez-vous qu’à Trifouilly, le patient aie de bonnes raisons de faire confiance à son généraliste ?

            • @MichelO
              S’il y a pénurie de médecins, en France et ailleurs, c’est cause de la socialisation de la santé. Socialisme = pénurie, en tous temps, en tous lieux.
              Ça n’empêche pas de développer une relation de confiance avec son médecin, si on a la chance d’en avoir un, et ce, en fonction de :
              – la façon dont il nous a traité et soigné dans le passé
              – le bouche à oreille (si vos amis et voisins ont été traités d’une certaine façon et que leur état s’est aggravé ou qu’ils sont morts, vous le saurez vite).
              Après, c’est une question de choix et tout choix présente le risque de se tromper. Mais ce n’est pas aux politiques, menteurs et escrocs professionnels, créateurs de pénurie, d’en décider.

        • Quand vous allez chez un spécialiste, c’est pour avoir son avis et ses conseils… Médecin, garagiste, charpentier, chauffagiste, … vous êtes en train de dire qu’il y a des escrocs parmi tous ces gens ?

      • Cette théorie de la compétition entre les anticorps est similaire à celle du partage du travail … elle doit bien fonctionner chez les complotistes de gauche.

        • @cachou42
          Écrire « il n’est pas exclus » implique le doute, pas une certitude. Or sans doute, il n’y a pas de science. On en saura plus dans quelques mois, à condition que la censure, qui est toujours opposée à la science, cesse.

    • Nevermindthebullock
      12 juin 2021 at 10 h 10 min

      vVDB Waouh !!!!
      Et les gros plein de cholestérol (le mauvais bien sûr), de diabète type II, vous les faîtes payer leur infarctus ?
      Les pompeurs de gitane cancéreux, vous les faites payer leurs chimio et autres traitements ?
      Les « gros » qui prennent l’avion, vous les faîtes payer un surplus de bagage graisseux ?

      • C’est le principe de l’assurance, quand elle n’est pas sociale. On s’assure pour les risques qu’on prend, et la prime est en proportion. L’avion, le supplément de bagages est au poids, ça ne choque personne quand c’est des bagages, ça ne choquerait probablement pas que les maigres ne paient pas pour les obèses si c’était tarifé ainsi depuis le début.

        • Sauf que vous payez pour aller d’un point A à un point B, le trajet n’est pas fonction du poids du passager. Mais les bagages sont au poids en effet, à la réflexion ça ne devrait pas l’être…

    • encore faudrait-il que les essais des vaccins soient terminés, ce qui n’est pas le cas : l’obligation est alors un crime contre l’humanité.

      • Tandis qu’avec un beau certificat timbré que le vaccin est jugé terminé par une commission ad-hoc d’experts bien payés, là on peut obliger sans que ce soit un crime ?

        • Pas de risque d’en trouver de tel experts! Ils n’ont pas envie de se retrouvés cloués au pilori en cas de problème.

    • Sur ce site, de nombreuses personnes révéraient d’être en responsabilité totale financière, intégrale de leur santé (et de leur responsabilité civile médicale donc). Mais on leur refuse…
      Soyons fous, imaginez que vous soyez contaminés par qqn, qui s’avère avoir une meilleure assurance santé que la sécu, et que grâce à cela vous soyez mieux soignés, que diriez vous?

    • jacques lemiere
      12 juin 2021 at 12 h 14 min

      bon, faire entrer le fait de refourguer un virus à une personne dans le spectre du crime ou du délit est périlleux..aucune raison que ce ne soit pas valable pour la grippe..
      suis je aussi coupable si je serre la main d’un type allergique au cacahuète quand je viens de m’en empiffrer?

      en outre vacciné ou pas la contaminé on peut porter le virus et contaminé autrui, moins probablement peut être mais ce n’est pas la question..

      refiler un virus JUGE dangereux à autrui volontairement ok…

      mais ouvrir cette porte…

      je ne ferais pas la révolution si il y avait l’obligation vaccinale… si l’argument du civisme mâtiné de pragmatisme est invoqué.. mais pas l’argument que ce soit criminel..

    • Si vous êtes vacciné, qu’avez vous à craindre de ceux qui ne le sont pas ? Qu’ils attrapent vos microbes ?

      • Les gens « modernes » pensent dur comme fer que le vaccin est une espèce de talisman magique qui les immunise contre le virus…
        Evidemment, partant de là tous les délires sont permis et aucun débat rationnel possible. Bon c’est pas comme si on ne vivait pas ça depuis 2 ans.

    • La liberté est un droit naturel et universel. Vous, comme tout le monde, êtes né avec. Cela n’a aucun sens de parler de « liberté donnée ».

      Ceux qui ne veulent pas du vaccin devraient payer? Si je suis d’accord avec vous sur le fond, faut-il vous rappeler que vous êtes dans un Etat socialiste qui a mis en place un monopole sur l’assurance médicale? Il n’y a donc pas de différence à faire entre « ceux qui veulent » et « ceux qui ne veulent pas » car on est tous cotisant de la Sécu. On a déjà payé, tous.

      Je répète: je suis d’accord sur le fond. La liberté en pleine responsabilité? Oui! Mais il faudrait déjà être libre de pouvoir choisir sa protection médicale comme on l’entend.

    • Deux ans de prison et/ou amende de 15’000 € (article L 114-18 etc etc.)
      .
      Mais attention l’incitation à refuser de s’affilier c’est deux ans de prison et/ou amende de 30’000 €. C’est plus cher.
      .
      Il faut prendre soin de ne pas penser trop fort du mal des socialistes, des fois qu’ils arrivent rétroactivement à les lires…

    • Pas de problème, je demande que ça ! Par contre, je ne cotise plus à la sécu et toutes les joyeusetés liés à la santé de ma fiche de paie hein 😉

  • « La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude. »
    Quand je vois la mine réjouie des français agglutinés en terrasse ou faisant la queue pour aller au cinéma à 8h du matin, les sondages avec l’augmentation de la cote de popularité de Macron, et les arguments de certains (même ici sur Contrepoints) depuis quelques temps à encourager la vaccination obligatoire et traiter les autres de complotistes, je me dis que Macron est en passe de concrétiser la vision d’Huxley.

    • @WebCharcutier
      Bémol : consommation et divertissement sont incompatibles avec l’asservissement de la population. Pour consommer et se divertir, il faut produire, et les esclaves, même volontaires, ne sont pas productifs, sans même parler de toutes les carences et pénuries inerentes à toute organisation socialiste.

      • Vous oubliez les sovkhoze et l’Europe d’aujourd’hui. L’esclave qui ignore qu’il est esclave et pense plus ou moins bénéficier de sa productivité est bel et bien productif…

  • Religion et appartenance politique (ou syndicale) : si je ne dis pas de bêtise, ce sont des données figurant depuis l’an passé dans le fichier de la police. Les rattacher au pass sanitaire, ce n’est jamais qu’une requête en base de données à écrire, ça prend quelques minutes.
    Le pass sanitaire en lui-même n’est qu’une coquille vide (et bien poreuse), ça consiste en quelques infos de base pour faire le lien avec votre état-civil, quelques documents médicaux rattachés, et un QR code. Une fois ce QR code mis en place, qui n’est en fin de compte qu’un identifiant unique de citoyen, il sera extrêmement facile de récupérer à gauche et à droite toutes les informations relatives à la personne.

  • jacques lemiere
    12 juin 2021 at 8 h 45 min

    alors ..il y a un effet sanitair, forcement, tout ce qui modifie la vie sociale en a un … mais c’est politique donc absolument arbitraire, un peu comme si on obligeait les gens nés un jour « pair » à rester chez eux…en disant c’est sanitaire;..

    non et c’ets pour ça que ce n’est d’un part ni une dictature sanitaire ni une mesure reposant sur la science, c’ets du calcul politicard de base..ou la « popularité » importe plus que tout..

    on choisit qui gagne et qui perd..

  • Cette crise est la conséquence de la lâcheté politique qui sévit ici et là. Nous glissions depuis de nombreuses annees dans le populisme et du populisme à la dictature il n y a qu un pas. Atal a lu son texte comme un toutou. Demain il ne s en souviendra plus. Effectivement une société adulte aurait laissé le choix de la vaccination et verrait une différence entre l acte médical la vaccination et l instrumentalisation politique le pass qui ne sert à rien. Il faudrait décerner la légion d’honneur à la personne qui a mis la baffe

  • Chere Nathalie MP, votre article est excellent. Merci.

  • Encore une fois, ce virus n’est qu’une immense opportunité d’augmenter le pouvoir des dirigeants et la coercition de la population.
    Malheureusement, tant qu’une partie de cette population gobera la propagande d’état, nous ne nous en sortirons pas : on le voit aux reproches et insultes que l’on reçoit lorsqu’on pose de simples questions sur l’utilité de toutes ces mesures

  • On ne peut pas à la fois être contre l’obligation vaccinale et contre le pass sanitaire !

    • @ Flams ??? je suis contre l’obligation vaccinale : si le vaccin est efficace, ceux qui ne veulent pas se faire vacciner assument de prendre le risque, ceux qui se feront contaminer devront assumer. Et s’il n’est pas efficace, cela ne sert à rien d’obliger les gens à se faire vacciner…

      Et je suis contre le pass sanitaire, car on commence par restreindre ceux qui ne sont pas vacciner contre une maladie extrêmement peu mortelle (le covid chinois), puis on va se dire pourquoi pas des maladies plus dangereuses, et on y rajoute le SIDA, puis le cancer, puis les maladies cardio vasculaires, puis les comportements à risque (?), puis les comportements anti climat, puis le fait d’être riche, juif, étranger, que sais-je …

      Etre contre l'(obligation vaccinale et contre le pass sanitaire ne relève pas de la même logique.

    • Si, si, on peut être contre la peste et contre le choléra.

    • @Flams
      Ben si. L’obligation vacinnale vous oblige à vous faire vacciner sous peine d’être mis en prison, voire tué si vous résistez. Le pass sanitaire vous oblige à vous faire vacciner sous peine d’être contraint de vivre comme un paria, et d’aller en prison … si vous refusez.
      Il existe une solution libérale à ces questions : chacun est libre de se faire vacciner ou non, de fréquenter les personnes de son choix, de créer sa propre entreprise et d’y imposer ses propres règles et restrictions, de s’assurer ou non où bon lui semble etc.

    • Pass = ausweis. En URSS, sa non présentation valait condamnation à mort.

    • Tout à fait d’accord!

      À la fin, il faut savoir choisir sa servitude m**** alors!

  • On peut aussi commenter les courbes de mortalité et se rendre compte que le covid n’a eu aucune incidence sur celles-ci. Le méchant bug a tué essentiellement des personnes en fin de vie. On parle de quelques mois de vie perdus… Et encore, on sait le sérieux des stats à ce sujet.
    Bref: le raisonnement « urgence » serait discutable si l’on parlait du retour de la peste noire. En l’occurrence, contraindre l’ensemble de la population sans risque, au nom de la protection de quelques-uns, est absurde.
    Que les volontaires, ceux qui courent un risque, se vaccinent. Ils seront protégés, pas vrai?
    Ah zut, j’oubliais: on ne sait pas si le vaxx protège… Ou limite vraiment la transmission… Pas grave, tous vaccinés; en avant vers l’inconnu.
    Sans moi.

    • Le « méchant bug » a aussi mis des tas de gens sur le carreau pendant plusieurs semaines, dont pour l’anecdote mes associés, sans qu’on ait jamais craint pour leur vie. Vous ne voulez pas savoir si le vax protège, vous ne voulez pas être emmerdé par vos ascendants une fois qu’ils sont octogénaires, vous ne voulez qu’un prétexte pour refuser un flicage étatique et faire vivre (ou surtout décéder) chacun à votre idée. Le problème, c’est qu’entre les contraintes étatiques et les principes que vous voulez appliquer, le choix était déjà décrit dans l’Antiquité comme celui entre Charybde et Scylla.
      Relisez ce texte. Le choix d’Ulysse, laisser Scylla lui prendre 6 marins, ne s’y justifie que pour sauver les autres, pas parce qu’il n’en aurait rien à cirer de leur mort.

      • Pourquoi sont-ils vaccinés ? Ca n’est pas automatique, et ils n’avaient à perdre que quelques mois de vie, nous dit Pangzi…
        Et vous avez, comme je le recommande, étudié le risque pour chacun et l’influence que vous pouviez personnellement avoir sur ce risque ? Et conclu à l’intérêt de ne rien faire ? Si tel est le cas, ok, mais détaillez votre raisonnement autrement qu’en supposant que vacciné ou pas, vous « refilez le virus » tout pareil et que seule la santé de VOS ascendants vaccinés sans qu’on sache comment, importe.

        • Les miens et leurs amis se sont vaccinés parce que nous étions là pour leur organiser rendez-vous, déplacement, et information alors que leurs médecins traitants avaient répondu « on vous appellera » à leur demande, et n’ont toujours pas appelé.
          La quarantaine de Castex ne prouve que la mauvaise organisation, certainement pas une contamination, ou alors vous avez des infos que je n’ai pas. J’ai entendu que son premier test était négatif, pas vous ?

          • @MichelO
            La quarantaine de Castex prouve seulement qu’il a bien un bug au sommet de l’État avec de nombreuses interrogations et interprétations possibles (à vous d’en trouver d’autres) :
            – l’information est fausse
            – son épouse ou lui-même ne sont pas vaccinés (en ce qui le concerne, il a bien prétendu le contraire)
            – ils n’ont pas confiances dans les vaccins
            – ils ne respectent pas la distanciation socialiste
            – la distanciation socialiste et/ou les vaccins ne servent à rien
            et une certitude ;
            – c’est un hypocrite.

        • Castex n’avait pas encore eu sa 2e injection, il ne peut pas être considéré comme vacciné. Ce qui me choque plus dans son cas, c’est qu’il devrait faire 17 jours d’isolement (cas contact d’une personne avec qui il vit) mais qu’il ne fera que 7 jours, et encore, il paraît qu’il va faire quand même certains déplacements…

      • Inversion accusatoire amusante: Je souhaite obliger les autres à vivre à MON idée quand je refuse d’être contraint à subir un traitement expérimental et/ou à me faire tracer comme un criminel? Au nom d’une urgence bidon, cf. mortalité ridicule?
        OK OK vous avez raison: je veux vous obliger tous à vivre libres, à vous traiter avec ce qui vous chante, à en mourir s’il vous chante, et à bien me f. la paix en ce qui concerne MON corps et MA famille.

        Pour vos associés: on attrape un bug, on se met au lit quelques temps, on en ressort immunisé: la nature. Donc non, je ne me ferai pas piquer avec un truc expérimental pour éviter à vos associés (gens fort sympathiques, j’en suis sûr,) ce désagrément mineur.

        Mes ascendants: ils sont morts jeunes; dont acte. Je sais qu’ils n’auraient jamais été assez salement égoïstes pour seulement imaginer faire prendre un risque à leurs enfants ou petits-enfants. ‘Nuff said.

        Le choix d’Ulysse: ne s’applique en rien. Ulysse choisit entre mort certaine pour tous, et mort de quelques-uns: c’est l’arithmétique de la guerre.
        Rien à voir avec notre situation.
        Vous me proposez de risquer les vies de personnes jeunes et bien portantes, avec une thérapie aux effets de long terme inconnus (y compris reproductifs.) Avec comme objectif de, peut-être, réduire la mortalité pour des personnes dont l’espérance de vie est très réduite. Peut-être: on ne sait pas vraiment si elles sont protégées, ni si vacciner les bien-portants va réduire leur capacité à transmettre le virus. Pour rappel le, modeste, effet prouvé des vaccins est de diminuer la gravité de la maladie.

        Mais surtout: le covid n’est pas la peste, c’est une maladie relativement banale qui est traitée comme le retour de la peste noire, et sert de prétexte à la domestication des populations.
        Et vous marchez dans le panneau, des deux pieds.

        • Ah NON ! Quand vous refusez le vaccin ou de vous faire tracer, c’est parfaitement votre droit. Même aussi votre droit de refuser pour votre personne les traitements qui n’auraient pas des siècles de feedback positif. Et même votre devoir de ne pas vous laisser tracer, en supposant que l’Etat y parvienne alors qu’il ne sait pas choisir un opérateur capable de gérer un système d’urgence.
          Ce qui en revanche n’est pas votre droit, c’est de juger à la place des personnes concernées la gravité de ce qui les atteint et même de ce qu’ils risquent. Les 6 marins d’Ulysse bouffés par Scylla n’y ont pas vu une gravité moindre à celle de la noyade dans le tourbillon de Charybde, et il aurait été été intéressant de connaître leur avis par rapport à l’option de faire le tour de la Sicile et d’allonger de quelques mois le retour à Ithaque, vivants. La hiérarchie des risques, vous avez construit la vôtre, en remplaçant les véritables probabilités par celles de votre religion, et vous lui donnez une portée universelle. C’est exactement, en termes de démarche, la même chose que celle de l’Etat que vous condamnez pourtant avec justesse.

          • Euh..? Mais alors on est d’accord sur l’essentiel, et on se chamaille sur la gravité du covid? Je veux dire, en dehors de l’irruption du religieux (?) dans la discussion.
            La gravité du mal est variable selon les publics, voire affaire d’appréciation personnelle, pourquoi pas… On se trouve donc bien en-dehors de la notion même d’urgence sanitaire et dans ce cas l’application de politiques drastiques et liberticides n’a pas lieu d’être. Ni la grande propagande des media.
            Il y aurait malgré tout un peu à dire sur l’entorse à l’éthique qui consiste à tester les traitements en live sur des populations mal informées…
            En guise de conclusion: je l’ai déjà dit, j’espère sincèrement m’inquiéter pour rien avec les traitements génétiques covid.

      • J’ai un ami, avec 2 comorbidités qui attend depuis la sortie du vaccin pour se faire vacciné. Il s’est confiné dès le premier jour de la pandémie et n’est plus ressorti de chez lui depuis…
        Il n’a pu se faire vacciné que récemment, car il ne faisait pas parti des catégories « planifiées » pour la campagne de vaccination (age en dessous de 40 ans).
        Et le comble de l’histoire ? Bah chaque année, il prend la responsabilité de se faire vacciné contre la grippe, sans problème…
        Alors pourquoi on empêche les gens qui souhaitent le faire car eux connaissent parfaitement leur état de santé ? C’est d’une absurdité totale ! En 1 an, on a oublié 1 siècle de gestion de pandémie, on est fort !

  • Quelques remarques SVP quant à l’article et aux commentaires..
    ils semble bien que de nombreux dirigeants (de toutes les couleurs) s’accrochent à la notion de passeport sanitaire.. Un signe de panique universelle ou au moins d’impuissance???
    La vaccination DTP (diphtérie – tétanos – poliomyélite…et plus) est obligatoire en France et dans de nombreux pays pour les nourrissons et pour les professionnels de santé – reconnues populations à risques.. peu d’ADULTES se rebellent contre cette mesure, sinon qu’a être « Témoin de J.. » ou autre secte..
    Variole, rage et autres saletés ont été éradiquées dans le monde…par la vaccination, uniquement! Merci Pasteur, Koch, etc jusque Dr Schweitzer…
    Tout le monde ou presque sera d’accord ici sur le fait établi qu’une bonne Carte d’Identité et un vrai Passeport sont aussi une bonne référence de son propre pédigrée national.
    En détail, l’illustration de l’article montrant un prisonnier me semble un peu rugueuse quant on sait que les prisonniers (à bon escient ou non) se retrouvent dans des conditions sanitaires dégradées surtout en période de pandémie.
    Un peu d’humanité, bon sang. La présente surenchère verbale semble aller de pair avec l’agglutination « désespérée » actuellement observée à la terrasse des bistrots.. On n’a pas vécu 45′, mais c’est tout comme.. et tout sourire il faut bien tondre quelques têtes ci et la.. Attal à la tondeuse!!!

    • dans les exemples que vous citez de vaccins, ceux-ci ont d’abord été largement testés : ce n’est pas du tout le cas avec les ARNm. Il faut parfois des années pour que des effets indésirables se manifestent.

      ensuite, il y a la balance bénéfice/risque : celle-ci n’est pas du tout évidente pour le covid/vaccin ARNm, ce serait même le contraire pour la grande majorité de la population.

      enfin, la vaccination de masse a un intérêt si elle permet l’immunité collective. Or les vaccins anticovid n’empêchent ni d’être malade, ni de contaminer : aucune chance d’atteindre cette immunité collective, donc pas d’intérêt à vacciner tout le monde.

      • La vaccination de masse a un intérêt si elle permet de passer la pandémie d’une phase d’expansion à une phase de récession. Ne voir d’intérêt qu’à une immunité collective totale relève du même principe bien franchouillard que tout doit être soit obligatoire soit interdit.

        • « La vaccination de masse a un intérêt si elle permet de passer la pandémie d’une phase d’expansion à une phase de récession. »

          cela n’est pas du tout démontré, ce pourrait être même l’inverse vu la hausse des cas qui a suivi toutes les campagnes de vaccination.

        • @MichelO
          La vaccination de masse n’a d’intérêt que elle est efficace au niveau individuel car la « masse » n’est rien d’autre qu’un ensemble d’individus. Or si la vaccination est efficace sur le plan individuel, il n’y a aucune raison de la rendre obligatoire.

          • Nous sommes d’accord. Il n’y a non plus aucune raison de chercher à rendre les vaccins terrifiants sur la base d’un principe qui n’a rien à envier au principe de précaution.

            • @MichelO
              Content que nous soyons finalement d’accords sur l’essentiel. Ici, personne ne cherche à terrifier qui que ce soit mais bien à défendre la liberté de chacun d’évaluer le rapport bénéfice / risque selon ses propres critères. Enfin, il y a une différence fondamentale entre le pseudo principe de précaution, qui s’applique de force à tout le monde quand ça arrange ceux qui sont au pouvoir, et les précautions que chacun peut prendre en fonction des évaluations qui sont les sienne, et que personne d’autre que lui ne peut faire à sa place.

              • Tout à fait.
                Je m’étonne d’ailleurs que le principe de précaution, tel qu’il était quand nous en avons entendu parler pour la première fois, ait pu tant dégénérer sans susciter plus de rappels à l’ordre. Au départ, c’était « En cas de risque mal connu, rien ne doit retarder l’obtention d’une meilleure connaissance pour prendre des mesures protectrices appropriées », et c’est devenu « En cas de risque mal connu, rien ne doit retarder la prise de mesures protectrices, aussi coûteuses et inappropriées soient-elles ».

    • J’aime toujours bien le parallèle entre « la vaccination a sauvé des millions de vies », et la « vaccination obligatoire ». La vraie question est, combien de vies a sauvé l’obligation de vaccination.
      -Combien de personnes ont elles été sauvés par une vaccination contre leur gré?
      -Ces mêmes vies sauvées, par la contrainte, représentent elles moralement un bien?
      -Ces nombreux pays aux vaccins obligatoires ne sont pas si nombreux, ce serait bien d’en donner une liste.
      Au passage, sur le sujet de la fièvre jaune, je remarque que la totalité des pays avec obligation vaccinale sont des anciennes colonies françaises…

    • « autres saletés ont été éradiquées dans le monde…par la vaccination, uniquement! »
      Euh??? la rage, le tétanos, la tuberculose entre autres saletés n’ont pas été éradiquées dans le monde. Le vaccin empêche la rage de se développer, le vaccin protège du tétanos ou de la tuberculose, mais n’évite nullement la circulation des pathogènes responsables, ni la contamination des non vaccinés.

    • Combien de fois faudra-t-il contre dire cette argumentaire débile des pro pass :
      Tous les virus que vous citez ont une létalité bien supérieures au covid !
      Et comparer le pass sanitaire avec la carte d’identité, c’est justement confirmé les « peurs » des antis… D’ailleurs, on vous injecte un truc expérimental quand vous allez faire votre CI ou Passport ? Si c’est le cas, on vous a menti hein…
      De plus, la CI c’est comme son nom l’indique un document prouvant votre identité, et le passport et l’extension qui permet de sortir du pays.

  • Le risque d’une dérive est effectivement réel. Nathalie Meyer évoque le récent rapport des sénateurs qui fait froid dans le dos. Si le peuple ne réagit pas, comme l’écrirait H16, est bel et bien foutu.
    http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/delegation/prospective/PRO_Rapport_numerique_pandemies.pdf

  • Mme Nathalie Meyer, encore une bonne Française qui trouve toujours une «bonne raison» ou un «motif à la con» pour râler (remarque valable pour les hommes) !
    Si les meetings de politiciens ne sont pas contrôlés, c’est peut-être parce qu’il n’en ont pas besoin, il y a simplement moins de citoyens intéressés par les vociférations des élus incapables de tenir leur promesses.
    Non pas que ce soit des menteurs (bien que…) mais, tout simplement, que ce ne sera pas dans leur éventuel domaine de compétences (ex. la sécurité pour un élu départemental ou régional) ou alors leurs idées seront retoquées par inconstitutionnalité.
    Si un passe-sanitaire est demandé lors des événements provoquant de fortes concentrations de citoyens c’est les forcer à se protéger entre eux (action totalitaire du président et de son complice le sinistre de la Santé, annoncée par l’ange Gabriel… Là il fallait rire !). On sait que la vaccination ne protège pas de la maladie mais en évite les formes graves et réduit la transmission des malades vaccinés donc, pour moi, cela protège un tant soit peu le citoyen lambda des quidams qui serait tentés de faire n’importe quoi !
    Quant aux «ordres» bureaucratiques (qui emM…de tout le monde), il suffirait (peut-être) d’ouvrir l’ÉNA à des personnes qui ont déjà bossé (une vingtaine d’années) dans la vrai vie et pas uniquement des diplômés de Sciences-Po mais d’autres Grandes Écoles (X, Centrale, Ponts, HEC, Navale, etc.). En fait aujourd’hui on essaye, par l’Éducation Nationale, de créer des directeurs, des chefs de je ne sais quoi, avec des formations (de 5 à 10 ans après le BAC) par des enseignants qui n’ont fait autre chose qu’enseigner donc sans véritables expériences pratiques. Nos supers politiciens sont dans ce moule il n’ont jamais rien fait sinon user les frocs sur des bancs d’assemblées quelconques… Moi, j’ai bien aimé les bourdes de certains élus ou ministres, issus de la société civile, au moins il n’ont pas (n’avait pas) la langue de bois du politicien aguerri !

    • Votre commentaire m’a bien fait marrer !
      Donc pour vous, un rassemblement de 1000 militants écologistes, c’est pas pareil qu’un rassemblement de 1000 fans de motos (par exemple, et sans offense aux motards que je respecte 😉 ) ?
      C’est quoi le rapport entre l’ENA et les bureaucrates ? Vous avez forcément besoin de passer par l’ENA pour accéder à une fonction publique ou politique ? Justement, en supprimant cette école, cela ouvrira la place à d’autres personnes (avec de l’expérience comme vous le souhaitez).
      Et encore une fois, la vaccination protège son porteur, pas les gens autour de lui…

  • Je suis perdu, et le masque toujours obligatoire vacciné ou pas, dehors dedans sauf pour manger et boire… Dans ces conditions, la liberté est dans ce pass sanitaire pour enfin fuir ce pays de dingues..

  • Il me semble que ceux qui n ont pas et ne portent pas de préservatif et ont le sida sont soignés comme tout le monde et que les médecins pas plus que les politiques ne sont garants de la moralité. Le malade quel qu il soit doit recevoir des soins et être remboursé si l acte est pris en charge Et il ne doit avoir aucune exception.
    Que chacun reste dans son rôle avec humanisme et professionnalisme.
    Cette crise devrait être finie depuis longtemps déjà

  • et comme par hasard les règles strictes sont remplacées par la levée des contraintes, non pas par but médical mais parce que c’est le foot et le tennis la preuve hier soir ou tout le monde n’est pas logé à la même enseigne vu que certains sur roland garros pouvaient rester après 23h ….et ça semble normal pour tous.

    • cela montre bien que toutes ces contraintes ne sont que du sketch pour que les politiciens donnent l’impression de faire quelque chose et que les problèmes ne viennent pas d’eux, mais des mauvais français !

  • Vouloir perpétuer le côté individualiste de notre société, au prétexte que le socialisme étant condamnable, l’individualisme serait vertueux et désirable ? Quelle erreur !

    • @MichelO
      C’est le socialisme qui engendre l’individualisme, comme l’avait déjà fort bien compris Frédéric Bastiat « l’Etat est cette grande fiction au travers de laquelle chacun s’efforce de vivre au dépend de tous les autres ». Le libéralisme, c’est au contraire, la coopération volontaire entre les individus, le contraire de l’individualisme.

  • Les gendarmes ont déjà le droit de collecter les opinions politiques, syndicales et religieuses des Français, ainsi que leurs orientations sexuelles ou leur origine ethnique.

  • se vacciner contre le covid ne protège pas les autres.

  • En ce moment défilent des millions de gens pour la liberte, on devrait demander à melenchon, leur chef auto désigné, comment faire, il en connaît unrayon avec ses amis sud américains (humour pour ceux qui..)

  • Les pandémies ayant frappé au cours des siècles ont toutes disparu naturellement les virus s’affaiblissant au gré des mutations successives.
    Sauf à considérer que le Covid 19 serait un virus d’une espèce très particulière,ce qui poserait un nouveau problème de taille,sa « disparition » devrait être une affaire de quelques mois.
    L’expérience unique en son genre au niveau mondial d’une vaccination de masse, sera-t-elle la SEULE bonne réponse aux différents variants dont la liste ne cesse de s’allonger ?
    Cette fin d’année devrait permettre un premier recul nécessaire pour une juste appréciation de l’efficacité de ces vaccins à ARNm mis sur le marché en un temps record.
    Il est donc difficile d’apporter des conclusions définitives au regard des connaissances scientifiques actuelles.

    « Pour autant, seul le temps qui va s’écouler et une surveillance renforcée seront en mesure de répondre aux questions qui restent posées ».(Voir le lien)

    https://www.mesvaccins.net/web/news/16696-l-arn-est-il-l-avenir-des-vaccins

  • C’est très bien de rappeler à tous que le vaccin sert à se protéger, et pas protéger les autres… Sinon, pourquoi ça ne devrait pas être les locaux des pays où il y a la fièvre jaune qui devraient se faire vacciner plutôt que les touristes ? 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yoann Nabat.

Cet été, le journaliste Taha Bouhafs révéla qu’un site d’extrême droite avait établi un fichier listant des personnalités désignées comme étant islamogauchistes. Dans le même temps, certaines critiques s’élevant contre le passe sanitaire pointaient du doigt le risque d’un fichage des déplacements.

Fichiers de police ou fichiers clandestins, le fichage des opinions politiques semble de plus en plus mis en lumière. Pourtant, est-il véritablement autorisé en France, et sous quelles conditions ?

Par principe,... Poursuivre la lecture

Par François Jolain.

Bien que les dernières recherches montrent la perte d’efficacité du vaccin sur le variant delta, la vaccination quasi obligatoire risque de se maintenir dans le plus pur style lyssenkisme où la science doit se conformer à l’idéologie gouvernementale. Ainsi le QRCode européen se généralise.

Il est temps de l’analyser plus en détails.

D'où vient le QR code ?

L’histoire a sa part d’ironie. L’invention du QRCode date de 1994. Il servait à Toyota pour traquer ses pièces dans son usine. Avec l’aide du smart... Poursuivre la lecture

Par Julien Plouchart.

En France, l’idéologie sanitaire a pris le dessus sur la conception libérale et du régime politique et du corps social : le primat de la santé sur la liberté a été mis en œuvre par le pouvoir avec constance depuis mars 2020.

Le fait de sauver des vies a été jugé supérieur au respect des libertés, d’où la propension à user et abuser des innovations de gestion politique de l’épidémie telles que confinements, couvre-feux, pass sanitaire au point de vider en grande partie de leur sens les libertés de circulatio... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles