Assa Traoré, la nouvelle star antiraciste de Louboutin

Assa Traoré et Louboutin : la convergence des luttes se ferait-elle donc entre quartiers sensibles et CSP++ ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Assa Traoré, la nouvelle star antiraciste de Louboutin

Publié le 18 juin 2021
- A +

Par Frédéric Mas.

Assa Traoré l’a annoncé fièrement sur sa page Facebook : elle est la nouvelle ambassadrice des chaussures de luxe Louboutin.

Elle a déclaré : « Je suis profondément touchée par le précieux soutien que vous témoignez à une cause aussi importante et universelle que celle de la lutte contre les violences policières. Mon frère Adama Traoré est mort il y a cinq ans entre les mains des gendarmes, à l’âge de 24 ans, le jour de son anniversaire. »

La nouvelle a vite fait le tour des réseaux sociaux, et certains commentateurs se sont scandalisés de voir une figure controversée de l’extrême gauche associée à une marque plus associée au Diable s’habille en Prada qu’à La lutte des classes en France.

Pourtant, Louboutin a tout compris du public de sa nouvelle star qui, de son côté, a tout compris ce qu’elle pouvait tirer de l’hypermédiatisation de sa cause.

Contre les « violences policières »

Assa Traoré s’est déclarée « contre les violences policières » depuis la mort de son frère Adama à la suite d’une interpellation par des gendarmes le 16 juillet 2016.

Le jeune homme, bien connu des services de police, meurt malgré un massage cardiaque et l’intervention du samu. La nouvelle déclenche une semaine de violences nocturnes contre la police à Beaumont-sur-Oise où s’est déroulé le drame.

Depuis ce moment s’est engagée une bataille d’expertises et de contre-expertises judiciaires entre la famille Traoré et les gendarmes. L’enjeu ? Essayer d’établir la responsabilité ou non des forces de l’ordre dans le décès du jeune homme. À l’heure actuelle, le feuilleton judiciaire suit son cours.

Dans cette triste guerre de tranchées, Assa Traoré joue de manière totalement décomplexée la carte de la médiatisation. Les avocats des gendarmes ont dénoncé à plusieurs reprises des méthodes qui, selon eux, font pression sur le fonctionnement apaisé de la justice.

Pour Me Rodolphe Bosselut, interrogé par Le Point :

« La famille Traoré estime qu’elle est aux prises avec une justice raciste. Mais les investigations menées depuis 2016 le montrent : il n’y a pas de violences policières. Le dossier est ouvert sur le grief de « coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Or toutes les constatations des médecins légistes ont établi qu’il n’y avait pas trace de la moindre violence. »

Antiracisme woke

Assa Traoré s’est en effet construit une image de rempart contre le racisme, reprenant le message woke et indigéniste très en vogue dans les pays de langue anglaise. En juillet 2019 elle déclare dans les colonnes du journal Le Parisien :

« Notre combat est universel. Il dénonce la répression policière vécue par les jeunes de couleur dans les quartiers populaires. L’affaire Adama a permis de mettre à nu un système répressif, autoritariste et violent qui s’appuie sur une justice à deux vitesses. »

Le wokisme a largement été abordé dans les colonnes de Contrepoints. La spécificité de sa redéfinition du combat contre le racisme tient à son caractère « systémique » : c’est toute l’institution policière qui est raciste, comme toutes les institutions républicaines car elles tendent à privilégier les Blancs et à dominer les personnes de couleur.

Sous ce traitement, c’est l’ensemble des relations sociales qui sont racialisées, comme le dénoncent les tenants de la conception « universaliste » de l’antiracisme, qui elle n’essentialise pas la couleur de peau pour en faire une arme contre les « puissants ».

Un public radical chic

L’antiracisme woke d’Assa Traoré est populaire auprès des people. Parmi les soutiens médiatiques d’Assa Traoré, on compte Youssoupha, Kery James, Mac Tyer ou encore Omar Sy, Christine & the Queens, IAM et Yannick Noah.

Un public « radical chic », aurait pu dire Tom Wolfe, qui est aussi le public cible de Louboutin.

Plus généralement, l’idéologie woke a bonne presse auprès des élites éduquées qui sont passées par les grandes universités et les écoles les plus cotées. Beaucoup d’entre elles sont devenues des bastions de ce nouveau phénomène de « maoïsme culturel » comme l’ont montré Greg Lukianoff et Jonathan Haidt dans The Coddling of American Mind.

La convergence des luttes se ferait-elle donc entre quartiers sensibles et CSP++ ? En tout cas, pour Louboutin, c’est une opération de comm’ réussie. Les rebelles 2.0 pourront parader en Louboutin sur les campus de Harvard ou Princeton la conscience tranquille.

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • L’avantage est que si les voyous sont maintenant chaussés de talons aiguilles Louboutun, ça va être beaucoup plus simple pour la Police de les rattraper lorsqu’ils s’enfuient.

  • bah , elle a trouvé un nouveau moyen de faire parler d’elle , c’est son trip , et du coup fait de la pub à Louboutin ; gratuitement je présume ???

  • l’argent n’a pas d’odeur…

  • Tout ceci montre l’hyper politisation des marques. Elles sont prêtes à tout pour exister. De même les individus falots et bouffis d’orgueil sont les premiers dans les luttes en « isme ». Ce n’est pas une convergence de lutte mais une réunion de super égos.

    • « Tout ceci montre l’hyper politisation des marques »
      On peut aussi remplacer « politisation » par « prostitution »?

    • Depuis des années j’évite toutes les marques qui utilisent des extrémistes ou des individus peu recommandables pour leur pub.
      J’essaie de convertir toutes mes connaissances dans leur boycott. Pour l’instant, je dirais que 9 personnes sur dix m’ont suivi. Je fais la même chose pour le cinéma. Je boycotte tous les films où jouent des acteurs engagés dans des actions qui sont contraires à mon éthique. Si je fais la même chose avec les politiques, je vais voter blanc très souvent !!!

    • C’est à double tranchant pour ces marques.

      Mon avis est qu’on en reviendra très vite vers le marketing consensuel.

  • Ma fille cherche du travail, certaines marques mettent des drapeaux trans , lgbtq , sur leur site.

  • AT ou comment se faire un max de pognon avec la mort de son frère.

  • Esprit critique
    18 juin 2021 at 11 h 18 min

    Eliminer Physiquement les français blancs pour prendre possession du pays, c’est le projet clairement annoncés de ces racailles. La balle est dans notre camp. Va falloir se décider rapidement !

  • Les bobos seront hélas les derniers à passer à la casserole.
    Mais bon Assa c’est la partie émergée de l’iceberg. Ce serait rigolo si un journaliste faisait une enquête sur la proportion inimaginable de « représentation des minorités » dans toutes, absolument toutes les publicités en 2021. Pour ceux qui ne comprennent pas de quoi je parle, disons que l’on pourrait supposer que ces pubs sont conçues pour un pays africain ayant une petite minorité (féminine) d’expats blancs. Ce serait aussi la fin de sa carrière de journaliste.
    Bref. Ça devient dur de boycotter, quand même l’électricité et le gaz s’y mettent dans une orgie de conscientisation éco-woke.

    • @Pangzi : vous avez raison et je constate de plus en plus que les films récents, pour prendre cet exemple, voient les héros ou héroïnes qui étaient blanc à l’origine, devenir noirs aujourd’hui. Dernier cas vu : le film « sans aucun remord » inspiré d’un roman ancien de Tom Clancy dont le héros était un blanc cisgenre et qui est brutalement devenu noir dans la version 2021…

  • Quelles sont les condamnations de la famille Traoré ?
    Le 23 mai 2019, Bagui est condamné à un an de prison ferme pour trafic de stupéfiants par le tribunal correctionnel de Pontoise tandis que son frère Youssouf, présenté comme « un des organisateurs principaux » d’un trafic « d’ampleur régionale » est condamné à deux ans et demi de prison.

    • Sans compter son fameux frère Adama présenté comme victime alors qu’il avait été condamné peu avant toutes les manifestations ‘pro-Adama’ pour le viol de son co-détenu!
      Ce que tous nos bons journalistes conscientisés se sont bien gardés d’évoquer alors qu’ils le savaient parfaitement…

  • Jerémy Lapurée
    18 juin 2021 at 17 h 37 min

    Convergence des luttes, que nenni !
    Nos petits bobos parisiens s’encanaillent à bon compte, ils aiment cette faune comme ils aiment l’ours des Pyrénées mais fuiraient à son arrivée sur le Champ de Mars.
    Plus Tartuffe, tu meurs…

  • Si les médias devaient lui laisser un temps de parole équivalent à sa représentativité parmi le peuple, elle ne s’afficherait pas… en grande pompe !

  • Boycottons Louboutin pour compromission avec des trafiquants de drogues!

  • Comme un seul être solidaire, tous les Gaulois de Gaule devraient faire un autodafé des pompes Liboutin dans chaque commune de France et ne plus en acheter une seule paire à l’avenir. Impensable inconcevable de quérir les services d’un clan de truands et de multirécidivistes. Français de Gaule, debout, réagissez contre ces gens qui encouragent la racaille.

  • jacques lemiere
    19 juin 2021 at 18 h 39 min

    moi je suis pas contre les violences policières mais contre les bavures policières ou violences illégales..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

par h16

Il était temps : une circulaire parue le 30 septembre dernier vient enfin (EN-FIN !) de fixer les droits des jeunes transgenres en milieu scolaire. Les enseignants, jusqu'à présent complètement désemparés et démunis de tout outil pour aborder la question et surpasser les innombrables problèmes qui se posaient inensément jusqu'alors vont maintenant pouvoir surmonter l'écueil. Un grand soupir de soulagement vient de parcourir toute l'Édulcoration nationale.

Il est vrai que la question agitait follement tant le milieu éduca... Poursuivre la lecture

Par Patrick Aulnas.

La radicalité politique a le vent en poupe. Les extrémistes d’aujourd’hui ne veulent plus de ce qualificatif dépréciatif. Le mot radical permet de laisser entendre aux insatisfaits que le changement sera profond. La politique ne pouvant pas grand-chose à elle seule, cette radicalité n’est qu’une illusion pour esprit manipulable. Mais la manipulation a pris une ampleur inédite avec internet.

Comme Janus, la radicalité a deux visages. Celui de l’extrême gauche regarde vers un avenir imaginaire et totalitaire (l... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Drieu Godefridi.

Qu’ont en commun le woke qui considère ses émotions comme des arguments — « Tu m’offenses ! Tais-toi ! » — et l’antivaxx — 20 % des Américains se définissent comme tels — qui exige que l’on respecte son opinion, même contre-factuelle, même basée sur des arguments démontrés faux, car telle est sa souveraine opinion et on a quand même le droit d’avoir une opinion ?!

De prime abord, pas grand-chose, surtout que le woke soutient des idées fort à gauche, tandis que l’antivax se recrute souvent parmi les populatio... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles