Le Sénat admiratif du solutionnisme technologique à la chinoise

Un rapport du sénat inquiétant préconise de pouvoir collecter des données personnelles sensibles en s'inspirant du modèle chinois.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Sénat admiratif du solutionnisme technologique à la chinoise

Publié le 22 juin 2021
- A +

Par Yannick Chatelain.

Dans un rapport d’information fait au nom de la délégation à la prospective au titre évocateur : « Crises sanitaires et outils numériques, répondre avec efficacité pour retrouver nos libertés ».

Les sénateurs en charge, Véronique Guillotin, Christine Lavarde et René-Paul Savary s’attardent longuement – dans ce document de 147 pages – sur la stratégie chinoise pour endiguer la pandémie en ne manquant pas de s’éblouir de son efficacité.

Ces derniers notent entre autres qu’elle a été « une grande réussite sur le plan sanitaire, avec officiellement 4846 morts pour 1,4 milliard d’habitants, soit 3 morts par million d’habitants, quand la France seule compte plus de 100 000 morts, soit 1633 morts par million d’habitants. ».

Il est vrai qu’au regard de sa grande transparence et depuis le début de cette crise, la crédibilité des chiffres annoncés par le gouvernement chinois est un argument de poids.

Quant à la sénatrice Christine Lavarde, co-autrice du rapport, elle juge bon d’indiquer :

Dès le départ, nous savions que ce rapport allait susciter de vives critiques. Je comprends qu’il puisse heurter, car il va complètement à contre-courant de ce qui a été fait dans le cadre de la crise contre le Covid en France. Mais nous avons choisi d’être exhaustifs, et de l’argumenter par des exemples… !

Il est vrai que s’appuyer sur de tels exemples et de tels chiffres communiqués par les autorités chinoises laisse… sans voix, tant la transparence du régime populaire de Chine dans cette crise et la véracité de ses dires (depuis son origine) peut être pour le moins sujette à caution.

Et ces mêmes sénateurs peuvent bien ajouter « Les chiffres officiels sont douteux, bien sûr, mais la maîtrise de la situation ne l’est pas ! » il n’en demeure pas moins qu’ils s’appuient sur des chiffres effectivement douteux pour étayer leur démonstration et marquer les esprits tout en les déjugeant seulement quelques lignes plus tard… Une approche pour le moins alambiquée.

Quant à la mirifique maîtrise évoquée, peuvent-ils citer leurs sources ? Les sénateurs pondèrent également leurs propos sur les méthodes utilisées pour arriver à ces résultats spectaculaires.

Ils précisent également :

Le modèle chinois n’est évidemment pas transposable aux pays occidentaux.

Nous voilà rassurés… pas pour longtemps.

Leur logique d’argumentation demeure la même tout au long du rapport : critiquer des méthodes en donnant l’air de s’en offusquer pour mieux en vanter les mérites et les poser, au fil des lignes, comme aussi incontournables qu’inéluctables dans le cas d’une nouvelle crise.

Le « Crisis Data Hub »

Dans ses velléités de collectes de données sensibles massives la délégation sénatoriale suggère ainsi de créer une plateforme numérique qui prendrait le nom de « Crisis Data Hub », en référence au « Health Data Hub ». Notons que ce dernier  avait fait l’objet de recommandations de la CNIL en matière de sécurisation. La Commission avait par ailleurs souligné l’impériosité d’un changement d’hébergeur de la plateforme qui avait fait le choix de recourir aux services de Microsoft.

Par ordonnance du 13 octobre 2020 le Conseil d’État avait reconnu l’existence d’un risque de transfert de données issues de la Plateforme des données de Santé (PDS) vers les États-Unis du fait même de la soumission de Microsoft au droit étatsunien et avait alors demandé que des garanties supplémentaires soient mises en place.

La CNIL avait ainsi obtenu des garanties de la part du ministère quant à un changement de solution technique permettant de supprimer ce risque dans un délai déterminé :

Le ministère s’est engagé à recourir à une solution technique permettant de ne pas exposer les données hébergées par la PDS à d’éventuelles demandes d’accès illégales au regard du RGPD dans un délai compris entre 12 et 18 mois et, en tout état de cause, ne dépassant pas deux ans.

À ce jour la centralisation de l’ensemble des données de santé des Français continue sur le Cloud Microsoft.

Le modèle chinois comme source d’inspiration démocratique

Comme je l’évoquais et dans le cadre de la création de cette plateforme la délégation énonce que le « modèle chinois n’est évidemment pas transposable aux pays occidentaux ».

« Et dans le même temps » (puisque faire cohabiter des propos diamétralement opposés semble désormais devenu un usage en politique pour faire cohabiter de façon décomplexée le tout et son contraire) en fonction de la gravité de la crise elle imagine des outils d’information et de coordination allant jusqu’à des scénarii coercitifs pour les « mauvais citoyens »… dessinant sans sourciller les contours d’un régime autoritaire « déclenchable » à l’envi.

Lorsqu’il s’agit d’imaginer, il ne s’agit pas de se priver :

On pourrait imaginer que seules les personnes diagnostiquées positives, soit moins de 0,1 % de la population fin mai 2021, soient soumises à des mesures d’isolement, mais que ces mesures soient étroitement contrôlées (par une géolocalisation en direct par exemple) et sévèrement sanctionnées (par une amende prélevée automatiquement, par exemple). Aucune autre restriction ne serait imposée au reste de la population ni à la vie économique et sociale en générale, et l’épidémie pourrait être freinée plus vite.

Et d’ajouter pour légitimer cette folie :

Dans un tel exemple, des technologies intrusives sont nécessaires, et des traitements de données dérogatoires aussi : il s’agit en effet de croiser des données personnelles, y compris des données sensibles relatives à l’état de santé, avec des données de géolocalisation et des données bancaires. Rien d’impossible techniquement, et rien de très exceptionnel en comparaison de ce que font les GAFA à des fins purement commerciales.

Pour rappel à cette délégation audacieusement liberticide qui compare, ce qui n’est en rien comparable, au regard – et dans le cas évoqué – de la sensibilité extrême des données qui imposent des traitements extrêmement précautionneux, est-il utile de rappeler à ces démiurges technosolutionistes que :

  • Les usagers ne sont pas toujours informés des pratiques des GAFAM, pas plus que l’on ne peut postuler qu’ils les acceptent et les cautionnent.
  • Les GAFAM ont été régulièrement poursuivis par l’UE pour leurs pratiques de collectes de données et leur usage dévoyé. Le 21 janvier 2019 la CNIL a infligé à Google sa toute première amende au titre du RGPD (Règlement général sur la protection des données) huit mois après l’entrée en vigueur de ce texte européen encadrant l’utilisation des données personnelles…  WhatsApp a été condamné à 50 millions d’euros d’amende pour manque de transparence. Etc.

L’argument est donc nul et non avenu. Mais puisque selon cette cellule prospective la RGPD apparait être une entrave à un hygiénisme débridé, et puisqu’en prospective le droit européen et international, les droits fondamentaux des hommes peuvent être foulés aux pieds… prospectivement, pourquoi se priver de prospectiver à l’envi.

Postuler l’irresponsabilité des citoyens pour faire oublier la responsabilité des États : mode d’emploi

Aussi imaginons toujours : dans la tonalité d’un rapport qui s’appuie sur un modèle chinois si « performant » en termes de gestion de crise sanitaire, ce dernier ne manque pas d’évoquer tous les outils technologiques à disposition qui ont été utilisés ici et là par d’autres États – dont certains sous tutelle chinoise – pour en vanter les mérites et transformer sur simple décision une démocratie en enfer.

Parmi lesquels « le contrôle des déplacements (bracelet électronique pour contrôler le respect de la quarantaine, la désactivation du pass pour les transports en commun, etc. » comme ils le rapportent avec, à la lecture, une forme d’émerveillement :

Une spécificité de Hong Kong mérite d’être signalée : le recours à des bracelets électroniques pour assurer le respect de la quarantaine, en complément d’autres mesures telles que les visites inopinées, les appels vidéo surprise, et bien sûr les sanctions dissuasives (amende de 641 dollars et 6 mois d’emprisonnement).

N’en déplaise à ces audacieux démiurges promoteur d’une « datazerisation » de l’humain, leur rapport n’est pas sans faire penser à une sorte d’hagiographie des pratiques des régimes autoritaires les plus intrusives et coercitives, dont la Chine.

Que les régimes autoritaires et leurs pratiques brutales soient une source d’inspiration pour des pays « démocratiques » interpelle. Ne vaudrait-il pas mieux parler d’une source d’expiration ?

N’en déplaise également à ces audacieux rapporteurs et à René-Paul Savary qui assume, pour ses pairs, un texte provocateur, cette période appellerait à une pause, à de la tempérance et non pas à déclencher une surenchère de polémique ostentatoire : l’histoire dira la réalité de ce qui s’est passé dans ce monde, elle séparera le bon grain de l’ivraie.

Et plutôt que de postuler et de prétendre anticiper une irresponsabilité des citoyens, elle dira la responsabilité des États.

Pour la France, elle dira la réalité de l’absence, qui a semblé récurrente, d’anticipation, elle reviendra analyser les tenants et aboutissants d’un manque de moyens humains et de matériels flagrants : des lits d’hôpitaux insuffisants en France au regard de la population.

Elle rappellera aux oublieux, à ces oublieux, le montage médiatisé d’un hôpital militaire aussi vite monté que démonté, les vols de masques sur le tarmac, une stratégie de vaccination qui ne mérite pas de commentaires.

Elle reviendra sur nombre de décisions incompréhensibles niant l’humain.

Il aurait été souhaitable que ces « provocateurs » prêtent davantage attention au rapport de la Commission d’enquête pour l’évaluation des politiques publiques face aux grandes pandémies à la lumière de la crise sanitaire de la covid-19 et de sa gestion.

Quant au technosolutionisme aveugle nonobstant cette intention qui se veut louable, « Datazeriser » les citoyens, postulé a priori inconséquents « pour leur bien », afin de mieux les contrôler et les contraindre… au cas où…

Cela va dans le sens de l’acceptation de la négation la plus absolue de notre humanité… C’est oublier bien vite les pas inacceptables en inhumanité qui auront été infligés à des êtres humains durant la période… Une négation de l’humain sur laquelle je reviendrai.

Ainsi ce rapport n’a de cesse de vanter les mérites d’outils numériques intrusifs totalement incompatibles avec un fonctionnement démocratique. Ce texte n’est pas seulement provocateur, à moins d’être en déficit de reconnaissance et de notoriété, ce dont je ne peux préjuger. Sous couvert d’une simple provocation ce texte surréaliste pose les jalons pour fabriquer un consentement et soumettre demain la population à l’acceptation d’une surveillance hygiéniste massive. Il s’inscrit dans la poursuite débridée de collectes de données sensibles en prévision d’un pire annoncé.

Contrôler de manière numérique le respect des règles, y compris en agissant de manière intrusive et dérogatoire.

Voilà des mots pour le moins glaçants. Il faut les lire pour le croire. Une chose est certaine en matière de prospective pour préconiser la mise en place d’outils supposés préventifs que ne renierait pas une dictature. Les mots sont parfaitement bien choisis.

Je note en outre que cette délégation se retranche derrière une comptabilité froide du nombre de morts, derrière les chiffres mirifiques (en nombre de vies épargnées) évoqués qui seraient le fruit de mesures coercitives les plus extrêmes et d’outils technologiques les plus intrusifs.

À aucun moment ne sont évoquées les dérives terribles auxquelles nous avons assisté en matière de négation de l’être humain et de son humanité. Combien de pays, dont la France ont laissé des êtres humains mourir dans la solitude, laissant des proches désemparés et sans possibilité ni d’accompagnement ni de deuil !

Je note en outre que cette prospective n’évoque nullement les dégâts collatéraux psychologiques irréversibles ayant parfois abouti au pire, les vies brisées qui viendront vraisemblablement augmenter en silence le nombre de décès directement imputables à une gestion de l’humain sans plus d’humanité.

Alors s’il fallait tirait des conséquences directes de cette régression en humanité inédite en temps de paix… il serait souhaitable de ne pas réduire l’humain à de la data à contrôler, surveiller, contraindre, à défaut de le penser responsable, à moins de persister dans la folie mâtinée de transhumanisme qui consistera à tuer la vie obstinément pour sauver l’Homme de la mort avec encore plus d’entrain.

La datazerization de l’Homme : la négation de son humanité

La peur, la propagande, la culpabilisation récurrente de la population, l’infantilisation humiliante, la disqualification de toute forme de rébellion à l’absurde semblent avoir eu raison de la raison au pays des Lumières.

Durant la crise la population a été rudoyée et de nombreuses fois soumise à des décisions arbitraires, la dernière en date étant la décision de la fin du port du masque en extérieur, une nouvelle décision faite dans une cacophonie de l’exécutif. Et comme si cela n’était pas assez, cette réflexion prospective qui souhaite, selon ses propres mots, « provoquer » a réussi son coup et peut être satisfaite.

Il me semble toutefois que ce rapport est bien plus grave et inquiétant qu’une simple provocation : il vise insidieusement à ancrer dans les esprits la nécessité d’un toujours plus de surveillance de masse, quoi qu’il en coûte des droits humains, en agitant le chiffon rouge d’un pire à anticiper : une bien triste destinée technosolutioniste pour notre humanité et nos modèles démocratiques.

Nous sommes passés du principe de précaution à la tolérance zéro. Nous voilà entrés dans le fantasme et la poursuite illusoire de la mort zéro au mépris du simple droit de vivre. Une chose est certaine, la mort zéro n’existe pas ! A contrario, la mort clinique des démocraties est en ligne de mire… L’enfer étant naturellement pavé de bonnes intentions.

 

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Le modèle chinois a été d’enfermé la population de Wuhan pendant 1 mois dans leur appartement sous le contrôle du gardien d’immeuble et les habitants pouvaient sortir 1 heure par semaine, 1 membre de la famille pour faire les courses. Pas de haute technologie, juste de la brutalité carcérale, pour les malades et les autres.
    Pour quelle efficacité ? Les chiffres sont en effet suspects.
    On peut très bien tester, isoler, soigner sans basculer dans la dictature sanitaire. Une personne qui a 39° n’a pas envie des se balader dans le métro. Des mesures avec l’assentiment de la population sont bcp plus efficace que sans.
    Mais les dirigeants français n’aiment pas sa population. Et souvent ils en ont peur.

    • Même si les chiffres sont évidemment douteux, le fait est quand même là : ils ont isolé drastiquement Wuhan, et l’épidémie ne s’est pas propagée de manière forte dans les autres grandes villes.
      Dans les autres villes, lorsque des cas ont été détectés, des quartiers ont été mis en quarantaine, mais rien de plus.

      • Postuler l’irresponsabilité des États pour faire oublier la leur incurie?

        • Postuler que sans dictature d’Etat, les citoyens montreraient de toute façon une responsabilité exemplaire…

      • Je propose de passer la loi « Tout malade sera exécuté », et vous verrez le nombre de malades va chuter, il n’y en aura rapidement plus aucun. Après je pourrai dire que grâce à cette loi, la maladie a été stoppée.
        Pour faire plus soft, on peut remplacer « exécuté » par « 6 mois prison », « crédit social à 0 », « peine de prison avec bracelet » ou autre.

  • Bonjour,
    Si j’ai bien compris, les sénateurs connaissent bien la méthode utilisée par la dictature chinoise, pardon le gouvernement chinois, ils n’en connaissent pas les résultats puisqu’ils écrivent eux-mêmes que les chiffres communiqués par les Chinois ne sont pas crédibles, et cependant ils en concluent que cette méthode est bonne. Je reste sans voix devant un tel raisonnement (ou plutôt résonnement).
    Denis Zardet

  • Bientôt des camps pour mettre les « non-citoyens » en isolement ?
    Cela ne serait pas une première dans l’histoire

  • je pense qu on devrait faire subir ce qu ils proposent a nos senateurs.
    Combien de temps vont ils supporter un bracelet electronique, d etre tracé 24h/24 …

    Pour le reste, il faut quand meme signaler que cette epidemie n est dangereuse que pour les plus de 70 ans (age moyen des morts = 81 ans) et que les precedente epidemie dans les annees 50 et 60 n ont pas donné lieu a une telle hysterie …
    Ah oui, nos senateurs etant tres vieux , ils se sentent plus menacés que par une privation de liberté pour tous …

    PS: les stats en chine sont toutes trafiquees (pas uniquement celle du covid). C est inherant au systeme (si vous voulez prendre du galon, il faut montrer que vous depassez les objectifs du plan quinquenal).
    C est pas la premiere fois que les senateurs se pament devant le systeme chinois. a une certaine epoque, ils voulaient un systeme de censure comme en chine pour proteger les rentes des zayant-droits.
    Supprimer le senat me semblre une mesure necessaire !

    • « Supprimer le senat me semble une mesure necessaire ! »I
      Sauf qu’il arrive que les supposés vieux sages du sénat tempèrent les ardeurs bien-pensantes et folichonnes des députés et finalement ralentissent la dégradation du corpus législatif.
      Ils sont censés avoir un rôle d’amortisseur des soubresauts de l’opinion dominante, un salutaire filtre passe-bas finalement.

      • A l’époque d’internet, a-t-on encore besoin de représentants ?

        • Normalement, non, et je suis vivement intéressé par l’option démocratie directe. Mais quand on voit le bordel Dominion, et la censure du capitalisme de connivence dans le domaine Internet… Bah je sais pas.
          Je soupçonne qu’un mix référendum « en dur » et représentation engageant la responsabilité des représentants reste préférable.

      • A tout prendre autant supprimer l’Assemblée Nationale qui n’est plus qu’une chambre d’enregistrement peuplée de zombis à l’électro-encéphalogramme plat mais qui se croient encore en marche.

    • nos sénateurs n’ont qu’à se faire vacciner et nous ficher la paix !

  • Les gendarmes via gendnotes peuvent déjà savoir pour qui vous votez, si vous adhérez à un syndicat, quel dieu vous vénérez, vos préférences sexuelles.

  • J’aime bien cet argument classique : « les GAFAM le font, alors pourquoi pas l’État ? », qu’on peut mettre en parallèle avec : « je préfère que ce soit l’État qui sache tout de moi plutôt qu’une entreprise privée ».
    À ce bémol près que si l’entreprise privée abuse de ses capacités, elle a l’État au-dessus d’elle qui peut l’arrêter. Qui pourra arrêter l’État quand il abusera ?

    • et l’entreprise n’a pas pouvoir sur les procureurs pour ordonner des poursuites à partir des éléments qu’elle possède, à la différence de l’Etat !

    • Les Gafam n’ont pas René Bousquet à leur remorque.

  • La société chinoise n’est pas transposable dans une culture occidentale. Elle est admirable à de nombreux points de vue, mais l’OS est différent.
    Mais bon, de toute façon la culture occidentale est en train de crever… Cf notamment, le fait que l’on a pu laisser des gens crever seuls et les inhumer dans des sacs poubelles, sans que leurs familles ne crament les bâtiments publics…
    Ces sénateurs font leur boulot de fossoyeurs avec un zèle impressionnant.

  • Si ce rapport avait été proposé par le RN, il aurait très certainement « fuité » dans les médias… 😉

  • Le Sénat est composé de membres élus au suffrage indirect. Donc passible de tous les arrangements, principalement de chapelle ou bons retours d’ascenseur. Il est composé de personnels politiques de carrière qui trouvent là un poste rémunérateur en attente d’une meilleure fortune, un peu comme les députés européens. Et dans le pur imaginaire où ils auraient une velliété de contrecarrer les députés, une seconde lecture de l’AN les renvoie dans leurs buts. Intérêt du Sénat?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexandre Massaux.

Le 5 octobre 2021, un rapport d’information parlementaire a été publié sur le sujet des influences étatiques extra-européennes dans les universités françaises.

?Mission d’information sur l’influence étrangère dans les universités ??Les auteurs considèrent que le seuil de vigilance du monde académique français est trop élevé, inadapté aux nouvelles menaces et affaibli par un manque global de moyenshttps://t.co/wFlFsmWAUG via @Le_Figaro

— Etienne BLANC (@blanc_etienne) October 5, ... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle. Un article du Mises Institute.

La faillite de la société immobilière chinoise Evergrande est bien plus qu'un "Lehman chinois". Lehman Brothers était beaucoup plus diversifié qu'Evergrande et mieux capitalisé. En fait, le total des actifs de l'entreprise chinoise au bord de la faillite est supérieur à la totalité de la bulle des subprimes aux États-Unis.

Le problème d'Evergrande est qu'il ne s'agit pas d'une anecdote, mais d'un symptôme lié à un modèle fondé sur une croissance à effet de levier et cher... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Finn Andreen.

Progressivement et sans surprise, le bras de fer entre Hong Kong et la Chine populaire est en train de pencher en faveur de cette dernière. Le journal Le Figaro résume la situation ainsi :

La Chine est en train d'imprimer sa marque autoritaire sur Hong Kong, après les immenses et souvent violentes manifestations pro démocratie de 2019.

En effet, la récente condamnation de plusieurs jeunes Hongkongais pour, entre autres, « avoir contribué à la mémoire de Tiananmen », montre que les libertés politiques fon... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles