Abstention : la politique doit se moderniser pour séduire

Abstentions : deux facteurs s’amplifieront si rien n’est fait ; la médiatisation de la conflictualité politique et l’archaïsme des pratiques électorales
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Abstention : la politique doit se moderniser pour séduire

Cet article en est un d’opinion. Il ne représente que le point de vue de son auteur
Publié le 23 juin 2021
- A +

Par Patrick Aulnas.

Les élections régionales et départementales de 2021 constituent un évènement historique. Les deux-tiers des électeurs ne se sont pas déplacés. Par indifférence. Ils ont d’autres chats à fouetter. Voilà une leçon dont la classe politique devra tirer toutes les conséquences. C’est urgent.

L’abstention politique a des causes multiples et complexes brillamment analysées par les politologues. Deux facteurs majeurs sont à l’œuvre et s’amplifieront si rien n’est fait : la médiatisation de la conflictualité politique et l’archaïsme des pratiques électorales.

De mauvais comédiens plutôt vulgaires

Le politicien incarne le conflit politique dans toute société démocratique. Lorsqu’il accède au pouvoir, son rôle consiste à trouver le modus vivendi permettant l’apaisement et la poursuite de la vie en société. Si la fonction politique n’est plus à même d’exercer ce rôle, la démocratie disparaît et un pouvoir autoritaire impose sa loi. Il n’est alors plus question de compromis acceptable. C’est le règne de la force brutale.

Que s’est-il passé dans ce domaine depuis quelques décennies dans les démocraties occidentales ? Lorsqu’ils sont en phase de conquête du pouvoir (les campagnes électorales), les politiciens ne se comportent plus en personnes de bonne compagnie. Ils s’invectivent, s’insultent et parfois même, rarement il est vrai, en arrivent à s’agresser physiquement.

Les grands médias audiovisuels ont eu un rôle important dans cette dérive. Il faut donner du spectacle au peuple. « Du pain et des jeux », disait César. Nous y sommes encore, le pain étant les prestations publiques diverses, la politique-spectacle représentant les jeux. Mais ce n’est plus seulement le peuple d’une seule ville, Rome, qui est au spectacle. La population entière peut observer avec effarement le niveau calamiteux du débat politique.

Nos politiciens ne sont pas des imbéciles mais ils sont pris au piège de la médiatisation grand public. La massification du spectacle politique a eu exactement les mêmes effets que la massification de l’enseignement : une baisse du niveau moyen. L’ambition de s’adresser à tous aboutit à la médiocrité du discours et à la vulgarité réelle ou apparente des acteurs.

Comment ne pas regarder de haut ceux qui descendent si bas ? Comment ne pas se désintéresser du combat factice de la conquête du pouvoir qui aboutit immanquablement aux compromis de l’exercice du pouvoir.

En vérité, pour être respecté, il faut au moins paraître respectable. De Gaulle, Mitterrand conservaient toujours une certaine hauteur de vue. Ils ne descendaient pas dans l’arène avec les fauves. Ils étaient au-dessus de la mêlée. En feignant d’être proches de leurs électeurs par la magie médiatique, les politiciens du XXIe siècle ont perdu l’essentiel : le respect des gouvernés. Trop semblables par l’image et la parole, ils indiffèrent. Pourquoi se déplacer pour les élire ?

Abstentions : l’isoloir ou le smartphone ?

Et pourquoi se plier encore au cérémonial Troisième République de l’isoloir et de l’urne ? Un pas énorme a été franchi, il est vrai. Des urnes transparentes ont remplacé les urnes opaques de jadis. Chacun peut voir son bulletin tomber. Impressionnant ! Mais de moins en moins de monde assiste à ce merveilleux spectacle.

Le monde de la politique est encore celui du bulletin papier, de la petite enveloppe, de l’isoloir au rideau en tissu. Tout cela respire le passé et pour la jeunesse le monde des arrière-grands-parents. Habitués à la communication instantanée, champions du smartphone, les jeunes de 2021 donnent leur opinion en un clic. Leur infliger la punition du bureau de vote n’est pas d’une folle habileté. Quand commencera-t-on sérieusement à réfléchir au vote par internet ?

Les partis politiques se cabrent dès qu’il est question de se mettre au diapason du monde réel. Les militants semblent affectionner les réunions et les assemblées, les affiches et les tracts. Tout cela risque de disparaître dans le courant de ce siècle. Il ne faut pas se cramponner au passé quand l’univers de l’économie, de la banque et même des administrations publiques a déjà quitté ce que Marshall McLuhan nommait la galaxie Gutenberg.

Noblesse et modernité

Le processus démocratique indiffère parce qu’il oppose de mauvais acteurs acceptant un mauvais scénario. Et il faudrait participer au film comme figurant, selon un processus archaïque se déroulant dans des salles ancestrales ! Les chances sont faibles, évidemment.

Si le monde de la politique ne retrouve pas une certaine noblesse de comportement et ne se modernise pas de fond en comble, la démocratie n’a pas d’avenir.

Voir les commentaires (40)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (40)
  • D’accord sur le manque de noblesse !
    Par contre, votre proposition de modernité passant par un vote électronique ne me semble pas être la bonne solution.

    Le passage dans l’isoloir est tout d’abord la garantie que personne ne votera sous la contrainte (d’un conjoint, d’un parent, d’un groupe, d’une secte…).

    De plus, si un électeur ne veut pas consacrer disons l’équivalent d’une heure par an de son temps pour aller voter, je ne pense pas qu’il s’intéressera plus à la vie de son pays s’il a juste à pianoter sur son téléphone.

    Pire, certains, conquis par cette facilité à portée de pouce, pourraient voter comme ils balancent un tweet dans l’émotion ou parce qu’une photo leur a plu… Ne trouvez-vous pas édifiant que ce se soient justement les adeptes de la politique spectacle qui soient les plus demandeurs du vote électronique ?

    • Le passage par l’isoloir ne me paraît effectivement pas être une étape à supprimer. Il serait sans doute plus important de comptabiliser les votes blancs ce qui permettrait de montrer aux politiciens leur vraie représentation, leur inanité et (peut être) diminuer leur arrogance.
      Il y aurait aussi une motivation à aller voter même si aucun candidat ne représente notre philosophie de vie.

      • Entièrement d’accord sur l’illusion du vote électronique. En revanche, l’acharnement à maintenir un calendrier électoral qui fait que les élections ont lieu des jours fériés, de pont ou de vacances scolaires (les prochaines présidentielles auront lieu pendant les vacances de Pâques !) sont d’une stupidité sans nom.

  • Et si il n’y avait rien à faire, le politicien est de moins en moins influent, à quoi bon voter pour des fonctionnaires de la politique manipulés par des lobbys, éliminer les vrais mauvais ? Ils sont tous mauvais.. Comme la plus part des votants, ils me font penser aux joueurs du loto.. Tout le monde espère choisir les bons numeros.
    La votation suisse est bien meilleure, voter pour des idées concrètes, ça cela a de l’avenir.

  • « Elections régionales et départementales » et « abstention » : leur association est peut-être simplement le constat de l’inutilité de ces échelons de pouvoir dans la France actuelle

    • @Lucx
      Bonjour,
      Les Conseils Généraux et Départementaux ne servent qu’à mettre les mains dans le pot de confiture de l’argent public qu’il a fallu soutirer au préalable en en rendant légitime l’acte de racket avant tout.

  • jacques lemiere
    23 juin 2021 at 7 h 47 min

    curieux titre…le politique doit surtout refluer.. voter pour des gens qui aspirent à un rôle ressemblant à celui d’ un fonctionnaire…
    « j’applique les directives »…

    est ce que je dois vous citer les slogans surréalistes lus sur les affiches des candidats?
    avec vous pour vous, faire gagner je ne sais quoi…

  • le modus vivendi permettant l’apaisement et la poursuite de la vie en société.

    Dans un pays normal peut être mais pas dans un pays communistecomme la France où on encourage le pillage à outrance et la surveillance de la gamelle du voisin.

    La guerre civile permanente est le pilier de tous les socialismes.

  • Le monde politique n’est pas un un monde civilisé mais un panier de crabes où s’agitent des grands malades.

  • Quand on voit ce que certains candidats font pour un poste, faut pas s’étonner du dégoût des électeurs. Les derniers reniements de Pulvar au sujet de son pseudo-programme font gerber. S’allier à Autain qui défile avec Merluchon et les ulémas islamistes ma définitivement convaincu qu’elle racle tous azimuts. Quand de plus on sait qu’elle occupe une fonction fictive pour se ménager du temps pour sa campagne….Beurk….et rebeurk !!

    • Si faire une gâterie à un poney faisait gagner des voix, il y a aurait a coup sûr des candidats.

  • Jerémy Lapurée
    23 juin 2021 at 8 h 48 min

    Comme disait Coluche, si voter servait à quelque chose, il y a longtemps que ce serait interdit.
    Le jour où les politiciens tiendront leurs promesses ou ne feront pas l’inverse une fois élus, en clair quand ils commenceront enfin à respecter leurs électeurs, il est possible que ces derniers reprennent le chemin des bureaux de vote.

    • @Jérémy Lapurée
      Bonjour,
      Quand je vois sur des cartes d’électeur « Voter est un droit, c’est aussi un devoir citoyen », je me dis que voter est vouer à devenir une obligation.
      Le fait même de devoir être inscrit sur une liste d’inscrits pour être « bon à voter » me laisse perplexe. Les citoyens français ne devraient pas être sur une liste de citoyens validés : ce sont ceux qui n’ont plus le droit de vote qui devraient être sur un fichier national.
      Ce que disait Coluche est en fait mais différemment : le vote est truqué, les résultats de la dernière présidentielle et des législatives de 2017 montrent que des citoyens peuvent occupés une fonction sans avoir atteint 51% des votes de l’ensemble des citoyens de France. Ce sera encore démontré avec les régionales et les départementales. Dans mon département, aucun des députés « élus » n’a obtenu plus de 25% des voix des citoyens inscrits de sa circonscription.
      Donc au lieu de l’interdire purement, le vote a été détourné : il nous a été dérobé.

  • le vote electronique est une erreur. Comment allez vous prouver qu il n y a pas eut trucage (imaginez la position de Trump si celui ci etait possible aux USA)
    Le trucage peut avoir lieu dans les logiciels de comptage, dans le smartphone du votant (et quid des gens sans smartphone) voire en permettant a des gens de voter x fois (vous avez en asie des usines a click ou des milliers de smartphones tournent pour faire du click publicitaire. evidement personne ne consulte ces pubs)

    • Oui vous avez raison .Je vous en parle en connaissance de cause puisque je suis aussi citoyen vénézuélien ..et au Venezuela l’ on vote electroniquement !!!!!!!!!!! La magouille est COLOSSALE ( bidouillage des listes ,  » transferts  » bidouillés d’ une circonscription a l’ autre , etc …etc ..Il ya 10 mille manieres de gruger via manipulation des logiciels électoraux .Autre exemple les USA ou l’ on vote electroniquement dans certains Etats .Si vous regardez bien les résultats des dernières présidentielles américaines vous allez voir que la participation électorale a été globalement de 65 % or aux USA les taux de participation électorale sont traditionnellement de l’ ordre de 35 a 40 % ( un pays qui vote peu ).d’ où sort la différence entre 65 % et 40 % ? De bidouillages dans les swinging states ou l’ on vote electroniquement ou par correspondance .Je suis un fervent adepte du progrès technologique mais en matière électorale je reste troglodyte!!!!!

  • Cela fait deux ans que le politique est lié aux restrictions, contrôles et interdictions. Que les députés que nous avons choisi pour nous représenter ne peuvent plus nous représenter. Du coup, quel intérêt de voter si nos choix ne servent à rien ou sont balayés d’un simple 49-3?

  • Tout le monde à la télé à la radio attribue l’abstentionnisme à ce problème de comportement indigne, mais ce n’est qu’une cause secondaire, un épiphénomène, et tout le monde évite soigneusement de dire que l’abstention est fondamentalement une réaction critique, réprobatrice contre les politiciens, et contre leur action.

    Dire qu’on va arranger ça avec des app et des votes par correspondance est l’exemple éclatant de ce que ces politiciens sont complètement hors sujet, inutiles, et nuisibles à leur pays.
    Le problèmes, en clair, n’est pas ce que les politiciens devraient faire, le problème, c’est tout ce qu’ils devraient ARRETER de faire, et surtout tout ce qu’ils devraient DEFAIRE.

  • Laurent Lenormand
    23 juin 2021 at 9 h 37 min

    La cause profonde de l’abstention est claire: les gens ne croient plus les politiciens, n’ont aucune confiance en eux et n’ont plus envie de participer à leur cirque. On est en plein dans le « marronage » dont parle Christophe Guilly depuis longtemps.
    Les gadgets type « vote électronique » ne serviront, au mieux, qu’à ravaler la démocratie au rang de « consultation pouce levé ». Et au pire à servir de paravent à toutes les bidouilles (cf. la dernière élection US).
    La démocratie a été conçue pour fonctionner avec des citoyens impliqués. À Athènes, on pensait que participer aux affaires de la Cité supposait un degré élevé d’information et de réflexion. Si les gens ne sont pas capables de le fournir, ou pas intéressés, ou si on fait tout pour les écarter du processus décisionnel, il est vain de le maquiller. De fait, voilà longtemps que l’avis de l’électeur n’est plus pris en compte (cf. le rejet de la Constitution européenne): que les gens ne veulent plus participer à une telle mascarade est logique.

  • Les vieux qui parlent de modernisation, l’ironie de ce monde sera toujours aussi bouffonesque. La démocratie mourra, ainsi que tous les esprits qu’elle a atrophiés pour assoir sa légitimité.

  • La montée considérable de l’abstention, en peu d’années, traduit me semble t’il, le refus d’un nombre de plus en plus important de citoyens d’être complices d’un système dévoyé qui ne s’appelle plus la démocratie. Le pouvoir abandonné à une technocratie léniniste n’est pas la démocratie, des lois votées avec seulement 40 députés présents, ce n’est pas de la démocratie, c’est de l’imposture. Un président masqué (pas du fait du Covid) qui, au lieu de bosser, parcours la France avec ses ministres pour limiter une défaite annoncée ce n’est pas la démocratie, c’est de l’imposture. Tant que l’abstention n’était que marginale on pouvait l’ignorer. Ne pas la reconnaître pour ce qu’elle est c’est tout simplement continuer à se mettre la tête dans le sable. Notre système est en train de lentement et sûrement produire les poisons qui vont le tuer. Je crains que nous ne soyons pas très loin de la dose létale.

  • L’abstention traduit simplement le fait qu les français sont désabusés.

    Encore une fois, le gouvernement s’est planté : rendre la liberté au compte-goutte a un effet d’amortissement désastreux. Qui dit amortissement dit absence de rebond, « d’overshot » de rattrapage économique, de « compensation » … et de retour à la condition antérieure !

    Les français sont désabusés car ils comprennent instinctivement cela, contrairement aux politiques malgré leurs cohortes d’experts.

  • Pour moi, hein, j’oblige personne, voter c’est abdiquer ma souveraineté, et désolé à tous les démocrates libéraux, mais je n’y consens pas.

    • Réjouissons nous, les derniers slogans « citoyens » ne vous invite pas à voter ; mais à exprimer notre citoyenneté

  • Donc la question serait: la politique doit elle se moderniser ou simplement revenir à l’essentiel ?

    • Ce ne sont que des élections locales et surtout un mille-feuilles administratif (dont j’ai ras le bol, mais j’y suis allé).
      Question:
      Quand va-t-on supprimer les conseils généraux et quand aura-t-on des nouvelles têtes et donc limiter à deux mandatures maxi dans une vie de citoyen.
      Je ne me sens pas représenté par un type qui n’a jamais fait qu’user ses fonds de pantalons sur des bancs d’Assemblées quelconques ! (Sont-ils capables d’occuper un vrai emploi du privé ?)

      • J’habite en région Bourgogne Franche-Comté et j’ai lu les papiers propagandistes reçus, la qualification professionnelle des personnes listées sont des agents administratifs.
        Charles Gave dit: « que des coiffeurs élus ne peuvent faire que des lois de coiffeurs »

        • Donc nos élus font des lois de «Bras Cassés» ou de «Ronds de cuir»… mais en coupant les cheveux en quatre (dans le sens de la longueur sinon c’est trop simple) !

        • Cela reviendrait à dire que la politique doit rester aux mains de professionnels? Pourquoi un artisan qui a une conscience politique ne ferait pas un bon élu? Parce que la politique est devenue une gigantesque administration que seuls des administratifs peuvent gérer? désastreuse spirale!

  • Autre explication peu entendue :quand Macron met en place des conventions citoyennes avec 100 personnes soit disant tirées au sort, mais dont on comprend par bribes que ces participants sont noyautés d’ecolos sortis de quelque part choisis par on ne sait qui- d’ailleurs la liste nominative de ces gugus n’a jamais été publiée- on comprend que le pouvoir prend pour des cons le citoyen de base. Il n’a qu’à se demerder avec ses « 100 citoyens » pense t on. !!!! Cependant il attise une colère sourde qui ne demande qu’à exploser un jour… creuse ainsi la tombe de la représentation du peuple. Démocratie malade, concept éculé, offre politique archaïque…
    Même la présidente de la commission du débat public, ex sous ministre de l’environnement, foireuse et profiteuse jusque au bout, s’est défaussée de la tâche du pilotage de ces escroqueries que sont les conventions citoyennes et autres cahiers de doléances
    Si , internet doit pouvoir aider quelque part ! Reste à trouver comment, mais ce n’est pas l’expression du citoyen peu informé, vulnérable qui va nous faire avancer, c’est plutôt la vision, la clairvoyance et la compétence du politicien
    qui doivent nous permettre de choisir notre destin . Le plus difficile étant l’explication claire et compressible ses conséquences d’une décision politique… même et surtout trente ans après !!!! N’est ce pas M Mitterrand ? pas facile tout ça !!!
    La république des experts me direz vous alors?
    Internet pourrait peut être nous aider à trier les bons politiciens des mauvais ? Ceux qui sont capables d’ expliquer simplement mais pas faussement, capables de comprendre où ils vont, qui ont démontré leur engagement au bien commun et des résultats dans leur apport à la prospérité en étant autre chose que politicards professionnels à vie vivant sur le pognon des autres…..

    • Tharpon j’ai eu du plaisir à vous lire. Les papiers de propagande qui ne valent pas mieux que des prospectus de publicité vantant les merguez pour le BBC du week-end, que j’ai reçu ne disent rien des réalisations concrètes et chiffrées des sortants et rien non plus du côté des aspirants. Nous n’avons droit qu’à des mots « valises » avec du social partout c’est à dire du vide et pour tous. J’oserais dire qu’il n’ont pas encore trouvé la poignée de la valise

      • Merci Goufio2…. Nous sommes nombreux à penser cela…. Mais la parole est accordée par les médias à ceux qui crient le plus fort et confortent tout le système…. Allez faire émerger des nouveaux porteurs d’idées et d’actions avec ça !!!!!!! Il faut une sacrée dose d’efforts et de ressources financières personnelles pour espérer bouger le mammouth..et se lancer dans ce combat. On est contraint déjà à bosser beaucoup dans son propre job, pour survivre à toute la concurrence faussée par les hors sol et leur caste !!!! Alors de là à être le sauveur….!

    • Trier les politiciens suppose de trier d’abord les electeurs.

  • – des gouvernants qui ne sont jamais responsables de leurs erreurs

    – des députés absentéistes acharnés

    – une assemblée nationale que le gouvernement fait revoter jusqu’à obtenir le résultat souhaité

    – des « comités » de « citoyens » manipulés se substituant à la représentation nationale

    – la démission des autorités face à la violence des groupes de pression nihilistes (Assa Traoré, indigénistes, racailles diverses), et répression féroce contre les manifs vraiment populaires

    – justice absente – sauf intervention des médias – pour les gens « ordinaires » (squatteurs)

    – milieu politico-médiatique qu’indiffère le gros de la population

    – dérive totalitaire

    Qu’un peuple ignoré par ses gouvernant décide d’ignorer ses gouvernants, quoi d’étonnant ? Quel intérêt de choisir parmi 10 crétins celui qui profitera de nos impôts ?

  • Le magasin France propose depuis 50 ans les mêmes produits, certains maintenant périmés – sinon avariés . Il s’étonne d’avoir de moins en moins de clients . Doit-on vraiment blâmer ceux-ci ?

  • L’électronique comme solution à la confiscation des pouvoirs par des corporations, il fallait y penser.
    Avant, vous aviez le choix entre le socialisme et le socialisme avec un bulletin papier, après le choix sera le même, mais bien plus moderne et vous recevrez même votre feuille de racket fiscal d’impôt avec noblesse.

  • on a eu des référendums sur l’Europe ou les gens ont voté contre, on a aussi eu le pass sanitaire ou les gens ont voté contre..les politiques ne tiennent pas leurs promesses et en plus ne tiennent pas compte des référendums qu' »ils proposent..et ensuite on s’étonne du taux de plus en plus important de l’abstention, perso je trouve ça sain qu’autant de gens aient compris que les politiques sont des bons à rien et des parasites…pourquoi voter pour eux et leur système de vote pseudo démocratique.

  • L’abstention montre le désespoir des citoyens face au débat politique auquel ils ne peuvent prendre part
    Le vote d’un citoyen français c’est comme pisser dans un violon : ça ne sert à rien !
    Même en étant d’accord avec 20% des propositions d’un prétendant (à condition qu’elles soient mises en application) le reliquat de 80% d’inepties, de bêtises crasses, d’illogismes ou encore d’inversions de valeurs ou priorités montre à l’envie le fossé, que dis-je, le gouffre qui sépare les candidats des électeurs et pire encore des élus qui trahissent allègrement leurs promesses (électorales ?)

  • Les prochaines élections présidentielles auront lieu en plein pendant les vacances de pâques. On peux d ores et déjà dire que le taux d’abstention sera encore record.

    Sinon le vote par internet ne passera jamais car le vote pour le RN serait probablement encore plus élevé que maintenant. Il n’y a pas vraiment de secret dans un bureau de vote. Les bulletins sont toujours disposés bien à l’évidence de tous les yeux observateurs.

  • – Abstention aux dernières élections législatives : 57,36%. (https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives-2017/(path)/legislatives-2017/FE.html)
    – Abstention à la dernière élection présidentielle : 25,44%. (https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle-2017/(path)/presidentielle-2017/FE.html)
    – abstention aux régionales : 66,7% (au premier tour).
    – abstention aux régionales, second tour : 87% (aujourd’hui, à midi).

    Le problème n’est pas le mode de vote, l’urne, l’isoloir, le manque de « modernité » : le problème vient seulement des politiciens (de leur offre, de leurs priorités et des réponses aux maux de la France.)

    ‘Toute association politique a pour but la conservation des droits naturels et imprescriptible de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, la résistance à l’oppression. » Art.2 DDHC de 1789.
    Peut-être que plus ou moins inconsciemment, on se rend compte que cet article n’est pas appliqué.
    Peut-être aussi que les citoyens français se rendent compte qu’il n’y a plus de démocratie en France.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par François Facchini.

L’abstention est un phénomène complexe qui touche toutes les démocraties des pays développés et la démocratie française en particulier. Elle est devenue l’un des symboles de la crise que les démocraties traversent au XXIe siècle.

La sociologie électorale privilégie l’approche inductive et fait régulièrement le point sur l’évolution du profil des abstentionnistes. L’économie politique préfère l’approche déductive et l’hypothèse de rationalité.

Elle pose une question simple : est-ce qu’il est rationne... Poursuivre la lecture

Par François Lainée.

Les élections récentes ont vu monter un phénomène qui semble là pour durer : l’abstention est en hausse vertigineuse, les candidats décrochent, quelle que soit leur couleur, le peuple ne croit plus que voter soit utile.

Malgré cela la mécanique du pouvoir remplit sa fonction ; elle désigne des gens pour faire tourner les rouages dont il a besoin. Et cette attribution se fait en imprimant une étiquette de qualité contrôlée sur ces serviteurs du système : légitimité.

Mais c’est oublier que ces élus devr... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Frickert.

Boudées par plus de deux Français sur trois, les élections régionales et départementales ont illustré une nouvelle fois un profond malaise démocratique.

Depuis trois semaines, beaucoup se sont interrogés sur les solutions à ce malaise. Moins en ont questionné les causes.

Beaucoup ont évoqué dès le premier tour la complexité d’un double scrutin. Or, cela s’était déjà produit en 2001, sans que cela ne provoque l’indifférence actuelle. D’autres encore ont mis le doigt sur le poids des thématiques natio... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles