La nature de la monnaie selon Ludwig von Mises (1/3)

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La nature de la monnaie selon Ludwig von Mises (1/3)

Publié le 30 juin 2021
- A +

Par Jörg Guido Hülsmann.

En tant qu’authentique disciple de Carl Menger, Ludwig von Mises débuta la présentation de sa théorie monétaire par une analyse de la nature de la monnaie. Il poursuivit par la question du pouvoir d’achat d’une monnaie et de l’effet sur le système monétaire des instruments fiduciaires, c’est-à-dire les moyens de paiement non adossés à un actif réel, ce qu’il appelait Umlaufsmittel.

Mises s’est beaucoup appuyé sur le travail de Carl Menger pour traiter du sujet de la nature de la monnaie. Carl Menger, le père fondateur de l’École autrichienne d’économie, expliquait que la monnaie ne peut être définie en fonction simplement des caractéristiques physiques des métaux ou autres marchandises utilisées en tant qu’instrument d’échange.

D’après lui, pour qu’une marchandise puisse être utilisée comme une monnaie, elle doit être

  1. une matière première
  2. utilisée comme moyen d’échange intermédiaire
  3. principalement achetée et vendue dans le but précis de pouvoir réaliser de tels échanges.

Menger a également mis en avant le fait que la monnaie émerge spontanément dans un marché libre pour apporter une solution au fait que les besoins des agents économiques coïncident rarement de façon simultanée. Un moyen d’échange intermédiaire est par exemple nécessaire lorsqu’un artisan fabricant de chaises a besoin d’acheter des œufs, mais que le fermier ne souhaite pas avoir de chaises supplémentaires, ou lorsqu’un peintre désire acheter une bière auprès d’un brasseur, mais que ce dernier n’apprécie pas son art. Ils ont donc intérêt à vendre dans un premier temps leur production en échange de matières premières, telles que le sel, le blé, ou des pièces d’argent, afin d’utiliser ultérieurement ces « instruments d’échange » pour acheter des œufs ou de la bière.

Ceci implique que l’existence d’un système monétaire est possible sans intervention du gouvernement et sans l’existence au préalable d’un contrat social.

Une hiérarchie des fonctions de la monnaie

Mises a enrichi cette analyse de quatre façons.

Premièrement, il s’est opposé à l’idée que les fonctions principales de la monnaie (à savoir : moyen d’échange, réserve de valeur et unité de compte) étaient d’égale importance. Mises défendait l’idée qu’une matière première ne peut servir d’unité de compte qu’à la condition qu’elle puisse être utilisée comme moyen d’échange.

De la même façon, une matière première ne peut jouer le rôle de réserve de valeur qu’à la condition de pouvoir être facilement échangée contre quelque chose d’autre. Par conséquent, il existe une hiérarchie des fonctions qui caractérisent une monnaie : il est primordial qu’elle puisse servir en tant qu’instrument d’échange, car c’est une condition nécessaire à toutes les autres fonctions.

Deuxièmement, Mises a développé une typologie détaillée des « objets monétaires », c’est-à-dire, dans le jargon mengerien, l’ensemble des choses qui sont habituellement acceptées comme moyen de paiement. Il a fait la distinction fondamentale qui existe entre les différents types de « monnaie au sens strict » et les « substituts à la monnaie ».

La monnaie au sens le plus strict possède une valeur intrinsèque. Les substituts monétaires en revanche correspondent à des certificats adossés à une monnaie au sens strict. Ces certificats étaient généralement émis par les banques. Ils restaient ainsi échangeables au guichet de la banque émettrice contre la monnaie réelle à laquelle ils étaient adossés.

Mises a utilisé certaines des idées de Böhm-Bawerk, un économiste pionnier dans l’étude économique des structures juridiques, afin d’établir cette distinction fondamentale entre la monnaie et les différentes formes de titres adossés à cette monnaie. Il souligna que « les certificats représentent un droit de disposer d’un bien sous-jacent, ils doivent être différenciés du bien en lui-même, ceci est fondamental pour comprendre leur nature et leur importance dans l’économie ».

Cette distinction est d’une très grande importance à la fois pour pouvoir analyser correctement le rôle du système bancaire dans le fonctionnement du système monétaire et pour intégrer la théorie monétaire de Mises dans le cadre d’analyse des prix et de la valeur de Menger.

Mises a observé que les substituts monétaires peuvent être soit entièrement couverts par une quantité égale de monnaie en réserve (ce qu’il qualifiait de “certificats monétaires”), ou seulement partiellement couverts (ce qu’il qualifiait d’instruments fiduciaires, Umlaufsmittel). Mises a consacré la totalité du dernier tiers de son livre à l’analyse des conséquences économiques de l’utilisation de ces Umlaufsmittel.

Nous couvrirons ce point très prochainement.

Cet article a été publié une première fois en 2019.

__________

Pour plus d’informations, c’est ici

 

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Clair !

  • boudiou ! le troc c’est moins compliqué…..

  • « D’après lui, pour qu’une marchandise puisse être utilisée comme une monnaie, elle doit être

    1 une matière première
    2 utilisée comme moyen d’échange intermédiaire
    3 principalement achetée et vendue dans le but précis de pouvoir réaliser de tels échanges. »
    Donc les capsules de Nuka-Cola utilisées comme monnaie dans les jeux Fallout ne seraient donc pas pertinentes, puisqu’elles ne remplissent que les deux derniers points ? Il est dit dans les jeux qu’il y a énormément de capsules en circulation du fait de la masse de bouteilles produites (dans le passé), mais ce « stock » est toutefois fini même si inconnu.
    Par contre, dans la série TV « Z Nation », les munitions servent de monnaie : elles remplissent les trois points et seraient donc plus pertinentes ? Les munitions n’ayant pas toutes le même calibre, elles ne se valent pas entre elles.

  • L’argument de matière première n’est pas forcement pertinent, car dans les camps de prisonniers on utilisait des cigarettes.
    Et quid du bitcoin ?

    • Les Polynésiens ont longtemps payé leurs marchandises avec des coquillages.

    • Oui Menger devait considérer que la matière première conserve sa valeur alors qu’un produit dont la valeur provient de sa transformation a une valeur plus aléatoire au grès des progrès industriels.
      Cas particulier: l’aluminium métal: sa valeur était principalement liée aux process industriel permettant de le transformer en métal pur. La technique a évolué, le prix aussi…

      Mais c’est très discutable…

      Concernant le Bitcoin, ces gens ne l’ont pas connu mais leur avis aurait été intéressant!

    • C’est un cadre contraint donc ce n’est pas le même contexte.
      En revanche, plus que matière première (qui peut potentiellement être créée par l’homme), je verrais plus des atomes, ceux là sont inimitables.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jasmin Guénette. Un article de l'Institut économique de Montréal

Nous célébrons aujourd'hui les 140 ans de Ludwig von Mises, l'un des leaders intellectuels de l'école autrichienne. L'influence de Mises sur la promotion des idées libérales classiques au cours du XXe siècle est impressionnante.

Né dans une famille aisée dans une province de l'empire austro-hongrois qui fait maintenant partie de l'Ukraine, Mises a démontré son intelligence très jeune : il maîtrisait le français, l'allemand et le polonais et lisait le latin dès ... Poursuivre la lecture

Intervention d’ouverture de la 4ème édition de l’Université d’automne en école autrichienne, 2014, dont les éditions de l’Institut Coppet ont publié les conférences en format papier.

Par Damien Theillier. Un article de l'Institut Coppet

[caption id="attachment_78422" align="alignleft" width="160"] Frédéric Bastiat (image libre de droits)[/caption]

Je ne vais pas vous parler tellement d’École autrichienne ce soir. Je préfère laisser cela à des spécialistes, demain. Mais je vais vous parler un peu de l’École française, l’É... Poursuivre la lecture

Par John Staddon. Un article du Mises Institute

Le Cato Policy Report de juillet/août 2021 a accueilli un débat amical entre Cass Sunstein et Mario Rizzo. Sunstein est professeur de droit à Harvard, ancien membre de l'administration Obama, et co-auteur de Nudge et d'autres livres prônant l'application de l'économie comportementale aux politiques publiques. Rizzo est économiste à l'université de New York. Sunstein soutient que la modification de "l'architecture de choix" offerte aux consommateurs afin de les "pousser" vers le bon choix ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles