Climat contre virus : la bataille des catastrophistes

Les catastrophistes du virus et les catastrophistes du climat bataillent ferme pour le même temps disponible de cerveau de contribuable.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climat contre virus : la bataille des catastrophistes

Publié le 30 juin 2021
- A +

par h16

Voilà, c’est l’été et les beaux jours reviennent (un peu) : quelques (timides et intermittents) rayons de soleil viennent réchauffer (modestement) l’Hexagone. Saisonnalité oblige, les admissions en réanimation baissent, le nombre de morts de maladies respiratoires s’effondre à nouveau comme chaque année à pareille époque. La hausse du taux de vitamine D dans le sang et les vaccinations font fléchir les courbes scrutées fébrilement par les autorités. Quelques sourires apparaissent…

Avec le courage qu’une prochaine élection procure indubitablement, les confinements sont levés, les couvre-feux supprimés et les activités auparavant formellement proscrites (se balader sans raison, aller au restaurant, rencontrer des amis) redeviennent possibles. Youpi, la fête peut reprendre.

Et là, c’est le drame !

Parvenant à se procurer (on ne sait comment) un rapport climatique du GIEC, l’Agence Fausse Presse française découvre les prédictions véritablement apocalyptiques que nous ont concoctées les gourous du climat : pénuries d’eau pour des centaines de millions de malheureux, 80 millions de victimes de famines, 420 millions de martyrs de canicules, une hausse du niveau des océans de 13 mètres (oui, mètres, pas centimètres), réduction des rendements agricoles de 10 %, bref l’humanité va au devant d’une hécatombe si la température du globe devait gagner 1° et quelques ppm de CO2 (et tant pis pour le mésozoïque luxuriant avec ses 15° et 1000 ppm de plus en moyenne, oubliez, ça n’existe plus).

Ces chiffres font peur et sont même qualifiés de fous par différents organes médiatiques qui en viennent même à se demander si le GIEC ne pousserait pas le bouchon un peu loin au point de devenir lui-même collapsologue.

Il faut dire que, depuis le Club de Rome et autres Jour de la Terre des années 1970, les prévisionnistes de malheur se sont copieusement plantés ; même pour les feuilles de chou jamais en retard d’une annonce catastrophique tonitruante, une prudence minimale s’impose donc…

De façon intéressante, et alors que ces historiettes climatiques burlesques commencent à peine à occuper les folliculaires, de nouveaux rebondissements apparaissent dans l’histoire des virus mutants venus d’ailleurs : on croyait la belle saison arrivée et en être enfin débarrassés de ce vilain virus ? Que nenni, Libération et d’autres brûlots journaleux entreprennent de nous rappeler la terrible (forcément terrible) réalité ! Le variant guette, tapi au coin d’une réunion de famille, d’un concert ou d’un resto et rapidement, de nouveaux morts refont la Une.

Vous l’avez compris : on observe comme un mouvement de va-et-vient entre ces deux types de phénomènes médiatiques.

Pour ainsi dire, dès que les tensions sur le système de santé diminuent et que les médias ne peuvent plus consacrer l’intégralité ou presque de leur temps d’antenne aux sujets sanitaires, l’attention du public est immédiatement reportée sur d’autres sujets aptes à créer de l’anxiété. Tout se déroule comme s’il fallait absolument conserver un taux élevé de cortisol dans le sang des individus : pour les téléspectateurs, on les abreuvera alternativement de catastrophes mondiales, de documentaires lacrymogènes sur les océans de plastiques, les pollutions industrielles, ou de reportages sur les mourants en réanimation. Pour les citoyens, on les matraquera de perspectives politiques, économiques et sociales affolantes, depuis le chômage jusqu’à la pauvreté en passant par l’immigration, des retraites de misère ou tout sujet qui pourra déclencher un stress confortablement élevé pour générer à la fois de l’attention et des réflexes électoraux favorables aux candidats du moment.

Bref, selon la cible, les politiciens et les médias s’emploient à toujours entretenir la peur.

Ce qui est nouveau ici est que crise sanitaire et crise climatique se situent sur le même temps de cerveau, utilisent les mêmes canaux et les mêmes mécanismes (on projette à quelques semaines ou quelques années un nombre de morts putatif que virus ou réchauffement vont entraîner, et plus le chiffre est gros, mieux il passe), tout en se basant dans les deux cas sur des panels d’experts qui ont depuis amplement démontré leur politisation extrême, et des modèles mathématiques si finement affûtés que, formellement, nous sommes tous déjà morts et la réalité qui indique que certains d’entre nous ont, malgré tout, survécu, est une erreur qui ne manquera pas d’être corrigée prochainement.

Et dans ces deux cas, le message salvateur et la lueur d’espoir reposent exclusivement sur la collectivité et l’action de l’État : sans ce dernier, pas d’issue possible, lui qui organise si bien d’un côté la distribution de vaccins, de l’autre tabasse de taxes et d’interdictions les cibles désignées de la vindicte anti-dioxyde, avec les résultats flamboyants qu’on observe.

Eh oui : sans le groupe, sans les courageuses administrations à la pointe du Cerfa efficace, point de salut ! Dans les deux cas, les actions collectives et collectivistes entraînent à la fois une diminution claire des libertés de tous et de chacun, et une augmentation dantesque des ponctions, taxes, impôts et même des dettes. Mais comme c’est pour nous sauver de l’apocalypse, ça ira, n’est-ce pas.

Dans les deux cas, il faut faire vite car, malheureusement, la crédibilité des tenants de cet alarmisme et des solutions proposées s’érode chaque jour qui passe, à chaque prédiction foirée : l’hécatombe prophétisée par le chef de l’État lui-même n’a pas eu lieu (même pas de loin), ceux qui prédisaient l’apocalypse en Suède en sont pour leur frais, les températures de 2020 sont un demi-degré en dessous des prévisions réalisées en 2000, les réfugiés climatiques ne se comptent ni par millions, ni par milliers (et les contorsions des réchauffistes n’y changent rien).

Pire encore pour nos vendeurs de fin du monde : les confinements drastiques de 2020 et leur réédition de 2021 n’ont absolument rien changé aux zabominables courbes de températures observées en différents points du globe, exactement comme si ce que disent les climato-réalistes se trouvait prouvé, à savoir que l’activité humaine n’influe quasiment pas ni sur les températures, ni sur le taux de CO2.

En somme, il faut se rendre à l’évidence : alors que la confiance dans les deux excitations médiatiques et leurs experts de plateaux s’étiole petit à petit, virus et climat se retrouvent sur le même terrain médiatico-politique.

Il y a donc conflit de plus en plus évident pour influer sur le stress des individus et obtenir le temps d’antenne et l’attention des spectateurs contribuables citoyens…

Or, si le climat semble partir gagnant puisqu’on nous bassine à ce sujet depuis plusieurs décennies, force est de constater que les explosions de dette, les gesticulations musclées des États n’ont jamais été aussi fortes que pour la crise sanitaire.

Les catastrophistes du climat semblent avoir compris quelque chose que les catastrophistes du virus ont mis en application avec succès en 2020 : pour ouvrir à fond les sprinklers d’argent public, pour que les cataractes de pognon gratuit se déversent dans les associations lucratives sans but, vers les institutions et organismes non gouvernables, vers les popoches des popoliticiens, il faut plus qu’une peur millénariste : il faut créer une véritable panique !

Dès lors, il n’est pas étonnant de voir la débauche caricaturale du GIEC en matière de climat, surenchère telle que, fuitée (pour tester la réponse du public ?), elle en devient manifestement embarrassante pour ce groupe de politiciens du climat qui aurait voulu polir et affiner son message d’ici au prochain grand raout climato-alarmiste de la COP26 en novembre prochain. Il faut dire que le report de cette dernière (qui devait avoir lieu en 2020) était en effet resté en travers de la gorge d’un maximum d’activistes qui avaient alors compris que ce vilain virus pourrait nettement amoindrir les effets de leurs contorsions médiatiques.

Pas de doute : le miel attire les mouches et le « quoi qu’il en coûte » n’est pas tombé dans l’oreille sourde de climato-excités. Attendez-vous en conséquence à une surenchère invraisemblable de délires environnementaux…

—-
Sur le web

Voir les commentaires (75)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (75)
  • « we’re all gonna die » (on va tous mourir).

    En cet instant delta, les victimes du confinement doivent se demander si elles vont vivre.

    Et puis de toutes façons, mieux vaut rester chez soi : le monde extérieur est devenu tellement dangereux en France, entre la chaleur la sécheresse, le Covid, la grippe, les tiques, les frelons asiatique (ou pardon gamma – pas de racisme svp), les inondations, les chutes de satellites chinois (pardon epsilon … svp) et la pire menace de toutes « le sentiment d’insécurité ».

  • Les canadiens ont battu un record de chaleur datant de 1937, c’est bien la preuve que nous allons touuuuus mourir de chaud de soif et de virus mutants.. Et de quelques vilaines actions. de notre gvt, cette dernière info est certaine, pour les autres voir nostradamus, y a surment une date dans ses ecrits annonçant l’envahissement de l’Europe par un nuages de sauterelles ou une pluie de pastèques geantes.

    • normalement il y aurait une approche statistique pour prouver si les records sont anormaux, en cas de climat stable leur fréquence doit décroitre avec le temps.. si bien sur l’appareillage de mesure ne change pas….

      pour avoir un record…il suffit d’ajouter un thermomètre après tout. la première mesure constitue son record..

      donner une info de ce genre sans perspective..mais dans le cadre d’un narratif, risque d’aboutir au fait qu’un jour les « scientifiques » qui poussent à ce narratif se feront déborder..à force de coup de canifs dans l’honneteté, celle ci finit pas mourir tout à fait..

  • J’ai participé la semaine dernière à une « fresque du climat », sorte de jeu de rôle proposé par le GIEC pour comprendre les enjeux du réchauffement climatique. Et ça valait son pesant de cacahuètes ! Entre approximations, causalités douteuses, mensonges par omissions, tout y était.. Par exemple il fallait utiliser une carte « déforestation », sans préciser que les forêts sont en nette progressions sur la planète. Ou encore la carte « augmentation des catastrophes naturelles », sans expliquer ni le pourquoi du comment, et quand je fais remarquer que ça n’est pas ce que j’ai lu dans la littérature scientifique (i.e pas de preuves d’une augmentation de ces phénomènes), on me retorque que je n’ai pas lu la bonne littérature, et qu’un relecteur du GIEC a dit le contraire (évidement, pour la référence on me la donnera plus tard, et j’attends toujours).. Et ils finissent pas préciser que ce petit jeu a été joué par tout les dirigeants de l’OCDE, Macron et Merkel en tête !

  • J avoue que j ai quand meme du mal avec ce type d article. C est un peu comme quand vous lisez un article qui vous explique que la terre est plate et que les scientifiques qui soutiennent le contraire sont des imbeciles

    Il y a un consensus scientifique pour dire que la terre globalement se rechauffe et il faut etre d une formidable mauvaise foi pour dire que l homme n y soit pour rien

    • Vous savez, prendre -1 à -12 ici ne sera pas votre contribution à rafraîchir l’ atmosphère!

      • Vu le niveau, je doute qu’il soit en mesure de comprendre votre commentaire ou même à en détecter l’humour.

        • Allez, je rajoute un -1 pour le nudge, l’humour et tenter de battre le record.

          • Je participe, je n’aime pas les consensus.

            • C’est cela que cd n’a pas compris. Ou alors sa lecture est quelque peu déficiente… Je n’ai pas vu d’articles sur Contrepoints qui niaient le changement climatique. Par contre des articles qui contestent l’amplitude du changement en question, ses causes, ses conséquences et le fait qu’il vaudrait mieux s’adapter plutôt que de retourner à l’âge des soviets, il ne faut pas chercher longtemps pour en trouver.

              Alors quand on n’a pas les compétences pour contredire les affirmations de Contrepoints (avec lesquelles je suis généralement d’accord !), on monte un homme de paille.

              • la France ne représente que 0,01% de ces 4%

              • @VIK- Vous pouvez ajouter à votre commentaire que d’après les carottages de Vostok les analyses révèlent que les émissions de CO2 sur 400.000 ans sont postérieures d’environ 800 ans.

            • Si la terre se réchauffe que grand bien lui fasse, j’habite le sud ouest et je ne vais pas tarder à emigrer dans le sud est, le gulf stream ne rempli plus sa fonction. C’est à dire que la chaleur ne va plus vers le pôle ce qui veut dire que nous entamons une glaciation de l’hémisphère nord… Mais la terre se réchauffe malgré le cycle solaire en stand by, pourquoi pas je ne suis pas scientifique mais je n’attendrais pas un consensus pour démarrer mon exode.

          • J’y vais de mon -1.
            Ce record là « sans précédent », vous savez à combien il est ?

      • @Stéphane
        Bonjour,
        -67 à 16h36.

    • La Terre, globalement, se réchauffe. Soit.
      Le climat terrestre évolue. Bien sûr, il l’a fait depuis environ 3 milliards d’années (je ne suis pas sûr qu’on puisse parler de « climat » sur la boule de feu du premier milliard d’années), la Terre est passée d’un mode « boule de neige » avec banquise d’1 km d’épaisseur à l’équateur à un mode « tropique » avec plus de banquise du tout, la seule constante étant que les températures sont restées suffisamment basses pour éviter une évaporation de toute l’eau, ce qui tombe plutôt bien pour nous.

      Soit dit en passant, la composition de l’atmosphère n’a jamais rien eu de figé non plus, il me semble que la concentration en CO2 était largement supérieure à sa valeur actuelle au Carbonifère, et j’avais lu quelque part que pour que des animaux de la taille de Pentecopterus ou Meganeura puissent survivre il fallait aussi une atmosphère beaucoup plus riche en oxygène qu’aujourd’hui.

      D’où quelques petites questions : dans la mesure où on sait que la Terre sort actuellement d’un petit âge glaciaire (on traversait la Seine à cheval pendant l’hiver 1706), qu’est-ce qui permet d’imputer cette sortie à l’humanité ?
      Et d’autre part, si effectivement l’action de l’Homme est à l’origine de ce changement, quelle est l’urgence ? Essayer de courir comme un poulet sans tête en agissant sur tout et n’importe quoi en se disant que ça va améliorer les choses, ou faire comme on l’a toujours fait quand on n’avait pas de gouvernement central « éclairé » sur ces sujets : chercher les meilleurs moyens de s’adapter et, pourquoi pas, de profiter du changement ?
      À noter que la dernière question est valide aussi dans l’hypothèse où ce changement n’est pas d’origine humaine : on constate qu’il est là, on peut essayer de l’arrêter comme on essaierait d’arrêter un fleuve avec une petite cuiller (ça ne marche pas très bien), ou d’essayer de comprendre où va le courant pour ne pas s’y noyer.

      • Des astronomes prévoient que le « réchauffement » va se stagner et diminuer à partir de 2050 environ.
        En effet, le Soleil venant de terminer son cycle le plus fort, devrait voir diminuer la force en terme de chaleur de ses prochains cycles.

        • Ce n’est pas le rayonnement du soleil qui est en cause, il varie très peu, mais son activité magnétique qui fait plus ou moins obstacle aux rayons cosmiques* (on le sait depuis longtemps) avec des conséquences importantes sur la formation nuageuse (on le sait depuis peu) donc une influence sur l’albedo (réflectivité de la terre au rayonnement solaire) et en conséquence sur la température moyenne. Et il semble bien que les tendances de cette activité magnétique lissées sur quelques décennies soient bien corrélées aux températures (de l’optimum médiéval au petit âge glaciaire).
          Et en effet une théorie astronomique plausible mais à confirmer prévoit une importante diminution prochaine et durable de l’activité magnétique solaire comme pendant le minimum de Maunder (petit âge glaciaire).
          *L’activité ancienne du rayonnement cosmique peut être reconstituée par les dosages de l’isotope Beryllium 10.

          • il y a aussi les variations de l’orbite terrestre autour du soleil, les variations d’inclinaison de l’axe des pôles…

            • C’est connu depuis longtemps (précession, cycle de Milankovitch) et il y a aussi le cycle magnétique de 11 ans en moyenne (lié aux orbites de Jupiter et Saturne). Les oscillations plus lentes et désordonnées corrélées aux variations climatiques ne sont pas parfaitement comprises; ce qui est sûr est que les meneurs du GIEC ne veulent surtout pas en entendre parler parce qu’elles ridiculiseraient l’hypothèse anthropique.

          • Pardon, oui en effet c’est l’activité magnétique, j’ai confondu avec le rayonnement. Merci de cette correction et de ces précisions ! 🙂

    • « terre globalement se rechauffe et il faut etre d une formidable mauvaise foi pour dire que l homme n y soit pour rien »

      J’aurais dit : « n’y est pour rien ».

      Tant qu’à dire qu’une catastrophe est forcément l’oeuvre maléfique de l’homme, pourquoi ajouter un subjonctif qui semble introduire un doute ?

    • Qu’il y est consensus ou pas on s’en fout, la seule question qui vaille est : est-ce qu’un réchauffement de quelques degrés est grave ? Et si, après tout, c’était une bonne chose ? Parce que le point souligné par H16 c’est que ce sont les prévisions catastrophistes qui sont sans fondements..

    • Forcément puisqu’il a inventé le voyage dans l’espace temps 😉
      C’et donc l’homme du futur qui pollue dans le passé, en conséquence, l’homme actuel est responsable. CQFD 😉
      Conséquence : pour que l’homme du futur ne pollue pas, il faut que l’homme actuel disparaisse. Logique, non ?

    • @cd c’est curieux j’ai exactement la même sensation quand je vous lis .

    • Le consensus scientifique est un barbarisme intellectuel : la science n’est pas affaire de consensus mais de preuves expérimentales.

    • La question n’est pas de savoir si la Terre se réchauffe, globalement nous avons bien pris un degré environ depuis l’ère pré-industrielle, la question est plutôt de savoir quelles sont les projections dans les prochaines décennies et quelles sont les causes de ce réchauffement. Le fait que le CO2 y soit pour quelque chose est scientifiquement bien loin d’être établi, sans parler de l’impact des activités humaines. Les politiques et les médias ont pour leur part déjà tranché, et pour combler les lacunes théoriques, jouent sur l’émotion et la culpabilisation en permanence. Pour ma part c’est du même tonneau que les extrémistes de la théorie critique de la race au états unis, ou ceux des théories du genre : une bande de fous qui déballent agressivement des idées hors sol faisant fi de la connaissance et de la réalité

    • Personne ici ne remet en cause le réchauffement climatique hein… Mais plutôt la tendance des écolos à affirmer sans preuve qu’il provient de l’Humain.e et surtout, du capitalisme…
      J’ai quand même entendu hier à la radio un entrepreneur (je ne me souviens plus son nom) qui affirmait que le capitalisme n’a absolument pas aidé l’innovation et que seul l’intervention de l’état pouvait le permettre…

    • La question n’est savoir si ça se réchauffe mais si c’est un drame planétaire:

      Les victimes des crises climatiques n’ont pas augmenté, au contraire elles ont massivement diminué : de près de 500’000 morts par an dans les années 1920 à environ 25’000 par an cette dernière décennie, source : OFDA/CRED International Disaster database, http://WWW.emdat.be
      La planète ne se désertifie pas au contraire elle verdit : Croissance de la surface foliaire planétaire entre 1980 et 2012 équivalente deux fois la superficie du Sahara (18 millions de km2), lire par exemple:
      Zaichun Zhu & al. 2016: Greening of the Earth and its drivers. Nature Climate Change 25 April 2016
      V. Haverd & al, 2020 : Higher than expected CO2 fertilization inferred from leaf to global observations. Global Change Biology https://doi.org/10.1111/gcb.14950
      Pour la désertification lire par exemple pour la région du Sahel :
      L. Olson, L. Eklundh, J. Ardo 2005: A recent greening of the Sahel — trends, patterns, and potential causes. Journ. Arid Environments 63, pp 556-566.
      Lire aussi : Buwen Dong & Rowan Sutton, 2015: Dominant role of greenhouse-gas forcing in the recovery of Sahel rainfall. Nature Climate Change 5, 757–760
      Pour ce qui est de la déforestation : Croissance de la superficie des forêts à l’échelle planétaire de 49 millions de km2 à 55 millions de km2 entre 1985 et 2015 ; très légère diminution des surfaces désertiques, lire :
      Han Liu & al, 2020 : Annual dynamics of global land cover and its long-term changes from 1982 to 2015 https://doi.org/10.5194/essd-12-1217-2020
      Pour les ouragans : entre 1970 à l’échelle planétaire, il y a une diminution de leur nombre annuel. L’énergie cumulée des ouragans à l’échelle mondiale est restée très bruitée mais stable, s’i l’on veut des infos à plus long terme on n’a que les données de l’Atlantique avec des pics de maxima pour l’énergie cumulée des ouragans en 1860, 1930, 1950 équivalents à ceux que l’on a eu en 2005.
      Voir les publications du Dr Ryan N. Maue : https://scholar.google.com/citations?user=oEtsU4cAAAAJ&hl=en
      Pour les canicules, (chaque pays a sa « version » de ce qu’est une canicule) on peut prendre la version américaine : depuis 1895, à part le pic du milieu des années 30 (la fameuse « dust bowl ») c’est le calme plat avec plein de bruit voir : Témoignage du Prof. J.R. Christy devant le Sénat américain: 2 Feb 2016: House Committee on Science, Space and Technology
      Pour les sécheresses : (là aussi, chaque pays a sa « version » de ce qu’est une sécheresse : une sécheresse au milieu du Sahara n’est pas la même qu’en Grande Bretagne) les données de la NOAA n’indiquent rien de spécial: https://www.ncdc.noaa.gov/temp-and-precip/uspa/wet-dry/0

      Je pourrais continuer comme cela sur de nombreuses pages

      • poursuivez un petit peu avec des sources comme vous le faites… j’archive et ça me fait des tas de faits à opposer quand je dois me taper des collègues à fond dans le délire climato-hystérique… Antarctique, Australie, Sibérie …please

        • Voici d’autres sources:
          Sur la faim dans le monde à cause du réchauffement climatique : données de la FAO entre 1974 et 2014 :
          http://www.fao.org/faostat/en/#data/QC.
          Céréales : Croissance de 112% (soit nettement plus que celle de la population mondiale : +77%)
          Fruits : Croissance de 250%
          Légumes : Croissance de 400%
          Oléagineux : 550%
          Données plus récentes :
          De 2010 à 2020 la production de céréales a cru de 18% pour une croissance de population de 10%

          Sur le déluge et la montée des eaux :
          Lire une suite de documents très bien documentés et bien sourcés de la climatologue Judith Curry sur son site : https://judithcurry.com/?s=sea+level+rise+acceleration
          Le niveau de la mer monte depuis 1850, il n’y avait pas beaucoup de 4×4 à cette période. Les marchands de peur ont prétendu que cela était dû aux poussières de charbon émises par l’homme à cette époque.
          Cela n’est pas le cas, lire : M. Sigl & al, 2018: 19th century glacier retreat in the Alps preceded the emergence of industrial black carbon deposition on high-alpine glaciers: lire https://www.the-cryosphere.net/12/3311/2018/
          A l’échelle planétaire, l’élévation de la mer a oscillé entre 1 et 3 mm par an selon la décennie le siècle dernier. Judith Curry l’estime actuellement à 2.2 mm par an. (extrapolons : 22 cm par siècle…)
          Il varie fortement selon les lieux pour des causes partiellement naturelles (tectonique, compaction des sédiments deltaïques per ex.) ou humaines ( surexploitation des nappes phréatiques.)

          Les îles du océaniques vont disparaître ! A ma connaissance un seul article d’analyse systématique: L’étude de Virginie Duvat (2018) du CNRS (Institut du Littoral et de l’Environnement de l’Université de la Rochelle, France) a démontré qu’au cours des dernières décennies, les îles d’atolls n’ont montré aucun signe généralisé de déstabilisation physique face à l’élévation du niveau de la mer. Une ré-analyse des données disponibles du Pacifique et de l’océan Indien comprenant 709 îles, révèle qu’aucun atoll n’a perdu de superficie et que 88,6% des îles étaient stables ou en augmentation, alors que seulement 11,4% se sont contractées.

          Les plages sableuses vont disparaître !
          A ma connaissance, une seule étude récente à l’échelle planétaire a été publiée ,
          Arjen Luijendijk, , Gerben Hagenaars, Roshanka Ranasinghe, Fedor Baart, Gennadii Donchyts & Stefan Aarninkhof : 27 April 2018 The State of the World’s Beaches. Nature.com. Scientific reports. Volume 8, Article number: 664.
          Voici ses conclusions :
          «L’analyse des données du littoral provenant d’observations satellitaires indique que 24% des plages sablonneuses du monde s’érodent au rythme de
          0.5m/an, mais 28% s’accroissent et 48% restent stables. » plus loin ils écrivent « Les plages sableuses du monde se sont accrues en moyenne de 0,33 mètres par an au cours des trois dernières décennies »

          Les tornades se multiplient !
          Les USA sont les principales victimes de ce phénomène: les chiffres de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric administration) indiquent une diminution du nombre de tornades violentes entre 1950 et 2018. (La droite de tendance indique une diminution de 13 à 5 tornades durant cette période mais c’est très bruité.

          La planète brûle !
          Sur les incendies: en dehors des discours et rapports des administrations nationales souvent bidouillés dans un sens ou dans l’autre on a, depuis 2003 une analyse par satellites du phénomène par la NASA.
          https://earthobservatory.nasa.gov/images/145421/building-a-long-term-record-of-fire
          Là aussi c’est très bruité mais la tendance générale est nettement à la diminution.

          • merci x 1000, si j’osais, un petit topo vite fait sur l’Antarctique? j’ai cru comprendre que réduction ET augmentation de la calotte étaient très fréquentes et variables

            • Grosso-modo on peut dire qu’il est stable mais dans le détail c’est plus compliqué :
              Les climatologues mainstream abordent les pôles uniquement sous l’angle des rayonnements et une boucle de rétroaction positive. « Si ça se réchauffe donc ça fond et si ça fond la banquise reflète moins l’énergie solaire donc ça se réchauffe encore plus etc.

              Les pôles leur inlandsis et leur banquise ont en fait un comportement cyclique. Voici ce que je peux dire en résumé (de mémoire je n’ai guère le temps de vérifier et fournir mes sources)
              Notons d’abord que certains paléo-climatologues ont noté la présence d’une balance bipolaire des températures entre l’Arctique et l’Antarctique, (notamment lors des événements Dansgaard-Oeschger de la dernière glaciation, avec des remontées très rapides des températures du Groenland de l’ordre de 5 à 12 °C en quelques décennies…). Il n’est donc pas anormal que l’Arctique se réchauffe rapidement alors que l’Antarctique reste stable.

              L’Antarctique est un continent récemment séparé de l’Australie (il y a 30-40 millions d’années) mais encore plus récemment de l’Amérique du Sud (ouverture du passage de Drake : ~15-20 millions d’années) par sa péninsule occidentale. L’océan Austral circum planétaire est donc très récent, et son rôle de pompe à carbone est essentiel. C’est durant cette période et par étapes successives que le CO2 atmosphérique a massivement chuté (de 2000-3000 ppm à 500-600 ppm).

              A l’échelle des temps géologiques, la péninsule ouest de l’Antarctique n’est pas encore une vraie marge passive : elle appartenait encore récemment à la ceinture de feu du Pacifique et reste tectoniquement et volcaniquement active : de nombreux indices d’activité magmatique sous-marine et un flux géothermique élevé furent détecté récemment dans et près de la péninsule ouest. Il y a donc deux Antarctiques, l’un à l’est relativement stable tectoniquement et l’autre à l’ouest qui reste actif. Et il est probable qu’une bonne partie des fontes récentes observées sur la partie ouest soit due à cette activité.

              Pour comprendre le rôle clé des océans et la banquise dans la machine thermique terrestre rappelons qu’il faut 4185 joules pour élever un kg d’eau d’un degré alors qu’il faut 1008 joules pour élever d’un degré un kg … d’air…

              Le volume et l’étendue des glaces des inlandsis de l’Antarctique (qui peuvent s’étendre au-delà de la superficie des terres émergées), résulte (partiellement) de l’amplitude des chutes de neige, et l’amplitude de ces dernières dépend de la superficie d’évaporation de la partie dégelée des océans polaires. En effet, lorsque les océans des régions polaires sont chauds et dénués de banquise, l’évaporation de l’eau de mer entourant les inlandsis est élevée : l’épaisseur annuelle de glace mesuré dans les enregistrements des carottes est nettement plus importante car la quantité de vapeur d’eau atmosphérique étant plus élevée, les précipitations sont plus importantes. Le taux de transfert de chaleur latente des océans vers l’atmosphère par évaporation de l’eau de mer est aussi nettement plus élevé et plus de rayonnement I-R d’origine océanique est libéré vers l’espace. Ceci a pour effet un refroidissement progressif des océans jusqu’à ce que la température soit suffisamment basse pour amplifier l’extension saisonnière de la banquise.

              Lorsque les océans polaires recommencent à geler, l’accumulation annuelle de glace observé dans les carottes de forage est moindre, car lorsque les océans se refroidissent, la superficie de la banquise augmente, les surfaces océaniques soumises à l’évaporation d’eau de mer diminuent et les précipitations (et donc l’accumulation de neige sur les inlandsis) diminuent. Le transfert de chaleur latente induit par l’évaporation d’eau de mer ainsi que le rayonnement infra-rouge de surface diminuent donc à la surface des océans. La chaleur des eaux en provenance des tropiques s’accumule donc lentement sous la banquise jusqu’à ce qu’elle soit suffisante pour la faire fondre.

              À l’échelle des temps climatiques, les températures des régions polaires sont donc partiellement contrôlées par un système de régulation thermique doté d’un thermostat : la température à laquelle la banquise se forme (-1.5°C) est le niveau de réglage du thermostat et l’étendue de la banquise est le contrôle du thermostat.

    • IL n’y a PAS de consensus scientifique au sujet de la cause humaine, c’est ce que répète à tout bout de champ les écolos, et les idiots qui en font autant sans vérifier cela! Nombre de climatologues sérieux, ceux qui ne sont pas politisés, font remarquer qu’après le refroidissement du Petit âge glaciaire il est normal que la température remonte. Comme la climat de la Terre n’a jamais été stable, il n’y a pas à paniquer. Mais cela n’arrangerait pas les écolos et les climato-alarmistes car l’argent gratuit des autres pleut par milliards dans leurs poches!
      Bref vous êtes un pigeon!

  • De par chez moi, on se tape un confortable 13 ° en cet instant. Tellement chaud, que je dois ouvrir les fenêtres, me mettre en slip de bain, boire de l’eau fraîche et mettre la climatisation en route.
    Nos journaleux de compétition doivent aimer l’exotisme, puisqu’ils nous harassent avec les ° > 45 du Canada, voir de TOUTE la Sibérie, ce qui est juste exagéré, car c’est une partie seulement qui est affectée.
    Je les sens prêts à faire des moyennes de ° ❗

    « vers les popo.ches des popo.liticiens », voilà ce que je pense en inclusif 😉

    • Ce sont les méchants russes qui nous ont volé des degrés pour nous vendre plus de gaz en été ?

      • Mon pauvre monsieur, il n’y a plus d’été depuis les essais atomiques, d’ailleurs, je chauffe encore.. A l’électricité jamais au gaz communiste. Mon portable est chinois mais je ne l’allume jamais, mes œufs sont de poules françaises, voilà, je remets mon beret pour ne pas geler je dois décongeler mes baguettes pour midi. Le congélateur est européen je vous rassure et la baguette française…. Le blé, je ne sais pas, leclerc ne me le dit pas.

        • « Le blé, je ne sais pas »

          On m’avait appris : « l’Ukraine, grenier à blé de l’Europe ». Le grenier n’appartient plus au méchants russes, mais je ne sais pas si il appartient aux gentils européens.

      • Les médias seraient capable de sortir ce genre de complotisme, et ceci de manière tranquille ^^

    • Pareil. Par chez moi il fait 16° et depuis plus d’une semaine. Personne n’en parle de ce record de froid et de pluie. En mai et avril c’était pareil.
      Mais peut-être que c’est encore la faute au réchauffement climatique ?
      Côté pile c’est le réchauffement et côté face c’est aussi le réchauffement ?

  • Je suis entièrement d’accord avec vous mais je crains que nous ne soyons minoritaires.
    La plupart des gens ont peur du Covid et font la morale à ceux qui ne sont pas encore vaccinés.
    La plupart des gens croient au réchauffement climatique et traitent tous ceux qui doutent de complotiste.
    La plupart des gens sont intellectuellement paresseux et se contentent des penseurs de chez Hanouna.
    Enfin, comme dit Gustave Parking « la majorité des Français est plus con que la moyenne »
    Comme on dit en Berry « on n’a pas le cul sorti des ronces »

    • « La plupart des gens sont intellectuellement paresseux et se contentent des penseurs de chez Hanouna. »

      Ca n’a jamais volé très haut chez Hanouna. Quand il volait en espace dégagé, cela avait quand même un intérêt. Depuis qu’il vole dans le même espace aérien totalement encombré que Ruquier, la 5 ou les autres médias en espérant des collisions qui font du buzz ça en a beaucoup moins à mon sens.

      Comme vous dites, il a rejoint la majorité de ceux qui font mieux que la moyenne.

    • « la majorité des Français est plus con que la moyenne »

      Ce qui veut dire que le QI du français médian est plus bas que la moyenne des QI français. Ce qui tend à suggérer que les très con sont plus nombreux que les très intelligents.

      • et vu le niveau de l’éduc nat, c’est assez logique : le désastre de l’instruction publique finit par se voir !

    • avoir peur du covid n’a rien à voir avec la connerie.. c’est subjectif..
      le réchauffement climatique est un mot ambigu.. ça peut designer ce qui s’est produit ou la théorie générale et les prévisions..

      je crois mon garagiste..

      les scientifiques publics et employés par les ong sont majoritairement « corrompus »..
      les médias ne font pas leur boulot…

      les gens ont autre chose à faire que douter…

      les scientifiques jouent un jeu dangereux.. faire confiance aux scientifiques aboutira à force de contradictions par les faits à
      faire que les gens penseront que la vérité n’est pas dite par la science… qui relève de l’astrologie..

  • La seule catastrophe qui pourrait se produire n’est liée ni au changement climatique, ni au virus et ses variants, mais au maintien aux commandes de tous ceux qui utilisent la peur, que ce soit pour asseoir leur pouvoir, gonfler leur portefeuille, faire le buzz ou avoir leur heure de gloire.
    Sans compter les moutons de Panurge qui les croient, les suivent et leur laissent les manettes en espérant qu’ils seront sauvés.

  • Oui la terre se réchauffe…
    La belle histoire…
    Pendant mes études à la fac de sciences, nos enseignants en écologie nous l’affirmaient mais en soulignant que c’était normal car nous étions dans une période de réchauffement global naturelle et que l’activité humaine n’y était pour rien. C’était dans les années 80 et à l’époque les écolos n’étaient pas encore dézingués du ciboulot

  • Avez vous lu le livre Perdre la terre !?
    Vous devriez.
    Les commentaires ici sont d’une telle débilité!
    Regardez vous ce qu’il se passe actuellement dans le monde?! Tous les ans? De pire en pire?! J’ai pas l’impression ! Connaissez vous l’étude sur les populations d’insectes d’Auvergne, qui remontent parce que le climat est devenu trop chaud?
    Connaissez vous l’etude sur les glaciers de France dans les prochaines décennies ? Le thème : les stations de ski.
    Vous avez dû voir passer à côté des articles sur les nappes phréatiques de nos grandes marques d’eau potable ?!
    Avez vous buchez sur les études des niveaux d’eau douce en France? Je suis certain que non. Je peux continuer comme plusieurs jours!
    Et là, nous ne parlons que de déréglement climatique.
    Que dites vous sur la biodiversité qui s’écroule ? Ça c’est acté. Prouvé et certifié !
    Que dites vous des sols arables foutus ? Que dites vous des cours d’eau empoisonnés? De l’air empoisonné qui tu en moyenne 40 000 personne par ans en France ? Que dites vous sur la Sibérie qui crame tous les ans, c’est dernières années ?! Que dites vous de gigantesques poches d’eau sous la glaces de certains glaciers de France?! Obligé de creuser un trou pour injecter de l’eau chaude sous pression pour créer une sortie et évacuer les poches!
    Que dites vous sur l’agriculture intensive qui détruit tout? De l’élevage intensif qui détruit tout? Que dites vous de la bouffe chimique que nous ingurgitons en permanence ?
    A votre avis pourquoi la chine, les américains, les saoudiens, les quataris achètent toutes les zones d’eau potable ?! Dans les pays pauvres bien-sûr !
    Avez vous vu l’excellent reportage arte; H2O l’eau la vie c’est nous ?
    Ou; crise de l’eau. Un avertissement venu de l’inde? Ou encore; main basse sur l’eau potable?
    Nous pourrions parler des méga feux qui commencent à être banale…
    Des rendements agricoles qui se casse la Figure.
    De la qualité nutritive de ce que nous faisons pousser!
    Vous devriez écouter Edgar Morin sur thinkerview ! Mr Balmont, aussi sur thinkerview ! Et bien d’autre. Etienne Klein vous paraît-il être une personne qui ne sait pas ce qu’elle dit? Vous devriez réfléchir ! Et aider à faire comprendre au plus grand nombre que ce qui se joue la c’est des conneries ! Et qui sont les couillons qui penses que les forêts repoussent plus vite que celles que l’on détruit ?!
    Allez vivre sur la côte ouest des états unis ! Tous les été ! Ou dans ‘es.refuons de l’Arctique qui, actuellement, battent aussi des records de chaleur.
    Vous êtes biens pépère sur vos canapés avec vos téléphones. Vos ordi. Vos écrans 55″! Vous pensez connaître la.vraie vie! Allez dans les deux tiers des pays du monde voir ce qu’est la vraie vie et ce qu’elle est en train de devenir ! Vous fatiguez pas à répondre. Vu le niveau…et faites l’effort intellectuelle de lire au moins Perdre la terre. Nathaniel rich. Renseignez vous sur l’auteur ! Et dites moi qu’il n’est pas intouchable. Impeccable dans son travail !

    • Joseph a écrit : Allez dans les deux tiers des pays du monde voir ce qu’est la vraie vie et ce qu’elle est en train de devenir !

      -D’après les ONG, la grande pauvreté est tombés à moins de 10% (90% au début 20ème siècle, 70% au milieu, 35% en 1990).
      -Les grandes famines ont quasi disparues.
      -La mortalité infantile a diminuée dans des proportions spectaculaire.
      -D’après la Nasa, la Terre reverdit depuis 30 ans.
      -etc. etc.
      .
      Bref, on pourrait écrire des pages sans que vous changiez d’un iota vos prédictions de l’église de l’apocalypse.
      .
      .
      Question:

      Vous êtes au moins 20 millions en France à vous déclarer « très concernés » et pourtant VOUS vous comportez exactement comme nous et ce ne sont pas vos 3 recyclages de poubelles ou votre tofu qui changent quoi que ce soit, vous devriez vivre comme des Amish au minimum.
      .
      Pourquoi vous et les vôtres pourtant 100% convaincus ne changez quasi rien à vos modes de vie ? 20 millions de gens qui vivent comme des Amish ça aurait un sacré impact pourtant ?
      .
      Joseph a écrit : « Vous êtes biens pépère sur vos canapés avec vos téléphones. Vos ordi. Vos écrans 55″

      Je n’ai pas trop de leçons à recevoir d’un type qui se goinfre jusqu’à la glotte en violant par tous les trous ses propres convictions.
      Je vis en accord avec les miennes: déclaration des Droits de l’Homme de 1789. Quant à la nature, si c’est pour émettre deux fois plus de Co2 que les français pour 3 fois le prix comme les allemands qui ont claqués 1000 milliards pour la « transition énergétique » des écolos, non merci.

    • en fait juste une remarque.. parce que tout est dans le vocaulaire..
      la » biodiversité qui s’ecroule » n’est pas vérifié..

      la biodiversité n’ets pas un nombre.. pas non plus un édifice..

      la biodiversité change car l’humain change…

      écroulement est un mot qui est négatif… vous comprenez..

      les méga feux…cherchez évolution des surfaces atteintes par les feux de forets..

      les rendements agricoles qui se cassent la figure si vous le dite..

      oui parlons en…mais pas pas de votre façon..en débattant…

    • il faut parler en espérance de vie… la conclusion est que la diminution de l’esprance de vie est tout à fait acceptable parce qu’elle est compensée par l’espreance de vie gagnée par les cause de la pollution…alors sauf moyen de diminuer la pollution toute chose égale par ailleurs agir n’est pas nécessairement intelligent.

    • Mon dieu, mon dieu, mon dieu…
      Votre livre dit-il pourquoi les hirondelles passent l’été « chez nous » et descendent en Afrique pour l’hiver?

    • Bonjour Joseph (uncle?)
      J’ai toujours beaucoup de mal avec ce genre de commentaires. Toute discussion est impossible. On est dans le fanatisme.
      Des centaines de millions d’êtres humains sont sortis de la misère, les conditions de vie n’ont jamais été aussi douce en occident.
      Et bien non, tout va mal..

    • « Les commentaires ici sont d’une telle débilité! »
      -> c’est celui qui le dit qui l’est 😉
      « l’excellent reportage arte »
      -> c’est antinomique
      « Allez dans les deux tiers des pays du monde voir ce qu’est la vraie vie »
      -> vous y avez été ? Ou vous avez vu des reportages sur arte ?
      « Des rendements agricoles qui se casse la Figure. »
      -> merci les écolos pour toutes les normes qui font chuter la production (enfin, en France, parce que dans d’autres pays les rendements augmentent et les famines reculent).
      « De l’air empoisonné qui tu en moyenne 40 000 personne par ans en France »
      -> oui, selon un rapport, 30 000 en europe, dont 40 000 en France (j’ai la flemme de rechercher les références, mais c’est pourtant vrai).
      « Que dites vous sur la biodiversité qui s’écroule ? Ça c’est acté. Prouvé et certifié ! »
      -> non, elle augmente, on découvre de nouveaux variants du covid tous les jours.

      Etc …

      Et donc, pouvez vous répondre à cette simple question: « C’est quoi le climat idéal » ?

    • D’après ce que vous listez, vous confirmez que les militants écolos ne s’attaquent absolument pas aux bons pays… Pourquoi on ne voit pas d’écolos dégrader les commerces en Indes, ou en Chine, ou au Qatar ? Oups… ^^

    • Les écolos ont il me semble lancé une grande offensive de matraquage des esprit sur « l’eau ».

      Dans l’absolu, je n’ai pas d’idée sur la réalité ou l’importance du problème (On peut cependant avoir un gros doute au vu des méthodes).

      Mais quand il pleut depuis 2 mois chez nous, alors qu’on nous avait alarmé sur une sécheresse exceptionnelle pour être dans le ton, cela devient lassant pour ne pas dire ridicule ou de très mauvais goût de persister sur le sujet. Les écolos se noient dans le ridicule avec l’eau et la sécheresse tout en déplorant des inondations.

    • @Josephjo
      Bonjour,
      « Les commentaires ici sont d’une telle débilité! »
      C’est la première fois que je vois votre pseudo dans les commentaires, et vous commencez fort en nous traitant carrément de « débiles ».
      Vous donnez le ton dès votre 3ème ligne.

      Vous avez lu un livre, regardé des reportages, c’est bien. Savez-vous que dans les régions Sud de l’Argentine et de l’Australie, il y avait eu des vagues de froid avec neige venues de l’Antartique en mars et avril, période de fin d’été et début d’automne dans l’Hémisphère Sud ?

      Puisque vous vous permettez l’emploi du présent de l’impératif, je vais faire de même :
      Allez donc vivre dans le paradis écologiste qu’est la Corée du Nord car il y a peu de production agricole, peu de production industrielle, peu de production d’énergie électrique et les ménages n’ont pas de poubelles pour reprendre les mots de surprises d’une réfugiée nord coréenne alors en transit en Chine, qui dit en voyant les poubelles : « Vous avez des choses à jeter !? » Là est votre paradis. Les revers de la médaille ? Sous-nutrition, famines ; misère économique et sociale (étonnant chez des communistes !) ; peu d’énergie donc d’électricité ; travail obligatoire le dimanche ; etc… Enjoy communism !

  • Un article dans le même style mais encore plus marrant de Charles Gave…

    https://institutdeslibertes.org/lecologie-une-nouvelle-foi/

  • Comme on peut le constater à certains commentaires, l’écologie fait une forte poussée de fièvre en ce moment : elle a chopé le Covid est a très peur d’en mourir.

  • Vous avez sans doute tous entendus monsieur Y. Jadot nous annoncer sa candidature à l’élection présidentielle sur fond d’extrême urgence climatique dont le combat contre icelle devrait nous amener vers un nirvâna social en économique. Ça promet…

  • En 2007, les Maldives devaient disparaître sœur l’eau. Ah ben zut alors.

    Les ecolos devraient se réjouir de voir mourir des centaines de millions d’êtres humains. On me souffle qu’ils ont peur d’être du nombre.

  • Très bon article sur le prétendu réchauffement que j’ai lu en pensant remettre le chauffage. Heureusement que les 16° de ce 1er juillet 2021 à 9h30 ne sont que de la météo et pas du climat. On a eu chaud !!!

  • « Climat : le Conseil d’Etat donne neuf mois au gouvernement pour prendre des mesures supplémentaires »
    Nos gouvernements n’ont jamais eu d’obligation de résultats, Macron, avait promis la retraite a Points, il ne la fera jamais , les écolos ne portent pas plainte ! Comme c’est bizarre.
    Le conseil d’état dont la clairvoyance et la cop étance ne sont plus a démontrer depuis 1989 ou ils ont décidé avec un certain Jospin, que le voile a l’école ne posait pas de problème.
    Et voila que le conseil d’état exige du gouvernement des résultats sur les éruptions solaires ou le mouvement des planètes !
    C’est sur la France manque de placde en asile psychiatrique.

  • @Vik
    Merci pour cette référence

  • Jamais lu autant de commentaires ! Attention messieurs (pas vu de dame) vous finirez sur le bûcher si vous continuez de saper les nerfs de l’électorat Jadot ! Nous sommes entrés dans la Course !
    Pour Jadot le réchauffement qui va nous exterminer. Pour notre gvt c’est le virus et ses variants !
    A chacun son graal !
    Il Nous Le Faut ce Réchauffement ! (eh oui, cela nous ferait du bien d’avoir en ce moment des températures estivales pour mûrir nos tomates) et c’est quand même dommage de rater 2 mois de suite le record des températures ! ça fiche tout par terre : ça sème le doute !^^
    Déjà que les complotistes refusent de se faire vacciner et que cela met les media aux ordres en colères ! N’ajoutons pas à leur hargne !
    Pas envie de voir débarquer Lechypre avec ses dents et ses menottes ! Ou Jadot en furie ! (il sait si bien le faire = brrr !)

    • « Jamais lu autant de commentaires »

      C’est l’été : une petite percée de RCA entre 2 nuages de Covid, il faut vite en proffiter.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Damien Conzelmann.

Sur les ondes de France Inter, Olivier Blanchard, ex-chef économiste du FMI, déclarait qu'il n’y a pas à sacrifier la croissance pour éviter le réchauffement climatique :

https://twitter.com/franceinter/status/1407950272060694529

 

Il n’en fallait pas plus pour réveiller et indigner tous les partisans de l’idée de décroissance économique. Les insultes ont fusé. Gilles Raveaud a même parlé de « naufrage intellectuel ». Récemment, la publication d’un brouillon du GIEC a également relancé ... Poursuivre la lecture

Par Jo Moreau. Un article de Belgotopia

Nous sommes abreuvés d’avertissements affolés devant l’épouvantable canicule qui nous attend la semaine prochaine, alimentée par notre inaction devant le thermostat climatique, pourtant dénoncée par notre future doctoresse honoris causa et ses suiveuses.

Je me suis penché sur quelques précédents météorologiques survenus au XXe siècle, dont le début est caractérisé par une succession d’étés chauds et secs, et je vous en livre quelques exemples spectaculaires ici.

Anno 1900

Janvier es... Poursuivre la lecture

Un article d'European scientist

Changement climatique, érosion de la biodiversité, fin du monde…

Les messages catastrophistes assiègent les Unes des médias. Parfois ils sont fondés mais le plus souvent cette mécanique sans discernement répand dans l’opinion une angoisse larvée. S’installe alors dans le public un manque de confiance en la science.

Et pourtant depuis quelques années maintenant, des voix différentes se font entendre qui cherchent à calmer la panique générale. Des experts prennent la plume pour résister aux a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles