Gabriel Attal craint une fracture sociale entre vaccinés et non-vaccinés

Gabriel Attal craint une fracture sociale entre vaccinés et non vaccinés :ou comment il inverse la charge de responsabilité.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gabriel Attal craint une fracture sociale entre vaccinés et non-vaccinés

Publié le 2 juillet 2021
- A +

Par Margot Arold.

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, donc messager de la politique menée par Emmanuel Macron et le gouvernement Castex, vient d’annoncer qu’il craignait (sic) une fracture sociale entre vaccinés et non-vaccinés :

Qui a créé la fracture sociale ?

Dit autrement, Gabriel Attal déplore la fracture sociale qui arrive, et il semble en imputer les causes aux Français récalcitrants à se faire vacciner. Se posant presque comme un spectateur extérieur aux événements, il se contente de pointer du doigt le fossé à venir entre les libertés accordées aux vaccinés et pas aux autres.

Or si la liberté de circuler est mise à mal pour certains Français, c’est bel et bien par les restrictions mises en place par… le gouvernement lui-même !

Il est malhonnête intellectuellement d’affirmer que c’est le statut vaccinal qui crée une fracture sociale : c’est la politique et rien d’autre que la politique, qui va créer cette fracture.

L’État, principal instaurateur des fractures sociales

En effet, ce n’est pas le fait d’être non-vacciné contre le covid qui empêche d’accéder à certains services aujourd’hui, mais le fait d’obliger les gens à produire la preuve de leur état de santé. On n’a encore jamais vu qu’il ait été nécessaire de justifier de sa vaccination contre la grippe ou la rougeole pour avoir le droit d’assister à un match de foot ou à un concert. Ni de devoir exhiber une sérologie VIH pour avoir le droit de vivre socialement. Or c’est exactement ce qui est en train de se passer.

Depuis le début de la mise en place de la vaccination, la fracture sociale était un risque. Un risque d’enfreindre la Constitution en instaurant une différence de traitement entre les Français (pire, ici, une différence de traitement en fonction de leur statut immunologique). C’est pourquoi Emmanuel Macron avait bien, dès le début affirmé que la vaccination ne serait pas obligatoire.

Mais comme dans toute exploitation d’une crise, la fenêtre d’Overton s’est déplacée : de « pas obligatoire », elle est devenue, avec l’assentiment de la population, « conseillée », puis « fortement conseillée » puis… on envisage de la rendre « obligatoire pour les soignants »… et ensuite ?

C’est habile. Au lieu de soulever de légitimes questionnements sur les changements de postures du gouvernement (masques inutiles puis obligatoires sous peine d’être verbalisé) il y a une tentative de déplacer la culpabilité vers un groupe.

Cette ostracisation se porte aujourd’hui sur les soignants. Quoi ? Ce serait donc eux les vecteurs les plus contagieux pour le covid ? Allons plus loin, on les pointe du doigt comme des assassins potentiels s’ils ne sont pas vaccinés. On voit fleurir sur les réseaux sociaux des noms d’oiseaux pour désigner les récalcitrants. Bien joué ! La population se retourne contre elle-même, malléable à merci grâce à la peur qui a été instaurée pendant des mois.

On n’a jamais vu cela avec d’autres vaccins, laissant le choix aux soignants qui sont des individus libres et responsables, comme les autres.

De plus, il est plutôt cynique de les désigner comme récalcitrants, ainsi que le sous-entend la formule « vaccination obligatoire », car l’immense partie des soignants hospitaliers, dans le privé comme dans le public, est vaccinée.

Alors puisque pour les masques, nous sommes passés de « pas obligatoire » à « obligatoire sous peine d’amende », il n’est pas illogique de craindre qu’il en sera de même pour la vaccination contre le covid : après tout, avec un pass sanitaire sur votre smartphone, relié à France Connect, le service de centralisation des données fiscales et d’assurance maladie (tiens, quelle idée, d’ailleurs ?), ce sera un jeu d’enfant de trouver des moyens de pression sur le citoyen un peu récalcitrant. Bienvenue dans le Monde d’après…

Comme le disait Bossuet :

« Mais Dieu se rit des prières qu’on lui fait pour détourner les malheurs publics, quand on ne s’oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je ? quand on l’approuve et qu’on y souscrit, quoi que ce soit avec répugnance. »

Voir les commentaires (169)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (169)
  • Modération : commentaire modéré pour insultes

    • Exactement.
      Ah, par « merde », vous entendez bien le virus, je présume ?

      • Modération : commentaire modéré pour insultes

        • Et moi, je parle de la réponse violente à qui décide à ma place de ce qui peut avoir un effet sur MA santé et se permet de ne pas avoir le même jugement que le mien sur son éventuelle propreté.

          • Le vaccin vous protège, il est pas fait pour protéger les autres… Certes il permet de renvoyer des formes de virus moins actives dans l’air et les surfaces, mais c’est tout en fait.
            Donc si j’estime que mon système immunitaire est apte à réagir face à cette « attaque » (comme il y est confronté tous les jours avec l’ensemble des virus circulant dans l’air), je ne vois pas l’intérêt d’une telle « aide »…
            Après si vous souhaitez que les non vaccinés portent une étoile jaune, pas de soucis, je le ferai avec plaisir… Mais ça devrait être vous plutôt, avec l’expérimentation faite sur votre corps (humour noir…)

            • Je ne demande pas que les non-vaccinés portent une étoile jaune, je demande qu’ils se comportent envers autrui, dont moi, avec respect et désir de coopération. Affirmer que j’aurais consenti quand je suis vacciné à une expérimentation risquée avec mon corps, à moins que vous n’ayez des qualifications scientifiques reconnues et crédibles bien supérieures aux miennes à faire valoir, ça n’est pas dans la ligne de respect et de recherche de coopérations à profit mutuel qui me paraît nécessaire au libéralisme.
              Que ce soit dans l’intention ou non de ses créateurs, un vaccin qui réduit la transmission protège les autres. Que ça vous indiffère de protéger les autres, c’est parfaitement votre droit, mais ça n’est pas un devoir civique.

              • Tiens, le donneur de leçon premier de la classe est revenu… On demande exactement la même chose que vous, ne pas nous obliger à nous mettre en danger pour votre confort personnel.

              • C’est une thérapie génique en phase de test jusqu’en 2024 il me semble, et pas un véritable vaccin

                • Ben non, ça n’a pas les caractéristiques d’une véritable thérapie génique.
                  Une thérapie, à ma connaissance, c’est quelque chose qui soigne, tandis qu’un vaccin, c’est quelque chose qui enseigne et habitue l’organisme à se défendre.

                  • les mécanismes sont les mêmes qu’une thérapie génique mais effectivement à but vaccinal. On est donc face à quelque chose de totalement nouveau, jamais vu, testé, étudié à long terme.
                    De plus le nombre de morts « du vaccin » chez les moins de 25 ans se rapproche à toute vitesse du nombre de morts « du COVID » dans la même classe d’âge. C’est un peu mieux chez les plus vieux, mais les données objectives laissent à penser que cette « thérapie génique vaccinale » aide (pas des masses, la dynamique de l’épidémie est quasi identique cet été à ce qu’elle a été l’an dernier -sur les indicateurs fiables type hospitalisations, alors que plus d’un tiers de la population est complètement vaccinée vs. 0% l’an dernier).
                    Bref, la vraie autorisation après phase IV, j’y crois peu.
                    Ou alors si on autorise ces trucs, le médiator doit être remis sur le marché.

              • Ah, les vaccinés peuvent se comporter avec vous comme des porcs?
                Je vais de ce pas faire une triple dose.

              • Désolé, mais je ne vois pas dans ces articles ce qui rattache l’ARN messager aux thérapies géniques, sinon des confusions et approximations de vocabulaire indignes.

                • On ne vaccine pas massivement en période de pandémie, sinon le risque de générer des variants est très élevé.
                  – variant britannique, qui a fait bien de la casse
                  – variant sud-africain
                  – variant brésilien
                  – variant indien, qui se propagerait plus facilement

                  Au contraire de ce que vous prétendez, le non vacciné vous protège. ❗

                • J’aimerais quelques explications plus détaillées. Le mécanisme suivant lequel les variants apparaîtraient plus quand on vaccine, je ne l’ai vu expliqué nulle part.
                  Pour moi, un variant apparaît comme un défaut aléatoire de reproduction du virus, l’équivalent d’une tache sur une photocopie qui changerait une lettre du texte. Comment un vaccin à ARNm, qui en gros apprend à l’organisme à reconnaître le virus et se défendre contre lui sans reproduire le virus lui-même pourrait-il favoriser l’apparition de variants ? Si vous avez des explications, je suis preneur.

                • @MichelO
                  Très simple.
                  Vous avez raison, un variant est un défaut de reproduction du virus.
                  Des variants, il s’en produit régulièrement à chaque multiplication virale mais seul un très petit nombre sont viables et un nombre encore plus minime donne un avantage au virus variant par rapport aux autres.
                  Car il ne suffit pas qu’un variant toxique apparaissent pour se transmettre car la transmission du virus n’est pas automatique (%age statistique de transmission). Il faut donc que les chances de transmission augmentent et que le nombre de survenue du même variant soit plus qu’anecdotique.

                  Quand la multiplication virale est faible càd en dehors des cas d’épidémie, le nombre de variant est minime et leur transmission inexistante où minime (facteur saisonnier dans bcp d’infection).
                  En période d’épidémie, il y a une flambée de la multiplication virale et une augmentation du nombre de transmission.
                  Ces virus variants sont initialement en nombre minime par rapport aux autres et sont en concurrence (la concurrence encore 🙂 ) avec les autres pour se transmettre et coloniser un organisme autre. Il peuvent avoir un mal à s’exprimer et diffuser.
                  Mais quand une intervention extérieure (vaccin, ATB pour les bactéries par ex), « décapite » la transmission et la multiplication du virus initial mais que ce même vaccin est moins efficace sur le variant, c’est le variant qui prend le pas sur le virus initial. Ce variant devient prépondérant par la suite.
                  Ce qui explique le taux important de variants chez les vaccinés en rechute dans l’article que vous avez cité.

                  Le vaccin exerce une pression de sélection sur la population virale en phase de multiplication. C’est pour cela qu’on cherche plutôt à vacciner une population avant la survenue de l’épidémie et non pendant. Cela afin d’empêcher la multiplication virale dès le début.
                  Cela marche souvent bien pour la grippe avec des échecs partiels quand la souche virale sélectionnée par les labos avant le début de l’épidémie n’est pas celle qui se développe majoritairement le jour J…

                • En l’occurrence, les vaccins sont aussi efficaces contre les variants, et peuvent être adaptés pour ceux à ARNm au cas où ils ne le seraient pas. Donc le slogan du risque augmenté de variants avec la vaccination est bien dépassé, comme je le pensais.
                  Quant au taux élevé de variants, en quoi la compétition naturelle ne suffit-elle pas à l’expliquer ? Surtout quand le vaccin est aussi efficace contre les variants que contre l’original, comme maintenant.

                • Les vaccins ARNm ne montrent pas de différence d’efficacité. Si vous avez des chiffres autres, merci de les communiquer.

                • regardez juste les chiffres de mortalité entre vaccinés 2 doses, 1 dose et non vaccinés, et ensuite regardez les proportions dans la population (c’est dispo aux US, en France on cache le « statut vaccinal » des nouveaux cas et morts dans les chiffres de santé publique france). Ce qu’il ressort face au variant Delta : non vaccinés et complètement vaccinés ont un risque de décès identique, les vaccinés avec une seule dose on un risque quasiment multiplié par 1.8…
                  Après c’est juste les chiffres, hein, peut-être que les autorités US mentent pour dissuader les gens de se faire vacciner (ah, on me dit dans l’oreillette qu’elles mentent, mais pour pousser les gens à se faire vacciner… bon, on n’y comprend plus rien, alors).

              • Ah, ça vous plaît de mépriser votre interlocuteur !
                Dans les écoles que j’ai fréquentées, l’eau bouillait à 373.15° aux conditions normales de température et de pression. Et les progrès scientifiques s’obtenaient en évitant de prétendre que le vocabulaire déterminait les propriétés.

                • 373.15° je doute … 373.15°K à la rigueur mais depuis 1967, 373.15K.

                • Vous êtes sur Jupiter?

                • @SdW
                  Comme vous le dites, ° n’a pas la signification implicite centigrade, et c’est toujours une affaire de convention. K peut aussi signifier un facteur 1000. Mais OK, j’ai mal répondu, irrité par l’attaque personnelle et la promotion par Gwingwenn de l’absence d’explications pour faire passer de prétendues évidences.

              • Oui, je pense par moi-même et avec l’aide d’une bonne formation scientifique et d’ami(e)s bien compétent(e)s en biologie moléculaire, pour pallier mes lacunes de trop statisticien et analyseur de risques. Penser par moi-même, tout à fait d’accord, c’est grâce à ça que j’ai obtenu une bonne réputation scientifique internationale, donc je sais ce que ça vaut. Et donc me conformer aux affirmations pleines de sous-entendus de commentateurs qui ne veulent qu’être gouvernementaux à la place de nos gouvernementaux, comme si l’opposition de principe inconditionnelle à ceux qui nous gouvernent en faisait des autorités scientifiques, je sais aussi ce que ça vaut.

                • Etre un scientifique même de « bonne réputation internationale », n’est en aucun cas une garantie de justesse de raisonnement. Cela signe seulement que, théoriquement, vous avez des connaissances dans un domaine donné. Certes, cela peut servir d’argument d’autorité.
                  Quant à utiliser correctement ces connaissances, il n’y a aucune certitude.

                  Et cela encore moins quand vous vous éloignez de votre domaine de prédilection car vous tombez, comme le citoyen lambda, dans les biais induits par vos convictions et croyances (sans parler de l’idéologie…).
                  A la différence des citoyens lambdas qui savent bien (pour la plupart) qu’ils ont des lacunes dans bcp de domaines, vos certitudes dans vos capacités scientifiques peuvent même constituer un handicap en vous faisant penser que vous êtes capable de tout appréhender correctement. En résumé, le doute ne vous effleure pas! 🙂
                  Or la science c’est avant tout de pouvoir douter de tout, non?

                  Ce biais est courant chez bcp de scientifiques, dans les sciences de l’ingénieur sans parler des enseignants (alors quand tout se cumule, c’est le pompon!!)… L’humilité est rare et les convictions fortes toutes basées sur une compétence souvent fantasmée.
                  Pour n’en citer qu’un exemple, une personne comme Aurélien Barrau, issu du même sérail que vous, forte de sa réputation et de ses compétences/connaissances, n’hésite pas à prôner les méthodes les plus liberticides pour faire aboutir ses convictions. Lui non plus n’a aucun doute… 🙂

                • Clairement, vous, puisque vous tenez à ramener les arguments à des questions de personnes, vous ne savez pas comment on acquiert une renommée internationale en statistiques et en analyse de risques. Ca n’est justement pas une question de connaissances, mais de logique et de raisonnement.
                  Douter de tout, oui, c’est exactement ce que je préconise (relisez mon commentaire). Mais il reste des schémas de pensée logique et scientifique, et des comportements (comme le vôtre) irrespectueux de ces schémas, comportements auxquels je ne connais pas d’autre réponse que la « négation » d’autorité. Me comparer à un astrophysicien, prétendre que j’appartiendrais au même sérail condamnable, ça montre seulement que vous n’y connaissez rien aux domaines scientifiques et aux personnes qui y évoluent, et que vous ne savez, comme nos politiciens, que tenter de démolir les autres sans avoir rien pour soutenir vos propres propositions.

                • @MichelO
                  Désolé mon cher mais c’est vous qui ramenez le débat à une question de personne puisque que vous vous mettez vous-même et vos « compétences » dans la balance des arguments.
                  Souffrez qu’on vous réponde sur le sujet que vous avez vous-même lancé!

                  Quant au « sérail » dont le parle avec Aurélien Barrau, il n’est pas condamnable!
                  Il s’agit simplement du milieu scientifique dont il est issu pour sa formation (Ecole Nationale de Physique de Grenoble puis Université de Grenoble) et où il exerce (Sorbonne). Il s’agit d’un milieu pourtant d’excellence en science mais qui n’empêche aucunement la déviance vers des idéologies et des propos liberticides. D’autant plus que le sujet s’estime supérieurement compétent… 🙂

                  Se réclamer de ce milieu, de cette formation et de ces compétences, n’exonère pas d’une argumentation factuelle autre que vos arguments d’autorité.

                  Désolé que vous le preniez mal mais vous êtes sur ce forum depuis suffisamment longtemps pour savoir que ce type d’argument d’autorité masque souvent une vacuité argumentaire… 🙂

                • Tandis que ne pas avoir de formation scientifique ni de réputation internationale prouverait qu’on est littéralement au dessus de ça ? Au commentaire courtois de Ioumie, j’ai répondu que c’était aussi mon expérience personnelle et comment, et vous en concluez à des arguments d’autorité. Encore une fois, ça ressemble de votre part à notre président pressé, pour se mettre en valeur, de trouver et discréditer des adversaires plutôt que de proposer de construire quelque chose avec ceux que vous rencontrez. Rassurez-vous, je ne vais pas rester longtemps sur CP dans cette ambiance
                  .

                • Il serait regrettable, MichelO, que vous puissiez « ne pas rester longtemps sur CP en raison de cette ambiance »,au moment où les débats abordent le dernier acte,(?),du moins faut-il l’espérer !

                  Il est étonnant que seul le sujet de l’importance de la vaccination soit abordé, comme s’il s’agissait de la seule arme possible contre ce fléau,en émettant encore des certitudes à l’emporte pièce lors de certaines discussions sur le sexe des anges, en prenant bien soin de cultiver l’entre soi…….

                  Pour l’instant la vaccination représente une arme pour lutter contre la propagation du virus, mais la recherche concerne aussi le domaine du médicament qui pourrait devenir efficace pour le traitement immédiat de la maladie déclarée.

                  Certains médicaments miracle ont fait leur preuve pour la guérison de redoutables maladies comme certains cancers.

                  Il n’y a donc aucune raison de penser que seule la vaccination de masse en cours,(faut-il sans cesse le rappeler ?),puisse représenter l’unique moyen d’éradiquer ce virus particulier.

                  Prenons RDV avec les statistiques de cet automne pour tirer quelques conclusions quant à l’efficacité réelle de cette vaccination en fonction des pays,car seul le recul nécessaire permettra de promouvoir de façon définitive les vaccins à ARNm aux perspectives très prometteuses dans bien des domaines.

                • Dans l’État hébreu, en effet, 40% des cas de Delta ont été vaccinés avec deux doses de Pfizer…

          • Faite vous vacciner, vous êtes protégé, fin de l’histoire.
            Les personnes qui font un autre choix, s’il veulent prendre un risque avec leur santé, c’est leur problème, vous êtes vacciné, vous ne risquez rien.

  • Nevermindthebullock
    2 juillet 2021 at 6 h 42 min

    Un âne dit au tigre :
    – L’herbe est bleue.
    Le tigre rétorque :
    – Non, l’herbe est verte.
    La dispute s’envenime et tous deux décident de la soumettre à l’arbitrage du lion, « le roi » de la jungle. Bien avant d’atteindre la clairière où le lion se reposait, l âne se met à crier :
    – Votre Altesse, n’est-ce pas que l’herbe est bleue ?
    Le lion lui répond :
    – Effectivement, l’herbe est bleue.
    L âne se précipite et insiste :
    – Le tigre n’est pas d’accord avec moi, il me contredit et cela m’ennuie. S’il vous plaît, punissez-le !
    Le lion déclare alors :
    – Le tigre sera puni de 5 ans de silence.
    L âne se met à sauter joyeusement et continue son chemin, heureux et répétant :
    – L’herbe est bleue… l’herbe est bleue…
    Le tigre accepte sa punition, mais demande une explication au lion :
    – Votre Altesse, pourquoi m’avoir puni ? Après tout, l’herbe n’est-elle pas verte ?
    Le lion lui dit :
    – En effet, l’herbe est verte.
    Le tigre, surpris, lui demande :
    – Alors pourquoi me punissez-vous ???
    Le lion lui explique :
    – Cela n’a rien à voir avec la question de savoir si l’herbe est bleue ou verte. Ta punition vient du fait qu’il n’est pas possible qu’une créature courageuse et intelligente comme toi ait pu perdre son temps à discuter avec un fou et un fanatique qui ne se soucie pas de la vérité ou de la réalité, mais seulement de la victoire de ses croyances et de ses illusions. Ne perds jamais de temps avec des arguments qui n’ont aucun sens… Il y a des gens qui, quelles que soient les preuves qu’on leur présente, ne sont pas en mesure de comprendre. Et d’autres, aveuglés par leur ego, leur haine et leur ressentiment, ne souhaiteront jamais qu’une seule chose : avoir raison même s’ils ont tort.
    Or quand l’ignorance crie, l’intelligence se tait.
    Ta paix et ta tranquillité n’ont pas de prix…

    • @Nevermindthebullock : conte initiatique très juste. Et très vrai. J’ai arrêté de discuter ou débattre avec ces personnes endoctrinées. Syndrome du boomerang : plus vous exposez vos preuves/arguments, plus cela les conforte dans leur idéologie. Au final, une perte de temps et d’énergie

    • et en France, ce sont les ânes qui sont au gouvernement, parlement et parmi ceux qui ont fait l’ENA…(cf. « des lions menés par des ânes »)

  • le délire continue (pas de raison qu’il s’arrête tant que ce seront toujours les mêmes qui nous gouvernent depuis le début de cette crise).

  • en Russie , la vaccination n’est pas obligatoire ….ce n’est pas un attal ou un macron qui vont décider de ce que je fais de ma santé ;

  • C’est pathétique, habituellement les us rythme la musique européenne mais, là, l’ue semble devenue folle à lier.. Quant au gvt français il nous a habitué depuis fort longtemps à se comporter en fayot, jamais en premier de la classe.
    Donc, bientôt, vaccination obligatoire, reconfienement avant ou après, mystère. Mais les stats sont là, le vaccin devient plus meurtrier que le virus au fur et à mesure de la vaccination… Et toujours, interdiction de ce que vous savez…mais en 2023 on produira notre propre doliprane… Histoire de supporter le vaccin sans trop de bobos… L’aspirine est sans doute préférable…

  • Gabriel craint les conséquences néfastes de ses propres prises de position et des décisions à venir du Gvt.
    Mais c’est de notre faute.
    Qui se dévoue pour lui expliquer la responsabilité ?
    Gabriel si tu me lis, quand tu obliges des gens à se vacciner, tu leur ôtes la possibilité du choix et ce faisant tu ne peux les rendre responsable des conséquences du tien.

    • Jerémy Lapurée
      2 juillet 2021 at 8 h 17 min

      En rendant la vaccination obligatoire, l’Etat devient en revanche responsable de ce qui peut vous arriver à cause des vaccins…

      • l’Etat assume rarement ses responsabilités, même s’il est condamné !

        • « Responsable mais pas coupable », ça ne vous dit rien ?

        • Ce devrait être aux laboratoires d’assumer leurs responsabilités Cette clause exceptionnelle ne peut qu’inspirer de la méfiance .

          • Non, pas du tout.
            Les labos ont répondu aux directives des différents gouvernements qui les ont poussés coûte que coûte à mettre au point un vaccin rapidement quitte à ne pas respecter toutes les procédures de contrôle et vérifications.
            Les Labos ont donc demandé logiquement d’être exemptés de la responsabilité en cas de survenue de ces effets indésirables qui, justement, auraient pu être mis en évidence par les procédures habituelles de validation d’un vaccin.

          • Les labos ont été très clairs initialement, leurs produits n’étaient pas totalement sûrs, les études n’étant pas terminées ni complètement analysées. La pharmacovigilance ne s’arrête pas à l’inclusion du dernier patient mais des mois ou années plus tard. Ils ont donc refuser d’endosser la responsabilité de problèmes futurs (pathologies immunitaires entre autres qui, en plus de foutre en l’air la vie de ces futurs malades va plomber définitivement les comptes de la SS)

            • Je, soussigné(e), certifie avoir examiné : O Michel
              avoir transmis à mon patient toutes les informations liées à la vaccination pour la COVID-19,
              l’avoir vacciné (…) avec le vaccin Pfizer/BioNtech(…) issu du lot XX1234
              Le vaccin a été administré par injection intramusculaire dans le bras gauche(…)

      • Avec la justice dans sa poche, il ne risque rien.. Un cas dans les Landes…

      • L’organisme qui indemnise est financé par nos cotisations…

        (source : https://blog-gerard.maudrux.fr/2021/06/22/vaccins-et-consentement-eclaire/)

        « l’ONIAM, Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux, des Affections Iatrogènes et des Infections Nosocomiales. C’est un établissement public créé par la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, qui a pour mission d’organiser le dispositif d’indemnisation « amiable, rapide et gratuit » (selon le site) des victimes d’accidents médicaux.

        Les victimes de la campagne de vaccination du H1N1, ont pu toucher du doigt les qualités de cet organisme. En effet, ce vaccin a été à l’origine de plus de 2 000 narcolepsies en Europe. 12 ans après, une bonne partie des victimes, porteur d’une maladie invalidante et incurable, sont toujours au tribunal pour obtenir gain de cause, et ceux qui ont été indemnisés l’ont été à des tarifs dérisoires comparés aux indemnités habituellement attribués par les tribunaux.

        Cerise sur le gâteau, savez-vous qui finance cet ONIAM ? Le financement de l’organisme est assuré par les cotisations sociales, c’est à dire par les victimes. C’est beau non ? L’Etat s’arrange avec les labos pour faire supporter leur responsabilité par les victimes potentielles. Dans cette affaire, ni les labos, ni l’Etat ne prennent aucune responsabilité. Coupables, mais pas responsables. »

    • « Dieu rit des hommes qui chérissent les causes dont ils déplorent les effets » Bossuet. Tout à été dit et écrit…

  • la question est de savoir si la fracture « immunitaire » vaut la peine..

    j’ai pris rendez vous.. en premier lieu pour mettre mes mots en accord avec actes, en gros vaccin différent de complot.. … en second lieu par anticipation des nuisances vis à vis des non vaccinés… mais par pitié qu’il ferme sa g..e..sinon..
    .

  • La vaccination n’est pas obligatoire…. sauf pour les soignants d’ici peu. Et pour tous ceux qui espèrent encore retrouver une vie normale.
    Mais pour les autres, la chasse aux sorcières débute.
    Tant pis pour les gaulois réfractaires à l’idée de se faire injecter des vaccins expérimentaux dont on découvre de nouveaux effets secondaires chaque semaine (oh tiens, une thrombose ! oups, un Guillain-Barré ! Ah zut, un syndrome de fuite capillaire !)
    Et on observe déjà l’inversion des responsabilités décrite dans cet article. Un exemple précis et très explicite est le fait que la vaccination réduit la contagiosité.
    Il y a encore quelques jours, ça voulait dire qu’être vacciné permettait d’être beaucoup moins contagieux; maintenant, c’est le fait de ne pas être vacciné qui rend 12 fois plus contagieux. Inconsciemment, ça met dans la tête des gens que ce n’est plus le citoyen vacciné qui a fait le bon choix, mais plutôt le citoyen non-vacciné qui a fait le mauvais choix. Et même qu’à cause de ce méchant égoïste irresponsable qui refuse volontairement la sainte-piqure, on va avoir une quatrième vague et d’autres confinements.
    Bref, non-vaccinated is the new terrorist qui fait peur.
    Et nos dirigeants qui disent craindre une fracture sociale, quelle hypocrisie ! Ce sont eux qui depuis plus d’un an entretiennent savamment la division dans la population, en dressant les gens les uns contre les autres, en accumulant les décrets et les décisions contradictoires depuis un an, en pratiquant le « nudge » et autres techniques de manipulation de masse, en inondant les médias et les réseaux sociaux de leurs discours cacophoniques.
    On se croirait dans « La Zizanie » d’Astérix.

    • A un moment, j’ai failli baisser les bras et suivre le mouvement, en allant me prendre ma dose au centre social du coin. Je l’avais même annoncé ici. Mais heureusement, grâce aux messages de certains, j’ai pu reprendre mes esprits à temps.
      Maintenant, ils peuvent appeler leur variant Delta, Médor, Jupiter, Choucroute ou Tartuffe, peu m’importe. Un virus à la léthalité de 0.02% d’un côté, des vaccins dont les effets secondaires sont considérés comme graves dans plus de 25% des cas d’après l’ANSM et qui sont plus nombreux chaque semaine de l’autre, le choix est vite fait, et tant pis si pour le p’tit Gabi j’suis un bad boy.

      • Merci pour ce brillant commentaire !
        Je vais juste ajouter un note pessimiste, c’est qu’une fois qu’ils auront injecté les soignants, ne doutons pas qu’il s’attaqueront au reste de la population.
        Perso, je résiste comme vous et vous félicite pour votre reprise de courage face à la pression monumentale que nous subissons

    • Excellente analyse !
      La personne de « référence » est clairement la personne non-vaccinée, et non pas la personne vaccinée.
      D’ailleurs l’aspect « contagiosité » est assez nouvelle dans le discours. Désormais, on s’en moque des comorbidités, des personnes vulnérables, etc. Aucun media ne diffusent d’infos sur ce sujet (taux en réanimations, etc.). C’est très grave de changer de référence en cours de crise, ça fausse toutes les analyses données.

    • Certains osent même comparer un refus de vaccination avec le comportement d’un chauffard irresponsable qui roulerait à pleine vitesse en centre ville….
      voir à ce propos la réaction démesurée d’Emmanuel Lechypre qui ferait mieux de commencer par perdre du poids ce qui lui serait bien plus salutaire que la vaccination de ses voisins

      • Son diabète, il va le faire payer aux autres, alors qu’il aurait pu l’éviter en se comportant de manière responsable. De même pour ses artères, et les stents qu’il faudra lui implanter. Ou pour ses infarctus à venir. Ou ses arthroses de genoux ou de cheville. Ou celles de ses lombaires.
        J’arrête là.

  • Jerémy Lapurée
    2 juillet 2021 at 8 h 13 min

    « Un risque d’enfreindre la Constitution en instaurant une différence de traitement entre les Français (pire, ici, une différence de traitement en fonction de leur statut immunologique) »

    Et donc, le gouvernement, pour mettre tout le monde à égalité, pense (à voix de plus en plus haute) à rendre la vaccination obligatoire pour tous.
    Ça ne fera jamais qu’une promesse de plus que Macron n’aura pas tenue…

  • La vaccination obligatoire, c’est comme si c’était fait.
    La propagande des médecins largement relayée par les médias, la disqualification de tous ceux qui doutent et la lâcheté des partis politiques, RN compris, qui par leur silence sont complices de l’abus de pouvoir de ce gouvernement.
    Nous pouvons désormais retirer le mot LIBERTE de notre devise républicaine.
    Ce n’est pas la peine de débattre à longueur d’antenne sur la nécessaire adhésion à nos valeurs de tous ceux qui arrivent en France puisque nous mêmes n’y croyons plus.

    • Laurent Lenormand
      2 juillet 2021 at 8 h 50 min

      C’est la conclusion à laquelle j’arrive aussi. Nous assistons à la liquéfaction d’un peuple qui ne croit plus en ses propres valeurs. Il faut dire qu’on l’a bien aidé, par une dose de propagande massive.
      Le plus amusant, si l’on peut dire, est que le principal agent de cette soumission au nouvel ordre sanitaire est constitué de baby-boomers. Cette génération qui rejetait l’héritage de ses aînés au nom d’une « libération des corps », proclamait qu’il était « interdit d’interdire », aujourd’hui réclame et valide l’apartheid vaccinal et se balade masquée en extérieur même quand ce n’est plus obligatoire sous peine d’amende (nombreux exemples constatés de visu).

      • les conséquences de la baisse de niveau de l’Educ nat finissent par se faire sentir sur le niveau intellectuel du pays.

        oui, les baby-boomers au pouvoir ne le lâcheront pas : ils ont bouffé le capital accumulé avant eux, ils n’ont aucun scrupule à sacrifier les générations après eux (voir la dette).

  • hélas les commissions d’enquête parlementaires françaises débouchent rarement sur quelque chose : nous ne sommes pas aux Etats-Unis !

  • Qu’ils poussent pour l’obligation et il y aura plus de solutions pour avoir le sésame sans avoir la piqure

  • Sur le fond, c’est détestable. Mais sur la forme c’est aussi extrêmement mauvais.

    Elle a coûté combien au contribuable l’agence de pub ?

  • A propos de la vaccination des soignants…
    Pourquoi quasiment la moitié d’entre eux sont-ils réticents, voire carrément hostiles, à l’idée de recevoir ce « vaccin » ?
    Il serait intéressant que notre cher magazine leur donne la parole !

    • Des échos obtenus dans les ehpads où certains ont manifestement contaminé des pensionnaires maintenant décédés, on peut accuser le faible niveau de culture scientifique de nombre de soignants, et les conditions proposées pour la vaccination (un certain vaccin plutôt qu’un autre, notamment).

      • « on peut accuser le faible niveau de culture scientifique de nombre de soignants »
        Un médecin, des médecins, sont-ils vraiment c.ns ?
        Il faut que je change de médecin et d’amis !

        • Les « soignants », ce sont d’abord énormément de personnel de service qui ne sont pas médecins.
          Mais les médecins eux-mêmes n’ont pas une grande culture scientifique. Ce sont des tenants du « par coeur » et du suivi des directives de la littérature médicale, pas des adeptes du raisonnement individuel, de l’analyse et de la déduction personnelle. Et, en tout cas pour certains de ma connaissance, ils ont des difficultés à ne pas se montrer imbus de leur « science », ce qui n’a rien à voir avec la culture scientifique.

          • Vous confirmez donc que les médecins ne sont pas des experts et que leurs avis ne comptent pas… Merci.
            Je comprends pourquoi en début de crise, on ne leur a pas laissé le temps d’expérimenter des traitements (qui semblaient marcher en plus… LOL), et que c’est parti en live juste après…

            • Non, je confirme que CERTAINS médecins ne sont experts que par les livres et documents qu’ils ont lus, et que leurs avis ne sont pas infaillibles, ce qui ne veut pas dire qu’ils ne comptent pas.
              Et parmi ceux qui ont prétendu expérimenter des traitements prometteurs, on en a plus vu intéressés par leur publicité personnelle que par la rigueur scientifique de l’expérimentation.

              • En gros, ceux qui ne sont pas d’accord avec vous sont des cons et des ignorants.

                Remarquez, c’est bien que sous-entend le gouvernement depuis des mois sur tous ceux qui ne sont pas d’accord avec leur gestion de cette crise. 🙂

                • Et vous, vous déformez mes propos de manière infecte et insultante plutôt que de répondre sur le fond du sujet. Donc, d’après vous, tous les médecins sont bien plus experts que les seuls livres et documents qu’ils ont lus, et leurs avis sont infaillibles. Quant à ce que sous-entend le gouvernement, ça ne vaut pas grand chose puisque ça suit le principe de Hanlon, c’est tout.

                  • Et j’ajoute que certains médecins, aussi, sont de grands amis et n’auraient probablement pas été médecins sans les cours du soir de maths que je leur ai donnés.

                    • Et alors? Quel rapport?
                      Le fait d’avoir donné des cours de maths à de futurs médecins, vous donne une compétence pour juger des leurs dans leur propre domaine?

                    • Ca rappelle que dans mes domaines, notamment ceux du calcul de risque, je peux mieux qu’eux juger de ces questions, et que sans être d’accord avec eux, je peux échanger avec eux des services, des compétences et les respecter, eux et leurs connaissances. C’est bien ce que vous contestez quand vous dites que pour moi, qui ne serait pas d’accord avec moi serait con et ignorant, non ?

                    • sauf que la médecine, ce n’est pas du calcul de risque, ni de la statistique, mais d’abord de l’écoute et de l’observation.

                    • Quand on privilégie l’écoute et l’observation, on ne se réclame pas de la culture et de la logique scientifiques. Et si on ne s’en réclame pas, alors on est un bon médecin.

                    • @MichelO
                      Donc, si on vous suit, on est un bon médecin quand on se se réclame pas de la logique scientifique!? Intéressant.
                      Cela permet donc ensuite de dire aux médecins qui s’en réclament: 1/ ce ne sont pas de bons médecins, 2/ comme ce ne sont pas de bons médecins, leur avis contraire au votre est d’une part, forcement faux et d’autre part, un signe qu’ils ne prennent pas bien en charge leur patient… 🙂
                      Pas mal! Que ne faut-il pas dire pour se convaincre d’avoir raison n’est-ce pas. 🙂

                      Parlez-en à votre médecin et dit-lui qu’il ne pratique pas une matière scientifique, juste pour voir. 🙂

                    • @MichelO
                      « dans mes domaines, notamment ceux du calcul de risque, je peux mieux qu’eux juger de ces questions,  »
                      Et voilà l’argument d’autorité devant asseoir votre raisonnement: je suis un expert donc j’ai raison et circulez SVP. Quand on en est à sortir cela, cela signe en général le fond/fin de l’argumentaire. 🙂
                      Au passage, on note la conviction en l’infaillibilité de vos compétences ce qui n’augure rien de bon concernant le fameux esprit scientifique dont vous vous targuez. 🙂

                      Vous êtes peut-être un expert du calcul du risque, cela ne vous rend pas plus compétent pour autant dans un domaine médical car il faut manque les compétences pour choisir les données ad hoc afin de le calculer ce fameux risque. Et un calcul de risque à partir d’une mauvaise base, de données inadéquates (je n’ai pas dit fausses ce qui est encore pire) et devant évaluer un procéssus mal compris (…etc) abouti à un résultat final faux même si le calcul en lui-même est exact.
                      Vous me rappelez ces nombreux scientifiques affiliés au GIEC, sûrs de leurs compétences et multipliant les modèles utilisant des calculs exacts mais basés sur des données partielles ou sélectionnées et qui aboutissent aux mêmes résultats et en décorrélation de plus en plus flagrante avec la réalité.

                    • L’argument est « je suis particulièrement expérimenté dans le domaine, et vous auriez intérêt à tourner sept fois votre doigt sur le clavier avant de me contredire ». Ca ne vous empêche pas de le faire, si vous avez de bons arguments, mais de votre part je n’ai vu ici que des attaques personnelles.

                    • @MichelO
                      « L’argument est « je suis particulièrement expérimenté dans le domaine, et vous auriez intérêt à tourner sept fois votre doigt sur le clavier avant de me contredire ».

                      Voilà un argument d’autorité typique.
                      Le genre d’argument utilisé pour clore une discussion et éteindre toute contradiction. Sous prétexte de vos « compétences supérieures », on devrait vous croire sur parole?
                      Dites-moi, il y a combien de scientifiques de par le monde qui utilisent ce genre d’argument pour avancer leurs convictions? Une planquée!
                      Comprenez donc qu’on ose vous critiquer.
                      Evidemment, ce genre de critique peut-être irritant pour l’ego et il n’est pas étonnant que vous preniez cela pour des « attaques personnelles ». Lol.

                      Mais à partir du moment où vous mettez votre propre personne comme argument dans une discussion sans apporter plus de preuve que votre « compétence » réelle où fantasmée (la virologie, l’épidémiologie et les épidémies ainsi que le médical ne sont pas votre domaine d’après ce que j’ai compris), il est normal que cet argument (càd vous-même) soit sujet à discussion. Il n’y a aucun mépris ou insulte de notre part.
                      Il n’y a donc aucune attaque personnelle et le rôle de Caliméro ne vous sied pas.
                      Nous ne sommes pas ici dans un amphithéâtre de Facultés où vous délivrez un message auprès d’une population qui enregistre votre discours sans le risque de la moindre contradiction.

                    • Il y a énormément de scientifiques qui utilisent l’argument « si vous me contestez, ne me faites pas perdre de temps, contestez moi avec sérieux ». C’est à dire, donnez des arguments et non des qualificatifs, répondez aux demandes de références, ne cédez pas à la tentation de donner des chiffres sensationnels ou d’utiliser des mots chargés de sous-entendus mais inadéquats. C’est un rappel de la simple courtoisie élémentaire, cette courtoisie qui a disparu des commentaires de Contrepoints. Ca n’a rien à voir avec un quelconque abus d’arguments d’autorité dont vous m’accusez.
                      Expliquez donc un peu mieux comment mon message du 2 à 11h24 vous conduit à m’accuser de prendre pour des cons et des ignorants ceux qui ne seraient pas d’accord avec moi. Parce que l’impression que j’en retire est que vous cherchiez surtout à me discréditer, et qu’une insulte bien placée vous a paru opportune pour ce faire. Ou bien je m’écrasais et donc je confirmais mon incompétence, ou bien je me rebiffais et vous pouviez accuser mon caractère plutôt qu’apporter des arguments sur le fond. Voilà pourquoi je crois que je vais chercher d’autres lieux de discussion et de débat, plus honnêtes et constructifs, que ce que Contrepoints est devenu.

                  • TOUS les médecins sont faillibles, c’est évident.
                    Mais cela va dans les deux sens!
                    Cependant, vous ne considérez cette faillibilité que pour expliquer que certains ne pensent pas comme vous.
                    Et cela vous permet de dénigrer les « mal-pensants » en sous-entendant une incompétence ou ignorance finalement bien pratique. Sans oublier, l’inévitable accusation de recherche de publicité personnel pour mieux dévaluer leurs avis. 🙂
                    Car bien sûr, tout le petit monde pro-vaccin covid est complétement exempt de recherche d’intérêts perso ou de recherche de « publicité personnelle  » comme vous dites… 🙂

                    Quand une part importante (20-30% ?) de médecins ont plus que des réticences à la vaccination anti-covid alors qu’ils n’en ont aucune sur les autres vaccins, quand il faut envisager une Loi pour obliger les soignants à se vacciner car ils refusent de la faire spontanément alors qu’ils se soignent très bien pour toutes les autres maladies, vous pourriez envisager que leur réticence a quelques fondements?
                    ET si c’était vous qui vous trompiez?
                    Non? Impossible?. Vous feriez donc partie des infaillibles vous aussi? 🙂 🙂

                    Pour info, les connaissances d’un médecin sur le covid ne vient pas uniquement de ce qu’il a lu sur le virus récemment mais également utilisent toutes ses autres connaissance sur les maladies infectieuses, leurs traitements et prises en charge ainsi que l’expérience accumulée sur d’autres épidémies et pandémies. Et justement, la prise en charge du covid telle qu’elle a été réalisée et continue d’être pratiquée est délirante au vue des caractéristiques de la maladie et de sa mortalité. Et c’est justement ces connaissances que vous n’avez pas et qui, visiblement, ne vous effleurent même pas.
                    L’ignorance, c’est la force pour reprendre un slogan que vous devez connaitre…

                    • Je dénigre ceux qui n’ont appuyé leurs affirmations que par des études qui scientifiquement ne tenaient pas la route. C’est mon droit, et mon principe personnel du fait de mes compétences scientifiques.

                    • Et j’aimerais que ceux qui me mettent -1 sur cette position expliquent en quoi ils ne sont pas d’accord.

                    • halte au troll, tout simplement !

                  • putain mais ferme la..et arrête de chialer comme une madeleine a chaque fois qu’on est pas d’accord avec toi..on a tous compris que t’es imbu de ta personne et que tu penses avoir la science infuse..et c’est pas parce que t’es un pro vaccin qu’on doit tous l’être, espèce de dictateur de mes deux.

                    • Putain, mais arrête de lire ce qui ne te plaît pas.

                    • @dekkard,

                      Recentrons le débat en gardant à l’esprit que SEUL le virus impose à la planète entière une véritable tyrannie,sauf à digresser à l’infini pour mieux se rassurer, ou à sombrer dans un déni inepte de cette pandémie en parfaite contradiction avec des faits avérés.

                    • @leonid,

                      ce n’est pas le virus, mais les politiques qui imposent cette tyrannie !

              • Là, nous sommes d’accord. Si vous en avez un comme ça comme médecin traitant, ne déménagez pas, ils sont plutôt rares.

                • Malheureusement non, ceux que j’ai dans ma zone sont des bons petits généralistes de quartier qui ne savent que délivrer des certificats d’arrêt de travail… Quant au diagnostique, n’en parlons pas… Mieux vaut chercher sur Internet, car une fois sorti de leur consultation, on en sait pas plus, voir moins qu’avant…

      • Proposez vous donc.

    • A ce stade, j’espère que les soignants opposés à l’obligation démissionneront en masse.

      • OK, mais qu’ils n’auront pas droit à une quelconque indemnisation au chômage.

        • Et pourquoi pas? Vous vous également introduire une différence de droit en fonction de l’état vaccinal?
          Christophe Barnier sort de ce post, on t’a reconnu!

          • Ce ne sont pas des droits, mais des prestations que leur versent les uns avec mon argent. S’il n’y avait que moi, toute absence de travail pour des raisons idéologiques quand on pourrait en avoir un sans problème devrait cesser d’être indemnisée.

        • Bien sûr que si, Macron a fait passer la loi qui donne droit au chômage pour les démissionnaires depuis le 1er janvier 2019.

        • Disons: que leur indemnité leur soit retirée si des procès liés à la constitutionnalité (et à la légalité en droit européen, pour une fois qu’il servirait à quelque chose,) de l’obligation en question leur donnent tort.
          Mais de toute façon, si 30% des soignants envoient leur démission en même temps et publiquement, le gouvernement se trouvera dans ses petits souliers.
          De deux choses l’une, soit la dictature montre les griffes (mais il paraît que l’armée n’est pas très heureuse ces temps-ci,) soit elle se ratatine.
          Au moins, on saura à quoi s’en tenir.

        • « OK, mais qu’ils n’auront pas droit à une quelconque indemnisation au chômage. »

          je ne pense pas que ce soit le vrai problème…

          • le vrai problème est qu’on a de moins en moins de soignants, vu comment ils sont exploités par les administratifs parasites.

          • @breizh

            Ce maudit virus est invisible mais il IMPOSE aux hommes sa LOI « naturelle », et il ne faudrait pas oublier que cette nature ne cesse d’agir depuis la nuit des temps pour s’imposer aux hommes contraints de relever ses défis.

            La nature est belle mais bien plus dangereuse que nos petits dictateurs « humains »auxquels il est fait allusion dans certains commentaires qui devraient s’élever pour aborder l’essentiel avec des arguments scientifiques solides et basés sur des faits.
            Bien à vous

        • merci de l’info, mais c’est en Allemagne !

  • Laurent Lenormand
    2 juillet 2021 at 9 h 08 min

    J’espère que cela se passera comme vous le décrivez. Mais je crains que parvenu à un tel avancement dans l’emprise totalitaire, le système ne se laisse pas écarter aussi facilement.

  • Je connais un monsieur qui est décédé récemment « suite à un AVC »; la réalité est qu’il a chopé le Covid à l’hôpital . . . Dans sa famille, personne n’était porteur du virus et, une fois entré à l’hôpital, il chope le Covid (tout en étant dans un état second il est vrai : il a fait un AVC !). L’hôpital, dans sa grande transparence parle d’AVC mais la femme de ce monsieur parle de Covid !
    A votre avis, il vient d’où ce virus qu’il a chopé ? d’un autre patient ? ça m’étonnerait . . . ! c’est un membre du personnel soignant (non vacciné) qui le lui a transmis . . . il faut mettre en quarantaine le personnel soignant qui refuse de se faire vacciner !

    • Le « vaccin » EMPECHE t-il d’être contaminé ? NON.
      Le « vaccin » EMPECHE t-il de transmettre la maladie ? NON

      • Remplacez vos « NON » par des « SEULEMENT LA PLUPART DU TEMPS », et revoyez vos conclusions.

        • Quelle est la valeur de « la plupart du temps » en % ?
          Quelle est alors la valeur du bénéfice / risque ?
          Ce vaccin protège (enfin, si on suit la doctrine) celui qui le reçoit… C’est déjà pas mal me direz-vous.

          • Ce sont exactement ces questions qui méritent qu’on les approfondissent. Les pourcentages et les intervalles de confiance associés devraient suffire à la plupart des citoyens pour se prononcer en ce qui les concerne personnellement. Mais dans notre monde peu libéral, ils ont été habitués à réclamer interdictions ou obligations à d’autres, pour ne pas assumer la responsabilité des conséquences de leurs choix. Dans un ehpad de ma connaissance, une aide-soignante particulièrement serviable et charmante est manifestement celle qui a apporté le virus à l’intérieur de l’établissement, conduisant à 3 décès. Elle refuse la vaccination, sans pouvoir détailler pourquoi. Faut-il la convaincre, et si oui, comment en pratique ?

            • Pourquoi la vacciner puisqu’elle a déjà été contaminée ?

              • Pourquoi répondre à une question par une question ?
                Je ne parle pas de la vacciner, mais de la convaincre. Si elle avait été convaincue et vaccinée, elle n’aurait à priori pas été contaminée ni facteur significatif de risque pour ses pensionnaires.

                • La vaccination n’empêche pas d’être contaminé.

                • Il a répondu à votre question en fait : ça sert à rien de la vacciner car elle est déjà contaminée et à priori en vie, donc à tout le nécessaire pour combattre le virus…
                  Donc la convaincre n’est pas la solution.

                  • La convaincre est la solution pour éviter que ce genre d’homicide par ignorance ne se reproduise à l’avenir dans des circonstances analogues. Et encore une fois, j’ai écrit « la convaincre », pas la vacciner. Soutenez-vous, oui ou non, que ces homicides par ignorance seraient un mal nécessaire pour attendre plus de certitudes sur l’effet du vaccin ?

                    • Rien ne vous arrête.
                      Sauf qu’il ne s’agit en rien d’un « homicide par ignorance », terme très chargé en émotion pour faire taire le contradicteur.
                      Sinon toute maladie transmise par quelqu’un devient un homicide par ignorance quand, par manque de chance, est devient mortelle pour un individu.
                      La grippe en fait partie, obligeons toute le monde à se faire vacciner (0.3% de mortalité la grippe saisonnière comme le covid).
                      Et les chocs anaphylactiques à certaines substances? Obligeons tout le monde à ne consommer et ne porter que des éléments non allergènes.

                      Et pourquoi s’arrêter en si bon chemin? Vous avez pensé à tous ces comportements si « délétères » pour nos concitoyens? Tous ces véhicules pollueurs en particules fines à l’origine de tant de morts? Des « homicides par ignorance » là encore! Vite obligeons, interdisons, réglementons… pour notre bien évidemment.

                    • Vous êtes pénible à déformer les propos. Je me tue à vous répéter que je suis contre les interdictions et les obligations ! Mais je me réserve le droit de juger les gens sur leurs choix personnels, et de ne pas avoir une très haute opinion de ceux qui, soignants, n’ont pas le souci de se faire vacciner contre la grippe ou quoi que ce soit au prétexte que ça n’est pas leur affaire puisque eux ne risquent que de pouvoir passer quelques jours à la maison aux frais de l’assurance-maladie.

                    • arrêtez de vous tuer…

            • « Mais dans notre monde peu libéral, ils ont été habitués à réclamer interdictions ou obligations à d’autres, pour ne pas assumer la responsabilité des conséquences de leurs choix. »

              Autogoal 😀

        • Les vaccinés sont ceux qui ont deux doses depuis 3 semaines. Les non-vaccinés sont ceux qui, dans les mêmes proportions d’âge et de vulnérabilité, ne les ont pas. Du moins si vous voulez faire des comparaisons réellement scientifiques entre les deux, et non lancer les polémiques entre vaccinés et non-vaccinés qui raviront notre porte-parole gouvernemental et monteront sa cote de popularité.

          • J’ai pas l’impression que ce que vous décrivez pour les analyses soient vraiment ça. Du moins pas aussi précis. Car on aurait bien des surprises.
            Mais c’est marrant, vous ne semblez pas accepter les chiffres indiqués dans le précédent commentaire, alors qu’ils viennent d’une étude d’un organisme officiel… Par contre, quand un urgentiste explique le pass sanitaire est dangereux, que la vaccination relève de la responsabilité, vous n’êtes pas d’accord…

            • J’accepte les chiffres, mais pas leur interprétation. SI 100% des adultes sont vaccinés et 0% des enfants, Vous concluez de 50 morts vaccinés et 0 non-vaccinés que le vaccin amène la mort ?

              • Le pass sanitaire est politiquement dangereux, oui. Mais un urgentiste n’est pas le mieux placé pour en parler, et il me paraît encore plus dangereux que la responsabilité ne soit vue que quand il s’agit de la reporter sur autrui.

              • Belle pirouette!
                Sauf qu’on n’est pas du tout dans ce cas de figure. 🙂

                • Ben si, on est dans ce cas figure, celui où la vulnérabilité est considérée comme équivalente, ou si l’on préfère celui ou les caractéristiques autres que vacciné/non vacciné expliquent parfaitement les chiffres, et annulent les sous-entendus.

                  • Et je constate que vous n’avancez aucun argument pour soutenir votre prétention que nous ne serions pas dans le même cas de figure, seulement une moquerie prétendant que l’identification d’autres facteurs de causalité que ceux qui vous arrangeraient serait une « pirouette ».

          • Excellente question : quel journaleux osera s’y coller ! ! !

        • le vaccin est-il dépourvu d’effet secondaire grave ?

          « Remplacez vos « NON » par des « SEULEMENT LA PLUPART DU TEMPS », et revoyez vos conclusions. »

        • Merci pour cet article !
          Il confirme donc qu’il y a bien des cas de réinfection par le covid aux USA de personnes en couverture vaccinale complète et que ce nombre (10262 en Avril 2021) est largement sous-estimé puisque les personnes ne se font plus systématiquement dépister (sans doute l’impression de sécurité donné par le vaccin).
          Sur ces cas, 555 (soit 5%) ont bénéficié d’un séquençage du génome viral retrouvant 64% de variants confirmant donc la pression sélective de la vaccination sur la sélection de variants comme certains virologues en avaient averti du risque avant d’être évincé des médias. Évidemment, vous ne manquerez pas de m’opposer que tester 5% d’une population peut introduire des biais et ne pas donner une image exacte de la situation mais tester un échantillon d’une population est une pratique classique. Et cela cadre bien avec l’arrivée de tous ces variants viraux dont on n’arrête pas de nous bassiner pour inciter à la vaccination alors que ces vaccins sont eux-mêmes moins efficaces sur ces variants…
          L’âge médian des patients vaccinés mais covid+ et décédés est de 82 ans ce qui ne change rien à la situation prévaccinale.
          Parmi ces vaccinés en rechute, seuls 27% étaient asymptomatiques contre 80% avant le vaccin. Enfin, le taux de mortalité de ces vaccinés en rechute est de 1.6% en tenant compte de ceux covid+ morts d’autre chose que du covid. Contre 0.3% de mortalité en l’absence de vaccination.
          Alors oui, il y a probablement globalement moins de cas covid+ chez les vaccinés qu’avant le vaccin mais l’article ne le dit pas et se réfugie derrière l’argument d’études ultérieures nécessaires. Car il n’y a aucune idée de l’importance du rôle du vaccin dans la baisse du nombre de cas de covid+ car cette baisse saisonnière a déjà eu lieu l’année dernière en l’absence de vaccin ! Les auteurs de cet article le savent très bien et ne s’aventurent pas sur ce sujet.

          On en reparlera à l’automne prochain s’il y une 4è vague dont les responsables seront, n’en doutons pas, les non-vaccinés, n’est-ce pas !!

          • Même sous-estimé, le chiffre de 10262 sur plus de 100 millions est à comparer avec celui des non-vaccinés. 1.6 cas sur 100×10000, c’est ça qui se compare à vos 3 sur 1000. Vos références ne seraient-elles pas un certain Darrell Huff ?

          • Vous avez raison, les responsables de tout ce qui ne marchera pas seront les non-vaccinés.
            Notre brillant ministre de l’économie a inauguré le bal en menaçant les non-vaccinés d’être responsables de la reprise économique qui sera plus faible que ce qu’il avait prévu.
            Le pire, c’est que ce discours fonctionne à merveille sur la population.
            J’ai participé ce week-end à une réunion familiale réunissant 50 personnes en plein air.
            Seuls 3 adultes dont moi n’étaient pas vaccinés et je peux confirmer que la vaccination sera notre affaire Dreyfus.
            L’agressivité de certaines personnes, que j’apprécie par ailleurs, m’a énormément peiné.
            Les Français souscrivent majoritairement à la dictature sanitaire qui se met en place inexorablement depuis 16 mois.

    • Statistiquement, on sait qu’un certain nombre de personnes contractent des maladies à l’hôpital, et plus graves que celles ayant justifié leur hospitalisation.

      On sait aussi que le personnel médical risque de contaminer les malades. (Ils doivent se laver les mains en permanence pour réduire les risques.)

      C’est une certitude statistique.

      Mais l’avis d’une dame (contraire au médecins) agrémenté d’un « ça m’étonnerait » pour l’investigation … Cela entre plus dans la catégorie « fake news ».

      La « fracture sociale » du directeur de la publicité est purement et simplement une « fracture des réseaux sociaux ».

  • En 1937 le gouvernement de front populaire a fait recenser les étrangers. En 1940, le gouvernement de l’état français a pu en faire liquider une partie.

    Le socialisme commence avec des mots. Il se termine avec beaucoup de morts.

  • Pour en venir au titre même de cet article, dites-vous, Magali, que c’est déjà le cas.
    Cette histoire de vaccin me fait fortement penser à l’Affaire Dreyfus, puisque même dans les familles les avis divergent: je ne recevrai pas cet été mes enfants comme d’habitude. Ma fille et mon gendre viendront (ils sont, comme moi, dubitatifs et donc, comme moi, non « vaccinés »); mon fils et ma belle fille ne viendront pas (ils craignent que je les contaminent, puisqu’ils sont « vaccinés » : allez chercher leur logique…)

    • Comme je vous comprends, je ressens la même chose dans mon environnement.
      Le vaccin sera notre affaire Dreyfus quand les familles se déchiraient entre pro en anti dreyfusards.
      On a les affaires qu’on mérite…

    • Même chose de mon coté, personne qui refuse de voir les autres mais les vaccinés ont peurs de s’approcher des non vaccinés. D’ailleurs ils continuent à mettre le masque. Bizarrement on dirait presque que ce sont les vaccinés qui ont le moins confiance dans l’immunité conférée par le vaccin
      J’ai arrêté de chercher une logique à tout ça. Il s’agit de politique pas de science

  • Et le pire, c’est lorsqu’il mettra en place cette obligation, il reviendra sur les plateaux télé et expliquera tranquillement : « vous voyez, les français ont compris qu’il était nécessaire de se faire vacciner pour reprendre une vie normale »…
    C’est comme les masques plus obligatoire dans la rue vs à l’intérieur où Véran affirme tranquillement : « j’ai croisé des gens dans la rue qui portent encore le masque, les français sont toujours sérieux et gardent les recommandations » ; alors que c’est plus pour une histoire de flemme d’enlever le masque dehors quand on fait du shopping magasins par magasins… Bref, ils auront toujours raison… CPEF

    • Il ne mettra pas en place l’obligation pour tous, il viendra expliquer combien il est rééligible pour avoir renoncé à la mettre en place alors qu’elle paraissait s’imposer.

  • Ce qui est fascinant, c’est de voir à quel point les gens croient encore en l’omnipotence de l’Etat alors que cette crise aura démontré toute son impotence…
    Quelle fuite en avant…

  • Une belle politique de manipulation dirigée par MacKinsey. Si cela finit comme aux USA pour les opiacées, nous finirons nombreux à être vaccinés contre cette politique. Hélas un peu trop tard.

  • Le titre est trompeur. Attal apprécierait une fracture sociale qui favoriserait la réélection de son maître, et les antivax ici sont ses meilleurs alliés, tant en mélangeant les effets techniques de la vaccination avec ceux, politiques, du pass sanitaire, pour la perpétuation de cette fracture.

    • « les antivax ici sont ses meilleurs alliés, tant en mélangeant les effets techniques de la vaccination avec ceux, politiques, du pass sanitaire, pour la perpétuation de cette fracture. »

      les antivax n’ont pas envie d’être des cobayes obligatoires et non indemnisés : c’est tout !!!
      surtout qu’il existe des produits bien moins chers pour soigner le covid et sans risque et parfaitement connus.

      • Il existe surtout des méthodes plus efficaces pour éviter de créer la fracture qui permettra à Macron d’être réélu que de défendre la position antivax…

        • Renseignez-vous s’il vous plaît sur ce que veut dire antivax. Dans le genre raccourci facile et insultant…

        • le sujet, c’est la vaccination, pas la réélection de Macron…

          • Le sujet pour moi, c’est l’utilité pour la réélection de Macron d’une scission vax/antivax. J’ai encore le droit d’analyser les articles à mon idée sur ce site, non ?

            • Bien sûr que vous en avez le droit. Qui a dit où supposé le contraire?
              Mais les autres intervenants ont également le droit de vous répondre s’ils ne sont pas d’accord avec vous.

              • Les autres intervenants sont très bienvenus de me répondre, si ce sont des réponses et non des annotations du type « hors sujet » ou « insupportable délire ».

                • cela devient du troll : un peu pénible !

                  • Troll : un internaute qui empoisonne les débats sur internet avec des remarques inappropriées ou provocantes. Quand les remarques appropriées sont celles qui favorisent la position d’Attal…

  • Expliquez d’abord d’où vient la technologie ARN des nouveaux vaccins? pourquoi faire ?

  • c’est clairement un pantin, arrivé là par pur opportunisme et copinage (cabinet de Touraine), même pas diplômé de sciences po.

  • moi ce que je crains le plus c’est qu’a force d’écouter ces débiles comme Attal ou Macron je finisse aussi con qu’eux et franchement c’est terrifiant.

  • Gabriel Attal est bien socialiste, après la lutte des classes, des sexes, des races, des sexualités maintenant des vaccinés et non-vaccinés.

  • Bonjour,
    Je suis vacciné ; c’est un choix personnel.
    Mais, je suis totalement hostile à la vaccination obligatoire.
    Le choix de se faire vacciner ou pas est personnel et dépend de l’analyse que l’on fait de son bénéfice / risque.
    Ainsi, un enfant ne devrait pas être vacciné, car bénéfice nul et risque possible même si très faible.
    On se vacciné pour soi pas pour les autres.

  • Étant donné que le vaccin n’empêche pas la propagation du virus, je serais d’avis de laisser 100% des non-vaccinés chez eux… pour leur bien, avec en prime un chapeau en aluminium pour les protéger des voleurs de consciences et de libertés. J’ai des amis morts du virus parce qu’ils pensaient que ce n’était qu’une petite grippe… des amis ayant des séquelles depuis des mois… des amis qui même en étant prudent ont été affectés par des personnes qui s’en moquaient…
    Il existe un jeu sympa c’est la roulette russe… essayez, allez faire un tour au Brésil pays de liberté. Je pense que statistiquement nous aurons vite des résultats sur les effets de la non vaccination et le refus d’enfin comprendre que le vaccin est la seule mesure permettant pour le moment de ne pas être enfermé 6 mois de plus et de ne pas voir des humains crever comme des bêtes…
    Égoïstes restez chez vous et n’en sortez plus

    • Sans vouloir manquer de respect à vos amis morts ou avec des séquelles, il faut justement se poser la question du pourquoi ont-ils attrapés et en forme grave ce virus ?
      Je n’ai pas dans mon entourage de tels cas, mais quand j’entends certains s’amuser de dire qu’ils sont partis en vacances en groupes dans des zones identifiées comme « à risque » ou d’autres de ne pas s’isoler quand ils sentent une petite fatigue anormale, je me dis que ceux sont ces personnes qui sont plus dangereuses qui le non vacciné, bien portant, jamais vacciné contre la Grippe (et ne l’ayant jamais eu ou seulement en forme de rhume), qui prend ses responsabilités et évite ses déplacement pendant l’épidémie…

      • Mes amis étaient bien portant, au travail.
        En mars 2020 parlais les premiers infectés.
        Pas de comportement à risque, pas de problèmes particuliers de santé.
        Une jeune fille de 20 ans, sportive 3 semaines en soins intensifs.
        Remettez votre casque d’aluminium….

        • Si chercher à comprendre les choses pour s’améliorer et ne pas reproduire les erreurs d’avant, c’est être complotiste, j’adhère tout de suite au mouvement hein…
          Ne changez surtout rien, refaites les mêmes erreurs à chaque vague, c’est grâce à vous qu’on va nous mettre des lois débiles qui vont encore plus faire régresser notre pays. Merci par avance…

  • bon, a lire les commentaires deux constats me viennent a l’esprit:

    -Bravo a MichelO pour sa volonté à continuer de débattre ici avec les retours qu’il prend !
    -Je suis plus que jamais pour que la sélection naturel s’exprime!

    Il y a une blague très politiquement incorrecte (mais tampis) aussi qui me revient :
    la première vague du covid était du aux pangolins un animal en voie d’extinction!
    la prochaine vague sera du aux blaireaux qui eux sont en voie d’expansion !
    Oui, cela m’a fait rire alors que c’est d’une tristesse grave en réalité!

    Pour finir : non, je n’ai pas d’argument inutiles a donner ici ! Quel qu’ils soient, ils seraient détournés, contournés voir ignorés et je me rappel tout le temps que même Archimède perd son combat depuis 2000 ans face à celui qui aurait marche sur l’eau!
    Ps : contre les obligations mais pour le bon sens et l’objectivité!

    • Yann, en Allemagne on les appelle les porteurs de casques en aluminium… c’est pour se protéger des complots et bien sûr des martiens…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Robert.

Dans Bagatelles pour un massacre, un de ses pamphlets maudits, Céline relate sa visite dans un hôpital complètement délabré de la banlieue de Leningrad, guidé par le camarade Touvabienovitch ne cessant de vociférer d’une voix de stentor : « Ici confrère, tout va très bien ! … Tous les malades vont très bien ! Nous sommes tous ici, très bien ! ».

Cette manie de la dissimulation illustrée par les simulacres de Potemkine voulant cacher à Catherine II l’état sinistré des villages de son empire n’est pas propre à l... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Finn Andreen.

Comment la cote de popularité de Macron peut-elle être aussi élevée malgré la gestion calamiteuse et autoritaire de la crise sanitaire ?

En effet, le quotidien Le Figaro annonce que « Le chef de l'État progresse dans toutes les catégories de la population » et que près de la moitié des Français (46 %) a maintenant une bonne opinion de lui, ce qui est bien plus que ses récents prédécesseurs à la même date précédant l’élection.

Cependant, cote de popularité ne signifie pas intention de vote, laquelle se tr... Poursuivre la lecture

Par François Jolain.

Bien que les dernières recherches montrent la perte d’efficacité du vaccin sur le variant delta, la vaccination quasi obligatoire risque de se maintenir dans le plus pur style lyssenkisme où la science doit se conformer à l’idéologie gouvernementale. Ainsi le QRCode européen se généralise.

Il est temps de l’analyser plus en détails.

D'où vient le QR code ?

L’histoire a sa part d’ironie. L’invention du QRCode date de 1994. Il servait à Toyota pour traquer ses pièces dans son usine. Avec l’aide du smart... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles