Pass sanitaire : une mise en pratique infernale

Une société construite sur ces prémices où toute morale a été soigneusement expurgée, ne peut rien produire d'autre que de la misère.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pass sanitaire : une mise en pratique infernale

Publié le 28 juillet 2021
- A +

par h16

Et alors que se poursuit gentiment le parcours institutionnel de la loi encadrant la mise en place d’un apartheid sanitaire en France (c’est-à-dire, selon la définition acceptée de tous, la discrimination voire l’exclusion d’une partie de la population qui ne dispose pas des mêmes droits, lieux d’habitation ou emplois que le reste de la collectivité), des petites difficultés commencent à apparaître dont on se demande quelle pirouette permettra de les camoufler.

Eh oui : si dans la bouche de nos frétillants énarques, de nos vigoureux ministres et de nos sémillants députés, le pass sanitaire permettra de résoudre les problèmes sanitaires français, il n’aura vraisemblablement qu’un effet marginal sur d’autres soucis bien français que l’actualité nous rappelle avec insistance.

C’est ainsi que les jours passés furent l’occasion de vérifier que les gentils quartiers émotifs n’étaient pas plus calmes à présent qu’un contrôle supplémentaire pointe son nez : une fois encore, les forces de l’ordre ont été prises à partie lors de différentes petites manifestations de ce vivrensemble énergique que la pandémie n’a clairement pas affecté.

Et voilà que deux policiers sont agressés en dehors de leur service, dans le 11ème arrondissement à Paris. Très manifestement, les gestes barrières n’ont pas été respectés et on espère que les deux agents ne seront pas contaminés par le méchant virus.

Et voilà qu’à Toulouse, ce sont trois policiers qui ont été agressés par une toxicomane : aspergés d’ammoniaque, on peut raisonnablement penser que le virus n’aura pas survécu.

Et voilà qu’à Bonneuil-sur-Marne, un policier a été brûlé après des tirs de mortiers d’artifice lors d’une intervention qui démontre encore une fois que les jeunes ont su, malgré les confinements, les restrictions et l’instauration du pass sanitaire, conserver un esprit résolument festif et respectueux de la distanciation sociale que permet justement ce genre de mortiers.

Et voilà qu’une fusillade ou une autre éclate dans le pays qui, pour rappel, interdit fermement le port d’arme et se fait fort de ne pas être peuplé de ces cowboys irascibles comme on en voit trop outre-Atlantique, n’est-ce pas.

Ces faits divers, dont certains déclenchent même l’inévitable intervention du petit ministre du moment, rappellent qu’on tente donc d’instaurer une immonde vexation liberticide supplémentaire dans ce pays où règnent l’ordre, la loi et l’unité républicaine dont se gargarisent nos politiciens.

À ces éléments, on comprend déjà qu’il va y avoir comme une différence palpable entre la loi pratiquée à certains endroits et pour certains occupants du territoire français et celle qui sera imposée aux classes laborieuses, à ces sans-dents qui ne sont rien, à ceux qui, finalement, payent les salaires de ces politiciens, de ces préfets, de ces députés et de ces ministres qui, actuellement, s’enorgueillissent de mettre en place cet apartheid.

Ségrégation vaccinale dont les contours sont de jour en jour de plus en plus flous à mesure que les exceptions, aménagements et bricolages législatifs s’empilent afin de tenir compte des réalités du terrain qui (l’imbécile !) ne se laisse pas faire : menaçant de faire grève en août, les routiers ont finalement obtenu que les restaurants qui les accueillent ne soient pas soumis à l’obligation de pass sanitaire. Le resto-routier va-t-il devenir une destination gastronomique des pestiférés antipass ?

En tout cas, la presse aura fort à faire pour expliquer ce qui est possible ou pas, ce qui est autorisé ou interdit, continuer à faire peur tout en essayant de minimiser les effets de bord maintenant nombreux de ces mesures iniques : tant du côté médiatique que du côté politique, on se tortille dans tous les sens pour expliquer comment les patrons vont bien pouvoir virer les salariés récalcitrants, et le moins qu’on puisse dire est qu’une nouvelle zone de droits étranges et alternatifs vient d’être découverte dont on se doute qu’elle va être rapidement explorée par toute une batterie d’avocats et de syndicalistes.

Pas de doute, l’instauration de ces complications administratives qui ne contribueront en rien à une quelconque lutte contre un virus maintenant endémique, promet un festival de petits pas chaloupés pour le gouvernement (deux en avant, trois en arrière, un sur le côté, deux dans le ravin).

Dans ce tableau, les forces de l’ordre vont se trouver dans une position intéressante, à l’interface de nombreuses occurrences d’un Deux Poids Deux Mesures ridicule, visible et rapidement insupportable : au Deux Poids Deux Mesures appliqué dans les cités sensibles et autres quartiers émotifs répondra le même arbitraire entre le citoyen (qui devra supporter un vaccin imposé par la bande pour pouvoir travailler) et le policier (dont le pass sanitaire restera facultatif pour exercer), ainsi qu’entre citoyens eux-mêmes (les routiers ou la grande distribution constituant les premiers exemptés d’une liste qu’on devine s’allongeant de semaine en semaine).

Avec son idée folle sur le plan administratif et stupide sur le plan médical, Macron fracture les familles, les entreprises et le pacte social en montant les forces de l’ordre contre les citoyens honnêtes, en divisant les citoyens entre eux en distribuant privilèges et exemptions, tout en sanctuarisant (par son inaction) les enclaves anti-républicaines.

Pire : le pass ne pourra fonctionner qu’avec la volonté des entrepreneurs de sanctionner leurs employés et trier leurs clients. C’est aussi le privé qui devra, par la délation, suppléer au travail des policiers qui ne seront jamais assez nombreux pour écraser la dissidence pardon contrôler les récalcitrants pardon les anti-pass pardon les complotistes.

Le pass sanitaire, invraisemblable bricolage technocratique sans plus aucun lien avec la médecine, n’aura aucun mal à se muer en passeport intérieur à la moindre occasion. La liberté de se déplacer, de commercer, d’interagir avec ceux que l’on souhaite disparaît maintenant en même temps que toute illusion d’égalité en droit qu’on faisait au moins semblant de conserver en France. Dans ce cadre, la population n’est plus qu’un ensemble de castes disjointes, montées artificiellement les unes contre les autres, se battant entre elles pour obtenir des petits privilèges de plus en plus iniques, dans une soupe de Deux Poids Deux Mesures qui ne favorise qu’un accroissement des tensions dont l’issue ne peut être que la frustration et la violence.

Une société construite sur ces prémices où tout humanisme et toute morale ont été soigneusement expurgés ne peut rien produire d’autre que de la misère. Le pays ne pourra pas se relever de cette épreuve sans une remise en cause brutale de tout son système social et une véritable purge de ses politiciens, à peu près tous dépourvus de la moindre colonne vertébrale.

Gouverné par des blobs, ce pays est foutu.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)
  • « C’est aussi le privé qui devra, par la « délation » « . « Délation » que ce terme sent bon le fascisme, je veux dire le fiasco. France et Fiasco
    cela va si bien ensemble.

  • Et vous entendez ce b….l autour du licenciement des salariés sans pass-sanitaire, cela change d’heure en heure, de ministre en ministre, vraiment quel b….l en haut de ce pays. Je suis c.. je n’y comprend rien.

    • « je n’y comprend rien. »

      Rassurez-vous, eux non plus.

    • Il faut comprendre qu’en général, pour certains, le bor*el ça peut être agréable! Nous avons un gouvernement qui veut nous procurer bonheur et plaisir, ne boudons pas notre chance, tout au moins jusqu’à ce que CPEF!

  • Est-ce qu’un policier non-vacciné, s’il est agressé dans une cité émotive, sera admis à l’hôpital ?

  • Finalement, l’attirance pour le gouvernement par la peur et la passion des régimes fascistoïdes transcendent les générations. La France avait eu Pétain, plus vieux chef de l’Etat me semble-t-il et à moitié sénile ayant passé sa vie à se regarder dans une glace et à courir les femmes, et maintenant elle a Macron, plus jeune chef de l’Etat immature et d’une intelligence grossièrement surestimée ayant également passé le plus clair de son existence à rire de se voir si beau en ce miroir et prêt à tout pour se faire aimer de son interlocuteur du moment.

  • Ah zut, j’aurai pas assez de thune pour me payer cette grosse BMW ou Audi dont raffolent les jeunes des cités émotives que l’on laisse s’éclater et circuler à des vitesses stratosphériques sur nos autoroutes pour transporter le plus rapidement possible vers leurs clients ( émotifs aussi) des marchandises tombées du camion! Véhicules souvent en surcharge en plus! Vous avez dit « discrimination »?

  • Que Yoda le grand manitou des virus, l’entende! D’un dernier espoir nous avons besoin! Que la force soit avec nous!

  • Lettre à mon député du Cher:

    Monsieur le Député,
    Permettez-moi de vous faire part de mon ressenti quant à la loi sanitaire que vous venez de voter.
    J’ai la chance d’être en excellente santé, je vis une retraite active et sportive au grand air et c’est en toute conscience que j’avais décidé de ne pas me faire vacciner.
    Je m’étais préparé à l’arrivée du passe sanitaire généralisé, puisque notre président avait promis le contraire.
    Je m’étais préparé à l’idée d’annuler ma réservation en Bretagne, ce que je viens de faire.
    Je m’étais préparé à me passer de restaurant et même de mon petit café en terrasse.
    Par contre, je n’avais pas envisagé que mon choix de ne pas me faire vacciner m’interdirait de visiter un proche à l’hôpital.
    Je suis sidéré que les parlementaires de mon pays aient voté une disposition aussi inhumaine, ce manque d’empathie est monstrueux.
    C’est donc pour cette unique raison que je me résous à me faire vacciner, sans aucune conviction quant à l’utilité sociale de mon geste et avec un sérieux doute quant à la balance bénéfice/risque pour ma propre santé.
    Depuis 18 mois, vous soufflez le chaud et le froid sur notre pays.
    Vous n’avez de cesse de nous diviser et de culpabiliser tous ceux qui ne pensent pas comme vous et que, parfois même, vous traitez d’abrutis, abrutis dont certains vous ont pourtant élus.
    Vous confondez autoritarisme et autorité.
    L’autoritarisme se décrète à coup de contrôles tatillons, de sanctions et d’amendes disproportionnées.
    L’autorité se mérite par la compétence, l’exemplarité, la cohérence, la confiance…certainement pas par la brutalité et le mensonge.
    La plupart des médias font preuve à votre égard d’une complaisance sans précédent.
    C’est peut-être confortable et rassurant pour vous mais cette flagornerie vous empêche surtout d’appréhender la réalité.
    Enfin, je me serais volontiers passé des leçons de philosophie altruiste de notre président, fussent-elles dispensées depuis la Polynésie.
    J’appartiens, depuis 30 ans, aux quelques 2,5% de Français donneurs de sang.
    Cela n’a certes rien d’héroïque mais il parait que ça sauve des vies…
    En attendant des jours meilleurs et mon passe sanitaire que j’utiliserai avec la plus grande parcimonie, je vous prie d’agréer, Monsieur le Député, l’expression de mes salutations distinguées.

    • D’ailleurs en parlant de ça : qu’est-ce qu’il se passe avec les dons de sang ou d’organes de personnes ayant été vaccinées ?

      • Ben, ils font de la pub en ce moment pour dire que pas besoin de passe sanitaire pour donner son sang (période de gros besoin). Mais il faut qu’il y ait une entrée indépendante du centre parce que si vous devez passer par l’entrée de l’hosto, vous serez rejeté. Simple, non?

        • On veut bien de votre sang mais SVP, passez par l’entrée de service à coté de la morgue et des poubelles.

      • @FtHd
        Bonjour,
        Pour peu que ça nous refasse un coup de « sang contaminé »…

    • Faites attention, d’après votre commentaire et votre message, j’ai quand même l’impression que vous allez faire une « vaccination de confort »… Ca ne sent pas trop l’intérêt collectif et solidaire votre discours… gaffe donc ! 😀

      • Je ne fais pas une vaccination de confort mais de contrainte.
        Je ne crois pas à l’intérêt collectif de mon acte car, malgré le vaccin, on reste contaminant.
        Je ne crois pas non plus à l’intérêt individuel puisque je ne suis pas une personne à risque.
        Cela dit, j’apprécie votre humour…

    • Votre lettre a toutes chances de finir au panier.
      Vous vous êtes fait vacciner, c’est le principal.
      Bien sûr que c’est monstrueux d’empêcher les gens de visiter leurs proches hospitalisés. Mais ils ne sont plus à ça près : souvenons-nous de la façon dont ils ont traité les vieux dans les EHPAD, et plus généralement tous les Français avec leur confinement (qui n’a servi à rien au plan sanitaire).
      Perso si un de mes proches est hospitalisé, ce sera soit le test PCR, soit pas de visite, mais JAMAIS je ne céderai à leur abject chantage. JAMAIS.
      Je suis désolé de rappeler qu’ils ne remballeront leur projet de folie que si nous sommes un maximum à résister sans le moindre compromis.

    • A Jean-Paul.
      « C’est donc pour cette unique raison que je me résous à me faire vacciner. »
      Vous auriez pu vous éviter d’interpeler votre député par cette lettre. Il se moque éperdument, tous comme nos menteurs gouvernementaux, du pourquoi de votre acceptation du « vaccin », leur but étant : se précipiter pour être « vacciner »… et ça marche ! Le reste leur est to-ta-le-ment égal. Les preuves ? L’ubuesque application du passe sanitaire, qui n’a rien de sanitaire mais tout de la coercition ; la chaleureuse recommandation irresponsable de la « vaccination » des femmes enceintes, alors qu’elle est formellement contre indiquée par les Labos ; les « vaccinés » positifs ne seront plus considérés comme « cas contact »… etc…
      Abstenez vous, je vous prie, d’être donneur de sang, vous ignorez ce que vous transmettez « généreusement » aux futurs bénéficiaires, car ce « vaccin », terme mensonger et inadéquat, est une thérapie génique (virus génétiquement modifié), en expérimentation (phase 3) jusqu’en avril 2023, pour Pfizer. Qu’elle sera l’évolution dans le futur ? Tout le monde l’ignore, sauf nos bonimenteurs !
      Quant à « mon passe sanitaire que j’utiliserai avec la plus grande parcimonie », vous l’utiliserez (pourquoi ne pas en profiter puisque je l’ai) très rapidement sans vergogne, par « commodité » pour satisfaire vos envies, comme tous les moutons.
      C’est votre choix, je le respecte, mais ne vous mettez pas en position de « victime » !

  • Le virus est aussi extrêmement intelligent car il sait qu’il ne faut pas aller dans une « zone pass sanitaire »… Je comprends pourquoi notre gouvernement tente à ce point de le supprimer ! 😀

  • Ah ben entre les vaccinés qui ne sont plus cas contact avec un vaccin efficace à 39% selon l’étude israélienne et que le moyen le plus rapide pour avoir le pass c’est de tomber malade, ouais ya moyen que ça foire bien comme il faut 🙂

    • J’hallucine encore et toujours des mesures que nous prenons, toujours soit stupides soit à contre-pied.
      Mais bah, puisque cette vague sera uniquement la faute des non-vaccinés, tout va bien pour le Gvt.

  • @ Vik : et le virus est metrophobe ! Car le metro bénéficie depuis le début de tout un tas d’exceptions pour les contraintes

  • Les mêmes, de droite ou de gauche, qui nous expliquent à longueur d’années combien la discrimation raciale, sexuelle, religieuse et bien sûr financière est une chose odieuse, préhistorique, fascistoïde et doit être combattue avec la plus extrême véhémence… mouillent leur culotte de plaisir devant le spectacle qui nous est offert par Don Macreone et sa troupe de mafieux !

  • Cette manipulation pour sucrer nos libertés et nous surveiller doit cesser immédiatement. Le corps des gens n’appartient pas à l’État. Encore moins lorsqu’il s’agit d’injecter un produit encore expérimental.

  • On va voir comment ça va se passer dans les banlieues ou les campagnes. Si d’aventure, ils avaient l’idée d’essayer, on rigolera bien.

    • Au nom du risque zéro, on habitue les gens au contrôle total. Quelle honte. Et quelle tristesse de voir que tant de Français tombent dans le panneau.

    • En Corse, c’est trop drôle!! Une île où les FDO marchent déjà sur des œufs à la moindre intervention… Voilà qui nous annonce des scènes plutôt cocasses.

  • Pour le SIDA, autrement plus mortel que le COVID (surtout à l’époque où il n’y avait pas de tri-thérapies), pour ne pas « briser l’égalité » et le « droit au secret » il fut décidé qu’on n’avait pas à inclure le test dans la « visite pré-nuptiale » (ça existait à l’époque).

    On respectait tellement la liberté, l’égalité devant la loi, et le secret médical qu’on pouvait donc se marier, séropositif, sans le dire à son futur conjoint et risque de le/la tuer.

    Pour un « rhume boosté » qui tue essentiellement des gens « au bout du rouleau » (il semble que 95% des morts avaient une espérance de vie à la date de leur décès « du COVID » de moins d’un an, c’est un calcul, c’est une moyenne mais ça montre l’écart) on explose toutes les bases de notre « démocratie libérale ».

    – L’égalité devant la loi ? Hop, par la fenêtre
    – L’inviolabilité du corps humain ? Pas trop, mais on en garde un peu quand même
    – La liberté de circulation ? Pas pour les parias quand même
    – Le droit de vote ? Seulement si on est vacciné ou qu’on se fait curer le nez deux fois (payant ? a priori oui, mais iront-ils jusque là?)
    – La santé pour tous, et la sécu, toussa ? Ha ben non. Si vous êtes malade vous ne pourrez pas aller à l’hosto… Sauf bien sûr si vous êtes malade mais vacciné.

    Bref, si j’avais 20 ans de moins je commencerais à monter des cellule de resistance active, accumuler des armes et fourbir les explosifs, la guerre civile arrive…

    Ah, au fait la fameuse tribune des militaires, supposés factieux et toussa… Ben le gouvernement dans sa grande sagesse à décidé de prouver qu’ils avaient raison en faisant tout pour que la société Français explose définitivement.

    • Votre comparaison avec le sida est pertinente, à l’époque cette maladie foutait vraiment la trouille, on ne savait rien et tous les fantasmes circulaient autour de son mode de transmission, salive, piqure de moustiques…
      De plus cette maladie touchait essentiellement les jeunes.
      Et pourtant, la société a fait face et nos libertés ont été entièrement préservées.
      Quelle dégringolade en seulement quelques décennies !

      • Peut-être justement que la différence vient du fait que le SIDA touchait les jeunes (« les autre » pour les politiciens) alors que le COVID touche surtout les vieux ou « presque vieux » (« nous » pour les politiciens)…

  • Le monde aurait été bien différent si on avait des médicaments pour soigner au lieu d’un vaccin… (humour)
    Je ne vois pas comment on peut s’en sortir de cette histoire fabriquée par des fous furieux !

    • les mettre à la porte
      (hélas la plupart des français sont « socialistes » ou « de droite » ou … et votent automatiquement pour le candidat du parti qui a leur allégeance.
      Et pour les autres c’est pire, ils votent pour ceux que la télé a désigné comme faisant parti du « camp du bien »… Ou ne votent pas.

  • C’est tout-à-fait la situation en France, et c’est dramatique !

  • En Absurdistan, comme le dirait Coluche, nos hommes politiques sont capables du meilleur comme du pire, mais ils sont bien meilleurs dans le pire.
    H16 aura du pain sur la planche dans les prochains mois !

  • Je vois qu’il y a un consensus des lecteurs de cet article pour considérer que les incitations du gouvernement à se faire vacciner sont liberticides. Et bien moi je ne suis pas d’accord. Se faire vacciner avant d’entrer dans un lieu fermé devrait être considéré comme une simple mesure de politesse. On ne va tout simplement pas risquer de contaminer autrui simplement parce qu’on s’estime libre de le faire. C’est une question de bonne éducation dont la notion même semble échapper à beaucoup de ces lecteurs.
    Par analogie et pour mieux faire comprendre mon propos, je pense aux personnes que l’on rencontre assez souvent « en temps normal » et qui vous disent en vous soufflant dans le nez « j’ai la crève aujourd’hui » pour qu’on les admire de continuer quand même à travailler. Les antivax pour le motif soi-disant louable de lutter contre une dictature sanitaire imaginaire, sont dans le même état d’esprit, des gamins mal-élevés.

    • Covid: 0.3% de mortalité avec une moyenne d’âge de 84 ans des décédés!

      Cela vous semble suffisant pour justifier un apartheid généralisé, un dénigrement systématiques des « déviants » (qualifiés d’anti-vacx) et une surveillance active de l’ensemble de la population? Cela ne vous rappelle rien visiblement.

      Si vous avez peur, vaccinez-vous. Votre bonne morale sera sauve et vous pourrez contaminer les autres en pleine bonne conscience. 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yoann Nabat.

Cet été, le journaliste Taha Bouhafs révéla qu’un site d’extrême droite avait établi un fichier listant des personnalités désignées comme étant islamogauchistes. Dans le même temps, certaines critiques s’élevant contre le passe sanitaire pointaient du doigt le risque d’un fichage des déplacements.

Fichiers de police ou fichiers clandestins, le fichage des opinions politiques semble de plus en plus mis en lumière. Pourtant, est-il véritablement autorisé en France, et sous quelles conditions ?

Par principe,... Poursuivre la lecture

Par François Jolain.

Bien que les dernières recherches montrent la perte d’efficacité du vaccin sur le variant delta, la vaccination quasi obligatoire risque de se maintenir dans le plus pur style lyssenkisme où la science doit se conformer à l’idéologie gouvernementale. Ainsi le QRCode européen se généralise.

Il est temps de l’analyser plus en détails.

D'où vient le QR code ?

L’histoire a sa part d’ironie. L’invention du QRCode date de 1994. Il servait à Toyota pour traquer ses pièces dans son usine. Avec l’aide du smart... Poursuivre la lecture

Par Julien Plouchart.

En France, l’idéologie sanitaire a pris le dessus sur la conception libérale et du régime politique et du corps social : le primat de la santé sur la liberté a été mis en œuvre par le pouvoir avec constance depuis mars 2020.

Le fait de sauver des vies a été jugé supérieur au respect des libertés, d’où la propension à user et abuser des innovations de gestion politique de l’épidémie telles que confinements, couvre-feux, pass sanitaire au point de vider en grande partie de leur sens les libertés de circulatio... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles