Vaccins : pourquoi tant de haine ?

OPINION : il faut s’inquiéter de ce que révèle la haine dans le débat sur les vaccins : d'abord, la défiance à l’égard de gouvernants.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vaccins : pourquoi tant de haine ?

Cet article en est un d’opinion. Il ne représente que le point de vue de son auteur
Publié le 31 juillet 2021
- A +

Par Drieu Godefridi.

Bien qu’impliqué depuis des années dans des débats publics qui excitent les passions — tel l’écologisme comme idéologie politique — j’ai rarement vu autant de haine dans l’argument que sur le thème des vaccins anti-Covid.

Disclaimer (comme on dit dans la presse anglo-saxonne) : après une étude approfondie du sujet, je suis favorable aux vaccins anti-COVID sur une base volontaire (sans obligation). Une position pas si évidente à tenir, sachant que la grande majorité des antivax — c’est ainsi que se définissent 22 % des Américains, leur terme, non le mien — sont plutôt de « notre » bord.

Alors, prenons les anti-vax au sérieux. Examinons leurs arguments.

Vaccins : les arguments des anti-vaxx

« Les vaccins tuent plus que le virus. »

Variante de cet argument : « Le COVID n’est pas plus dangereux que les vaccins. » Prenons l’exemple du Royaume-Uni : 130.000 morts du COVID, quelques dizaines des vaccins. La proportion est comparable dans tous les pays qui fournissent des données. Cette « théorie » ne mérite pas davantage de considération.

 

« Les vaccins empiètent de façon inacceptable sur la liberté de l’individu ! »

Un argument quel tout libéral digne de ce nom doit considérer avec attention. Relevons qu’il n’existe à l’heure actuelle aucun pays occidental qui ait imposé les vaccins. Aucun ! Tandis que nombre de vaccins sont imposés depuis des années à certaines catégories de population (par exemple, en milieu hospitalier), les vaccins anti-COVID ne sont pas obligatoires pour 99% des Européens et des Américains (il existe un débat, réel et pertinent, sur la vaccination obligatoire en milieu hospitalier).

La seule stratégie mise en œuvre par les 200 pays de la planète face au COVID, avant l’arrivée des vaccins, était l’enfermement (sous le nom plus doux de « confinement », « lockdown » sonne plus clair en anglais). Dès lors, question aux partisans de la liberté — dont je suis, sur le mode Braveheart — entre l’enfermement et les vaccins, votre cœur balance-t-il ? Quelle est cette troisième voie que vous semblez discerner — sans jamais la formuler — et qu’aucun des 200 pays de la planète n’a choisi d’emprunter ? Dans le monde réel, les vaccins sont pour l’heure, et très littéralement, le passeport et la condition du retour à la liberté.

Le régime totalitaire chinois fait évidemment moins de manières et choisit de privilégier, jusqu’à ce jour, l’enfermement : quand il confine, les gens ne peuvent plus sortir de chez eux. Du tout. Même pas pour promener le chien (le pauvre). On les voit le soir à leur fenêtre : pas pour féliciter le personnel hospitalier, mais pour supplier qu’on leur amène à manger. Le confinement est total, jusqu’à l’éradication complète du virus dans la zone concernée. Est-ce l’alternative aux vaccins que nous proposent les partisans de la « liberté » ?

 

« On ne connaît pas les effets secondaires de ces vaccins ! »

Relevons que si les nouveaux vaccins ont été conçus dans un délai record — c’était l’objectif de l’administration américaine ! — l’intégralité des protocoles scientifiques les plus exigeants ont été scrupuleusement respectés. Constatons qu’avec trois milliards de personnes vaccinées, on commence à discerner de façon claire l’absence d’effets de bord significatifs. Alors bien sûr pourraient surgir des effets de long et très long et très très long terme. Mais cette proposition est irréfutable : on ne peut pas prouver le contraire, aussi vrai que le surgissement d’un effet quelconque — tel Godot — est toujours théoriquement possible. Ce qui ne prouve rien.

Il est d’ailleurs piquant de voir des libéraux qui démontrent depuis 20 ans l’inanité du « principe de précaution » pris au sens strict, en exiger l’application la plus maximaliste et théorique dès lors qu’il s’agit des vaccins anti-COVID.

 

« Poser une question ce n’est pas être complotiste »

Quand on constate que nombre d’arguments antivaxx sont complotistes au sens strict — fondés sur l’existence supposée d’un complot mondial entre 200 pays + Big Pharma pour la bonne mesure — on répond « La différence entre une thèse complotiste et la vérité ? Sept semaines en moyenne ! ». Une réponse qui a le mérite de l’humour, ce qui est assez rare dans ce débat pour être salué.

La presse classique s’est fourvoyé sur tant de sujets, se faisant plus militante qu’en recherche de vérité, que la défiance à son égard est compréhensible. Ainsi la thèse de Trump « agent russe », qui a fait les titres de la presse mondiale pendant trois ans (sic) s’est-elle avérée complotiste au sens strict — n’ayant jamais reposé sur aucun élément matériel.

Toutefois, le complotisme n’est ni de droite, ni de gauche : il est simplement une erreur intellectuelle. Ce n’est parce que des thèses taxées de complotistes se sont avérées exactes, que cela valide toutes les thèses complotistes. Souvenons-nous que la plus grande théorie complotiste de l’époque moderne — le Protocole des Sages de Sion — était un faux grossier, qui a excité les passions meurtrières contre les Juifs pendant des décennies, jusqu’à l’abomination absolue de la Shoah. Prendre le complotisme à la légère est une faute.

Poser une question ce n’est pas être complotiste. La critique rationnelle se fonde sur des questions — dont on cherche la réponse, dans les faits et par la démonstration rationnelle. Le complotiste ne pose pas une question dont il cherche la réponse : la question est sa finalité. Le soupçon est la source, l’horizon et l’objectif ultime de la posture complotiste.

 

Le « EU Digital Covid Certificate » des personnes vaccinées excite mêmement les passions

Passons sur ceux qui exhibent une étoile jaune, se figurant qu’en tant que non vaccinés ils sont désormais comme les Juifs pendant la guerre : parce qu’il faut éviter de singulariser le plus extrême, technique d’argumentation bassement démagogique du type Schopenauer (L’art d’avoir toujours raison). Les plus « modérés » comparent le « pass européen » — l’idée même d’un « pass » — à l’Ausweis, pensant que c’est quand même nettement plus acceptable que l’étoile jaune imposée aux Juifs pendant la guerre. L’Ausweis était la carte d’identité allemande délivrée aux Français pendant l’Occupation, attestant principalement du fait qu’ils n’étaient pas juifs. La comparaison n’est donc pas vraiment « modérée ».

Elle est surtout fausse : le but du « pass européen » n’est pas d’entraver la mobilité, il est de la faire renaître. Soyons clair : pour se déplacer, notamment en avion, l’alternative est actuellement entre le pass européen et le test PCR. Test PCR qui suscite lui aussi la haine des antivax. Pourtant, la question est simple : l’avion est un milieu essentiellement clos et hyperfavorable à la circulation du virus. Aucun être humain sensé qui a vu mourir des gens du COVID — quatre millions de morts, souvent dans des conditions atroces — n’ira se fourrer dans une boîte de Pétri, ni n’y fourrer ses enfants, s’il n’existe aucun contrôle à l’entrée. Le pass européen doit être compris comme une simple alternative au test PCR — ce qu’il est.

Un mot tout de même à ceux qui arborent l’étoile jaune. À vous qui colportez ces comparaisons, je propose la simple expérience suivante : se mettre quelques instants dans la peau d’un Français juif en 1941, votre sexe, votre âge, votre région : votre quartier, et pourquoi pas votre appartement ? Vous êtes Français, juif, en 1941. Que ressentez-vous ? Vous ne pouvez sortir en rue qu’en arborant l’étoile jaune, infamie qui vous désigne à la vindicte de vos compatriotes — les crachats vous sont un moindre mal, car en fait vous n’avez plus aucun droit, vous n’êtes plus rien — et vous singularise comme en sursis, car tout le monde sait ce qui vous attend.

Vous vivez dans la terreur — pas la peur, la terreur, car ce n’est qu’une question de temps que des Français — vos anciens voisins ? — viendront vous arrêter : vous, votre conjoint, et vos enfants — les Français de Vichy ont insisté pour rafler les enfants, que les Nazis allemands ne demandaient pas — ensuite vous parquer dans un wagon à bestiaux, destination l’immolation. Wagon à bestiaux au sens propre : il y a la paille, on sent encore l’odeur des vaches et des porcs qui vous ont précédé. Si vous survivez au trajet, à la pestilence absolue d’un amas de chairs qu’on animalise à dessein, vous émergez — vous ! — dans un camp de concentration, en attente de votre extermination.

Tout cela, vous le savez, car on savait tout depuis le début — la récente publication du Journal de Morand, ministre à Vichy, en atteste pour la énième fois — vous connaissez l’inexorable séquence qui s’est enclenchée depuis le premier accrochage de l’étoile jaune au revers de votre manteau. Maintenant posez-vous sincèrement la question : la comparaison entre les obligations documentaires qui vous sont faites dans le domaine sanitaire et l’étoile jaune vous paraît-elle fondée ? Je suis libéral. J’exècre ces obligations documentaires, surtout quand elles émanent d’un gouvernement aussi incompétent que celui de M. Macron. Mais les comparaisons avec les Juifs en 1941 blessent la mémoire des morts.

Les mêmes qui nous expliquaient que le COVID était une « grippette », face à laquelle les gouvernants ont réagi de façon totalement disproportionnée, car en réalité il ne fallait rien faire du tout — soigner les malades, même s’il n’existe en juillet 2021 aucun protocole validé à cet égard, seulement des pistes prometteuses — se montrent aujourd’hui convaincus que les nouveaux « variants » du COVID sont si virulents qu’aucun vaccin n’en pourra jamais venir à bout. Limitons-nous à constater qu’à ce jour, cette thèse est fausse : aucun variant ne s’est développé qui tient les vaccins en échec. Ce qui ne garantit pas l’avenir — cfr. l’argument ci-dessus — mais dit la réalité de ce qui est. Par ailleurs, les nouveaux vaccins — ils ne sont pas seulement nouveaux parce qu’ils viennent de sortir, ils reposent sur une technologie novatrice — sont essentiellement adaptables aux variations de la souche virale.

Vaccins : quand vient la crucifixion morale

On vous pousse sous le nez la photo d’un jeune d’une vingtaine d’années mort après l’administration d’un vaccin anti-COVID. Certes, la corrélation n’est pas la causalité et il serait sage d’attendre le rapport médical sur les causes du décès avant d’instrumentaliser l’image de la personne décédée. Mais il faut dire le vrai : les vaccins anti-COVID, comme toute médication, ont des effets de bord.

Oui, parfois le vaccin tue, principalement lorsqu’il suscite une réaction allergique. C’est un fait. Le nier serait absurde. Mais il faut regarder l’image globale, car rien de ce qui est humain n’est pur comme les mathématiques. Les vaccins ne sont pas magiques, ils ont beau être des prouesses de science et de technologie, ils n’en sont pas moins imparfaits. Aucune médication n’a jamais pu ni ne pourra jamais prétendre à la perfection, 100% d’efficacité, 0 effet de bord. Reprenons l’exemple du Royaume-Uni : 130.000 morts par COVID, quelques dizaines du vaccin. Chaque mort est insupportable. Précisément.

Enfin, il y a le grand mélange : ceux qui vous taxent de vouloir « piquer » les nouveaux-nés parce que vous avez constaté l’efficacité factuelle des vaccins. Ou d’être stipendié par « Big Pharma ».

Ou d’être sous l’empire du graphène soi-disant présent dans les vaccins, ce qui vous conduit à la position « délirante » d’être favorable aux vaccins. La liste est longue. Les effets de bord des vaccins méritent d’être soigneusement étudiés, mais pas sur le mode de l’amalgame, « pire des malhonnêtetés intellectuelles » (Raymond Aron). Dit autrement, ce n’est pas parce que « Big Pharma » a limité sa responsabilité contractuelle que les vaccins vont tuer des dizaines de millions de personnes, comme on le lit. L’intelligence distingue, en commençant par le principal et l’accessoire.

La raison est le propre de l’Homme

De façon plus générale, il faut s’inquiéter de ce que révèle la haine dans le débat, légitime et nécessaire, sur les vaccins. D’abord, la défiance à l ’égard de gouvernants perçus comme n’étant plus représentatifs — ce qui est souvent exact.

Le « complotisme » quant à lui — dans lequel ne versent pas nécessairement les antivaxx, seulement la majorité — mérite une étude plus approfondie. J’y décèle un mélange puissant, extrêmement puissant de tribalisme et de négation du réel.

La raison est le propre de l’homme.

Voir les commentaires (88)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (88)
  • Il y a en France 11 vaccins obligatoires. 12 avec celui-ci.
    On va s’arrêter à combien? 15? 50? 1000?

    Qui me dit que ces vaccins ne s’attaquent précisément qu’à ce virus?
    Les coronavirus sont très nombreux, et j’imagine que beaucoup sont dotés de spicules. Éradiquer tous les virus à spicules sous prétexte que l’un d’entre eux s’attaque à des personnes au système immunitaire dégueulasse revient à vouloir éradiquer les requins sous prétexte que des connards de surfeurs se font attaquer épisodiquement.

    Alors qu’on me soutient que ce virus est mortel, je soutiens quant à moi qu’il est vertueux, sans aucune preuve non plus.

    Béchamp doit se retourner dans sa tombe.

  • globalement d’accord avec l’article

    mais « Les vaccins tuent plus que le virus. » certes mais je m’en fous..

    la question que se pose un individu nest pas celle ci mais quel avantage je retire du vaccin..

    ce qui dépend de l’âge, et qui dépend du « civisme pour faire simple soit de l’acceptation de faire un geste pour essayer d’agir sur l’épidémie (spéculatif) .. et qui dépend aussi de la hiérarchie des peurs des individus un jeune peut moins craindre la mort que la perspective d’etre paralysé pour le restant de ses jours par exemple..une personne âgée peut ne plus craindre la mort..

    la subjectivité jouant.. des zones d’ombres restant …selon moi la liberté s’impose..

    • il faut le redire, accepter l’idée que réduire le nombre de morts est indiscutable en soi est une folie…c’est accepter qu’un jour TOUTE activité risquée soit interdite ou contrôlée.. manger de la viande rouge , boire du vin, s’exposer au soleil…seront vus comme des gestes inciviques..

      c’est donner un prix nul à la liberté des gens..

      • Je suis tout à fait d’accord avec vous. La liberté a été bien trop négligée dans cette crise.
        Je connais quelqu’un atteint de cancer en phase terminale a qui on a refusé d’organiser des fêtes de voir ses amis, soi disant pour le protéger.
        Bon après il a réussi à tricher parce qu’il était particulièrement doué pour convaincre. Mais combien avec cette crise sont morts seuls ?
        Cette gestion communiste de l’aspect sanitaire nie complètement le coté humain
        Quand aux jeunes sans risques à qui l’on impose de se faire vacciner c’est un scandale. Évidemment que eux et leurs parents préfèreront défendre leur point de vue individuel, et ça peut aller très loin. Ça risque de créer des drames en septembre
        Quand à proposer d’autres solutions, il y en a : déjà renforcer l’organisation hospitalière pour pouvoir accueillir plus de patients. C’était ça la responsabilité principale des politiques

      • On ne peut pas considérer qu’être malade soit une activité! Si?

  • modulo « urgence »…
    le potentiel cancérogène et la toxicité ont été « évalués » selon des argument théoriques.. ils n’ont pas été constatés, en toute rigueur, c’est essentiellement impossible de le faire sans utilisation pratique.

    la mise en circulation des vaccins a juste demandé un allègement de mesures de précaution essentiellement arbitraires.. mesure de précautions dont la finalité réelle est de poser la frontière entre culpabilité et innocence en cas de pepins à l’usage..
    ce qui peut se faire par ailleurs par un signature de décharge de responsabilité… comme on ferait si on donnait aux médecins la liberté totale de prescrire…

    vous dites en fait, il aurait fallu attendre… et se passer des vaccins.. COLLECTIVEMENT.

  • La mort des marginaux est toujours bénéfique pour la société, les vaccins sont donc contre-productifs (à moins qu’ils ne révèlent leur nocuité dans les années à venir).

    • Modération : commentaire insultant, commentateur banni

    • Propos effarants !

    • C’est un peu fort de le dire comme ça mais je comprends l’idée dans le sens où ce sont surtout des personnes avec une très faible espérance de vie résiduelle qui sont mortes du covid. La plupart de ces personnes auraient attrapé une grosse grippe l’hiver suivant que ça aurait été pareil.

    • vos propos sont marginaux..dieu merci, en outre ..le prémisse est douteux… et l’enchainementl logique..itou .. car il suppose que la non vaccination recouvre la marginalité..
      tant qu’à choquer vous auriez du proposer d’interdire aux s marginaux de se vacciner dans le but d’eb diminuer le nombre….

    • Il y a longtemps qu’on n’avait plus lu « on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs », prélude à la liquidation des opposants politiques, officiellement marginaux et nuisibles à la société

    • C’est sooo 1933

  • Année olympique, principal sport le baissé de pantalon.
    Je n’en dit pas plus, mais ces vaccins n’empêche pas la contagion, n’empêche pas le port du masque n’empêche pas les morts et même en rajoute dans des classes d’âge où ce virus n’était même pas une grippette mais un rhume.
    Après tout, je vais aussi baisser mon pantalon.. pour la piqûre.

    • Le nombre de libéraux qui se sont mis à renier la liberté depuis plus d’un an est impressionnant, déjà que nous n’étions pas nombreux.

      • C’est bizarre je perçois exactement l’inverse, avec très peu de libéraux voulant imposer le vaccin, et un nombre impressionnant de personnes pas réputées pour défendre les libertés s’opposant aux mesures liberticides.

        Après que je sache, être vaccinophile ou vaccinophobe ne me paraît pas constituer une marque d’attachement ou non aux libertés, ou alors je n’ai rien compris ?

  • J ai rarement vu un article aussi partial et aussi peu étayé. Il n y a rien de vrai. Ce n est pas parceque tout le monde fait la même connerie que ce n est pas une connerie.
    Le covid a tué plus que les vaccines sauf que on le sait tous sauf l auteur 99% des morts du covid allaient décéder dans l année.
    D autre part c est drôle quand un jeune,une exception, est mort du covid, les médias ont passé ça en boucle. Rendons la monnaie de la pièce.
    Un passeport pour la liberté et on essaie de le justifier. C est du n importe quoi
    On sait tous sauf l l’auteur que la montagne a accouché d une fourmi et que derrière se cache d énorme source de profit et que la santé n intéresse pas les politiciens. Pour rappel si on s interesse à la balance bénéfice risque combien d d’enfants auraient on pu sauver avec tout cet argent
    L auteur devrait aujourd’hui savoir que le variant delta est peu dangereux, le covid l était déjà si peu et que le vaccin n est pas efficace.
    Drôle d auteur

    • Vous savez à 99% qui dans un ehpad va décéder dans l’année, et vous considérez que hâter un peu ce décès est sans conséquence, voire bénéfique ? Après tout, c’est votre opinion, mais votre irrespect envers ceux qui ne partagent pas votre foi est sidérant.
      Le principe de pouvoir montrer qu’on est ni vulnérable ni dangereux, en lui-même, est bénéfique. Ce qui coince, c’est l’idée de confier cela à l’Etat dans un pass sanitaire, mais quand on demande des solutions alternatives on se fait conspuer !
      Le commentateur devrait montrer un peu de respect pour autrui et de sens critique envers ses jugements personnels.
      Drôle de commentateur

      • On ne ressort d’un ehpad que les pieds en avant malheureusement. Cela n’empêche pas de préserver la dignité des pensionnaires de ces établissements en effet.

        • FtHd, »On ne ressort d’un Ehpad que les pieds en avant »?

          Simple constat : Le compteur est en marche pour tout le monde :……. dès la naissance !
          (Ainsi font,font,font,etc…….vous connaissez la suite…….)

          Être vivant n’est pas qu’une affaire d’hormones mais aussi de neurones.

          Bon nombre de pensionnaires d’Ehpad ont gardé leur intelligence intacte et restent bien présents et vivants, ce qui va à l’encontre de bien des idées reçues !

          Osons regarder la réalité en face en ayant à l’esprit le bel adage :
          « Ils ont été ce que nous sommes,et nous serons ce qu’ils sont »……(rien n’est cependant moins sûr!)

      • MichelO…. Le compteur est en marche

    • Profit profit profit !
      Y’a profit , donc c est louche et si c’est louche il y a arnaque. Logique.
      C’est quoi cette façon de raisonner ! ( et je suis sympa ).
      Bon pour le reste, bin je constate que vous en savez des choses que nous autres pauvres abrutis ne savons pas si on n’est pas d’accord avec vous.
      Bon, sinon, vous avez des arguments, parce que l’auteur ne sait peut être rien, mais il argumente lui.

    • le variant delta frappe en été… et va tuer en été… quand on parle de létalité comparée… c’est à signaler..
      tiens russie
      https://www.worldometers.info/coronavirus/country/russia/

      moi je ne m’attendais pas à ça…

  • « La raison est le propre de l’homme. » Je voudrais que ce soit vrai, mais la proposition inverse peut malheureusement l’être tout autant : la folie est le propre de l’homme. Que je sache les animaux ne deviennent jamais fous… sauf sous l’influence des humains.

    Bon, je suis d’accord avec la démarche de Mr Gofridi, pour remettre de la raison dans le débat. Mais il persiste à ignorer le fait que la déraison est d’abord du côté de ceux qui nous gouvernent, et qu’il est bien compréhensible qu’on soit porté vers des explications complotistes quand on observe la façon insensée dont cette épidémie est gérée par les pouvoirs.

    Encore une fois, cette insistance à affirmer que seule la vaccination peut arrêter l’épidémie à l’interdiction de toute autre solution, n’est pas rationnelle, pas scientifique, et pas éthique.

    Dixit Mr Macron, le 12 juillet 2021: « nous allons vacciner le monde ».
    Si vous ne saisissez pas ce que cette affirmation a d’inquiétant et de totalitaire, alors il vous manque un axe de compréhension essentiel pour analyser correctement le phénomène.

    • Nous allons vacciner le monde….. Si il a dit cela, il va se faire tirer les oreilles par son chef, je suppose qu’il voulait dire qu’ils allaient asservir le monde avec ces vaccins, physiquement par le besoin de sa dose, et financièrement, ça va coûter un pognon de dingues…. mais, il s’est retenu….

    • Exactement le commentaire que je m’apprêtais à poster.

      Le « mélange puissant, extrêmement puissant de tribalisme et de négation du réel » est aussi, et peut être avant tout, du côté du gouvernement et de la foule complaisante qui le suit.

    • Pour l’instant, il vaccine surtout le monde riche. Les pays pauvres attendent toujours de pouvoir commencer à vacciner leurs personnes à risque, quand les pays riches vaccinent à tour de bras des ados et des jeunes adultes en bonne santé qui ne risquent pas grand chose. D’où la dernière gueulante du patron de l’OMS…

      • Oui oui, Macron aussi dans son discours grandiloquent, s’est indigné que les pays pauvres n’avaient pas accès à la vaccination, que par souci d’égalité la France avait donné 19 millions de doses pour corriger cette injustice.
        Par humanité et souci d’égalitarisme. J’y crois à fond.

    • « la folie est le propre de l’homme. »

      Globalement quand les individus sont dans un état libéral ils produisent tout autre chose que de la folie: auto organisation, innovation, plein emploi, richesse, attention aux fragiles, puis à la nature etc.
      .
      Les dirigeants ne sont pas « fous » non plus pour la plupart, ils poursuivent d’autres objectifs comme la quête du pouvoir, la notoriété etc.
      (quoique Macron a un manque d’empathie qui rappelle certains traits des meurtriers en série)
      .
      Les animaux qui deviennent « fous » existent, mais ils sont rapidement éliminés et ne gouvernent pas des troupeaux entiers.

      • Je comprends l’idée, mais on ne peut nier que les hôpitaux psychiatriques débordent, on ne pas assez de place pour y loger tous les malheureux qui souffrent de troubles psychiques, les « fous », qui sont également nombreux dans les prisons, et aussi, en effet, au pouvoir…
        Ca n’a pas d’équivalent dans aucune espèce animale, aucune comparaison n’est possible. Les humains font leur propre malheur, ils se rendent eux-mêmes fous, c’est véritablement propre à notre espèce.

    • « la folie est le propre de l’homme »

      Il y a aussi la vache (folle) mais l’homme qui joue avec ce qu’il ne comprend pas n’y est pas pour rien …

      On impose à toute l’espèce humaine un procédé vaccinal expérimental (jusqu’ici prudemment réservé aux animaux), qui d’ailleurs ne vaccine pas, tandis qu’on interdit un traitement potentiel sans risque dont l’efficacité préventive et curative paraît de plus en plus probable à tel point que les décideurs commencent visiblement à paniquer.

  • Vous vouliez sûrement dire, en début de phrase: « si ce virus était si dangereux… » , me trompé-je ? ^^

  • Accepter de dire que la vaccination sauve plus de vie qu’elle n’en tue, revient au même que prétendre que l’on a inoculé un poison à des gens sains pour sauver une minorité malade et en fin de vie. Doit-on accepter les pots cassés ?

    L’auteur oublie qui la covid assassine en priorité les vieux et les malades et fonder tout son argumentaire sur les bienfaits des vaccins, évident pour la plupart de ceux qui sont connus et éprouvés, lui permet allègrement de masquer les zones d’ombre.

    D’ailleurs, ce n’est pas parce-que la foule insensible et crétine n’a pas réagit aux confinements successifs, que les manifestations d’aujourd’hui n’en sont pas là continuité. C’est largement négliger la psychologie et la motivation des gens.

  • Ce qui m’interpelle ce n’est pas la haine des vaccins, qu’on qualifierait plus exactement de défiance, mais la haine à l’encontre des personnes qui refusent de se vacciner ou refusent le pass sanitaire (assimilés à tort).

    Depuis quand est-ce devenu un crime de penser autrement, peut-être par erreur ou par ignorance, que ce que nous indique la communication du gouvernement ? En particulier dans les circonstances qu’on connait, un quotidien profondément anxiogène et des contradictions permanentes et délirantes dont le gouvernement nous abreuve depuis le premier jour de cette crise ?

    Et sur un point particulier, vous écrivez M. Godefridi : « Est-ce l’alternative aux vaccins que nous proposent les partisans de la « liberté » ? »

    Ce que VOUS proposent les partisans de la liberté est assez simple, c’est la liberté. Intéressant au passage cette exclusion de votre part alors que vous avez prétendu par le passé en être un, partisan de la liberté. Vous noterez par ailleurs que contrairement à votre position, il ne s’agit pas ici d’imposer, ce qui laisserait la liberté a ceux qui le souhaitent (vous comme moi) de se faire vacciner.

  • En ce qui concerne, le refus a des motivations beaucoup plus basiques. Ces vaccins servent à lutter contre un virus au public très restreint (vieux, gros et malades chroniques), et je les aurais accueillis avec satisfaction si on avait voulu les injecter rapidement à toutes les personnes susceptibles d’avoir des complications avec le Covid.
    Mais à partir du moment où on a commencé à vouloir vacciner plus ou moins obligatoirement toute la population de plus de 12 ans, ça m’a inquiété. Quand j’ai vu Véran nous faire des tirades théâtrales pour vacciner tout ce qui passe (alors que ce type a prouvé avec les masques puis les tests PCR qu’il était au mieux très incompétent, au pire un mythomane de haut vol), ça m’a encore plus retenu d’aller me faire vacciner. Et quand j’ai entendu le président nous expliquer qu’il avait menti pour la vaccination qui ne devait jamais être obligatoire ainsi que pour le pass sanitaire qui ne devait jamais servir à différencier les français, j’ai définitivement été découragé de me faire vacciner.
    Si refuser de croire des gens qui nous ont menti à plusieurs reprises (et droit dans les yeux façon Cahuzac) fait de moi un complotiste, tant pis. Si être en désaccord avec le concept de vacciner des millions de gens qui ne risquent rien avec le virus fait de moi un antivax, tant pis. Si regarder les courbes et les vraies données au lieu de croire sur parole les médias hyper-alarmistes fait de moi un réfractaire irresponsable, tant pis.
    Et si c’est devenu un délit que d’être un citoyen qui s’informe, qui réfléchit et qui s’interroge sur le bien-fondé de tout ce qu’on nous impose sous prétexte sanitaire, alors je plaide coupable !

    • Ne vous inquiétez pas, à partir de septembre l’hécatombe virale recommencera alors que nous aurons atteint le seuil prédéfini par nos brillants scientifiques de l’immunité collective. Le delta est bientôt mort, aux suivants , et pas assez d’antivax à accuser.

    • Je vous suis en tous points, comme toujours, tant pis ! (mythomane de haut vol ? pas mal j’aurais dit : équipe de théatreux du désastre).
      Salomon le croque-morts nous énumérant sa liste incompressible de morts quotiennes – un vrai « tragique », Véran, un acrobate de la girouette, et notre président toujours en stage sous l’oeil de sa professeur.
      Mais quelles sont les raisons réelles de toute cette farce ?
      J’ai entendu surr Francie Inter, les profits de Pfizer et ceux de Moderna réalisés au cours de cette année de piquouzes, eh bien sachez qu’il s’agit de milliards de dollars !
      Il faut toujours chercher à qui profite le crime ! (et voir si des dividendes ne seraient pas versés à des VRP multi fonctions !)

  • Comme l’auteur invite au débat raisonné, je me permets cette intervention. 

    Je précise que je suis libéral, et pas antivax.

    Si je regarde dans mon entourage connu, soit plusieurs centaines de personnes à différents endroits sur la planète, je ne connais qu’un seul cas de covid long en-dessous de 60 ans, mais qui a guéri, et 2 décès de personnes à risque de plus de 60 ans. 

    Cela va dans le sens des statistiques officielles: le covid est plus dangereux qu’une grippe, mais il reste bénin par rapport à la petite variole, il justifie une responsabilisation individuelle, mais pas les restrictions de libertés qui ont été prises depuis plus d’un an.

    Pour ce qui concerne le vaccin: je n’observe aucune différence dans mon entourage entre vaccinés et non-vaccinés, si ce n’est que plusieurs ont été malades suite à la deuxième dose du vaccin, mais de manière plus bénigne que les formes les plus agressives du covid. 

    Si l’on regarde ensuite les effets du vaccin dans les pays très vaccinés, on constate que: 

    Le vaccin n’empêche pas la contagion du virus, un fort taux de vaccination ne permettra donc pas un retour à la normale. 

    Le vaccin semble être efficace contre les formes graves du covid, mais il est permis d’en douter, puisque les courbes statistiques de 2021 ressemblent beaucoup à celles de 2020, pour l’instant. 

    Le vaccin nécessitera des rappels annuels, voir même tous les 6 mois, comme pour les vaccins contre la grippe, cela veut dire qu’on ne pourra jamais avoir 80% de la population mondiale à jour sur le vaccin et que ce n’est pas la vaccination généralisée qui mettra fin à l’épidémie. 

    Certains spécialistes préviennent qu’une vaccination généralisée pourrait favoriser l’apparition de variants du covid plus résistants, voir même plus nocifs aussi pour les vaccinés. Si cela était vrai, le fait de pousser à une vaccination généralisée est très dangereux, c’est même bien plus dangereux que de refuser le vaccin, puisqu’on prendrait le risque de voir apparaître une épidémie bien pire, simplement pour pouvoir partir en vacances…

    Certains spécialistes préviennent aussi que les vaccins à répétition ont tendance à rendre les défenses naturelles du corps moins fortes sur le long terme et les rappels de vaccin moins efficaces. Et on ne peut pas exclure non plus d’autres effets néfastes sur le long terme.

    De tout cela, je conclus:

    -L’Etat devrait arrêter de s’occuper de la santé des gens et laisser faire les médecins de proximité. 

    -Etre libéral, c’est laisser chacun se prendre en charge, c’est toujours plus efficace et moins coûteux que si l’Etat impose par des mesures de contraintes une politique unilatérale.

    – Si le vaccin protège réellement, les gens vaccinés n’ont rien à craindre des non-vaccinés, et les non-vaccinés devraient avoir le droit de prendre le risque pour eux-mêmes, comme pour ceux qui pratiquent des sports dangereux, qui fument, etc. 

    -La pression actuelle à vacciner tout le monde n’est pas fondée médicalement parlant, tout comme le port systématique du masque, c’est plutôt parce que les gens veulent impérativement une solution de l’Etat, même une solution inadéquate. C’est de la superstition, pas de la science.

    • « Certains spécialistes préviennent qu’une vaccination généralisée pourrait favoriser l’apparition de variants du covid plus résistants »
      Je confirme plutôt. Il y a une règle générale : on ne vaccine jamais en pleine épidémie. Cela crée en effet des variants.

    • « Certains spécialistes préviennent aussi que les vaccins à répétition ont tendance à rendre les défenses naturelles du corps moins fortes sur le long terme et les rappels de vaccin moins efficaces. »
      Je pensais naïvement que les vaccins reproduisaient ce que fait la nature, la maladie en moins.
      L’efficacité décroissante dans le temps ne serait-elle pas un effet secondaire de l’âge ?
      Vos sources ?

      • Je ne sais plus où j’ai entendu cela par rapport au covid, ni si cela est vrai, mais cela fait longtemps que l’on dit que plus on soigne par des traitements médicaux, plus le corps apprend à se reposer sur ces traitements au lieu de développer ses propres défenses.

        Pour un vaccin unique, cet argument me paraîtrait peu pertinent, mais dans le cas d’un vaccin qui demande un rappel tous les ans, voir plus, la question me semble déjà plus ouverte, et comme on n’a aucun recul sur les vaccins contre le covid, on n’a aucune preuve empirique qui permette de conclure dans un sens ou dans l’autre.

      • Une explication que j’ai entendue sur ce point est que les vaccins « génétiques » (à ARNm et à adénovirus), qui entraînent la fabrication de la seule protéine Spike, aboutissent logiquement à la fabrication d’anticorps spécifiques de cette protéine Spike. Alors que par exemple un vaccin traditionnel, qui consiste à injecter un virus inactivé COMPLET (et non une seule protéine de ce virus) , va conduire à la fabrication d’anticorps bien plus variés, car adaptés aux différentes parties du virus, et pas à une seule protéine. Même chose pour une personne contractant le virus : elle fabrique des anticorps au spectre d’action plus large. Le médecin qui expliquait cela disait aussi que les anticorps « spécial Spike » ont tendance à éliminer les autres anticorps. Un double phénomène d’appauvrissement du système immunitaire donc. J’ai oublié le nom du chercheur qui avançait ces arguments, désolé ; j’ai juste retenu le principe. Après, cela se vérifie-t-il dans la pratique, je ne sais pas.

    • Il ne faut pas raisonner en tout ou rien,: certes on n’arrivera pas à supprimer l’épidémie, la contenir dans certaines limites est tout de même un objectif souhaitable plutôt que laisser faire.

      • Mais le vaccin ne la contient pas, puisque les vaccinés sont vraisemblablement autant contagieux. Par contre, si le vaccin permet d’éviter des formes graves, il serait pertinent de laisser les gens à risque se faire vacciner. Et là-dessus l’OMS a raison: au lieu de vacciner les gens de moins de 50 ans en Europe, on ferait mieux de donner ces doses aux personnes à risque des pays pauvre, le bénéfice individuel, collectif et même économique serait bien plus grand qu’avec la stratégie actuelle.

  • Je présente mes excuses à l auteur
    J ai mal formulé et on a mal interprété
    Ceci dit je ne fais que reprendre lire et observer et peut-être ma position de président d un syndicat de soignants et engage depuis 20 ans dans la démocratie sanitaire me fait suréagir.
    Bonne journée

  • Bravo à monsieur schelten pour son commentaire
    Je partage à 100%

  • Avis d’un vacciné anti-pass sanitaire :
    Aujourd’hui comme au début de l’épidémie, l’objectif principal est d’éviter la surcharge hospitalière. Le vaccin est un bon outil pour cela, meilleur que les traitements à base d’HCQ, d’AZT ou d’Ivermectine. Compte tenu que les hospitalisations concernent à 90% les plus de 50 ans, Il est souhaitable que les plus de 50 ans soient très majoritairement vaccinés, surtout les plus de 60/65 ans ( les retraités en fait). Mais n’emmerdons pas les jeunes et surtout les enfants avec cette vaccination covid, surtout qu’on a pas de recul de !ong terme sur ces nouveaux vaccins.
    Sachant que le taux de vaccinations des +60 ans est déjà de 80% et de 70% chez les quinquas, ce qui n’est pas mal du tout et déjà suffisant pour éviter l’encombrement des hôpitaux comme aux printemps 20 et 21, le pass sanitaire est inacceptable. Ça va foutre la zizanie, accroître les rancoeurs et c’est surtout un pas de plus vers sinon une dictature, du moins une vie de moins en moins libre.

    • D’un point de vue libéral, le passe sanitaire serait acceptable seulement s’il n’était pas imposé aux entreprises, et que celles qui voudraient le mettre en œuvre aient l’obligation de maintenir ses services, emplois et autres prestations pour les non-vaccinés, comme avec le modèle wagon fumeur / non fumeur, qu’on avait dans les trains.

    • Vous avez raison mais l’argument de la surcharge hospitalière est un lit de Procuste.

      Ce n’est pas à la santé des français de s’adapter à l’hôpital mais l’inverse. Quand on voit les sommes absolument gigantesques que les confinements et autres mesures liberticides auront coûté à la France, il est inacceptable de ne pas avoir tenté de régler la situation hospitalière dès mars 2020, dont un investissement au dixième de la dette contractée aurait mille fois suffit à régler la situation.

    • Je plussoie. La saturation des hôpitaux est à mon sens le grand danger en France et c’est là où notre marge de manœuvre est très faible. En plus, elle aura un impact direct et très négatif sur les carrières des politiciens. Je ne suis pas sûr qu’il y ait d’autres choses aussi impactantes pour eux d’ailleurs en ce moment.

      Ce n’est pas pour dire « les salauds / les vendus / etc » ; juste une remarque de bon sens qu’ils ont beaucoup à perdre en tant qu’individus mais aussi en tant que détenteurs de responsabilités. Le vaccin leur permet de faire d’une pierre deux coups: obtenir des résultats et ne pas mettre sa carrière en péril.

      Je ne suis pas vacciné et je suis contre le pass. Les vaccins ont l’air vraiment bien. Mais pas de recul, c’est pas de recul, point. Milliard d’individus ou pas.

      Vu que le gouvernement est dans la panique et l’improvisation depuis le début, qu’il se jette sur toutes les options qui passent (sans toujours les imposer, je pense au Remsédivir-truc-là, acheté par palettes et finalement mis de côté) et que tous ses écarts sont normalisés par une presse en effet militante, perso, je vais attendre.

      En outre, il me semble que la panique se retrouve aussi chez les vaccinés et certains me paraissent se dire qu’ils sont peut-être allés vite en besogne en se faisant vacciner alors qu’ils sont totalement en dehors des populations à risque.

      Du coup, je me retrouve à entendre des choses qui me donnent l’impression qu’on veut forcer les gens à se vacciner pour qu’ainsi tout le monde soit dans le même bain. Certains ne semblent pas assumer pleinement de s’être fait vacciner et seraient sans doute rassurés si tout le monde était pareil. En faisant la leçon sur la responsabilité bien entendu.

      Je vais rester à l’écart de la folie, ça paraît plus sage par les temps qui courent.

      • Ah, désolé, la référence m’échappe ^^

        Mais l’exemple est excellent! Neuf femmes ne font pas un bébé en un mois…

      • Pourquoi arrivez-vous à la conclusion qu’ils doivent être testés sur 100.000 km ? Par des études de mécanique et de fiabilité, ou parce que ça vous donne une occasion de contester la nouveauté qui vous effraie ?

      • Du coup, je me retrouve à entendre des choses qui me donnent l’impression qu’on veut forcer les gens à se vacciner pour qu’ainsi tout le monde soit dans le même bain. Certains ne semblent pas assumer pleinement de s’être fait vacciner et seraient sans doute rassurés si tout le monde était pareil.

        C’est aussi le sentiment que j’ai, de la part de certains qui se sont fait vacciner et se rendent compte après coup, soit que la balance bénéfices/risques dans leur cas personnel n’est pas si évidemment positive que ça, soit tout simplement qu’ils ont cédé au chantage du gouvernement et en éprouvent une certaine honte. Et comme nous sommes dans un pays où la jalousie, moteur de l’égalitarisme et du socialisme, est particulièrement répandue, eh bien il faut que tout le monde soit logé à la même (mauvaise) enseigne.
        Tous ne sont pas comme ça, heureusement, mais chez certains, c’est la seule explication logique à leur attitude.

  • En dehors du petit noyau (en France) des antivax, il n’y a pas de haine contre les vaccins. Merci de ne pas utiliser la même mauvaise foi que nos gouvernants.

    Il y a :

    1. un calcul du bénéfice/risque délicat pour des gens de moins de 65 ans sans comorbidité ; un risque infime de décéder du covid vs un risque infime de décéder du vaccin, tellement infime que parler de pur hasard serait plus juste

    2. une confiance faible dans la parole de nos gouvernants dans la gestion de la crise sanitaire, motivés plus souvent par la politique que par le sanitaire

    3. un pass élargi perçu comme un (nieme) reniement de Macron, comme un recul des libertés, comme une aberration sanitaire et comme un chantage ; si l’abaissement de la jauge en lieu clos paraît sensé, quid du pass en terrasse, dans les zoos, les campings ? Si la macronie s’était limitée à l’obligation vaccinale des soignants, ça passait comme une lettre à la poste, pourquoi a t-elle choisi de telles mesures, au risque de fédérer 35 % de la population contre elle sur ce sujet ? Pourquoi le faible Macron a t-il suivi l’incompétent et menteur Veran ? Le stock des vaccins ne baissait plus assez vite ?

    Quand la raison abandonne nos gouvernants, faut-il s’étonner des réactions du peuple ?

    • et en corollaire l’irritation des gens anti vaccins qui se voient qualifier d’antivax.. il voudrait cliver qu’il ne s’y prendrait pas autrement..

      si j’aoute que même la critique des antivax doit être nuancée…je n’ai rien contre les gens qui renonce au vaccin par conviction personnelle..

  • « On ne connaît pas les effets secondaires de ces vaccins ! »
    Dans la même veine, j’ajoute à ce que dit l’auteur qu’on ne connaît pas non plus les effets secondaires du Covid. Les hépatites B et C peuvent déboucher sur un cancer.

    D’après le Midi libre, le quotidien régional couvrant la ville de Sète où est décédé le jeune Maxime, ce dernier a mangé au restaurant quelques heures après la vaccination. Là, il a commencé à manger d’un plat contenant de l’arachide, qu’il a recraché immédiatement. Donc, il s’y savait allergique. Pourquoi il a commandé ce plat est à éclaircir. Pourquoi ne pas avoir fait appel au SAMU ou aux pompiers avant le déclenchement de la crise allergique également.

    • On dit, qu’en savez vous vraiment? Ce qu’en raconte la presse?
      Vous seriez plus élégant à vous taire que de rapporter des rumeurs.

  • Pourquoi tant de haine? L’auteur ne traite pas la question qu’il a lui même posée!

    • Il ne trouve pas de réponse. Vous en avez, vous ?

      • Quelqu’un avait écrit un jour que la vraie devise de la République Française n’était plus « Liberté, Egalité, Fraternité » mais « Egoïsme aggressif, Envie et Jalousie, Intolérance maladive ». C’est aussi une constatation en forme d’explication…

  • Il y aura toujours conflit d’intérêt, il suffit de voir que les chefs des entreprises qui ont vendus les vaccins sont devenus milliardaires. Quant aux politiciens, ils doivent répondre aux attentes de leur base électorale et la lutte des classes a montré qu’il était payant électoralement de diviser pour mieux régner.

    C’est pour cela que le choix le plus juste, et celui qui devrait être défendu par les libéraux, reste le choix individuel: chacun doit pouvoir compter sur ses sources, sur son ressenti, sur les spécialistes et avocats qu’il agréé, sur ce qu’il voit autour de lui, cela permet d’avoir différentes expériences et de laisser la main invisible sélectionner la plus efficace.

    Certes, c’est plus difficile à faire quand des vies sont en jeu, mais des vies sont de toute manière tout le temps en jeu: les confinements ont provoqué des crises qui ont tué de nombreuses personnes, les vaccins ont tué également des gens, d’autres sont sûrement aussi morts parce qu’ils n’ont pas été vaccinés, etc.

    Le libéralisme n’évite pas les morts, mais il permet de sélectionner avec le temps la manière la plus efficace de les éviter. A l’inverse, le collectivisme commence toujours bien, mais finit toujours en catastrophe. Même si le vaccin était le remède miracle, dès lors que l’Etat se permet de faire pression pour l’imposer, cela finira en catastrophe soviétique un jour ou l’autre.

    • Les conflits dont vous parlez se rapprochent davantage des profits que des conflits a mon avis

      Je parle des conflits d’intérêt pour des décideurs de politique publique n’ayant pas spécialement d’intérêt personnel à boire émerger une politique de santé bénéficiant aux individus dans leur ensemble plutôt que dans le leur. En gros : part dans des sociétés pharmaceutiques ou subventions / primes, bien que je ne connaisse pas le terme exact. Il suffit qu’ils touchent de l’argent

      Sinon je vous rejoins sur le reste ?

  • C’est ce qu’il arrive lorsque des multi milliardaires se prennent pour des dieux et veulent modeler le monde a leur image fantasmée.

  • proposez une méthode de comptage meilleure..

    on une anomalie de mortalité…on a une anomalie de fréquentation des hôpitaux..

    il y a quelque chose d’anormal au point de vue « causal »..

    si vous voulez…

    mais alors selon vous combien???? et surtout pourquoi….

  • Je me suis arrêté à « vaccin génique expérimental ».
    Enfin, non, mais la haine ne commence-t-elle pas quand on refuse d’écouter les arguments des autres, parce qu’ils n’utilisent pas le « bon » vocabulaire ?

    • On devrait se moquer du support/contexte de ce que l’on lit, tant qu’on peut extraire des idées et des opinions derrière le vocabulaire. Or on n’extrait pas des idées et des opinions en répondant aux raccourcis intellectuels et aux sous-entendus décrédibilisants par des raccourcis et sous-entendus contraires.

  • Et si on etait un peu serieux la grippe a été vaincue.par les soins ou les vaccins… Les soins ce qui a cruellement manqué pour la grippe espagnole, ou pour celle de hong kong… Là, pas de soins, volontairement dans les pays occidentaux et par manque d’hôpitaux équipés dans le tiers monde, faut fabriquer des cordes pour ‘potences, d es guillotines et aiguiser les couteaux, y a pas mal de gens que le monde doit voir disparaitre

  • Le vaccin de la grippe existe depuis des dizaines d’années, et la grippe n’a pas été éradiquée. Il parait qu’il protège les personnes âgées , mais on est pas sûr , preuve est que certaines années il est apparemment inefficace. J’ajouterai que parler de vaccin pour les covid est un non sens puisque la plupart de ceux utilisés sont des thérapies géniques qui n’ont même jamais été testées chez l’animal alors que ceux-ci sont infectés par de nombreux coronavirus et font des dégâts considérables dans les élevages. Et mes propos sont donc une négation du réel qui sont pourtant du vrai réel.

  • Les porteurs de chapeaux d’aluminium vont encore trouver de bons arguments. Ça en devient risible… comment a cours d’arguments continuer à argumenter… c’est génial on pourrait l’enseigner en master

  • On n’a pas marché sur la lune, la terre est plate, les camps n’ont pas existé…. Le collectif de juristes allemands c’est qui ?

    • Vous avez oublié : les conflits d’intérêts, cela n’existe pas.

      Au fait, qui finance les médias ? Corollaire, les médias sont-ils neutres ? Vous avez deux heures.

  • Ayant remarqué que les 3 caractères p d f accolés empêchent le commentaire, remplacé dans mon commentaire suivant ces lettres par {document acrobat]

  • 1) »Durant la pandémie, la notion de désinformation est l’expression d’un rapport de force et non le résultat de la passion de la presse pour la vérité. »
    C’est parfaitement vrai. C’est exactement l’impression que ça donne. Chacune des parties a accusé l’autre de fausses informations.
    La solution la plus simple était donc d’organiser un vrai débat. Pas un Grand Débat, orchestré, animé et conclu à l’unanimité par M. Macron, mais un vrai débat sur une chaîne nationale, réunissant les spécialistes les plus informés des parties en présence. C’est de la compétence du gouvernement. Cela n’a jamais été fait.
    Pourquoi ?
    Les mesures. Décidées, annulées en même temps que re-décidées, souvent inappropriées ou sujettes à questions, inexpliquées, souvent contredites à quelques heures d’intervalle. Cela était de la compétence du gouvernement. Par exemple le port du masque, son efficacité ou non. Demandez à quelqu’un aujourd’hui qui est protégé par le masque : le masqué ou la personne en face ? J’entends de mon côté toutes les réponses possibles. Cela devrait être expliqué clairement et le masque le cas échéant devrait être obligatoire, ou suspendu, C’est de la compétence du gouvernement. Cela n’a jamais été fait.
    Pourquoi ?
    L’information officielle – chiffres réels ou non – était que la situation était très grave, et les médias nous donnait des résultats effrayants – 4000 à 5000 morts – et nous était présentée chaque jour. On meurt de trouille pour moins que ça. La panique s’en est suivie. Les moins paniqués ont cependant commencé à se poser des questions. Est sorti alors le mot magique de complotiste, qui permet d’éliminer sans souci toute argumentation gênante de la partie adverse. Le vaccin est arrivé de tous côtés, peu importe le labo, la providence – celle des hommes bien sûr – agissait enfin. La plupart des gens s’y sont précipités. Le coup de grâce « absolument pas obligatoire mais si toi pas vacciné – fini pour toi ciné, resto, voyage, boulot etc.  » a suivi. Peu importe que tous les vaccins produits, que je sache, soient avérés officiellement par les labos comme étant encore en phase expérimentale. Même s’ils n’ont que peu d’effets indésirables, ceux-ci devaient être clairement mentionnés. C’est de la compétence du gouvernement. Cela n’a jamais été fait.
    Pourquoi ? ===> 2

  • <=== 2)Les conseils de prévention médicale – médicaments ou compléments alimentaires apportant des vitamines essentielles – n'ont jamais été proposés. On a même été jusqu'à interdire certains médicaments, qui existent depuis longtemps sur le marché. Sans autre explication. Cela était de la la compétence du gouvernement. Cela n'a jamais été fait.
    Pourquoi ?
    Le côté éthique quant à lui de l'élaboration de certains vaccins impliquant l'utilisation de cellules d'embryons vivants – lesquels ? on ne le sait pas clairement … – a provoqué une très grave division dans l'Église Catholique, le pape François ayant pris un point de vue très contesté, alors que le sujet n'est pas de la compétence magistérielle du pape, ni de celle de Jorge Bergoglio, qui n'est que je sache ni médecin ni scientifique, allant même jusqu'à accuser les opposants au vaccin de "négationnisme suicidaire" et imposer la vaccination à chaque employé de l'État du Vatican
    etc.
    Il y a encore bien d'autres questions, mais pour moi ça en fait déjà beaucoup trop.
    Je ne suis pas inquiet, sachant que comme tout le monde je mourrai un jour, Covid ou non, vacciné ou non. Mais je suis en droit de me les poser, ces questions, légitimes, et leur non-réponse ou les réponses pour le moins évasives de la part des autorités ou spécialistes à la plupart d'entre elles me laisse songeur.
    Arrêtant de me poser les questions médicales et scientifiques immédiates, je me suis intéressé à d'autres facteurs, j'ai vou^lu aller plus en amont. J'ai vu sur le site du Forum Économique Mondial en juin 2020 le Covid était une "occasion en or" pour les options philanthropiques du FEM à l'horizon 2030 pour l'établissement d'un monde meilleur à l'échelon mondial

  • J’ai lu le livre ‘La grande réinitialisation’ de Klaus Schwab, manager du FEM, et Thierry Malleret. La situation actuelle (juin 2020) géopolitique, économique et sociale y étaient remarquablement exposées. Ce livre est très bien écrit (téléchargeable gratuitement : http – reparti.free.fr/schwab2020 [ document acrobat] ) Il démontre magistralement les bienfaits pour l’humanité que les mesures prises jusque-là on pu apporter, expliquant entre autres le progrès extraordinaire que le télétravail avait apporté pour l’économique, ceux qu’apporterait le vaccin etc. Les mesures de confinement ayant été décidées le 16 mars 2020, appliquées du moins en France à partir, et le livre paraissant début juillet 2020, soit 3 mois et demi après (!) , cela laisse songeur quant à la rapidité de raisonnement et d’élaboration de ce livre. Je vous laisse savourer les conditions proposées pour l’amélioration (surveillance accrue, télétravail etc. essayez de trouver le mot bonheur, il n’apparaît que 2 fois (« au petit bonheur » et « Si […] le bonheur dépend davantage de facteurs immatériels[…]. Joie, amour : « Il est essentiel de se rappeler que la colère, la joie, l’ennui et l’amour sont des phénomènes biologiques tout comme la fièvre et la toux » .
    Etc. pour ce qui est de La Grande Réinitialisation.
    L’hypothèse d’un vaccin à puce sous-cutanée a été balayée très vite comme invraisemblable – https://www.estrepublicain.fr/sante/2020/05/15/non-bill-gates-ne-veut-pas-implanter-une-puce-a-toute-l-humanite par exemple. Je découvre alors sur le site du journal Le Monde cet article de décembre 2019:

  • dont je cite ce passage assez glaçant : « La Fondation Gates, qui finance le projet, a aussi lancé des enquêtes d’opinion au Kenya, au Malawi et au Bangladesh pour déterminer si les populations seront prêtes à adopter ces microscopiques boîtes quantiques, ou préféreront en rester aux vieilles (sic) cartes de vaccination  » …
    Explorant un peu plus avant les intentions philanthropiques des grandes organisations non gouvernementales, je découvre la semaine dernière seulement ce projet en 2019 du projet de changement alimentaire de la commission EAT-Lancet à l’horizon 2050 (« La transformation vers une alimentation saine d’ici 2050 nécessitera d’importants changements en régimes alimentaire ») – rien que ça ! https://eatforum.org/content/uploads/2019/01/Report_Summary_French%5Bdocument acrobat]Ce document ci n’est que le « Summary », même s’il contient de 32 pages, du projet. Bref, pour ce qui est de l’hypothèse que le Covid ne se soit pas trouvé par hasard au milieu de toutes ces aspirations mondialiste des élites fortunées au merveilleux Monde d’Après, les Italiens ont une excellente expression pour en parler : « Si non è vero è ben trovato ».
    Et leur ‘horizon’ 2030 ou 2050, je ne pense pas être le seul à le refuser. La mégalomanie de certains les aveuglent totalement sur l’aspiration des hommes au (petit) bonheur qu’ils leur proposent. Que MM. Malleret, Schwab, Gates et tous leurs amis bienfaiteurs lisent donc Jean de La Fontaine et ce qui arrive aux chétives pécores qui cherchent à s’enfler

  • Tous les opposants au gouvernements ou médias de gauche sont soit des racistes, soit des fascistes, soit des homophobes soit des antivaxx (ou pour l’économie des « ultra-libéraux »).
    Ca marche admirablement depuis des décennies, mais ils devraient se méfier, de plus en plus de gens sont la cible de ces insultes et viennent grossir les rangs des mécontents.
    .
    Il est effectivement surprenant de reprendre cette terminologie insultante ici, nous ne sommes majoritairement pas plus « antivaxx » qu’il ne sont nazillons (quoi que ça se discute pour ce dernier point).

  •  » Le but pass n’est pas d’entraver la mobilité mais de la faire renaître ».
    C’est le point clé de mon soutien au pass sanitaire. C’est une atteinte aux libertés mais elle est nettement moindre que celles subies depuis l’apparition du covid.

    • Vous rêvez si vous penser que ça va s’arrêter.
      Biologiquement ces vaccins n’en sont pas, ils ne protègent ni de la maladie ni de la contamination. Comme cette pandémie n’est pas réellement exceptionnelle par rapport à d’autres depuis 60 ans ce n’est pas une diminution des chiffres qui va les arrêter.
      Ça c’est ce qui est affiché dans les box de vaccination en Suisse:
      https://imgur.com/pWlTAfa

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yoann Nabat.

Cet été, le journaliste Taha Bouhafs révéla qu’un site d’extrême droite avait établi un fichier listant des personnalités désignées comme étant islamogauchistes. Dans le même temps, certaines critiques s’élevant contre le passe sanitaire pointaient du doigt le risque d’un fichage des déplacements.

Fichiers de police ou fichiers clandestins, le fichage des opinions politiques semble de plus en plus mis en lumière. Pourtant, est-il véritablement autorisé en France, et sous quelles conditions ?

Par principe,... Poursuivre la lecture

Par François Jolain.

Bien que les dernières recherches montrent la perte d’efficacité du vaccin sur le variant delta, la vaccination quasi obligatoire risque de se maintenir dans le plus pur style lyssenkisme où la science doit se conformer à l’idéologie gouvernementale. Ainsi le QRCode européen se généralise.

Il est temps de l’analyser plus en détails.

D'où vient le QR code ?

L’histoire a sa part d’ironie. L’invention du QRCode date de 1994. Il servait à Toyota pour traquer ses pièces dans son usine. Avec l’aide du smart... Poursuivre la lecture

Par Julien Plouchart.

En France, l’idéologie sanitaire a pris le dessus sur la conception libérale et du régime politique et du corps social : le primat de la santé sur la liberté a été mis en œuvre par le pouvoir avec constance depuis mars 2020.

Le fait de sauver des vies a été jugé supérieur au respect des libertés, d’où la propension à user et abuser des innovations de gestion politique de l’épidémie telles que confinements, couvre-feux, pass sanitaire au point de vider en grande partie de leur sens les libertés de circulatio... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles