Découvrez cet économiste inconnu qui a révolutionné sa discipline

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Découvrez cet économiste inconnu qui a révolutionné sa discipline

Publié le 26 août 2021
- A +

Par Jp Cortez.
Un article de la Foundation for economic education

Richard Cantillon est l’économiste le plus important dont vous n’ayez jamais entendu parler.

Né en Irlande entre le milieu et la fin du XVIIe siècle, il est l’auteur d’un ouvrage majeur qui renferme sa contribution à l’économie : Essai sur la nature du commerce en général.

En 1734, Cantillon fut assassiné dans des circonstances énigmatiques par un ancien employé mécontent, et sa maison fut incendiée. L’essai, qui a survécu à l’incendie, a été publié en 1755.

Les travaux de Cantillon ont ensuite influencé Adam Smith et d’autres économistes célèbres. Son essai traitait de la production et de la consommation, de la monnaie et des intérêts, du commerce international et des cycles économiques, ainsi que de l’inflation.

On y trouve une compréhension de base de l’inflation et de ses effets. En termes simples, l’inflation est une augmentation de la masse monétaire.

Une augmentation de l’offre de monnaie non accompagnée d’une augmentation de la demande de monnaie entraîne nécessairement une inflation des prix ceteris paribus. Autrement dit, les prix augmentent au fur et à mesure que l’argent nouvellement créé est introduit, toutes choses égales par ailleurs.

Toutefois, cette compréhension rapide de l’inflation ne brosse que la moitié du tableau. Il ne s’agit pas seulement de savoir que l’offre monétaire augmente, mais et c’est un aspect moins discuté du processus, comment elle augmente. Le point d’entrée de la création monétaire dans l’économie a de profondes implications.

Les effets de l’inflation ne sont pas uniformes dans l’ensemble de l’économie.

Cantillon écrit :

Je conclus […] que par l’introduction d’une double quantité d’argent dans un État, on ne double pas toujours les prix des denrées et des marchandises. Une rivière qui coule et serpente dans son lit, ne coulera pas avec le double de rapidité, en doublant la quantité de ses eaux.

L’inflation monétaire, au bénéfice de certains et au détriment des autres, n’affecte les prix ni proportionnellement ni simultanément.

Dans une économie à banque centrale, c’est via les grandes banques commerciales que la monnaie fait son entrée. Les bureaucrates non élus, les banquiers et les autres membres de l’État profond sont les premiers à profiter de cet « argent nouveau ».

Aux premiers stades de la prolifération de l’argent nouveau dans l’économie, les agents économiques n’ont pas encore adapté leurs prix à l’augmentation de la masse monétaire. Ceux qui sont au sommet du monopole monétaire reçoivent et dépensent cet argent neuf en bénéficiant de prix bas.

Allons jusqu’au bout de l’affaire.

Au moment où l’argent nouvellement créé atteint le consommateur moyen, les prix ont augmenté pour refléter l’augmentation de la masse monétaire. Ceux qui ne bénéficient pas de la manne de la création monétaire avant la fin du processus sont les spectateurs impuissants de la fonte du pouvoir d’achat des billets de la banque centrale (c’est-à-dire les dollars ou les euros) qu’ils détiennent.

De nombreux politiciens se font aujourd’hui les champions de la « correction » de l’inégalité des revenus et de la disparité des richesses. Pour résoudre ces problèmes, nous devrions revisiter les travaux de Richard Cantillon et examiner les lacunes systémiques d’un système financier qui profite aux riches au détriment des pauvres.

Les politiciens réellement désireux d’aider le citoyen de base devraient soutenir la fin du monopole monétaire des élites et des effets désastreux de leur impression de fausse monnaie.

Traduction Jérôme Morvan pour Contrepoints.

Cet article a été publié une première fois en 2019.

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Excellent rappel des thèses de Cantillon. Il faut remarquer que les phénomènes déflationnistes purement monétaires provoquent les mêmes distorsions pour les mêmes raisons. L’information monétaire prend du temps pour se diffuser, créant dans l’intervalle des inégalités de fortune artificielles, non justifiées par la performance économique, entre ceux qui détiennent l’information et les autres.

    Ni inflationniste, ni déflationniste, la bonne monnaie est neutre. La neutralité s’obtient par une création/destruction monétaire égale au taux de croissance économique dont elle est la contrepartie. La neutralité monétaire n’est possible que dans un système de concurrence monétaire où la transparence des prix (marché réglementé) diffuse l’information de manière instantanée et en continu.

    • Bonsoir Cavaignac. Je vous souhaite une excellente année 2019.
      Dans un régime de monnaie fiduciaire, toute création monétaire est frauduleuse car ceux qui en bénéficient peuvent s’enrichir (acheter des biens et services réels) en échange de moyens de paiement qu’ils ont acquis sans produire quoi que ce soit en échange. C’est du vol. Dans un régime de monnaie marchandise (or, argent), il en va différemment car il faut travailler pour l’extraire du sol et la transformer en monnaie, ce qui entre en concurrence avec toute autre forme d’activité productive. Sans création de monnaie fiduciaire, il n’y a pas de destruction monétaire.

    • jacques lemiere
      26 août 2021 at 7 h 21 min

      ce n’est pas « neutre » de dire que la création monétaire est la contrepartie de la croissance économique… comment d’ailleurs la mesurer ? en outre… la façon dont est introduite la monnaie nouvelle doit être expliquée!!!! il aurait été beaucoup plus neutre de ne rien faire de laisser la quantité de monnaie stable..à mon opinion..

      toute personne travaillant du coté où la monnaie nouvelle arrive doit adorer cette définition pour les autres…

      nous sommes tenus d’utiliser la monnaie papier.. cette restriction de liberté aurait du s’accompagner d’une definition très claire justement des conditions de création ou destruction de la monnaie papier ou de ce que représente une unité monétaire.
      problème..

      bce
      La mission de la BCE
      L’ensemble formé par la Banque centrale européenne et les banques centrales nationales constitue l’Eurosystème, système d’activité de banque centrale de la zone euro. L’objectif principal de l’Eurosystème est de maintenir la stabilité des prix, en d’autres termes de sauvegarder la valeur de l’euro.

      La Banque centrale européenne est chargée de la surveillance prudentielle des établissements de crédit établis dans la zone euro et les États membres participants n’appartenant pas à la zone euro, au sein du mécanisme de surveillance unique, qui comprend également les autorités compétentes nationales. Il contribue ainsi à la sauvegarde et à la solidité du système bancaire et à la stabilité du système financier, au sein de l’Union européenne et de chaque État membre participant.

      Nous nous engageons, à la Banque centrale européenne, à accomplir efficacement toutes nos missions en nous efforçant d’atteindre le plus haut degré d’intégrité, de compétence, d’efficacité et de responsabilité. Nous respectons la séparation entre nos missions de politique monétaire et de surveillance prudentielle. Nous sommes transparents, tout en observant pleinement les exigences applicables en matière de confidentialité, dans l’accomplissement de nos missions.

      comment parler de confiance sans liberté de choix?

      il devrait y avoir plusieurs monnaie en concurrence.

      • Il n’y a pas que les banques qui fabriquent de la fausse monnaie inflationniste, même les bitcoins et Cie y participent (stupidement) !

        • je n’ai pas trop réfléchi à la monnaie… qui est un problème assez simple. .un marché des monnaie en concurrence..

          imposer un monnaie sur un territoire a des conséquences politiques il serait bon d’eclaircir cela pour les citoyens. et surtout comment est introduite la nouvelle monnaie éventuellement..

  • pour quantifier le bénéfice du doublement en économie/populations (dans l’exemple de la rivière), depuis on a quand même trouvé la constante de west : +100% -> x1.15.

  • Merci pour la traduction et mise en ligne de ce résumé des travaux d’un économiste dont j’ignorais l’existence.
    Il faut aller encore plus loin : ceux qui sont au sommet du monopole monétaire ne bénéficient pas seulement d’un avantage parce que que les prix n’ont pas encore monté. Ils bénéficient de moyens de paiement obtenus sans contrepartie et ne sont donc ni plus ni moins que des voleurs.

  • Modération : commentaire modéré pour insultes

  • et si la richesse et la production de monnaie virtuelle ou pas était mise en concurrence avec l’augmentation de C02, les écologistes arrêteraient peut être de s’enrichir ou de percevoir un salaire ou de la monnaie

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Une surproduction de pénuries

par h16

Alors que jusqu'à présent, écran plat, iPhone dernier cri ou silencieuse Tesla semblaient devoir être les accessoires à la mode de l'individu moderne, en mars 2020 cet élément indispensable devient le papier hygiénique, de préférence en grosses quantités : les supermarchés assaillis se retrouvent même en rupture de stock de précieux rouleaux qui s'écoulent dans des quantités jamais observées jusqu'alors.

Bien sûr, les choses se calment par la suite : rapidement, les rayons se remplissent et les consommations reprennent l... Poursuivre la lecture

par h16

Alors qu'en France, tout indiquait que la situation économique, maîtrisée par un gouvernement d'experts, serait résolument d'un calme olympien, survient soudainement un petit accroc au bon goût jupitérien : les prix de l'énergie commencent à montrer des signes d'affolement. Flûte et zut, les mois d'hiver énergivores pourraient coûter plus cher que prévus aux Français et, pire, aux électeurs. Voilà qui pourrait envenimer une campagne présidentielle pourtant placée sous le signe de la joie de vivre dans un pays apaisé.

Le ... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

La grande catastrophe annoncée est-elle sur le point d’arriver ? Voilà des années maintenant que de nombreux économistes nous avertissent du danger de la politique de Quantitative Easing (création monétaire importante par le rachat massif de dettes souveraines) menée par la BCE depuis mars 2009 (et qui, rappelons-le, devait initialement s’arrêter en septembre 2009).

Aujourd’hui, il se pourrait bien que leur prédiction soit plus proche que jamais de se réaliser : après des années de faible inflation, la création m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles