Pourquoi Onlyfans ne laissera pas tomber les contenus pour adultes

Onlyfans aurait finalement plus à perdre qu’à gagner en se séparant de ses créateurs les plus dénudés.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi Onlyfans ne laissera pas tomber les contenus pour adultes

Publié le 2 septembre 2021
- A +

Par Théophile Gacogne.

Il y a quelques jours, un coup de tonnerre chez Onlyfans faisait trembler une partie des créateurs de contenus de la plateforme. Le réseau social sur abonnement prévoyait de changer ses conditions d’utilisation afin d’interdire purement et simplement toute activité pornographique.

Le problème est que même si Onlyfans ne l’avoue pas directement, une grosse partie de son activité se fait autour du sexe. Forcément, les utilisateurs n’étaient pas ravis et beaucoup étaient même très inquiets pour leurs revenus.

Quelques jours plus tard, rétropédalage du boss de la plateforme, qui annonce avoir désormais les garanties nécessaires pour « suspendre » le changement de politique. Les contenus pornographiques sont saufs !

Pourquoi Onlyfans a songé à arrêter le porno ?

Contrairement aux autres plateformes plus classiques, comme Facebook, Youtube, ou Instagram, Onlyfans laisse la possibilité à ses créateurs de monnayer leurs contenus. En gros, on peut prendre un abonnement, comme sur Netflix, pour voir ce que propose un créateur.

De véritables stars, comme la rappeuse Cardi B, l’actrice Bella Thorne ou encore le boxeur Floyd Mayweather ont des comptes créateurs, et les plus gros comptes Onlyfans gagnent des millions de dollars chaque mois.

C’est un immense succès. En quelques années, le site a attiré plus de 150 millions d’internautes, dont deux millions de créateurs de contenu. En 2020, la société basée au Royaume-Uni a réalisé un chiffre d’affaires dépassant les deux milliards de dollars.

Avec de tels chiffres et une croissance aussi rapide, Onlyfans devrait attirer facilement de gros investisseurs… mais ce n’est étrangement pas le cas. La faute à une réputation sulfureuse, qui n’est clairement pas usurpée. Onlyfans a prôné la liberté dès le départ et contrairement à Instagram, il était donc possible de publier des photos de nu, mais aussi de la pornographie.

C’est ce qui bloque actuellement les investisseurs. De nombreux fonds d’investissement ne souhaitent pas ou ne peuvent pas conformément à certains accords, investir dans les contenus pour adultes. D’autres craignent un scandale de pédopornographie, qui entacherait forcément leur réputation.

C’est donc en partie à cause de cette frilosité des investisseurs qu’Onlyfans songe à faire peau neuve, en interdisant de manière radicale la création de contenu pornographique.

La menace des partenaires ?

L’autre menace qui plane sur le réseau social provient directement des banques. Dans une interview donnée au Financial Times, Tim Stokely, le fondateur d’Onlyfans expliquait que la banque américaine BNY Mellon avait notamment refusé de faire des virements vers les comptes créateurs.

On se souvient également que le géant Pornhub avait été lâché par Mastercard et Visa après une enquête du New York Times accusant le site de laisser passer des vidéos avec des mineurs ou du contenu violent.

Onlyfans est aussi la cible d’enquêtes qui critiquent un manque de réactivité de la modération, notamment pour clôturer les comptes de mineurs. Lorsqu’on autorise la pornographie, il y a donc toujours un risque élevé de perdre totalement l’appui des banques. Pour un site qui fonctionne sur la base de contenus payants, c’est forcément dangereux.

Mais il semblerait que le problème ne soit pas uniquement celui des banques… mais plus d’image…

Une perte de fréquentation trop importante ?

On ne connait pas exactement la part de l’industrie du sexe sur la plateforme mais une grosse partie de ses revenus actuels proviennent sans aucun doute de la pornographie. Le changement des conditions d’utilisation aurait donc un impact non négligeable sur la fréquentation du réseau mais également sur les revenus engendrés par la compagnie.

Les premiers perdants seraient bien entendu tous les travailleurs du sexe qui vendent leurs vidéos sur Onlyfans et qui se retrouveraient du jour au lendemain sans revenus. Ils estiment, à raison, qu’Onlyfans s’est servi d’eux pour lancer son succès, et que désormais ils seraient laissés sur le bord de la route.

On trouve des alternatives, comme le Français MYM par exemple, mais c’est toujours très compliqué pour un créateur de changer de plateforme.

Finalement, après une fronde importante sur Twitter, notamment de la part des créateurs mais aussi d’un grand nombre de simples utilisateurs, Onlyfans a décidé de faire marche arrière et de ne pas empêcher la création de contenu à caractère sexuel.

Onlyfans : un virage grand-public compliqué

Même du côté des stars, des modèles Instagram, ou des stars de TV réalité, il y a une crainte. La majorité ne postent pas de pornographie, mais dévoilent bien plus leur corps que sur les autres réseaux sociaux. Onlyfans avait d’ailleurs précisé que même si la pornographie était bannie, les photos de nu seraient toujours autorisées.

En 2018, en prenant un virage grand-public, la plateforme Tumblr avait perdu plus de 30 % de sa fréquentation. Onlyfans ne peut pas se le permettre. Cependant, en continuant d’accepter la nudité et le sexe, le réseau social écarte de fait les plus gros investisseurs…

Il ne semble donc pas y avoir de solution parfaite pour Onlyfans, qui aurait finalement plus à perdre qu’à gagner en se séparant de ses créateurs les plus dénudés. Sur Twitter, le groupe a donc annoncé la suspension de sa décision de bannir le contenu pornographique, assurant vouloir faire « front pour l’inclusion » et permettre toujours un hébergement à « tous les créateurs ».

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Onlyfans je ne connais pas et m’en fous..entreprise privée ..

    Le seul problème, comme avec la drogue c’est que des gosses ou des personnes irresponsables puissent accéder..

    C’est donc d’abord une gestion de responsabilité parentale et éducative.

    Où est le problème avec la pornographie???
    à l’instar de la prostitution je ne sais même pas si une société où toute pornographie aurait disparu serait « souhaitable »..

    Nous devons assumer une part d’hypocrisie pour construire une société…
    la famille est le fondement, mais avoir une relation monogame supposément pour la vie n’est pas « naturel » , en tous es cas j’en doute….

    • C’était naturel lorsque l’espérance de vie atteignait 50 ans. Aujourd’hui ce n’est pas le même monde qu’il y a ne serait-ce que 200 ans. Pour commencer on rentre dans la vie active beaucoup plus tard et difficilement. Ce qui est un obstacle pour avoir une relation sérieuse. Ensuite, il y a une libéralisation des rencontres dans le sens où, grâce aux applications, il n’y a presque aucune conséquence (ou coût) à aborder sur ces applis contrairement au coût social/mental requis pour aborder dans la vraie vie et au même rythme (passer pour un dragueur ou « forceur »). Naturellement les meilleurs (les plus offrant) s’en sortent très bien. Rajoutons à cela le fait que ces applis (Tinder etc.) ont pour but d’être rentable et donc de faire payer les utilisateurs, il faut qu’elles y créent la frustration pour que l’utilisateur paye. Conséquence de quoi, seule une minorité d’hommes y trouve son bonheur, et les femmes ont l’embarras du choix mais se retrouvent à devoir gérer un nombre incalculable de conversations qui deviennent forcément ennuyantes. Avec Onlyfans, le principe est par exemple que l’utilisateur ait l’impression d’être en contact privilégié avec le créateur de contenu, en payant et recevant du contenu spécial, parfois sur requête.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Pendant près de 7 heures, à partir de lundi soir, Facebook, Instagram, Whatsapp et Messenger étaient en panne, occasionnant la migration d’une partie des utilisateurs vers d’autres réseaux d’habitude moins fréquentés.

Le monumental -et momentané- plantage du célèbre réseau ne fut pas seulement technologique et financier : il a été l’occasion de tester en direct notre grande dépendance politique vis-à-vis d’un média social peut-être plus fragile qu’il en a l’air.

Facebook down

Un "changement de configurat... Poursuivre la lecture

Par Pierrik Halaven.

Les médias sociaux constituent des études de marché à ciel ouvert.

Sans payer des sondages ou d’enquêtes avec des questionnaires ouverts ou fermés, il est possible gratuitement d’une part d’établir des mesures chiffrées de tendances et d’autre part d’analyser les verbatims innombrables livrés au regard de tous les internautes.

Il est étonnant d’observer que les journalistes - reconvertis pour certains en intendants du fact-checking - ne font pas souvent l’effort d’analyser toutes les données accessibl... Poursuivre la lecture

Par Jerry Barnett. Un article de Quillette

La récente décision d’OnlyFans, l’une des plus grandes marques de l’industrie adulte, d’arrêter de vendre des contenus sexuellement explicites a pris tout le monde par surprise. Les médias sociaux ont réagi avec amusement, de nombreuses personnes suggérant (à juste titre) que cela revenait à ce que KFC abandonne le poulet. OnlyFans a invoqué la pression exercée par Visa et Mastercard, le duopole effectif qui contrôle l’essentiel des paiements en ligne (American Express avait déjà interdit les ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles