Afghanistan : quand la protection des données biométriques devient une question de vie ou de mort

Dans les zones de conflit, la données biométriques permettant la localisation de l’utilisateur peuvent devenir une question de vie ou de mort.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Afghanistan : quand la protection des données biométriques devient une question de vie ou de mort

Publié le 4 septembre 2021
- A +

Margaret Hu.
Un article de The Conversation

Des rapports alarmants indiquent que les talibans, qui viennent de reprendre le pouvoir à Kaboul, pourraient accéder aux données biométriques que l’US Army a récoltées en Afghanistan pendant des années. Les nouveaux maîtres du pays auraient alors la possibilité d’identifier et de traquer les Afghans ayant travaillé pour la coalition internationale.

Ces derniers craignent que les traces physiques et numériques de leur identité, si elles se retrouvent entre les mains des talibans, se transforment en véritables arrêts de mort. C’est pourquoi ils cherchent désormais à dissimuler ou à effacer toutes ces données.

Ces inquiétudes montrent que dans les zones de conflit la protection des données – en particulier celles qui relient l’activité en ligne à la localisation physique de l’utilisateur – peut devenir une question de vie ou de mort.

Des journalistes, des défenseurs de la vie privée et des universitaires dont moi-même qui étudient la cybersurveillance biométrique alertent depuis longtemps sur ce type de risques.

La biométrie, enjeu majeur des conflits contemporains

La journaliste d’investigation Annie Jacobsen a documenté la naissance de la guerre biométrique en Afghanistan après les attaques terroristes du 11 septembre 2001, dans son livre First Platoon. Le Pentagone a rapidement considéré que les données biométriques et l’identity dominance devaient être les pierres angulaires de nombreuses stratégies de contre-terrorisme et de contre-insurrection. Ce concept d’identity dominance signifie, pour l’armée, être capable de garder la trace de personnes considérées comme une menace potentielle, quels que soient les pseudonymes qu’elles emploient, afin de priver les organisations hostiles de la possibilité de conduire leurs activités en préservant l’anonymat de leurs membres.

En 2004, des milliers de militaires américains ont été formés à la collecte d’informations biométriques dans le cadre des interventions en Afghanistan et en Irak. Trois ans plus tard, cette collecte était principalement effectuée via des dispositifs mobiles tels que le Biometric Automated Toolset, un kit qui comprend un ordinateur portable, un lecteur d’empreintes digitales, un scanner d’iris et un appareil photo ; et le Handheld Interagency Identity Detection Equipment (ou « HIIDE »), un petit appareil unique qui intègre un lecteur d’empreintes digitales, un scanner d’iris et un appareil photo. Les utilisateurs de ces outils peuvent recueillir des scans d’iris et d’empreintes digitales ainsi que des photos faciales, et les faire correspondre aux entrées des bases de données militaires et des listes de surveillance biométrique.

En plus de ce type de données, le système comprend des informations biographiques et contextuelles, ce qui permet de vérifier si un individu est signalé comme suspect d’activités criminelles ou terroristes. Les analystes peuvent également surveiller les mouvements et les activités des personnes enregistrées, en traçant les données biométriques enregistrées par les troupes sur le terrain.

En 2011, dix ans après le 11 septembre 2001, le ministère de la Défense conservait environ 4,8 millions d’enregistrements biométriques de personnes se trouvant en Afghanistan et en Irak, dont environ 630 000 avaient été collectés à l’aide de dispositifs HIIDE. L’armée américaine et ses partenaires militaires afghans utilisaient le renseignement et le cyberrenseignement biométriques sur le champ de bataille pour identifier et suivre les insurgés.

En 2013, l’armée et le corps des Marines américains ont utilisé le Biometric Enrollment and Screening Device, qui enregistrait les scans de l’iris, les empreintes digitales et les photos numériques du visage. Ce dispositif a été remplacé en 2017 par l’Identity Dominance System-Marine Corps, qui utilise un ordinateur portable doté de capteurs de collecte de données biométriques, connu sous le nom de Secure Electronic Enrollment Kit.

Au fil des années, pour soutenir ses objectifs militaires, le ministère de la Défense a cherché à créer une base de données biométriques portant sur 80 % de la population afghane, soit environ 32 millions de personnes. Il est difficile de savoir dans quelle mesure cet objectif a été atteint.

Plus de données, c’est plus de personnes en danger

Outre l’utilisation des données biométriques par les militaires américains et afghans à des fins sécuritaires, Le Pentagone et le gouvernement afghan ont fini par adopter les technologies biométriques pour toute une série d’usages quotidiens : procès, autorisations de travail ou encore sécurité des élections.

En outre, le registre national des documents d’identité et les listes électorales contenaient des données sensibles, notamment ethniques. La carte d’identité afghane, l’e-Tazkira, est un document d’identification électronique qui comprend des données biométriques. L’accès des talibans à ces registres représente donc un risque majeur pour de nombreuses personnes.


Il est trop tôt pour savoir si les talibans pourront avoir accès aux données biométriques autrefois détenues par l’armée américaine et, si oui, dans quelle mesure. Il est possible qu’ils ne disposent pas des capacités techniques qui leur permettraient d’accéder aux données biométriques collectées par HIIDE. Cependant, ils pourraient pour cela se tourner vers leur allié de longue date, l’Inter-Services Intelligence, l’agence de renseignement pakistanaise. Comme de nombreux services de renseignement nationaux, l’ISI dispose probablement de la technologie nécessaire.

Selon certaines sources, les talibans auraient déjà commencé à déployer une « machine biométrique » afin d’identifier les anciens responsables et membres des forces de sécurité du gouvernement afghan. Ces informations concordent avec d’autres, plus anciennes, indiquant que les talibans auraient soumis des passagers de bus à des contrôles biométriques et, plus généralement, qu’ils auraient utilisé les données biométriques pour identifier les membres des forces de sécurité afghanes afin de les enlever ou de les assassiner.

La collecte de données biométriques est préoccupante

Après le 11 septembre 2001, des chercheurs, des militants et des responsables politiques se sont inquiétés de la collecte, du stockage et de l’analyse en masse de données biométriques sensibles, considérant que cela met en danger le droit à la vie privée et les droits de l’homme. Le fait que les talibans ont peut-être pu accéder aux données biométriques américaines stockées par l’armée montre que ces inquiétudes n’étaient pas infondées.

Ces récents développements constituent un avertissement pour l’avenir. Lors de l’élaboration de technologies et de protocoles de guerre biométriques, il semble que le ministère américain de la Défense ait supposé que le gouvernement afghan disposerait d’un niveau de stabilité indispensable à la protection des données sensibles.

L’armée américaine devrait partir du principe que toute donnée sensible – données biométriques et biographiques, données d’écoute et communications, données de géolocalisation, dossiers gouvernementaux – peut potentiellement tomber entre les mains de l’ennemi. Il faudrait donc mettre en place un système de sécurité robuste pour empêcher les accès indésirables. Au-delà, il convient aussi de se demander si la collecte de toutes ces données biométriques était réellement indispensable.The Conversation

Margaret Hu, Professor of Law and of International Affairs, Penn State

This article is republished from The Conversation under a Creative Commons license. Read the original article.

The Conversation

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • le problème reste l’emergence d’une tyrannie .. pas les données biométriques..

    • écoutes téléphonique, lecture du courrier..

      • je n’entends personne mettre en garde contre le téléphone ou le courrier écrit.

        • les gens qui sur contrepoints manifestent des opinions libérales pourraient être repérés et embastillés en cas d’émergence de tyrannie communiste.. le simple fait de pouvoir faire un lien entre personne et opinion..ou action est périlleux ..en cas de tyrannie..

          mais… votre voisin peut témoigner que vous avez dit cela..

          le problème est la tyrannie.. or toutes les sociétés ont un aspect plus ou moins tyrannique..en ce sens qu’lelles ont toutes des règles, lois, codes de comportement arbitraire et qu’elles jugent certains individus..antisociaux.

          si vous avez peur de l’emergence de tyrannie…faites profil bas et vivez clandestinement, ce qui est difficile.. par exemple la simple disparition du cash…la carte d’identité , le compte bancaire, l’enregistrement social si vous travaillez…

          mieux vaut se battre pied à pied contre la croissance des lois tyranniques…

          si une machine peut vous identifier… c’est sans doute qu’un être humain peut vous identifier… la technologie facilite la surveillance totalitaire.. mais l’aternative est la vie autarcique clandestine le bannissement intérieur..

    • Oui et non. Quand on met en place une nouvelle technologie on se doit de réfléchir à son potentiel entre les mains de la tyrannie (dont le retour après 20 ans de colonialisme bananier-opioïde ne surprendra personne.)
      Votre argument sur le courrier ne tient pas compte de l’économie d’échelle lié à l’automatisation des tâches d’espionnage. La Stasi fonctionnait à l’huile de coude et représentait un drain considérable sur les ressources de la RDA.
      De même, je peux refuser d’utiliser le téléphone, le courrier ou l’internet. Je ne peux pas, en revanche, changer mes signaux biométriques. A moins bien sûr que le système d’ID en question soit subordonné entièrement à l’accord exprès des personnes, avec une possibilité de retrait immédiat et une transparence totale des utilisations. Autant dire la lune.
      Il y a du reste une raison pour laquelle les contrôles d’identité sont normalement très encadrés par la loi. Ne pas être tracé et identifié, hors de conditions très particulières, sous surveillance d’un officier de police, était un garde-fou utile, reste d’une époque où le législateur se prenait moins pour un démiurge.

      • vous pouvez refuser dans une société libre les avantages de la reconnaissance biométriques qui existent..

        et la carte d’identité…

        • Si vous êtes réellement libre de refuser, sans être soumis à des pressions / tracas exagérés, tout va bien… Dans le meilleur des mondes…

          • l’integration à la vie sociale a un prix..

            • Et quand on ne se reconnaît plus dans une société devenue complètement folle? Il semblerait que l’on soit tout de même obligé de lui donner accès à notre propriété et bientôt à notre corps…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Ce qui suit s’appuie notamment sur les travaux et les sondages du centre de recherche Pew et de « Arab Barometer » 

Décidément, le pouvoir ne réussit pas aux islamistes. Ils viennent de le perdre au Maroc après la Tunisie et surtout après l’Égypte où ils sont sévèrement réprimés.

Et en Afghanistan ? Au bout de huit jours de pouvoir, les talibans se heurtent également aux réalités.

Le cas du Maroc

Je connais assez bien le Maroc pour y être allé très souvent soit en colloque, ce qui permet des cont... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

« Je suis leur chef, donc je les suis ». Cette formule ironique s’applique malheureusement à la plupart des responsables élus. Mais c’est très difficile lorsqu’il y a deux tribus opposées, comme c’est le cas pour l’immigration afghane et pour l’immigration en général.

Les Afghans vont-ils déferler sur l’Europe ?

Pourtant, l’immigration afghane n’est pas un gros problème démographiquement parlant : aujourd’hui on parle de quelques centaines de réfugiés au sens plein du terme (c’est-à-dire menacés de mort pour a... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Yannick Chatelain.

Selon la définition de la CNIL :

La biométrie regroupe l’ensemble des techniques informatiques permettant de reconnaître automatiquement un individu à partir de ses caractéristiques physiques, biologiques, voire comportementales. Les données biométriques sont des données à caractère personnel, car elles permettent d’identifier une personne. Elles ont, pour la plupart, la particularité d’être uniques et permanentes (ADN, empreintes digitales, etc.).

Il n’aura échappé à personne que le marché de la bi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles