Piketty : vers un socialisme version 3.0

Piketty ressort les idées d'un « socialisme décentralisé participatif et autogestionnaire ». Un discours qui donne une impression de déjà vu.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Piketty : vers un socialisme version 3.0

Publié le 26 septembre 2021
- A +

Par Emmanuel Martin.

Il y a tout juste cent ans Lénine initiait une « Nouvelle Politique Économique », après quelque trois ou quatre années de catastrophe collectiviste suite à la Révolution rouge en Russie. Il s’agissait d’éviter l’écroulement de la nouvelle Union soviétique, en acceptant un compromis : la réintroduction très partielle de la propriété privée et du commerce. Ces mesures, ainsi que le marché noir, mais évidemment aussi une effroyable et impitoyable répression permettra de faire tenir le système durant près de soixante-dix ans.

Celebration now

Sans doute pour commémorer le centenaire de cette réforme, voilà que la gauche intellectuelle, par le biais de Thomas Piketty, vient proposer à nouveau un énième socialisme. Il a d’ailleurs fait sensation à la dernière Fête de l’Huma.

Il ne s’agit cependant plus de réformer le socialisme avec une dose de capitalisme, mais bien de transformer le capitalisme en socialisme. Un socialisme Version 3.0 en somme. Ou plutôt, au vu d’un siècle de succès incontestables (!), une version 12.39…

N’ayons crainte, il sera évidemment totalement différent de l’odieux système soviétique « axé sur l’étatisation des moyens de production et extrêmement centralisé ». Piketty a donc sans doute bien potassé son Hayek et son Mises, et ainsi compris que les systèmes économiques centralisés ne fonctionnent pas. C’est bien. Mais il n’est peut-être pas allé assez loin dans ses lectures.

Piketty en autopilote

Car l’économiste français ressort évidemment ici les vieilles lunes du « socialisme décentralisé participatif et autogestionnaire », assorti d’un impôt sur le capital à 90 % : autant dire une incitation à réduire « la propriété privée des moyens de production ». Il ne suffit en effet pas de coller l’étiquette décentralisé pour que, comme par magie, cela fonctionne. Le socialisme « autogestionnaire » yougoslave de la grande époque ne sera pas un modèle de succès même s’il n’a pas les tares centralisatrices à la fois au plan politique et économique de son cousin soviétique. Sans doute n’a-t-il pas été assez participatif et démocratique ? Le modèle chaviste au Venezuela est pourtant fait du même bois, et l’on a une idée assez précise de ce qu’il a très rapidement produit. La raison en est simple.

Si le modèle de la coopérative ouvrière autogérée est certainement louable, et de fait pratiqué ici ou là dans les économies de marché, l’imposer à l’ensemble de l’économie conduit à l’échec.

Ce type d’organisation présuppose en effet certaines incitations que l’on ne trouve que dans certains métiers avec un nombre limité de travailleurs. L’abolition du moteur du profit et de la propriété sur le capital (par l’impôt massue) et donc d’un véritable système de prix (qui permettent de coordonner des milliards de décisions économiques chaque jour), laisserait le socialisme participatif et autogéré dans le noir en matière de coordination économique, quel que soit son prétendu caractère par en bas, tout comme dans l’URSS centralisée par en haut.

Ce type de participation implique une nécessaire politisation  des processus de décisions économiques. Les coûts de transaction politique dans le processus de décision collective sont trop élevés (encore plus aujourd’hui qu’il y a cent ans étant donné l’explosion des questions de réglementation, avec plus de services, etc.).

Sans prix ni les incitations de la propriété à gérer efficacement, l’allocation des ressources ne pourra se faire correctement dans et entre les millions de projets d’une société. Bref, même avec les adjectifs participatif et décentralisé, on en revient au débat sur la possibilité du socialisme de marché dans les années 1930. En quoi le socialisme démocratique ou participatif au XXIe siècle pourrait-il être différent ?

Le socialisme au XXIe siècle avec Piketty

Sans doute la plupart des gens vivant aujourd’hui dans les pays capitalistes n’accepteraient-ils pas d’ailleurs de renoncer au sentiment de liberté et d’indépendance personnelles si le socialisme démocratique devenait soudainement autoritaire.

La colère des masses devant l’abandon de nos niveaux de vie bien avant cette étape serait, il est vrai, compensée par l’argent magique du revenu universel et autres recettes du pays des licornes. Jusqu’à ce que l’on soit à court d’argent des autres, et la chute inévitable, comme au Venezuela.

« Mais ce sera l’autogestion, camarades ! Encore une fois : c’est dé-cen-tra-lisé ».

Mais toute décentralisation implique alors un respect de ceux qui souhaitent réellement s’autogérer et monter une entreprise privée, non ? Et au vu de l’efficacité comparée des deux modèles — « autogéré socialiste » vs. « autogéré privé » — cela risque de faire pas mal de monde.

Évidemment, l’impôt à 90 % est précisément là pour grandement empêcher cette migration des incultes récalcitrant. e. s. vers le vieux modèle impérialiste capitaliste ! Le socialisme ne pourra donc être uniquement économique, mais également politique.

Plus égaux que d’autres

Au plan purement politique d’ailleurs, il est bien vrai que les referendums sont effectivement importants, et l’élaboration des lois et des règlements doit certainement être moins centralisée (du bas vers le haut) pour offrir davantage de flexibilité et de diversité institutionnelles : la Suisse en est un bon exemple, et elle n’est pas exactement socialiste. Ensuite, si les gens veulent participer à des projets communs, la société civile le permet déjà dans une très large mesure, surtout avec le monde actuel des réseaux sociaux innovants.

Et d’ailleurs pourquoi les souhaits populaires, même s’ils sont débattus de manière participative, devraient-ils être transformés en loi s’ils représentent une atteinte évidente aux libertés ou s’ils sont simplement fabriqués au pays des licornes ? Dans la réalité, le socialisme des « démocraties populaires » a d’ailleurs très rapidement supprimé les souhaits populaires et démocratiques. La question de la tyrannie de la majorité dans la révélation des préférences n’est pas résolue. Comment le respect de l’État de droit pourrait-il être garanti ?

La question traditionnelle du pouvoir potentiel de certains dans le débat participatif (parlant évidemment au « nom du peuple ») n’est pas non plus résolue. Il n’y a pas beaucoup de réponses ici et il est difficile de ne pas oublier la leçon de La ferme des animaux de George Orwell et l’émergence inévitable de la tyrannie d’une minorité : « tous les animaux sont égaux, mais certains sont plus égaux que d’autres »

La participation sera rapidement écartée au profit d’experts… comme monsieur Piketty sans doute.

Ici encore, les étiquettes ne changent rien au problème. Notons que les expériences socialistes ont pratiquement toujours commencé précisément avec une étiquette démocratique. Sydney Webb par exemple voyait dans l’URSS des années 1930 une expérience démocratique. Staline n’était pas un autocrate mais un simple fonctionnaire du parti… Le même Staline, au début des années 1920, n’avait-il pas critiqué Trotsky pour sa stratégie « coercitive » visant à imposer le socialisme ? Le futur bourreau des l’URSS privilégiait alors un moyen bien plus démocratique : la  persuasion…

La dette socialiste

Dans sa profonde analyse, et évoquant Haïti, Piketty juge que le capitalisme occidental s’est enrichi sur le dos de populations à travers l’esclavage et la colonisation. Ce système a donc une dette, et l’économiste propose ainsi par exemple que la France paie 30 milliards de réparations à Haïti. Il oublie de mentionner que c’est le cas de nombreux systèmes et nations au cours de l’histoire, et en dehors de l’Occident.

Précisément, seules les sociétés capitalistes ont aboli peu à peu ces formes de domination et permis une croissance sans précédent qui tire les masses pauvres de la misère. On devrait plutôt les remercier et effectivement critiquer les États occidentaux pour leur soutien à des régimes corrompus et dictatoriaux, de droite comme de gauche, comme celui de Haïti, notamment dans la deuxième moitié du XXe siècle.

Mais il est vrai que l’on pourrait étendre l’analyse pikettyenne de manière très fructueuse : faire que les pays socialistes, qui ont présidé à l’appauvrissement de millions de gens, également par esclavage et colonisation, paient un impôt pour rétablir cette fabuleuse injustice. Mais l’obligation devrait également concerner les intellectuels qui soutiennent toujours en 2021 un tel système qui sème la misère. Sauf que, en bon socialiste, l’économiste français nous dirait là aussi que « personne n’est responsable individuellement de ce qui a été fait avant… ». Dommage. Car cela aurait coûté très cher aux intellectuels de la catégorie de Monsieur Piketty.

On connait les écrits de ce dernier sur le capital dont on consultera avec profit la critique dans Anti-Piketty (publié par l’IREF en 2015). La lecture de l’ouvrage de Christian Nimietz Socialism : the failed idea that never dies qui rappelle en détail le fonctionnement de chaque « nouvelle » expérience se voulant plus « démocratique » sera également profitable.

Une section de cet article reprend une analyse disponible sur Geopolitical Intelligence Services

[Modifié le 27/09/2021 à 8h00]

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Il va nous créer une coopérative ouvrière autogérée de 80 milliards et 56000 travailleurs pour concurrencer TSMC et redonner à la Frrrance son indépendance « numérique » ?

    • coopérative viable dans un système capitaliste et vouée à la faillite dans un système économiquement planifiée par une idéologie socialiste !!!!

  • Pick-poketty ?

  • L’économie collectiviste a toujours été un faux nez permettant à une nomenklatura de régner sans partage sur une masse soumise.
    Les théories pikettistes en elles-mêmes ont peu de chances d’aboutir à quoi que ce soit de concret, SAUF si elles s’articulent sur les projets d’une oligarchie mondiale en quête d’un modèle lui permettant de maintenir son emprise. Or, l’instrumentalisation du Covid a ouvert de nouvelles perspectives en ce sens à cette oligarchie. Affaire à suivre…

    • tellement vrai !!! naïf parmi les naïfs je demandais aux tchèques ce qu’étaient devenus le cadres du parti après leur éviction du pouvoir !! ne souhaitant pas me ridiculiser davantage je ne vous narrerai pas l’éclat de rire de mes interlocuteurs m’informant que justement ces défenseurs du collectivisme s’étaient emparés des entreprises pour les capitaliser à leur profit !!! Tout est dit ; il n’y a pas plus d’économie orientée vers le bonheur du peuple que de beurre en branche et toutes les variantes plus ou moins auto gérées ne sont que des attrape nigauds qui ne doivent leur survie qu’en raison même du système capitaliste qu’ils combattent !!!!!

  • J’ai regardé la photo,
    en v’là de belles mains de travailleur…

    « A Stylostemmer » qu’on dit par chez nous (haltérophile de stylo)

  • On connait bien la rengaine: si le socialisme, et son avatar le communisme ont échoué partout dans le monde, c’est parce qu’il n’a pas été complètement appliqué. Une seule solution, donc, ENCORE PLUS de socialisme

    • le communisme ne peut pas échouer..c’est une fin en soi..

      la vraie question à poser aux zélateurs du communisme est de savoir ce à quoi il souhaitent arriver via le communisme…

      égalité? bonheur?
      en pratique..un gouvernement communiste est toujours une situation de blocage où quiconque arrive au pouvoir en se prétendant communiste..fait à peu près ce qu’il veut…puisqu’il s’affirme par ce fait même le moyen de connaitre les aspirations de la collectivité..comme dirait méluche « la république c’est moi.

      un communiste théorique est un utopiste, un communiste pratique est un tyran ou un fusillé.

      . »

    • Le communisme n’échoue pas. L’économie communiste fonctionne mal, c’est très différent. L’idée communiste est plus « sociétale » ou « sociale » qu’économique. D’où son autre sobriquet, le « socialisme ». Qu’importe si les gens meurent de faim et que les pénuries frappent tous les biens, l’important est de créer une société « sans classe » et in fine un « homme nouveau »… Quitte à ce que tous les hommes anciens meurent dans des camps de rééducation !

    • Comment pouvez-vous écrire que le communisme a échoué?
      Il nous imprègne jusqu’à la moelle, incognito.

  • D’abord un socialisme doux avec la confiscation de la propriété privée entendue par le peuple comme le partage de l’argent des autres et ensuite une fois l’argent gaspillé et la motivation détruite suit la coercition que l’on appelle l’état totalitaire ou le communisme

  • À partir du moment où on confisque la propriété de chacun, elle va être attribuée à d’autres (une minorité). La propriété est dans nature de l’homme et sa distribution ne l’est pas.
    La redistribution d’une partie de cette propriété confisquée permet à la minorité dirigeante (socialiste, communiste, ou tout ce qu’on veut) d’obtenir une légitimité au nom d’idéaux humanistes.
    Le peuple se retrouve ainsi comme des animaux dans un zoo : en cage et en attendant leur nourriture pendant qu’une poignée d’individus s’enrichit et jette à ce peuple les miettes de nourriture dont il se satisfait par paresse ou par bêtise.
    Car dans aucun régime socialiste, les intellectuels et dirigeants qui le défendent ont renoncé à leur propriété et leur confort pour les partager à égalité avec le peuple qu’ils ont soumis à ce régime.
    Chez les socialistes, il y a le peuple des sans-dents et les élites qui sont au dessus. 2 castes qui ont des niveaux de vie bien différents.

    • exact les révolutionnaires veulent seulement remplacer les dirigeants qu’ils combattent !!! pour le reste ils ne changent rien ; les gardiens de prisons sont toujours les mêmes ; ce sont éventuellement les prisonniers qui changent !!!!!

  • Ce qui caractérise les socialistes c’est leur incapacité à comprendre. Tous les régimes socialistes ont échoué et le spectacle du Venezuela ne leur sert à rien. Piketty n’est qu’un idéologue nul en économie, comme tous les universitaires complètement déconnectés du monde réel.

  • Piketty, canceled, c’est un économiste de bazar ou de kiosque de gare, pense t il vraiment ce qu’il dit et écrit ou simplement fait il de la provocation de réac, il songe au bon vieux temps du communisme, pour être lu ?
    Le communisme /socialisme est mort, vive l’économie de connivence, ça marche du tonnerre de dieu. On crée un problème et on donne la solution miracle.. Piketty, hors jeu, maintenant c’est Greta la muse des économistes.

    • Qu’il pense ce qu’il écrit ou pas n’a pas d’importance ; pourvu qu’il soit édité et vendu afin d’en bien vivre !!!! Nous voyons le même phénomène avec Zemmour sur l’opposé !!! La pensée n’est destinée qu’à la vente !!!!! C’est triste mais c’est la réalité !!!!

    • C’est un jusqu’au-boutiste ! Les plus dangereux des idéologues.
      Il avait « découvert », il y a qqes années, que la pression fiscale devenait particulièrement douce pour le 1 % ou 0,1 % (à vérifier) les plus riches. En valeur relative (impôts/revenus), c’était la classe sociale la plus favorisée, plus que toutes les autres classes.
      Soit !
      Mais de là à vouloir casser le capitalisme, il y a un gouffre que seuls les plus fanatiques désirent franchir…

  • Le problème de Piketty c’est qu’il n’a pas compris qu’on ne prend pas de risques (avec sa vie, son argent, son travail) gratuitement. Il faut donc nécessairement rémunérer le risque, et le rémunérer à un prix qui soit satisfaisant pour celui qui va prendre ce risque.

    Avec un système sans propriété privé ou une propriété privée sous contrôle étatique le « prix du risque » est arbitraire (souvent trop bas, personne n’en prend et le système stagne, parfois trop haut et là tout le monde prend des risques, trop élevés et c’est la crise qui suit).

    Quand il aura compris que le capital est central et que c’est la libre rémunération du capital qui permet d’en disposer et donc de générer croissance (pour tous) et innovation (qui finit par être pour tous), il pourra se dire économiste. Pour l’instant, depuis leurs tombes Molinari et Bastiat lui refusent le titre !

    • Ce monsieur Piketty est professeur, ce qui signifie en France fonctionnaire, donc la notion même de risque ne fait aucunement partie de son univers intellectuel. Je ne nie pas que certains fonctionnaires puissent s’acquitter de tâches utiles à la société, mais quand d’autres, dont Piketty, commencent à parler de gestion des entreprises, je leur dis « Taisez vous, vous ne comprenez pas ce dont vous parlez ».

    • « on ne prend pas de risques gratuitement »

      Voire!
      La plupart des gens intéressants adorent prendre des risques, par goût, par jeu, par passion, au point parfois de se ruiner ou d’en périr.

  • Comprends pas qu’un type aussi intelligent puisse être aussi bête !

    • J’ai constaté que les mathématiciens de premier ordre sont souvent des gauchistes acharnés.
      C’est normal, ils ne s’intéressent qu’aux problèmes insolubles …

  • Piketty, seul économiste de France.

  • Qu’est ce qui empêche Piketty d’offrir la totalité de son patrimoine et de ses revenus à des « pauvres », y compris les royalties qu’il reçoit de la vente de ses bouquins sur Amazon (et oui, il utilise largement les outils du capitalisme le plus honteux!). En fait ce qu’il veut c’est que les « riches » soient spoliés pour ses pauvres et qu’il en apparaisse comme l’instigateur, méritant ainsi les honneurs du futur régime.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Gérard-Michel Thermeau.

Le 4 octobre 1821, Germain Garnier, pardon Germain marquis Garnier, poussait son dernier soupir. En voilà bien un qu'on a complètement oublié aujourd'hui. Mais comme il est mort il y a deux cents ans, voilà l'occasion de le tirer brièvement de la naphtaline. Ce n'est pourtant pas un inconnu dont on chercherait en vain la trace. Ayant eu le bonheur de siéger dans des assemblées parlementaires, il bénéficie d'une notice dans divers dictionnaires et encyclopédies. Il figure par conséquent dans la fameuse encycl... Poursuivre la lecture

Par Patrick Aulnas.

La radicalité politique a le vent en poupe. Les extrémistes d’aujourd’hui ne veulent plus de ce qualificatif dépréciatif. Le mot radical permet de laisser entendre aux insatisfaits que le changement sera profond. La politique ne pouvant pas grand-chose à elle seule, cette radicalité n’est qu’une illusion pour esprit manipulable. Mais la manipulation a pris une ampleur inédite avec internet.

Comme Janus, la radicalité a deux visages. Celui de l’extrême gauche regarde vers un avenir imaginaire et totalitaire (l... Poursuivre la lecture

Un événement organisé par le séminaire francophone d’études libérales

Le séminaire d’études libérales est une aventure intellectuelle sur une journée qui donne aux participants l’occasion d’explorer la tradition libérale classique et les fondements d’une société libre.

En prenant part au séminaire d’études libérales, vous aurez l’occasion d’en apprendre davantage sur les idées libérales classiques dans des domaines tels que l’économie, la philosophie, la politique, le droit et les politique publiques avec une équipe de conférenc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles