Assurance chômage pour les indépendants : une excellente nouvelle

L'assurance chômage pour les indépendants est un pas dans la bonne direction qui devrait être l’amorce d’une dynamique plus générale.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Campaign Creators on Unsplash https://unsplash.com/photos/pypeCEaJeZY

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Assurance chômage pour les indépendants : une excellente nouvelle

Publié le 29 septembre 2021
- A +

Par Xavier Fontanet.

L’élargissement de l’accès à l’assurance chômage aux indépendants, décidé récemment par le gouvernement est une excellente idée. Les mesures complémentaires prises pour faciliter la protection du patrimoine personnel également. Voilà donc des pas encourageants qui pourraient être l’amorce d’une dynamique plus générale.

L’importance des entreprises

Une nouvelle entreprise est un actif précieux pour un pays comme pour son État (les géants d’Internet avaient il y a 20 ans moins de dix employés), mais elle est fragile comme un jeune enfant. Tout le monde devrait savoir que les deux tiers d’entre elles mettent la clé sous la porte dans les cinq ans qui suivent le démarrage, soit parce que leur projet de départ n’était pas bon, soit parce qu’elles ont été empêchées par toutes sortes de contraintes.

Dès qu’une entreprise démarre, elle est l’objet de nombreuses sollicitations : les impôts, la sécurité sociale et d’autres autres organismes publics. C’est tout à fait légitime (et nécessaire) que ces services fassent leur travail, mais il n’empêche que les journaux sont plein d’histoires ubuesques, autant de preuves qu’il y a des progrès à faire.

Une meilleure relation entre la fonction publique et les indépendants

La fonction publique regorge de personnes compétentes et dévouées. C’est en général le système qui mérite les reproches et qui demande à être simplifié.

À ce propos, chaque politique et chaque fonctionnaire devrait lire et relire les dernières pages du rapport Armand-Rueff qui a 60 ans et pas une ride. Il est connu pour les grands axes stratégiques conseillés dans le domaine économique de l’époque, mais la partie la plus intéressante est celle qui concerne le discours adressé au personnel administratif.

Le rapport encourage à garder les systèmes aussi simples que possible quitte à donner davantage de responsabilités dans l’application des textes au personnel de terrain mieux à même de juger les situations. Il recommande fermement de personnaliser les relations avec l’usager, rappelant que la sphère publique est un service rendu au pays et à chacun de ses citoyens. La meilleure façon d’humaniser l’administration est de la personnifier par les traits d’une personne.

Prendre soin des indépendants

En cette période de concurrence mondiale, l’ensemble de nos concitoyens devrait comprendre que c’est surtout la dynamique des entreprises qui va créer la prospérité du pays, assurer l’emploi ainsi que le règlement des impôts et des charges sociales.

La prospérité dépendra bien sûr de la justesse des grandes politiques, mais aussi et peut-être surtout de la qualité des relations quotidiennes de nos trois millions d’entreprises avec les collaborateurs des sphères publiques et sociales.

C’est ce troisième facteur (allié au capital et au travail), ce petit miracle qui crée la bonne ambiance, qui, comme le rappelait Alain Peyrefitte dans ses livres sur la confiance, est le facteur déterminant du succès d’une économie.

Internet devrait permettre de gigantesques économies de coût de fonctionnement comme ça a été le cas dans les services privés (banques et assurances). Encore faut-il que le résultat ne soit pas une dépersonnalisation accrue des relations avec le terrifiant noreply.

Avec le numérique les choses évoluent en ce moment à toute vitesse, les opportunités d’amélioration, mais aussi les dangers de figer les choses, surabondent : la qualité des relations interpersonnelles sur le terrain et l’énergie qui sera mise à la fluidité des relations entre les sphères publiques et entreprises jeunes et anciennes est peut-être ce qui fera la différence.

 

 

(Visited 9 times, 1 visits today)
Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Personnellement, je suis tout à fait opposé à une assurance chômage pour les indépendants. C’est une mauvaise direction.
    Laissons les indépendants s’assurer librement (ou pas) pour leur santé vieillesse etc..

    • Malheureusement dans ce pays, tout ce qui pourrait ressembler à l’indépendance doit être liée ( attachée même ) à l’Etat qui, évidemment oeuvre pour notre bien !

      …et même malgré nous !

    • Exactement l’état n’a rien à faire dans le secteur des assurances que ce soit l’assurance vieillesse l’assurance chômage ou l’assurance santé c’est tout le contraire que nous devrions atteindre d’un État démocratique

    • Vous avez mal compris l’article.

      Pole emploi est en situation de monopole.

      C’est une liberté de libérer l’accès à l’assurance chômage aux indépendants.
      Même salarié de lui même, il lui est actuellement impossible de disposer des mêmes droits que les salaries.

      Aujourd’hui un indépendant qui voudrai s’assurer par pole emploi ne peux pas sous le prétexte discriminatoire qu’il est « indépendant ». C’est une réparation d’injustice.

      • On pourrait réparer l’injustice dans l’autre sens. Donner le droit aux salariés de ne pas s’assurer par pole emploi par exemple…

  • Chic! Une nouvelle taxe!
    Non! Une contribution!
    Non! Une contribution
    CPEF!

  • Rappelons que les « indépendants » en France ne sont en fait que des Travailleurs Non Salariés, pour nom exact…
    A savoir que la norme en France est le salariat…
    Ce pays n’a jamais aimé les gens trop ‘indépendants »…
    Comment peut on imaginer un individu se passer de notre état nounou d’ailleurs !?

    D’ailleurs, les gouvernants n’ont de cesse de complexifier leur statut ( example : la creation d’une auto entreprise qui n’a eu de cesse que de se complexifier !

    Il est donc urgent pour nos gouvernants de pouvoir les attacher encore un peu plus à l’Etat, d’une manière ou d’une autre!

    Cet assurance chômage est cet enfer pavé de belles intentions qui va faire encore grimper leurs charges….

    Ce pays se meure de toutes ces obligations et charges….

  • Mince alors, je me suis trompé de site, Contrepoints s’est associé à l’Huma?

  • J’ai lu et relu, c’est quoi la bonne nouvelle ?

    Et je ne me moque pas…

  • Comme mes 4 collègues je ne vois aucune raison de me réjouir.
    L’assistanat n’apporte pas l’envie de crée et l’énergie nécessaire pour monter une entreprise, et encore moi innové. Je ne pense pas que les géants d’Internet ont misé sur une assurance chômage. On doit avoir le droit de se planter, de ne pas être pénalisé par l’échec.
    Donc oui laissons les entrepreneurs libres et pérennisons la baisse des taxes.

  • Bonjour Monsieur Fontanet non l’existence de la sécurité sociale en tant que monopole d’État n’est pas légitime du tout l’urgence voudrais que l’on rouvre ce monopole à la concurrence

    • En réponse à Philippe, une précision: l’assurance chômage existante (pour les salariés), l’Unedic, ne fait pas partie de la Sécurité Sociale, elle n’ été créée qu’en 1958. Mais elle en partage les caractéristiques, notamment en terme d’obligation et de monopole.

  • Si la plupart des entreprises ferment dans les 5 ans, c’est à cause du matraquage fiscal : impossible de sortir la tête de l’eau. Ou alors c’est que vous traitez les Français d’abrutis puisqu’il y a moins de fermeture de jeunes entreprises aux USA.
    La meilleure façon d’humaniser la fonction publique est de la personnifier par les traits d’une personne : en France on fait mieux puisqu’elle est personnalisée par un armée de fonctionnaires aux 35 heures de présence et aux 5 heures de boulot effectif alors que le nouvel entrepreneur fait plus de 70 heures souvent sans se tirer de salaire.
    Alain Peyrefitte connaît super bien le sujet vu qu’il n’a jamais créé d’entreprise. Un véritable expert comme on les aime dans la fonction publique.
    Quant aux économies gigantesques réalisées grâce à Internet, l’entreprise « Fonction Publique » n’en fait pas beaucoup : il y a jamais eu autant de fonctionnaires que depuis qu’Internet existe.
    Pas très clair votre argumentation.

    • Je plussoie votre réponse, je me suis fait la même reflexion. La fonction publique regorge de personnes compétentes (lol), mais surtout regorge de personnes tout court. Il est grand temps de faire un gros ménage et de simplifier et réduire drastiquement tout ça. Et surtout, lâcher la grappe à ceux qui bossent !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Ronsse.

Au lendemain de l’élection, en 2020, de maires issus de l’écologisme dans quelques grandes villes en France, j’avais écrit que ceux-ci avaient rapidement tombé le masque avec quelques sorties dont tout le monde se souvient, qui « contre le Tour de France » (Lyon), qui « contre les sapins de Noël » (Bordeaux), qui « contre les aéroclubs » (Poitiers)…

Ces sorties, dont ils ont essayé par la suite de minimiser la portée, avaient quand même entraîné une baisse de popularité de l’écologisme, les gens commençant enfin... Poursuivre la lecture

Par Jacques Garello.

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l'assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et co... Poursuivre la lecture
0
Sauvegarder cet article

À qui profite le foot ?

Par Christian Bromberger[1. Anthropologue, professeur émérite, Aix-Marseille Université.]. Un article de The Conversation

Transferts de joueurs d’un club à l’autre, paris aux sommes astronomiques, salaires indécents, milliards d’euros de droits télévisés : les revenus issus du « footbusiness » ne cessent de passionner. Pourtant ce jeu n’a pas toujours été aux mains de grandes multinationales.

Jusque dans les années 1960, et dans de rares cas au-delà, les présidents de clubs étaient des industriels locaux qui tiraient un profit i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles