La disparition du cash, c’est à terme la disparition de la liberté

La disparition du cash rend possible l’arbitraire et la prédation. Elle est contraire au droit de propriété.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La disparition du cash, c’est à terme la disparition de la liberté

Publié le 7 octobre 2021
- A +

Par Emmanuel Malmendier[1. Titulaire d’une licence en droit U.Lg., d’un master en fiscalité U.Lg. – Hec,  comptable-fiscaliste agréé.].

Il est maintenant établi que certains pays nordiques prévoient de supprimer l’argent-monnaie, le cash autrement dit, au profit du seul virtuel ! Tous les paiements DEVRONT se faire par carte ou par application sur votre téléphone portable.
Je vous engage à bien lire ce qui suit, à y réfléchir et si vous voyez clairement la menace que cela représente pour votre liberté, à le transmettre au maximum de monde pour qu’au moins chacun comprenne ce qu’une suppression du cash aura comme conséquences désastreuses.

Cela dit, parviendrons-nous à l’empêcher ? La question reste posée…

L’État s’est déjà retourné contre son peuple en lui prenant son argent en 2008 pour le donner aux banques qui auraient du être mises en faillite. Il s’apprête à recommencer… et toujours « pour le bien de tous », évidemment.

Réflexion soumise à votre sagacité.

Insidieusement, de nombreuses mesures législatives ou réglementaires tendent à exclure le cash de nos vies, à le rendre hors-la-loi.

De telles dispositions ont récemment été prises :

  • renforcement des restrictions sur les paiements en espèces,
  • limitation des retraits et dépôts d’espèces,
  • contraintes sur les systèmes de paiements acceptés par les commerçants,
  • mesures tendant à rendre obligatoires les paiements par carte de débit ou de crédit,
  • etc.

L’instauration d’une société sans cash consacrerait la disparition d’un droit fondamental : la propriété de ce qui a été légitimement acquis et matérialisé par la monnaie sous sa forme matérielle.

Article 17 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme :

1. Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété.
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

En effet, l’instauration d’une société sans cash nous soumet au monopole du lobby bancaire. Lorsque nous déposons de l’argent dans une banque, il ne nous appartient plus : nous devenons créanciers de notre banque qui nous doit notre argent. En cas de crise financière et bancaire, notre seule défense en tant que citoyen ordinaire consiste à retirer notre argent. Dans une société sans cash, cela deviendra impossible.

L’instauration d’une telle société institue un droit de regard de l’État sur tous les actes d’achats et de ventes que nous effectuons, heures et lieux compris, ce que les dispositions permettent.

Elle rend possible la mise au ban de la société d’un individu de façon instantanée, sans aucune procédure légale. Avec seulement l’intervention d’un « fonctionnaire habilité » ou même à la suite d’une erreur technique, nos comptes peuvent être bloqués et nous ne pouvons plus effectuer aucun achat d’une autre façon.

Elle rend les déposants prisonniers de leur banque, sachant que les nouvelles dispositions européennes prévoient que nous autres déposants serons désormais sollicités en cas de faillite de notre banque (bail-in).

Elle autorise une taxation arbitraire de nos dépôts bancaires liquides en cas de nouvelle crise, comme l’a vivement recommandé madame Lagarde, présidente du Fonds monétaire international.

Elle rend possible l’application de taux négatifs comme cela est déjà en vigueur dans certains pays. Ce n’est qu’un impôt de plus prélevé sur nos comptes bancaires, un impôt levé arbitrairement — sans avoir été débattu ni voté — pour subventionner les banques toujours « trop grosses pour faire faillite ».

Elle rend possible l’arbitraire et la prédation. Elle est contraire au droit de propriété.

Sur le web

Un article publié initialement le 28 octobre 2019.

Voir les commentaires (49)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (49)
  • En Suède ils vont passer aux cryptomonnaies. Après le plus important est de regarder si les dirigeants n’hypothèquent pas l’avenir des gens et du pays. Cela n’est pas le cas en France et effectivement la destruction du cash vise à détruire l’argent même sous le matelas. Alors que faire ? Acheter un pack de survie/défense. De la nourriture longue conservation. Trouver une petite maison à la campagne au calme avec de l’eau pas loin. Transférer son argent en zcash, monero, dash, or et objets utiles pour vivre en autonomie. Des cartouches de cigarettes, des médicaments et du pq. Puis attendre.

    • Je pense sincèrement que vous pouvez garder des euros, ils auront encore de la valeur, pourquoi ?

      Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire, les maisons que je vois par la fenêtre sont en Allemagne, dont les citoyens sont très attachés au liquide.
      Cet Euro liquide dont l’état veut nous priver aura toute sa valeur dans de nombreux pays limitrophes, et sera très utile pour payer les plombiers polonais au black.

      Votre bois de chauffage, vos produits de la ferme, vos dépanneurs les enfouiront volontiers au fond de leur poche, et comme en DDR à l’époque, vous pourrez tout obtenir avec des Deutschmarks (billets) et rien avec les Ostmarks (CB).*

      Même si la France quitte pour une raison ou une autre l’Euro, les billets que vous aurez planqués prendront de la hauteur, libérés du poids de nos errances…

      * Ah la « Bückdichware », cette ‘marchandise baisse toi’, qui apparaissait comme par miracle de dessous le comptoir à la vue de quelques des billets en DM.

  • Je voulais dire qu’en France notre élite qui se base sur des rapports coûteux et des audits de la cour des comptes, qui s’entoure de think tank et d’experts arrive à nous détruire méticuleusement notre avenir. Que la destruction du cash c’est ni plus ni moins détruire la capacité des gens à se protéger dans le présent. Nous avons donc la certitude que demain sera bien pire qu’aujourd’hui. Que ceux qui font et y croient encore ne rendent pas service au pays. Cela doit s’arrêter immédiatement! La grève!

  • Avoir une banque est obligatoire ,avoir une connection internet est obligatoire,avoir un portable est obligatoire …le cash , j’ai 20€ , et c’est deja de trop. La liberte dans une societe n’existe pas si vous voulez en faire partie.

    • Oui avoir une banque pour recevoir le salaire. Salaire qui sert à payer les crédits puis les impôts. L’Internet et le portable ça simplifie la vie pour la gestion de notre propre servitude. Les gens se fichent sur facebook et/ou linkedin. Payent leurs pv et impôts en flashant le QR code. Par contre les échanges avec l’Etat restent obscurs et opaques. L’on doit toujours se flageller avec des cerfas et des papiers stupides. Le service des impôts n’est plus là pour aider ou comprendre mais juste pour faire glisser notre pognon dans la bonne popoche. Le cash c’est la dernière phase avant la fin. Surtout dans un pays comme le notre où il n’existe pas de contre pouvoir. Cpef

      • La bonne question du contre pourvoir. N’était-ce pas la demande des Gilets jaunes ?

        • Hélas non. C’est rapidement devenu une revendication contre les riches. Retour de l’isf, etc…et donc finalement nos GJ sont retournés chez maman l’Etat pour prendre sa tétée. Hélas.

    • La banque n’est pas un problème en elle-même. Le problème est que la banque est obligée d’être aux ordres de l’Etat pour avoir le simple droit de vivre.

      • La banque a le moyens de contraindre les politiques..d’ailleurs , ellles ne se plaignent pas et ne se privent pas de quelques coups de pouces financiers comme par exemple que nos rois puissent allez au golf ou au tennis pas cher ,fassent des regates etc

  • en ce moment je me force à sortir du cash pour payer mon pain, historie de ne pas trop utiliser le sans contact, mais on doit être de + en + rares dans ce cas…c’est tellement plus simple

  • Dans le cas du surendettement des ménages, mais pas uniquement…
    Passer à la caisse du supermarché en réglant 100€ au moyen de la Carte Bancaire, c’est très différent de sortir deux billets de 50€ de son portefeuille…
    Asservissement par l’irresponsabilité !…

    • Il y a mieux ceux qui vont chercher des liquidites a la borne du supermarche pour payer a la caisse…monde de fous !

      • Pour la reconnaissance faciale, ile suffit de se mettre un gros nez rouge de clown, et c’est « in the pocket » 😉

  • Et bien personnellement, je paie tout en cash, c’est plus simple, mes relevés de comptes font qq lignes, donc facile à contrôler.
    Je ne suis pas sur FB, je surf avec un pseudo, et surtout je ne prend pas mon smartphone pour ne pas être pisté. Il reste à la maison.
    Il y a 20 ans on n’était pas joignable constamment et pas plus malheureux pour autant.

    • Noubliez pas de retirer les etiquettes magnetiques de vos vetements , vous etes pisté…..un nom n’est pas indispensable pour faire des recoupement et avec la reconnaissanc faciale a venir….prend donc ton smartphone….

      • Pour la reconnaissance faciale, il suffit de se mettre un gros nez rouge de c.l.o.w.n, et c’est « in the pocket » 😉

  • Bien sûr que la suppression du cash semble avancer à petits pas. Mais on peut se demander pourquoi -pour une fois-, ce n’est pas la France qui est en tête pour une mesure fiscale liberticide et confiscatoire (sa spécialité) ? Peut-être faut-il laisser certains commerçants à sweats et capuches des territoires occupés, continuer leurs petites affaires ? Sinon ils seraient obligés de se déplacer en bandes pour chercher leur pitance…
    Quant aux Allemands (ce qui fait du monde), ils sont extrêmement attachés à la monnaie fiduciaire. Ce sera dur de leur faire avaler.
    De toute façon, les USA, la Suisse ou le Royaume-Uni seront ravis que leurs billets constituent une deuxième monnaie pour certaines transactions. Comme le dollar l’a toujours fait dans les pays à forte inflation…
    L’argent, c’est de la liberté imprimée.

    • Entièrement de votre avis !

    • L’on ne peut rien affirmer car la géopolitique nous échappe complètement. Il y a des gros désordres mondiaux actuellement et les médias Français sont super décontractés du bulbe. Dollars ou Euros ne me parlent que de promesses de dettes. Avoir un bout de papier auquel est associé notre malheur d’aujourd’hui ne me semble pas cohérent. Il y a certes encore une valeur d’échange. Mais le marché est complètement faux. J’ai l’impression que l’on se trouve au bord du précipice et le cash me semble bien faible comparé à la chute. Peut-être qu’il serait temps d’échanger notre cash pour des choses tangibles et relativement pas chères aujourd’hui. Car demain cash ou pas l’on ne pourra même pas l’acheter.

      • De votre avis. Il est possible qu’une léga crise financière fasse apparaître la suppression du cash comme la dolution. Du moins, c’est ce qu’on fera gober aux populations à qui l’on proposera l’attribution d’un revenu universel pour contrer les effets dévastateurs de cette crise (utilisation numérique évidemment)

        • Je n’en ai aucune idée. Mais j’ai l’intuition que ce que l’on peut acheter aujourd’hui l’on ne pourra plus aussi facilement demain. La valeur de la monnaie va s’affaiblir. Le prix de fabrication augmenter. Les taxes ne vont pas baisser. Alors je ne sais pas trop où l’on va comme ça.

    • L’argent, c’est de la liberté imprimée.

      Tout à fait. Et comme le polytocard n’aime pas que les autres bénéficient de liberté, il s’en prend à la monnaie. Le cash en premier, le plus puissant.

  • Parfaitement d’accord : la suppression du cash est une atteinte intolérable au droit de propriété.
    Le problème étant que nos concitoyens sont comme la grenouille trempée dans l’eau froide, dont on augmente progressivement la température jusqu’à ébullition : ils ne se rendent pas compte des atteintes à leurs libertés fondamentales qui se multiplient. La société « 1984 » prend forme progressivement, sous nos yeux, en direct et bientôt en intégralité.

  • La suppression du cash n’aura pas lieu. Il existe un besoin incompressible de monnaie au porteur dans une société, indispensable pour fluidifier les relations entre les individus.

    Au-delà des émeutes qui ne manqueraient pas de se produire, si jamais des gouvernements ou des banques centrales étaient assez stupides pour oser prononcer l’interdiction du cash, immédiatement un ou plusieurs autres supports apparaîtraient en remplacement qui échapperaient totalement au contrôle par monétisation sauvage. L’or ou l’argent, des cryptos, des cigarettes… n’importe quoi.

    Interdire le cash est aussi crétin qu’interdire de respirer.

    • Il existe des villages avec une monnaie locale. Ce matin j’ai entendu qu’une commune allait payer la Sécu complémentaire. Je crois que le monde parallèle est bien en train de naitre. Effectivement la fin du cash accélérera le processus.

    • Sans l’interdire, on peut le décourager le plus possible, le taxer…

  • En fait comme la suite semble aussi inévitable qu’imprévisible il faudrait se remplir une fiche de choses à faire avant. Se faire soigner les dents, remplir son stock de nourriture, trouver une arme, etc.., demander une ordonnance au médecin pour des antibio et antidouleurs. Acheter des pastilles de iodes. Bref, la liste est longue et comme ils font en Suisse (pourtant un pays riche) il est mieux de prévoir que de subir.

  • Avec les lois européennes et les accords sur l’Euro je pense qu’ils vont avoir du mal à interdire le cash. Si un seul pays refuse, les autres feront quoi? Ils refuseront d’accepter les Euros en cash des autres pays? A mon avis c’est une clause chaude à faire passer à ceux qui n’aiment pas.

  • Très juste. Et cela rend d’autant plus inquiétante la récente note de travail du FMI.
    https://insolentiae.com/taxer-retraits-methodes-du-fm/
    Ceux qui ont l’intention de tout contrôler de nos vies ne manquent pas d’idées. La méthode: les petits pas…

    • C’est à cela qu’on les reconnait : ils osent tout …

    • Ouvrez un compte crypto sur un exchange et virez progressivement votre compte bancaire. Il y a beaucoup de banques crypto avec Cb. Ça ne solutionne rien mais vous donnez du pouvoir à d’autres.

    • Encore une chose : encore faudrait-il que les budgets soient bouclés.
      Comme ce n’est de loin pas le cas, les taux négatifs ne servent qu’à continuer la fête.
      La signification de FMI c’est Fachisme Monétaire International.

  • La société sans cash ruinera les seuls pays aux peuples idiots et apathiques qui auront laissé faire.

    Comme tout contructivisme socialiste, ça peut fonctionner en théorie si on arrive à faire marcher au pas le monde entier.

    Sans ça, la compétition entre système fait son oeuvre et je vois mal comment des pays dont la puissance est en partie assise sur leur monnaie fiduciaire (USA, GB, Suisse) ou qui souhaitent en faire une force (Chine) puissent vouloir jouer le « jeu ».

    Que les Scandinaves rêvent de devenir les Venezueliens d’Europe, casse la tienne, c’est leur problème.

    Pour les Français, sachez que le monde est vaste et qu’il compte un certain nombre de pays.

    Choisissez en un parmis les premiers de ce classement et tout ira soudainement mieux.
    https://www.heritage.org/index/ranking

  • Le cash ne pourra pas disparaitre, en cas d’abolition du cash, en Europe par exemple, les gens utiliserons des dollars, des francs suisses ou des livres, voire même de l’or, pour leurs transactions au black en se marrant bien de la stupidité des gouvernants.
    J’ai séjourné au Brésil à une période de forte inflation et de contrôle des changes, les prix se calculaient en dollars et les journaux publiaient tous les jours le cours du « paralello ».

  • L’avenir de l’or est assuré. La banque fédérale Allemande a rachetée de l’or massivement le mois dernier, ce qu’elle n’avait pas fait depuis 20 ans. Toutes les banques centrales rachètent de l’or depuis quelque temps.

    • En effet. Le cours de l’or a fortement grimpé depuis l’été. Tous aux abris! La crise de 2008, et la grecque, seront un aimable apéritif à coté de celle qui nous attend très bientôt. Ce sera LA crise de l’étatisme, qu’on nous vendra bien entendu comme celle du libéralisme.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Vilfredo Burgess.

"La sécurité est la première des libertés". On s’est formalisé de ce que Emmanuel Macron ait employé cette formule sous prétexte qu’elle s’est jadis trouvée dans la bouche de Jean-Marie Le Pen. Là n’est pas le problème. On peut passer un temps inutile à s’attacher à ne pas employer les mêmes « éléments de langage » de tel ou tel adversaire politique, mais ce ne sont que des mots.

Ce qu’il me paraît d’abord plus important de souligner est que la hiérarchie des libertés implicite dans l’expression est arbitr... Poursuivre la lecture

Par Romain Bocher.

Depuis plusieurs décennies, recherches scientifiques et essais intellectuels convergent graduellement vers la description d’un monde qui s’auto-organise spontanément. Cela vaut évidemment pour les systèmes physiques ou biologiques, mais aussi pour les sociétés humaines.

Dans ce contexte, quelle peut être la place du libre arbitre et de l’initiative individuelle ? Et quid des crises qui font régulièrement voler en éclats le fragile ordre établi ?

Il peut nous arriver de penser qu’une collectivité n’est q... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a indiqué que le gouvernement évaluait la possibilité de prolonger le pass sanitaire au-delà du 15 novembre 2021.

Une nouvelle fois, la division qui règne au sein de la société française aura abouti au même résultat : la pérennisation de la mainmise étatique sur un sujet de régulation des comportements, avec tout son cortège de mesures liberticides, de coûts cachés, d’inefficacité organisationnelle et de monopoles destructeurs.

Si elle est appliquée, ell... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles