Reconnaissances
50 articles déposés
À propos Articles
Reconnaissances
50 articles déposés
Selecta Nardus est avocat au barreau de Paris. Il n'a pas d'autre légitimité que celle d'être un grand amateur de musiques jamaïcaines depuis l'enfance.
0 followers

Articles

0
Sauvegarder cet article

Par Selecta Nardus.

Les réfractaires à Bob Marley forment un bataillon important. On en trouve chez les droitards, les catholiques « intègres », la gauche du Café de Flore et même chez certains puristes du reggae.

Ils abhorrent ce rasta fumeux, ce chanteur criard, cette usine à tubes commerciaux, cet « arbre qui cache la forêt ».

Cet article s’adresse à eux.

Une vie de souffrance

Marley a été façonné par les épreuves, les frustrations et la souffrance.

Dès sa naissance, le 6 février 1945 dans un petit hamea... Poursuivre la lecture

Par Selecta Nardus.

Au commencement étaient les sound systems. Des années 1940 à aujourd’hui, ils ont fait la musique jamaïcaine, popularisé et ringardisé tous les styles.

Un sound-system normalement constitué, c’est :

un patron, populaire comme Prince Buster, businessman hors pair comme Coxsone Dodd et Duke Reid, ou virtuose comme King Tubby ; un matériel de pointe, des murs d’enceintes et des énormes caissons de basse pour faire trembler le quartier ; les meilleurs tubes du moment, ceux que les adeptes des sounds (les « m... Poursuivre la lecture

Par Selecta Nardus.

À partir de la deuxième moitié des seventies, le reggae roots triomphe et s’impose partout.

C’est l’aboutissement de deux décennies de lente maturation de musique yardie. L’apogée de la musique jamaïcaine, tellement populaire qu’elle éclipsera définitivement tous les autres styles.

Les années ska et rocksteady sont maintenant loin et les stars des années 60 reléguées au second plan. Des chanteurs aussi importants que Desmond Dekker ou Laurel Aitken sont (mal) recyclés dans les années soixante-dix par l... Poursuivre la lecture

Par Selecta Nardus.

Deux grands coups de semonce font de 1972 l’année de la révélation au monde du reggae.

Le reggae a enfin son film culte

Un film d’abord, The harder they come, de Perry Henzell. Le héros, inspiré du criminel populaire Rhyging, est un campagnard qui tente sa chance comme chanteur à Kingston. Arnaqué par un producteur, il sombre peu à peu dans le crime et le trafic. Évidemment, le film tient plus du nanar que du chef d’œuvre du 7ème art. Il a quand même remporté un franc succès, particulièrement aux États-Unis, ... Poursuivre la lecture

Par Selecta Nardus.

Les origines du reggae sont tout aussi mystérieuses que celles du ska et du rocksteady. Nombreux sont ceux sont qui en revendiquent la paternité (parmi d’autres : le producteur Coxsone, le chanteur Frederick « Toots » Hibbert ou encore le bassiste Leroy Sibbles).

[related-post id=349000 mode=ModeSquare]

Dans ce flou très jamaïcain, une certitude : l’auditoire impatient des sound systems s’est lassé en 1968 du rocksteady, a réclamé du neuf et créé une nouvelle danse, qui appelait une nouvelle musique.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles